Le forum français du MBTI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

Partagez
 

 INFP ou INFJ ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeSam 09 Nov 2019, 21:22

Bonjour à tous.

Je me présente rapidement je m’appelle Yann j’ai 33 ans et je suis en création d’activité.

Je préfère prévenir, c’est assez long, c’est surement décousu, mais j’essaie de donner le plus d’informations possible ! Smile

L’année dernière j’avais passé sur net plusieurs test MBTI et ce qui ressortait c’était que j’étais INFP, sans que toutefois la description me parle tout à fait. J’ai refait le test et idem INFP. C’est en lisant les différentes descriptions que je me suis plutôt reconnu INFJ.

Il y a environ une dizaine d’années, j’étais étudiant, j’ai eu comme une sorte de « crise d’identité » avec cette question récurrente, "mais qui suis-je" et "pourquoi je me sens si à part ?"

Ce fut un cheminement introspectif assez long et une mise à plat de mon histoire et c’est récemment que je me suis rendu compte que j’étais toujours en entre deux avec des envies assez antagonistes, mais complémentaires, vous me suivez ?!  lapins lol .

Je vais essayer de détailler la façon dont je fonctionne. D’avance, je préviens c’est sans doute assez décousu et pas forcément très cohérent dans la structure de ce qui suit.  Embarassed

Par exemple je suis de nature assez timide de prime abord et introverti et pourtant j’ai du plaisir à sortir voir des amis. Par contre, si je sors trop, je fini par m’épuiser et j’ai besoin de m’isoler pour me recharger pour de nouveau sortir et ainsi de suite.

Lors de certaines sorties avec des personnes que je ne connais pas plus que cela, je suis très sensible au feeling du groupe. Et parfois je ne me sent pas hyper à l’aise dans le groupe, alors que si je prends chacune des personne individuellement, cela se passe plutôt bien avec tout type de personnalité (un peu comme un « caméleon », même si je n’aime pas trop ce terme car il donne l’impression d’être manipulateur, ce que je ne suis pas.
La foule ne me dérange pas plus que cela par exemple, aller en boite non plus.

Je pense aussi que le fait de m’être toujours un peu forcé à voir les gens quand ceux-ci me proposait de sortir quand j’étais ado ou jeune adulte alors que je n’étais pas à l’aise m’a permis de gagner un peu en habilité sociale et finalement me rendre compte que j’aime bien cela (de manière assez équitable avec mes moments où je suis seul).

Je suis assez discret et en règle générale on apprécie ma compagnie et les échanges avec moi. Je pense que c’est parce que je suis plutôt ouvert et que je prends les gens comme ils sont. J’ai aussi une écoute assez active laissant l’autre parler beaucoup, moi me contentant de rebondir sur ce qu’il vient de dire ou d’essayer d’anticiper une autre question pour relancer la conversation. Au final les gens aime bien échanger avec moi alors qu’au final je n’ai pas dit grand-chose, ni grand-chose de très intéressant ou pertinent.

J’ai commencé mes études par le technique car le collège fut assez difficile pour moi où j’ai accumulé des lacunes, notamment en maths, et une confiance moi inexistante.
Je suis passionné par l’automobile, du coup j’ai fait un BEP dans l’automobile car passionné d’auto. Cela m’a remis d’aplomb : je faisais ce qui me plaisait, je me suis aussi rendu compte que j’étais capable de faire quelque chose et que je n’étais pas « nul » car les trucs que je foirais complètement au collège je les réussissais sans forcer.

Cela se passait bien, major de promo sans vraiment travailler, si bien que j’ai pu bifurquer vers une filière généraliste avec un BAC STI, j’ai continué avec un BTS, toujours dans l’automobile. Suite à ce BTS je me suis vraiment rendu compte que je ne me voyais pas dans le technique automobile (faire réceptionnaire ou conseiller technique en concession), c’est pour cette raison que j’ai continué mes études avec un master en école de commerce et gestion marketing.
C’est à ce moment-là que j’ai vraiment vu mon décalage avec mon environnement. Sans vraiment arriver à comprendre le pourquoi.

Concernant le fait de fournir un effort de travail, dès la maternelle-primaire je ne suis pas un grand bosseur. Dès qu’il y a un effort à fournir, la question du « pourquoi ? » surgit tout de suite, c'est-à-dire est-ce que le résultat est à la hauteur de l’effort fourni. Au final il y a pas eu beaucoup de cas où ce résultat valait le coup. Je me souviens en primaire de poser des questions à des adultes sur ce que l’on était en train d’étudier, souvent ils avaient oublié. Dans ce cas je me disais « pourquoi travailler trop sur ce sujet si au final cela n’est pas applicable de manière concrète ? ». Cette phrase m’a suivi et me suis depuis toujours.
En primaire, j’avais des résultats plutots bon sans trop forcer, et cela m’allait très bien ! Le collège fut plus difficile en raison d’évènements familiaux qui m’ont ébranlés et c’est à partir de là que j’ai commencé à accumuler les lacunes que j’évoquais un peu plus haut.
Mes différents oraux de fin d'études et rapports d'étude, j'ai été soit premier soit dans le trio de tete. Par contre lors des oraux en groupe ou si le jury est composé de plus de 3-4 personnes je perds mes moyens.

Dans le monde du travail j’ai un peu de mal sur la durée : lors de mon arrivée dans l’entreprise, cela ne me dérange pas de voir du monde des inconnus grâce à l’effet nouveauté. Par contre au fur et à mesure que les jours passent, je ressens mon énergie baisser, si bien que dire bonjour à un groupe de collègues le matin est une épreuve (alors que cela ne me posait pas de soucis les semaines précédentes). Je suis un « électron libre intégré ».
Dans le monde du travail, je suis conscient que j’ai toujours eu de la chance en tombant sur de bonnes personnes (sauf une fois avec un directeur PN) qui ont toujours échangés avec bienveillance ou neutralité.

Mon parcours pro a commencé par le technique en concession, puis en marketing en concession, mon rève était de travailler au siège d’un constructeur, je l’ai fait (c’est là que mes interrogations introspectives ont vraiment commencées), j’ai travaillé au siège d’un constructeur automobile à l’étranger pendant deux ans dans un pays que je ne connaissais pas, une langue nouvelle et c’était une création d’activité dans un univers que je découvrai. J’ai eu « carte blanche » et ça s’est très bien passé, mes responsables étaient contents de mon travail. Puis d’autres expériences en concession (celle avec le PN) et une autre chez un autre constructeur en IDF. Tout ça en open space (une torture pour moi !).

Les dernières expériences ont mis en évidence le fait que je suis à part. Intégré (avec les collègues, souriants et cela me plait sincèrement de passer du temps avec eux etc), mais pas tout à fait intégré quand même. Et cela a mis en évidence que j’en ai marre du monde de l’entreprise et ses « codes », ses sourires un peu faux, le politique interne etc. C’est là qu’un pote m’a proposé de s’associer pour créer une activité. On est en plein dedans et cela me permet de travailler à ma façon, qui est assez singulière : je travaille à l’inspiration ! J’ai du mal à me concentrer sur une tache à un moment donné. Souvent je commence un truc, et à un moment donné faut que je me distrais en allant sur internet par exemple, je sens bien que le truc sur lequel j’étais travail en arrière-plan, mais je suis obligé de faire autre chose pour y revenir par la suite. Idem par exemple sous la douche ou quand je fais la vaisselle, les idées me viennent toutes faites et il faut que je les notes rapidement sinon elles repartent, avant de revenir à un autre moment. La nuit parfois quand je suis en entre deux eaux je ressens que ça cogite.
En claire je ne suis pas capable de me mettre à bosser un truc à un instant "T" et d’y rester devant pour avancer la tâche, si je fais cela je m’épuise et rien ne se passe du tout, ça bloque.


A un moment je m’étais renseigné du côté des zèbres, notamment via le livre de JSF « trop intelligent pour être heureux », je me suis assez reconnu sur sa description, mais je me méfie de l’effet Barnum. Les différents sujets sur les forums sur le sujet me parlent. Je ne ressens pas le besoin de passer le test et je ne me considère pas comme « Zebre » même si j’y reconnais certains points.

Ce qui m’a conduit à pas mal interroger sur mon « intelligence » et mes contradictions de fonctionnement. J’aime bien la créativité (par ex lors de mes expériences en marketing opérationnelle) et j’aime tout autant l’analyse (par exemple lors de mon expérience à l’étranger en marketing analytique).

Je ne me sens pas particulièrement intelligent et surtout pas vif d’esprit car toujours un peu dans le brouillard et J’ai parfois l’impression d’être à côté de la plaque et d’être « débile ».

Pourtant malgré des lacunes et une confiance en moi inexistante, j’ai fait et réussi des études (que je n’ai pas nécessairement appréciées en plus), mes anciens responsables étaient satisfait de moi, j’ai créé une activité dans un pays étranger alors que tout était nouveau pour moi, je vais créer un entreprise avec un pote etc

Je me rends compte que m’adapte constamment à mon environnement depuis toujours, sauf que cela m’était auparavant inconscient.

Avant de découvrir le MTBI et le reste, quand ça n’allait pas dans mon parcours introspectif, la pensée récurrente que j’avais c’était de « rencontrer quelqu’un comme moi» et  « qui suis-je dans le fond» sans trop savoir d’où ça me venait ni le pourquoi.

Même de nature timide, j’arrive à me connecter à tout type de gens qui, généralement, m’apprécient.

Je me sens toujours "extraterrestre" un peu en entre deux, pas à ma place. C'est-à-dire pas tout à fait à part ou reclus qui rase les murs, mais pas tout à fait intégré et « connecté ».

Une sorte d’extraverti timide  ou un timide extraverti.

Suite au MTBI et à mon parcours je me reconnais assez dans l’INFJ, qu’en pensez-vous ?

Désolé pour la longueur, c’est difficile de poser des mots d’autant plus que je ne manie pas la langue française comme je l’aimerai.

Merci par avance de m’avoir lu et pour votre aide pour déterminer mon type  love

Yann
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 09:04

J'ai  plus l'impression de lire du Fi (ou alors tu es 4 en  enneagramme) que du Fe.Je ne saurai dire où se situe ton Fi dans ton fonctionnement, par contre.
T'es-tu déjà intéressé aux fonctions cognitives (  http://www.16-types.fr/modele/modele-MBTI-5-8-fonctions.html ) et à l'enneagramme ( http://www.enneagramme.com/Theorie/9_desc.htm)  ?
Revenir en haut Aller en bas
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 14:16



Salut,

J'avais passé un test d'aenagramme il y a un an et demi et recemment, dans les deux cas cela me donnait que j'étais de type "5".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 14:39

Le 5 m'était venu à l'esprit.
Je suppose que tu as dû lire la description etc... C'est comme pour celle de l'INFP ou tu parviens plus à d'identifier à l'enneatype 5 ?
Revenir en haut Aller en bas
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 15:12

Cela me parle sur certains points, d'autres moins. Notamment "l'avarice" de connaissance dont j'ai du mal à m'identifier.

Par contre le coté, compartiment des cercles sociaux (amis, famille, collegues) me parle assez, j'ai différents cercles de connaissances, mais c'est très rare que ceux ci se croisent entre eux.

L'autonomie intellectuelle me parle, je demande très rarement des conseils, voir jamais, par contre j'aime écouter les différents points de vues pour me faire une idée et me faire mon propre avis sur quelque chose.

Je ne suis pas très logique dans ma structure, mais j'arrive à la rendre logique après des efforts pour mettre un peut tout à plat et réassembler les idées pour les rendre cohérente. Cela me permet de structurer une planification avant de me lancer dans quelque chose de nouveau, et aussi de me rassurer. J'aime sortir de ma zone de confort, mais  par dose de par de petits pas et un peu de planification pour me rassurer avant de me lancer. Une fois lancé, je ne lâche pas tant que je n'ai pas atteints mon objectif, même dans les difficultés.

Les mondanités, la pluie et le beau temps ne me déplaisent pas trop, mais à petite dose avec des personnes que j'apprécient un minimum. Si c'est un inconnu qui me parle à la caisse par exemple, je vois cela comme une intrusion et une dépense d'énergie inutile. Je pense que j'aime échanger avec les gens non pas pour le fond, le contenu, mais pour l'échange d'énergie avec la personne en face.

Engager une conversation avec un inconnu c'est quelque chose de compliqué pour moi. Alors que reparler à cette personne la 2e fois ne me posera pas de souci particulier car je sais à qui j'ai affaire.

Exemple concret, lorsque j'étais à l'étranger (c'était en Italie), sans être très à l'aise, j'ai pu faire des présentations devant des directeurs ou tout le service (30 personnes), ou présenter mon activité à des étudiants en commerce (une école interne à l'entreprise) alors que cela faisait qu'un mois que j'étais arrivé dans l'entreprise. Cependant, j'ai été incapable en Italie d'aller demander à la caisse centrale une carte de fidélité dans le centre commercial où je faisais mes courses. Car trop d'appréhension sur le fait que la personne ne me comprenne pas et que je n'arrive pas à me faire comprendre, ou que d'autres clients voient que je galère pour quelque chose de simple.

Je crois qu'au final j'ai peur que l'on remarque que je ne suis pas capable de gérer des choses simple de la vie quotidienne. Par ex quand il a fallut que je prenne le tram en Italie, j'ai passé du temps sur le net pour voir comment fonctionne le système pour les tickets lorsque l'on rentre histoire de ne pas passer pour un con, un idiot. Alors que je me suis pas trop posé de question sur le fait d'aller là bas pour créer une activité alors que je ne connaissais pas la langue.

Ce site me parle dans mon cheminement, notamment la quete d'indépendance et vivre l'instant présent. PLus jeune je vivais pas mal dans le futur car mon présent n'était pas interessant. Cela m'a permis d'avancer et de me dépasser sans me soucier de ma vie interieure.
cee-enneagramme.eu/types/type-5/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auruo
El Senor de ces Dames
Auruo

Type : Vroum Vroum
Age : 35
Lieu : Pouet Pouet
Inscription : 07/01/2015
Messages : 797

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 17:32

TU ES INFP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanferrat86.skyrock.com/?from=reco_blog
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 17:54

@Auruo a écrit:
TU ES INFP.

Salut

Quels points te font basculer vers ce type ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auruo
El Senor de ces Dames
Auruo

Type : Vroum Vroum
Age : 35
Lieu : Pouet Pouet
Inscription : 07/01/2015
Messages : 797

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 18:02

La façon dont tu as de te présenter. Tu as besoin de faire un pavé complet pour te présenter. Il part dans tous les sens et il y a pas de cohérence. Tu parles de pleins d’anecdotes (Si), ta façon d'être avec les gens comment ils te perçoivent ce que tu as aimé dans ton cursus scolaire et ce que tu n'as pas aimé (Fi).
Tu fais aussi très P. Tu abandonnes facilement les choses pour d'autres. (Ne)
Tu sembles être très introverti et peu sur de toi. Tu as pas une once de prétention.
Tu sembles être aussi 4w5 Sx dom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanferrat86.skyrock.com/?from=reco_blog
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 20:36

C’est interessant ce que tu évoques.

Il est vrai que mon poste manque de structure. Je suis en pleine recherche et ça va un peu dans tous les sens. Il aurait sans doute fallu que j’attende pour écrire mon poste.

Par contre, là où je ne vois pas, c’est lorsque tu évoques le fait que j’ai abandonné facilement ?

Tu sembles être très introverti et peu sur de toi.

C’est en effet le cas, et je me suis surtout rendu compte que le contexte familial et mon histoire avaient une grande responsabilité sur ces deux aspects notamment au moment de l’enfance & l’adolescence. Je me suis construit sur des bases bancales avec très peu d’assurance.

Mon parcours m’a permis de mettre en évidence ce manque de confiance en moi et de comprendre d’où cela provenait. Dans ma jeunesse on m’a inculqué que je n’y arriverai pas que j’étais sans valeur en pointant du doigt mes défauts et non mes qualités.

J’ai fini par y croire, j’ai mis de côté mon identité profonde pour construire un personnage correspondant à ce que l’on disait de moi. C’est pendant mon parcours que j’ai découvert (ou redécouvert) que dans le fond, j’ai une personnalité plutôt ambitieuse, toujours à aller de l’avant et positive.

C’est sans doute aussi pour cela que mon premier poste est assez fourre-tout car j’ai besoin de conscientiser et de poser tout cela car je suis en pleine déconstruction du personnage ou faux self que je me suis construit alors qu’il ne correspond pas à ce que je suis.

Cela a été un frein énorme à mon évolution. J’ai avancé – inconsciemment – avec un conflit interne entre mon moi, mon tempérament, ma personnalité, et ce que les autres (ma famille, ou certains proches) me renvoyaient de négatif lors de mon enfance & adolescence, d’où la construction d’un faux self.

Malgré ces « boulets » qui m’ont empoisonnés l’existence, j’ai avancé et réussi les objectifs que je m’étais fixé en gardant une ligne conductrice grâce à ma capacité à me projeter dans l’avenir. D’où un parcours complet dans l’automobile  car passionné je souhaitais découvrir et bien connaître ce secteur dans divers structures et diverses activités.

Pour le coté ambitieux que j’évoque un peu plus haut, j’ai un peu de mal avec ce mot, car il donne l’impression d’être prétentieux, j’évoque le fait d’aller toujours de l’avant notamment dans mes études en commençant par un BEP jusqu'au master. Cela ne s’est pas fait tout seul d’autant plus que j’ai réalisé mes études avec une conscience nulle ou très faible mes « boulets ».

Par rapport à l’aspect positif dont je parle, je suis naturellement d’un tempérament positif, ouvert, plutôt souriant, ou chaleureux. Encore une fois, dans mon histoire ce que l’on me renvoyait lorsque j’envoyais du positif c’était du négatif, du coup j’ai « éteints » une partie de moi et suis devenu plus méfiant, ou distant lorsque je ne connais pas.

Ce parcours fut pour moi l’occasion de découvrir ce faux self qui était devenu encombrant, étouffant et aussi de découvrir qu’en étant moi même on appréciait vraiment ma compagnie, ma discussion, mon tempérament plutôt discrètement positif et le fait d'être partant pour bouger, sortir. J'ai aussi découvert que j'ai une vie intérieure assez riche, tout en étant tourné vers l'extérieure et que trouver l'équilibre entre les deux étaient important.

La déconstruction d’un personnage que l’on se construit pour se protéger ou être « acceptable » vis-à-vis des autres est un processus assez complexe et plutôt long, d’où mon approche qui tente de faire le tri entre qui je suis vraiment et le personnage que j’ai construit et qui n’est pas le reflet de ma vrai personnalité.

Encore une fois désolé si c’est décousu ou peu cohérent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeDim 10 Nov 2019, 22:12

Qu'est-ce qui te semble être en accord avec le profil INFJ chez toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Mamy Mougeot
Aucun rang assigné
Mamy Mougeot

Type : INTP d'obédience crustacée
Age : 39
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 1113

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeLun 11 Nov 2019, 11:12

@Yann56 a écrit:
Je vais essayer de détailler la façon dont je fonctionne. D’avance, je préviens c’est sans doute assez décousu et pas forcément très cohérent dans la structure de ce qui suit.
Décousu et pas cohérent pour nous ou pour toi?
Comment as-tu choisi les infos que tu as données ici?

@Yann56 a écrit:
Il y a environ une dizaine d’années, j’étais étudiant, j’ai eu comme une sorte de « crise d’identité » avec cette question récurrente, "mais qui suis-je" et "pourquoi je me sens si à part ?"
Très frontalement, on dirait que c'est du Fi (ou Ti qui a cet aspect de recherche identitaire). Mais tu parles de zèbre, et ce genre de quête de soi et de sentiment de décalage font visiblement partie du cadre, autant de pas baser une conclusion hâtive sur ce point-là...

Pareil, l'ensemble de tes messages "ont un goût de Fi", mais je trouve aussi des pistes de Fe, je ne mettrais pas INFJ totalement de côté. Notamment cette recherche d'espèce de "synchronisation relationnelle" avec les gens que tu mentionnes à plusieurs reprises sous différents aspects...

Est-ce que tu as approfondi le modèle avec les fonctions?
Une des grandes différences entre INFP et INFJ, en plus d'utiliser des fonctions d'orientations i/e différentes, c'est que l'un aura de la difficulté à articuler et équilibrer ses fonctions de jugement, et l'autre ses fonctions de perception.
INFP = Fi-Ne-Si-Te --> OK pour jongler entre les concepts/possibilités/globalité et les faits/détails, mais c'est plus dur d'allier son propre jugement interne (valeurs qui nous définissent) et la façon dont le monde fonctionne.
INFJ = Ni-Fe-Ti-Se --> OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.
Tu as de quoi trancher sur cette question ou pas encore?

J'attends ta réponse pour la suite de l'investigation What a Face

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeLun 11 Nov 2019, 15:00

Kers a écrit:
Qu'est-ce qui te semble être en accord avec le profil  INFJ chez toi ?

Je maîtrise encore mal les différentes fonctions cognitives. Je vais plutôt détailler selon les différentes descriptions que j'ai pu trouver.


Dans ma compréhension, encore une fois c'est encore assez nouveau pour moi, les INFP ont une vie intérieure intense et assez peu tournés vers l’extérieur et la recherche de liens sociaux. Les INFJ ont "sont douées pour se lier aux autres mais savent apprécier la solitude". C'est en effet le cas, j'apprécie tout autant rester chez moi, que de sortir voir des amis et de garder longtemps le lien même avec des personnes que je ne vois pas souvent.
nospensees.fr/personnalite-infj-plus-particuliere-selon-carl-jung


Citation :
Au niveau professionnel, ces personnes font toujours preuve d’indépendance, d’une orientation claire vers leurs objectifs
Les INFP ont besoin d'avoir un champ de possibilités ouvert, ce qui pour moi est plutôt source de stress quand je n'ai pas de ligne directrice et trop de possibilités dans mes objectifs. Dans mon parcours j'ai toujours eu des objectifs pour avancer, en BEP je souhaitais aller en BTS. Apres mon BTS j'ai fait un master en Commerce car je souhaitais travailler au siège d'un constructeur. Et j'avais une ligne directrice pour y arriver et je m'y suis tenu, et gardé ma motivation coûte que coûte, même dans les moments difficiles.

L'INFP semble plus à même de fournir un soutien émotionnel, tandis que l'INFJ plutôt des conseils. J'ai généralement cette faculté de pouvoir déceler le potentiel latent chez les gens et les axes d'amélioration. C'est à dire déceler et comprendre les points bloquants qui les bloquent ou les ralentissent dans l'exploitation de ce potentiel. Je n'en parle pas en frontal, car on chemine à son propre rythme, mais cela passe par des petites graines que je sème ci-et là pour amener la personne à prendre conscience par elle même.


Citation :
L’intuition – tout court - consiste à récolter des informations du monde extérieur et à chercher les connexions entre ces éléments. Elle fait ainsi émerger de nouvelles idées grâce à ces interactions multiples, ce qui permet au sujet de faire fonctionner son imagination et trouver des solutions originales aux problèmes. La spécificité de l’intuition introvertie (Ni) par rapport à l’intuition extravertie (Ne), est son caractère convergent : elle cherche non pas à dégager un maximum de possibilités au gré du hasard ou des envies, mais à dégager la possibilité qui a le plus de chance d’aboutir.

Durant mon parcours pro en entreprise et actuellement lors de ma création d'activité, j'ai eu des idées assez "novatrices" ou "orignales" en associant deux secteurs d'activités, pour résultat gagnant-gagnant entre les deux parties. Ces idées émergent dans mon esprit, puis vient la construction d'une ligne conductrice pour vérifier la pertinence de cette idée, vérifier qu'elle est intéressante pour les deux parties et mettre en place un plan pour rendre cette idée concrète.

Citation :
Mais une fois entrés dans la vie active, supporter les idéologies opposées ou les restrictions du monde du travail ne leur posent pas de soucis notables, par rapport aux INFP.
C'est en effet le cas.

Globalement ce qui est décrit sur ce site me parle assez :
antredelachouette.blogspot.com/2016/05/ne-tirez-pas-sur-linfj.html

A contrario, ce qui est noté ici ne me parle pas, ou pas tout à fait :
16-types.fr/types/INFP/infp-08-faiblesses.html

Citation :
Les INFJs ont une vision étrange des gens et des situations. Ils obtiennent des «sentiments» sur les choses et les comprennent intuitivement. Dans des cas extrêmes, certains INFJs témoignent d'expériences de nature psychique, telles que par exemple des pressentiments forts sur l'existence d'un problème avec un être cher, avant de découvrir plus tard qu'ils étaient effectivement dans un accident de voiture.

Je l'ai déja vécu deux-trois fois pour des choses matériels, une intuition, un ressenti très fort, sur des événements qui se sont avérés exactes.
dividendes.ch/infj-le-protecteur/

Je vais arrêter ici la description des éléments qui me font penser INFJ pour éviter que ce soit trop long.


Dernière édition par Yann56 le Lun 11 Nov 2019, 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeLun 11 Nov 2019, 16:39

@Mamy Mougeot a écrit:
@Yann56 a écrit:
Je vais essayer de détailler la façon dont je fonctionne. D’avance, je préviens c’est sans doute assez décousu et pas forcément très cohérent dans la structure de ce qui suit.  
Décousu et pas cohérent pour nous ou pour toi?
Comment as-tu choisi les infos que tu as données ici?

@Yann56 a écrit:
Il y a environ une dizaine d’années, j’étais étudiant, j’ai eu comme une sorte de « crise d’identité » avec cette question récurrente, "mais qui suis-je" et "pourquoi je me sens si à part ?"
Très frontalement, on dirait que c'est du Fi (ou Ti qui a cet aspect de recherche identitaire). Mais tu parles de zèbre, et ce genre de quête de soi et de sentiment de décalage font visiblement partie du cadre, autant de pas baser une conclusion hâtive sur ce point-là...

Pareil, l'ensemble de tes messages "ont un goût de Fi", mais je trouve aussi des pistes de Fe, je ne mettrais pas INFJ totalement de côté. Notamment cette recherche d'espèce de "synchronisation relationnelle" avec les gens que tu mentionnes à plusieurs reprises sous différents aspects...

Est-ce que tu as approfondi le modèle avec les fonctions?
Une des grandes différences entre INFP et INFJ, en plus d'utiliser des fonctions d'orientations i/e différentes, c'est que l'un aura de la difficulté à articuler et équilibrer ses fonctions de jugement, et l'autre ses fonctions de perception.
INFP = Fi-Ne-Si-Te --> OK pour jongler entre les concepts/possibilités/globalité et les faits/détails, mais c'est plus dur d'allier son propre jugement interne (valeurs qui nous définissent) et la façon dont le monde fonctionne.
INFJ = Ni-Fe-Ti-Se --> OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.
Tu as de quoi trancher sur cette question ou pas encore?

J'attends ta réponse pour la suite de l'investigation What a Face  


Bonjour,

J'ai répondu à Kers juste au dessus, peut-être que cela te donnera aussi des éléments d’investigation.

Citation :
Décousu et pas cohérent pour nous ou pour toi?
Comment as-tu choisi les infos que tu as données ici?

Cohérent pour moi, mais très décousu et pas structuré.
Je les aient écrites selon comment elles me venaient. Elles m'ont parues pertinentes pour la détermination et l'orientation de mon type. Il aurait fallu que je prenne le temps de construire une ligne directrice ce que je n'ai pas fait rendant mon récit décousu dans la construction de sa structure.

C'est une conscientisation de l'inconscient, et l'accès à ce dernier est assez complexe à poser, synthétiser et structurer

Citation :
Est-ce que tu as approfondi le modèle avec les fonctions?
Une des grandes différences entre INFP et INFJ, en plus d'utiliser des fonctions d'orientations i/e différentes, c'est que l'un aura de la difficulté à articuler et équilibrer ses fonctions de jugement, et l'autre ses fonctions de perception.
INFP = Fi-Ne-Si-Te --> OK pour jongler entre les concepts/possibilités/globalité et les faits/détails, mais c'est plus dur d'allier son propre jugement interne (valeurs qui nous définissent) et la façon dont le monde fonctionne.
INFJ = Ni-Fe-Ti-Se --> OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.
Tu as de quoi trancher sur cette question ou pas encore?

Pour le moment je manque de connaissances pour l’interprétation des différentes fonctions car c'est assez nouveau pour moi.

Citation :
Mais tu parles de zèbre,
En effet, je m'étais assez reconnu sur certains aspects. Mais le zèbre semble être très dans l'intellect, dans l'exploration des possibilités. De mon coté j'ai besoin d'agir, de mettre en pratique concrètement les plans que j'ai élaborés. Je ne me vois pas faire des plans alors qu'il n'y a aucune application pratique derrière. (sauf si je m'ennuie beaucoup !)

Il y a quelque temps, une personne m'a dit quelque chose qui m'avait interpellé : "il y a une différence flagrante entre la perception que vous avez de vous même, du monde et de la réalité. Et aussi il y a une différence très nette entre ce que vous faite et ce que vous seriez capable de faire".
C'est en décortiquant mon parcours et en le mettant en parallèle avec cette phrase que cela m'a paru assez vrai.

L'introspection que je vis et l’interprétation de mon parcours m'a permis de retrouver et révéler mon identité profonde, c'est à dire celui que j'étais avant les divers événements de mon histoire. Et de devenir celui que je suis (ou aurait du être si je n'avais pas vécu cela) au fur et à mesure de cette introspection.

Dans ma jeunesse, j'étais un introverti tourné vers l’extérieur. C'est à dire que je vivais bien mes moments de solitudes et appréciait aussi les moments avec mes camarades ou en groupe. Avec toutefois une légère dominante introverti car pas tout à fait à l'aise en groupe. Mais même petit j'avais cette capacité à agir et à sortir de cette zone de confort par petites touches mais très régulières, me permettant de gagner en assurance et en expérience par moi même.

Cependant, alors que j'aurai du être valorisé dans mes petites réussites personnelles sur moi même et mes sorties de zones de confort régulières, le contexte familiale m'a apporté, à des étapes clés de ma construction, une déconstruction de mes petites réussites en pointant uniquement mes défauts.
C'est raison de ces facteurs extérieurs que je me suis en quelque sorte renfermé en me construisant avec la conviction que je n'avais uniquement que des défauts et aucunes qualités entraînant une estime et une confiance en moi inexistante.

J'ai avancé avec cette image de moi et de mes capacités, jusqu’à ce que je me rende compte consciemment que ce n'était que des illusions, entraînant un écroulement de mon système de pensés.

Au final, ces événements familiaux ont parasités la construction du "moi" et du "je". Je sais aussi que je me serai bien mieux construit par moi même sans ces événements. Car j'ai toujours été du genre à analyser et à évaluer une situation avant de me lancer. C'est à dire que j'avais besoin d'évaluer mon environnement avant de m'y intégrer, et une fois que je m'y intégrais je prenais le temps de me retirer pour analyser ce que cela m'avait procuré pour apporter des ajustements. Pour illustrer : quand j'étais jeune, avant d'aller dans un groupe j'observais pour savoir qui est qui, qui fait quoi, comment ils interagissent entre-eux, pour en quelque sorte anticiper, m'ajuster et m'intégrer facilement sans accrocs. S'il y avait un accroc ou quelque chose, je me mettais en retrait pour comprendre ce qui m'avait amené à cet accroc ou situation pour m'ajuster à nouveau pour éviter de vivre à nouveau cette situation, progresser par moi même et de me lancer à nouveau dans le groupe ou dans un autre groupe d'enfants etc.

Voilà en quelque sorte m'a façon d'être au naturel. Ce que mon contexte familiale m'a apporté c'est de ne voir en moi que des défauts, une recherche perpétuels de ceux ci en moi (de manière inconsciente), une destruction de mon système d'introspection / extraversion pour progresser. Cela m'a amené un énorme manque de confiance en moi qui m'a empêché d'avancer sereinement.

Quand on manque de confiance on ne voit que le négatif, les défauts, ce qui ne marche pas, d'où à un moment la mise ne lumière entre ce que je pensais de moi et ce que mon parcours et les autres me renvoyaient.
Exemple concret : dans l'une des questions des test il est évoqué l'importance des sentiments des autres pour la prise de décision. De prime abord, je serai tenté de mettre une importance moyenne à élevé, cependant, si je me penche sur mon parcours, lors de prise de décision, le sentiment de autres n'a pas été un critère qui a eu du poids, me focalisant plutôt sur le rationnel.

En creusant un peu je pense que sur cette question, que je prenais en compte l'importance des sentiments des autres pour avoir l'approbation et éviter le rejet (faux self) alors qu'en fait en général je prends en compte plutôt des faits plus rationnels (le moi).  

Citation :
la tendance des INFP à ne retenir et ne percevoir que ce qui les conforte dans leur opinion.
C'est lors de ma prise de conscience que j'ai pu voir le décalage entre mon opinion négative alimentée régulièrement jusqu'à la fin du collège et constater que cette négativité n'était pas vrai mais une perception biaisée par des filtres inconscient engendrés par des expérience négatives passées

Citation :
Très frontalement, on dirait que c'est du Fi (ou Ti qui a cet aspect de recherche identitaire). Mais tu parles de zèbre, et ce genre de quête de soi et de sentiment de décalage font visiblement partie du cadre, autant de pas baser une conclusion hâtive sur ce point-là...

Je ne me sent pas spécialement décalé par rapport aux autres quand je les cotoie. Certes je suis timide, mais je comprends bien les échanges et "jeux" sociaux et y participe volontiers, à dose assez égale que mes moments seul. En cas de déséquilibre, par exemple trop de sorties par rapport aux moments où je suis seul, entraîne une fatigue et un décalage. 

La difficulté que j'éprouve c'est de faire le tri entre mon identité profonde et le personnage que je me suis construit au fur et à mesure des expériences.

C'est peut être encore un peu tôt pour me déterminer un type, mais de ce que je vois ci et là, l'INFJ semble me correspondre.


Dernière édition par Yann56 le Lun 11 Nov 2019, 17:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeLun 11 Nov 2019, 17:03

Ce que tu dis est très analytique, très recherché. Ni dom (INXJ), n'est pas à écarter.

Ce que du dit (concernant ton plan de carrière, ton métier etc) peut très bien convenir à un Te-Fi.
Quid du type INTJ ?
Revenir en haut Aller en bas
homo sapiens
Aucun rang assigné
homo sapiens

Type : team ISTJ cool ... or maybe ISFJ ...
Age : 33
Lieu : Quelque part dans le Monde de Sophie, à moins que ce ne soit en haut d'un acacia, ou bien dans un intron
Emploi : à revoir
Inscription : 20/04/2019
Messages : 137

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeLun 11 Nov 2019, 19:18

Hello Yann,

On a envie de regarder du côté de l'INTJ comme dit Kers, mais d'un autre côté ça fait beaucoup de récit et de références au passé pour un INTJ.

Cette phrase : "il y a une différence flagrante entre la perception que vous avez de vous même, du monde et de la réalité." me semble importante. A quelle occasion et pourquoi t'a t on dit cela ?

La question de Mamy concernant l'axe "équilibré" et l'axe "déséquilibré" me semble très pertinente à ce moment !

(Je n'écarterais pas un Si bien placé)

A vous les studios Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeLun 11 Nov 2019, 20:07

Kers a écrit:
Ce que tu dis est très analytique, très recherché. Ni dom (INXJ), n'est pas à écarter.

Ce que du dit (concernant ton plan de carrière, ton métier etc) peut très bien convenir à un Te-Fi.
Quid du type INTJ ?

C'est un résultat qui est parfois sorti. Je n'ai pas creusé de ce coté pour le moment.




Citation :
Hello Yann,

On a envie de regarder du côté de l'INTJ comme dit Kers, mais d'un autre côté ça fait beaucoup de récit et de références au passé pour un INTJ.

Cette phrase : "il y a une différence flagrante entre la perception que vous avez de vous même, du monde et de la réalité." me semble importante. A quelle occasion et pourquoi t'a t on dit cela ?

La question de Mamy concernant l'axe "équilibré" et l'axe "déséquilibré" me semble très pertinente à ce moment !

(Je n'écarterais pas un Si bien placé)

A vous les studios Smile

Salut,

J'évoque beaucoup le passé, car je suis en pleine compréhension de mon histoire et aussi car pour envisager l'avenir sereinement, il faut être bien dans son présent, et que pour être bien dans son présent il est important de de faire la "paix" avec son passé son histoire. Et ainsi faire le tri entre ses conditionnements, ses pensées limitantes parfois anciennes, et ce qui est en accord avec son soi.
Je suis naturellement tourné vers l'avenir, plutôt que sur le passé ou même le présent. Sauf que depuis que cette introspection à commencée c'est l'inverse : peu de projection sur l'avenir (ou alors sur du court-moyen terme), et pas mal de revisite du passé. Non pas pour ruminer inlassablement, mais pour mieux repartir sur des bases nouvelles. En gros reculer pour mieux sauter !

Par rapport à la phrase que tu évoques, c'est pendant mes études de master, il y avait un cours sur le développement personnel. Nous faisions des ateliers en groupe sur diverses thématiques. Pendant ces ateliers il nous observait et intervenait pour échanger. C'est à la fin des exercices qu'il m'a dit cela, que j'avais un beau potentiel inexploité.
Par extension, je dirai même que c'est ce que l'on me dit souvent : mes responsables lors des entretiens individuels, mes amis, mes proches.

Objectivement, mon parcours pro n'est pas si dégueu, je suis toujours de l'avant pour vérifier par moi même et me prouver (ou prouver à certains) que j'étais pas si nul (essentiellement de manière inconsciente).
Au final, j'ai atteints les objectifs que je m'étais fixés, mais j'ai toujours du mal à me défaire de ce manque de confiance en moi qui me bloque.

Comme je disais un peu plus haut c'est la compréhension de certains mécanismes inconscients qui ont fait que je n'ai pas su gagner en confiance au fur et à mesure de mon avancement en valorisant mes petites victoires sur moi même comme je l'aurai du.

Je vais m’intéresser aux fonctions cognitives pour en savoir un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamy Mougeot
Aucun rang assigné
Mamy Mougeot

Type : INTP d'obédience crustacée
Age : 39
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 1113

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeMer 13 Nov 2019, 11:31

Yann56, j'entends, j'entends... tu n'as pas encore étudié les fonctions, mais as-tu une réponse pour les traductions en gras à ma question précédente?

Mamy Mougeot, plus haut a écrit:
Une des grandes différences entre INFP et INFJ, en plus d'utiliser des fonctions d'orientations i/e différentes, c'est que l'un aura de la difficulté à articuler et équilibrer ses fonctions de jugement, et l'autre ses fonctions de perception.
INFP = Fi-Ne-Si-Te --> OK pour jongler entre les concepts/possibilités/globalité et les faits/détails, mais c'est plus dur d'allier son propre jugement interne (valeurs qui nous définissent) et la façon dont le monde fonctionne.
INFJ = Ni-Fe-Ti-Se --> OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.

Perso, je ne vois pas trop l'IxTJ... je vois un F trop bien placé pour être seulement en tertiaire. Et j'ai plutôt l'impression d'un axe Fe-Ti, mais ça reste une impression.

Par contre, Yann, en plus de te pencher sur les fonctions, tu pourrais te renseigner sur l'intro/extraversion dans les définition jungiennes (et qui ont aussi rapport avec l'orientation i/e des fonctions)... D'ailleurs, je trouve que ton ratio de presque 1:1 ("je comprends bien les échanges et "jeux" sociaux et y participe volontiers, à dose assez égale que mes moments seul") est très haut pour un introverti + type 5. A creuser. (Pour exemple comparatif, je dois être à un ratio de 1:4, et c'est parce que je mobilise mon Fe à mort pour le moment).

@Yann56 a écrit:
La difficulté que j'éprouve c'est de faire le tri entre mon identité profonde et le personnage que je me suis construit au fur et à mesure des expériences.
Ton "personnage", c'est l'interface qui te permet quoi? De faire face aux demandes des gens, de la société? C'est ce que tu as utilisé jusqu'ici par facilité?

Est-ce que c'est plus problématique chez toi de faire la part des choses entre ton identité profonde et le personnage, ou entre ta perception des choses et la réalité? (c'est une reformulation de la première question, mais avec un glissement significatif, si tu veux bien répondre vraiment aux deux, ça pourrait aider à démêler un peu).

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeMer 13 Nov 2019, 13:49

@Mamy Mougeot a écrit:
Yann56, j'entends, j'entends... tu n'as pas encore étudié les fonctions, mais as-tu une réponse pour les traductions en gras à ma question précédente?

Mamy Mougeot, plus haut a écrit:
Une des grandes différences entre INFP et INFJ, en plus d'utiliser des fonctions d'orientations i/e différentes, c'est que l'un aura de la difficulté à articuler et équilibrer ses fonctions de jugement, et l'autre ses fonctions de perception.
INFP = Fi-Ne-Si-Te --> OK pour jongler entre les concepts/possibilités/globalité et les faits/détails, mais c'est plus dur d'allier son propre jugement interne (valeurs qui nous définissent) et la façon dont le monde fonctionne.
INFJ = Ni-Fe-Ti-Se --> OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.

Perso, je ne vois pas trop l'IxTJ... je vois un F trop bien placé pour être seulement en tertiaire. Et j'ai plutôt l'impression d'un axe Fe-Ti, mais ça reste une impression.

Par contre, Yann, en plus de te pencher sur les fonctions, tu pourrais te renseigner sur l'intro/extraversion dans les définition jungiennes (et qui ont aussi rapport avec l'orientation i/e des fonctions)... D'ailleurs, je trouve que ton ratio de presque 1:1 ("je comprends bien les échanges et "jeux" sociaux et y participe volontiers, à dose assez égale que mes moments seul") est très haut pour un introverti + type 5. A creuser. (Pour exemple comparatif, je dois être à un ratio de 1:4, et c'est parce que je mobilise mon Fe à mort pour le moment).

@Yann56 a écrit:
La difficulté que j'éprouve c'est de faire le tri entre mon identité profonde et le personnage que je me suis construit au fur et à mesure des expériences.
Ton "personnage", c'est l'interface qui te permet quoi? De faire face aux demandes des gens, de la société? C'est ce que tu as utilisé jusqu'ici par facilité?

Est-ce que c'est plus problématique chez toi de faire la part des choses entre ton identité profonde et le personnage, ou entre ta perception des choses et la réalité? (c'est une reformulation de la première question, mais avec un glissement significatif, si tu veux bien répondre vraiment aux deux, ça pourrait aider à démêler un peu).


Bonjour, Mamy Mougeot,


Citation :
INFJ = Ni-Fe-Ti-Se -->[b] OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.

Cela me parle plus que l'autre phrase. Notamment le concret par rapport à l'idée qui en est fait en amont.

Citation :
Par contre, Yann, en plus de te pencher sur les fonctions, tu pourrais te renseigner sur l'intro/extraversion dans les définition jungiennes (et qui ont aussi rapport avec l'orientation i/e des fonctions)... D'ailleurs, je trouve que ton ratio de presque 1:1 ("je comprends bien les échanges et "jeux" sociaux et y participe volontiers, à dose assez égale que mes moments seul") est très haut pour un introverti + type 5. A creuser. (Pour exemple comparatif, je dois être à un ratio de 1:4, et c'est parce que je mobilise mon Fe à mort pour le moment).

Je vais creuser ces aspects.

Pour ce qui est des "jeux" sociaux, je souhaite préciser que j'apprécie d'y participer seulement quand j'en ai envi, c'est à dire que la mise en action vient de moi car mes batteries sont suffisamment chargées. Si elles sont chargées, bien que réservé, j'aime le contact social (sortir, voir du monde, aller dans la foule), mais j'ai besoin ensuite de revenir à la base pour me recharger. Si je sort alors que mes batteries sont déchargé, c'est difficile pour moi, cela m'épuise encore plus que je ne le suis déjà et j'éprouve aucun plaisir et peu à ce moment là paraitre décalé, à part, "bizarre" !

Citation :
Ton "personnage", c'est l'interface qui te permet quoi? De faire face aux demandes des gens, de la société? C'est ce que tu as utilisé jusqu'ici par facilité?

Même si je n'aime pas en parler, la description de mon parcours et du contexte familiale permettra de mieux comprendre la construction de ce personnage.
Je suis enfant unique elevée par ma mère. Je n'ai pas beaucoup connu mon père (il vit sur un autre continent), je l'ai vu à des des moments clés de ma vie : à mes deux ans, 8 ans, 14 ans, 24 ans. Pendant longtemps je ne me suis pas positionné par rapport à lui car il y avait quelque chose que j'avais du mal à comprendre chez lui.

Étonnamment, mon introspection à commencé quelques mois avant que je sache qu'il revenait en France pour un séjour.

En creusant, en essayant de me rappeler mon histoire, j'ai compris qu'il était PN. Pour synthétiser c'est "je suis content de te connaitre, mais tu restes surtout insignifiant et remplis de défauts qui j'espère seront corrigés" (mes 8 ans), à 14 ans, je suis allé le voir (à l'étranger donc car ce sont aussi mes racines), et en public c'est "voila mon fils il est top, je suis fier de lui", et en privé c'est "je t'invite chez moi et tu me fous la honte, t'es une putain de déception, impossible que je puisse avoir un fils comme ça". Au collège, comme je l'évoquais dans mon premier poste, j'avais des lacunes et aussi en gros surpoids (quand le mal être et là, on compense...).


Bien entendu, je force le trait car la manipulation est très subtile, comme tout PN. Mais cela à détruit celui que j'étais et à biaisé la perception du "moi" à travers l'autre dans toutes mes interactions par la suite.

Ces visites au milieu de l'enfance (que je vivais bien) et à l'adolescence que je vivais deja pas très bien (décès dans la famille + surpoids + lacunes + déménagement dans une nouvelle ville dans un collège avec une population pas très "cool") ont fait que je me suis façonné un personnage pour être "acceptable" et accepté (d'où le manque de confiance en moi).

A mes 24 ans lors de sa dernière visite, quand j'ai su qu'il venait en France, ma position était "???", en raison (je l'ai compris par la suite) des signaux contradictoires envoyés par celui-ci précédemment. C'est à cette période que j'ai eu comme une sorte de dépression (ou nuit noir de l’âme) : mon "identité profonde" se manifestait pour en quelque sorte reprendre sa place. Je vécu cela comme la construction d'un puzzle dont on ne connait pas le dessin, ni le nombre de pieces.

Citation :
Est-ce que c'est plus problématique chez toi de faire la part des choses entre ton identité profonde et le personnage, ou entre ta perception des choses et la réalité? (c'est une reformulation de la première question, mais avec un glissement significatif, si tu veux bien répondre vraiment aux deux, ça pourrait aider à démêler un peu).


Désormais, bien qu'encore un peu flou, le puzzle est suffisamment établis pour que j'arrive à discerner les contours du "moi", du faux self. Cependant, pour dissocier les deux aspects, je dois prendre un peu de temps pour faire la part des choses et faire preuve de discernement.

Citation :
entre ta perception des choses et la réalité?
Cela m'est venue brutalement (je l'évoque plus haut) car j'étais aussi la tête "dans le guidon" (ou peut être était-ce une fuite en avant ?).
C'est mon parcours à partir du BEP jusqu'au master, et surtout la perception objective de celui-ci, qui m'a permis de me rendre compte que la perception que j'avais des choses étaient biaisée ce qui m'a amené à m'interroger sur le "pourquoi ?" de ce décalage.

D'où la revisite de mon histoire. La compréhension de celle-ci m'a amener à découvrir le mécanisme de la création du faux self et la redécouverte du "moi".

Je suis en création d'activité et la manière dont j'appréhende ce projet me donne quelques pistes pour mieux définir les différentes fonctions et mon type.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamy Mougeot
Aucun rang assigné
Mamy Mougeot

Type : INTP d'obédience crustacée
Age : 39
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 1113

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeMer 13 Nov 2019, 15:45

Yann,

Tu ne réponds toujours pas clairement à toutes mes questions Solennel Cela dit, la façon dont tu exprimes tes idées me fait penser que, contrairement à:
Citation :
OK pour jongler entre les raisons "rationnelles et irrationnelles" qui poussent les gens à agir, mais c'est plus dur d'allier la réalité concrète et l'idée qu'on s'en fait.
tu manies plutôt bien les faits et leur interprétation.
Ex:
Citation :
je l'ai vu à des des moments clés de ma vie : à mes deux ans, 8 ans, 14 ans, 24 ans
Tu précises ce qui doit l'être, tu illustres par des exemples... Tu dis toi-même que:
Citation :
la description de mon parcours et du contexte familiale permettra de mieux comprendre la construction de ce personnage.
Ça m'évoque un axe de perception (S-N/N-S) médian, et pas le Ni-dom.

... Tout ça alors que la question de ton identité et son émergence/construction face à un faux-self bien implanté me semble plus problématique. Dans l'approche Objective Typing (https://mbti.forumactif.fr/t4634-approche-objective-personality-typing), on dirait que tu es un décideur:

OT a écrit:
- Décideurs (IxxP et ExxJ), qui ont au milieu leurs 2 fonctions d'observation (OO = double observateur) - Gèrent calmement tout ce qui est chaos et organisation MAIS ont du mal à gérer leur identité face aux autres
*IxxP: se construit soi-même pour impacter les autres
*ExxJ: impacte les autres pour pouvoir se respecter lui-même

plutôt qu'un observateur:
OT a écrit:
- Observateurs (ExxP et IxxJ), qui ont au milieu leurs 2 fonctions de décision (DD = double décideur) - Gèrent calmement tout ce qui est problème d'identité face aux autres MAIS ont du mal avec la gestion du chaos et de l'organisation:
*IxxJ: sur-organise les informations déjà connues ET est lent à amasser de nouvelles informations
*ExxP: amasse trop d'informations ET est trop lent à les organiser

Chaque fois que tu as parlé des divergences entre "ta perception et la réalité", c'était concernant ton identité, en fait.
Peut-être que si tu nous disais comment tu envisages d'autres choses, comme ton projet de reconversion (en laissant un peu de côté cette question identitaire) ou la façon dont tu décides de tes vacances, par exemple, ça pourrait aider Cyclope:

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeMer 13 Nov 2019, 17:44

Citation :
Tu ne réponds toujours pas clairement à toutes mes questions Solennel

Désolé si c'est encore confu et incomplet, c'est la première fois que je pose vraiment les choses. Merci pour tes axes d'investigation (et merci aux autres).

Citation :
Chaque fois que tu as parlé des divergences entre "ta perception et la réalité", c'était concernant ton identité, en fait.

En effet, c'est aussi au fur et à mesure que je pose les choses ici que je m'en rends compte, d'où certainement le manque de structure dans mon premier message.

On se construit une identité en fonction de ce que les autres nous renvoi. Si on nous renvoi quelque chose de négatif ou d'incohérent cette construction identitaire conduit à une difficulté flagrante à se positionner dans le monde.
Je me suis construit avec une idée (très négative) de moi même qui n'est objectivement pas vrai (C'est la revisite objectif de mon histoire qui m'a permis de m'en rendre compte).

Citation :
ou entre ta perception des choses et la réalité?

Mon discours peut être assez confus car j'ai du mal à poser mon idée, la synthétiser, l'articuler de manière structurée, mais je pense que je suis plutôt "réaliste", c'est à dire que ma perception des choses, reste "objective". J'ai la "tête sur les épaules" pour évaluer un fait et l’interpréter. Même perdu dans mes pensées, je ne fais pas de "plans sur la comètes" inaccessibles que je tente de rendre réalisable. Quand je me projette (ou me projetais) dans le futur, j'ai toujours eu des objectifs accessibles et "réalistes".
En résumé je ne suis pas du genre "je me lance et on verra", avant toute action, je pose toujours le "pourquoi je me lance", "est-ce réalisable" et "quels moyens ai-je besoin pour arriver à l'objectif".

Citation :
Peut-être que si tu nous disais comment tu envisages d'autres choses, comme ton projet de reconversion (en laissant un peu de côté cette question identitaire) ou la façon dont tu décides de tes vacances, par exemple, ça pourrait aider Cyclope:

Par rapport au projet voici le contexte général :
L'idée provient d'un ami que je connais depuis longtemps. Il m'a soumis son idée de création d'activité. C'est un secteur qui le "passionne". Pour ma part, je n'ai pas vraiment d'affinité avec le produit.
Il m'a expliqué la démarche, toutefois étant donné que tout est nouveau pour moi je suis très prudent.
Avant de prendre toute décision j'ai étudié "à fond" le marché et voir comment notre offre pouvait être pertinente, intéressante et s'insérer dans ce marché. Cela a passé par la construction de différents outils pour que je puisse faire mes calculs et comparer les résultats avec la réalité.
Au bout d'un certains temps, après avoir étudier le projet dans les détails (calcul de rentabilité, concurrence, positionnement, attractivité ... etc), j'avais suffisamment d’éléments pour pouvoir dire "c'est ok", le projet tient la route et je me lance.

Je me suis lancé en raison de ce que je viens d'énumérer, mais aussi car j'avais besoin de changer de secteur d'activité (j'ai fait le tour du secteur auto et je ne voyais pas qu'est-ce que je pouvais encore découvrir qui puisse m’intéresser), j'ai aussi besoin d'autonomie dans le travail (faire par moi même sans que l'on me dise quoi faire) et aussi parce que j'ai des idées que je souhaite expérimenter (notamment ce que j'ai expliqué plus tôt, le fait d'associer deux secteurs d'activité dans une approche gagnant-gagnant car j'y voit un potentiel important).

Par rapport au vacances !
Généralement, je regarde en amont les choses à visiter et à voir. Une vois sur place je suis mon plan tout en me laissant une grande liberté de changer s'il y a autre chose à faire de plus intéressant.

Si je me réfère à ce qu'il y a ici, c'est assez équilibré entre le deux :
16-types.fr/modele/modele-MBTI-2-sensation-intuition.html

Cela rejoint un peu ce que j'énumère au dessus, je suis de nature à me projeter sur le futur d'où le coté confus dans le discours, j'apprécie de faire de nouvelle chose, je n'aime pas la routine (ou un minimum quand même), J'aime acquérir de nouvelle compétences, voir les possibilités, et le coté relativement prévoyant. Cependant avant de décider quoique ce soit, j'ai besoin de m'attacher au faits, avec une approche connue pour valider ou non les nouvelles possibilités énumérées au dessus, je suis assez réaliste dans l'approche.

Pour résumer, il y a mon coté "N" qui me pousse à aller de l'avant, me projeter dans le future et à tenter de nouvelles choses et mon coté "S" qui détermine la prise de décision finale. (dans le professionnel)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
homo sapiens
Aucun rang assigné
homo sapiens

Type : team ISTJ cool ... or maybe ISFJ ...
Age : 33
Lieu : Quelque part dans le Monde de Sophie, à moins que ce ne soit en haut d'un acacia, ou bien dans un intron
Emploi : à revoir
Inscription : 20/04/2019
Messages : 137

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeMer 13 Nov 2019, 18:50

Hello Yann,

A ce stade, c'est vrai qu'on penche pour l'IxxP dans l'OT comme le dit Mamy.

@Yann a écrit:
j'ai besoin de m'attacher au faits, avec une approche connue pour valider ou non les nouvelles possibilités énumérées au dessus, je suis assez réaliste dans l'approche.

Ca sonne Ne-Si

Est-ce qu'avec cet élément :

@Yann a écrit:
Mon discours peut être assez confus car j'ai du mal à poser mon idée, la synthétiser, l'articuler de manière structurée, mais je pense que je suis plutôt "réaliste", c'est à dire que ma perception des choses, reste "objective".


on ne verrait pas du Te-inf ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann56
Aucun rang assigné
Yann56

Type : !
Age : 35
Lieu : ici, et parfois là-bas
Inscription : 09/11/2019
Messages : 92

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeJeu 14 Nov 2019, 17:44

Bonjour,

Je me suis un peu penché sur les fonctions:

Pour l'intuition de prime abord je pencherai pour un Ni "Intiotion Introvertie" :
Citation :
Ils sont des visionnaires par excellence, des voyants et des rêveurs. Ils sont embarqués dans des explorations du monde intérieur et des possibilités de transformation intérieure. Ils peuvent suivre ces sentiers intérieurs par la voie des images et des idées et ils essaient toujours d'aller plus profondément et de trouver l'origine ultime et le but de leur Moi intérieur.
Cela me parle, mais je reconnais que ce Ni s'est sans doute renforcé depuis mon introspection pour mieux comprendre mon histoire.

Citation :
Il peut avoir un amour particulier des livres, car les livres permettent à son esprit de vagabonder pendant qu'il est confortablement pelotonné chez lui. Une intuition en déclenche une autre et il finit épuisé sans jamais s'être déplacé.

Cela me parle aussi, je ne suis pas un grand lecteur, mais quand cela m'arrive je m’arrête régulièrement car une phrase ou une idée déclenche en moi, l'envi d'aller en savoir plus, la développer en cherchant sur le net par exemple.

Citation :
Il n'est pas à l'aise dans les événements sociaux et plus le groupe est grand, plus il est gauche. Il éclot et devient vivant quand il y a juste une autre personne pour parler ; il est troublé par les foules et il est surtout mauvais quand il doit bavarder. Il ne fait pas une première bonne impression parce que toute l'action se déroule à l'intérieur et qu'il a besoin d'une atmosphère spéciale pour la faire sortir.
C'est le cas, je l'ai évoqué précédemment, plus le groupe est grand plus j'ai du mal. Ce fut assez flagrant lors des examens de fin d'année ou lors d'entretien d'embauche. Par contre, la foule ne me dérange pas spécialement. Pour le bavardage, il est vrai que je ne suis pas très doué, toutefois je pense que mon Ne et mes tentatives régulières m'ont permis d'y arriver sans trop de souci, jusqu'à un certain point. Je fais souvent bonne impression (objectivement), mais il est vrai qu'il me faut du temps pour que je me dévoile plus (ou que je me lache comme on me dit souvent). Encore une fois mon Ne m'a permis de réduire un peu ce temps.

Citation :
Il aime le calme et la solitude, pas de la façon dont la société pense aux introvertis maladifs, mais simplement parce qu'il a besoin de paix et de silence pour s'embarquer dans ses voyages intérieurs. Il n'est pas suffisant pour lui d'avoir juste une idée, il doit la développer et voir si elle pourra mûrir en une version plus profonde du concept original, ou si une nouvelle source d'intuition s'ouvrira à lui.
J'ai en effet besoin de paix et de temps pour moi. Les événements de mon histoire m'ont coupé de ce besoin , en me coupant de moi même, de mes ressentis (pour éviter de trop soufrir). Jusqu'à ce que mon "moi" n'en puisse plus et que je ne reconnaisse plus.
La dernière phrase me parle bien. Au travail, ou plus récemment avec mon projet de création d'entreprise, je fonctionne en faisant grandir une idée, un concept. Jusqu’à parfois en faire quelque chose d'assez conséquent au final. Cependant les idées, l'intuition qui arrivent par la suite, peuvent mettre un peu de temps à émerger, et quand cela se produit c'est de manière assez aléatoire (c'est ce que j'évoque dans mon premier poste)

Il y a des chose Ne qui me parle aussi:
Citation :
Extravertie sont orientés vers l'avenir.

Dans mon parcours j'ai toujours pensé à l'étape suivante, avec parfois du mal à vivre le moment présent. (mais peut être était-ce une fuite en avant)

Citation :
Leur iNtuition implique de se rendre compte qu'une autre vue est toujours possible. Ils peuvent écouter et comprendre l'argument d'un ami puis écouter l'opinion contradictoire d'un autre ami, et la comprendre également.

Généralement j'essai de comprendre le cheminement de la personne qui l'a amené à avoir telle ou telle opinion.

Par rapport aux sentiments,
Le Se Sentiment extraverti me parle assez :
Citation :
Cherche l'harmonie avec et entre les personnes du monde extérieur.
Citation :
Elle veut être en harmonie avec le monde qui l'entoure
Citation :
Son rapport aux autres ou aux objets de son environnement est son moteur le plus important
En général je m'adapte au groupe en m'y insérant tranquillement pour ne pas heurter ou modifier son fonctionnement, son équilibre.

Citation :
Elle a la capacité de concentrer son attention sur les personnes avec qui elle est et vous pouvez voir ses visiteurs s'ouvrir avec elle. Ils ont l'impression qu'ils peuvent montrer leurs propres sentiments en sa présence sans crainte d'être critiqués ou moqués. Ils comptent sur sa sympathie et ne sont pas déçus,
Malgré une certaine timidité, les gens s'ouvre à moi plutôt facilement. Je connais bien plus les autres que eux me connaissent. On m'a souvent dit que j'avais cette capacité a faire en sorte que les gens soit totalement eux même avec moi.

Citation :
C'est en effet leur processus Se qui est à l'œuvre dans les actions telles qu'être poli, agréable, sympathique, prévenant. Comme les rapports basés sur les sentiments sont si importants pour elle, elle est bouleversée quand les gens se disputent. Son but est d'atténuer les difficultés et d'éviter les sentiments agités.
Pareil ça me parle bien, le coté poli, agréable, sympathique. Je suis de nature naturellement sympathique, ouvert. Ce sont mes expériences négatives qui ont fait que je mets de la réserve avant de dévoiler quoique ce soit

Je me rends compte que mon histoire a eu une influence en ce qui concerne l'expression du Se :
Ci dessous du Si
Citation :
À cause de la direction de ses sentiments, une personne de ce type est souvent accusée de n'en avoir aucun.
Citation :
Il se déroule en elle tant d'activité intérieure qu'elle a tendance à garder son visage et son corps immobiles. Les gens omettent parfois ce type, ou sont rapides à le classifier comme lent.
J'ai par la suite "éteints", intériorisé l'expression de mes ressentis puisque l'on m'a "rembarré" lorsque ceux-ci étaient exprimés quand j'étais enfants & ado.
Citation :
Ce type essaie de se protéger contre une trop forte influence des objets extérieurs et détache ses sentiments



En ce qui concerne la pensée :
Si je me réfère aux mots donné par ce site : sites.google.com/site/mbtifrancophoneetfacile/les-fonctions-cognitives/description-des-fonctions
"En avant !" pour la pensé extraverti  &  "Pourquoi ?" pour la pensé introverti
Je dirai spontanément le "pourquoi" en premier et une fois que celui-ci est validé vient ensuite le "en avant".

Citation :
Le type Pensée Extravertie est logique et méthodique. Il est naturel pour lui de comprendre les idées et les faits dans le monde qui l'entoure et de créer un plan à partir d'eux, ou de les relier à un projet déjà existant. Dès qu'il a son plan, il peut être très efficace dans la réalisation des nombreuses opérations permettant de l'exécuter. Si sa voiture a une panne, au lieu d'agir avec impatience comme un type iNtuition Extravertie, il parcourt systématiquement sa check-list mentale des causes possibles, trouve calmement le problème et le résout
Je ne suis pas matheux (les lacunes précédemment évoquées), toutefois, dans mon parcours, et notamment quand j'étais dans le technique, j'avais une approche plutôt logique et méthodique, c'était un avantage pour les diagnostics par exemple...Mais cela me demandait un certain effort car tout me venais d'un bloc. C'est complet, mais sans structure !

Citation :
Il aime le défi. Dites-lui juste qu'il vaut mieux rester dans son lit un matin venteux d'hiver et il bondit et sort lutter contre les éléments.
Cela me parle aussi, notamment mon parcours qui ne s'est pas fait tout seul.

Citation :
Il peut devenir dur et pressé, et négliger son moi intérieur. C'est dans la région du Sentiment Introverti que cette négligence est alors la plus sévère. Il n'a pas de temps pour répondre à la question, « Comment est-ce que je me sens vraiment dans ma peau ? ». Il néglige alors sa santé, ses finances, ou sa vie personnelle pour essayer d'accomplir son plan, mais ses sentiments introvertis ne disparaîtront pas. Il est délicat et peut étonnamment être blessé très facilement.

Quand ses sentiments surgissent vraiment, ils prennent la forme d'une sentimentalité presque naïve : un petit chiot, une fleur, une histoire très tendre, peuvent apporter un tremblement à sa voix ou mouiller ses yeux. Mais ils peuvent aussi surgir dans une éruption de colère et de rage.

C'est ce que j'ai ressenti lorsque je me suis rendu compte de mes conditionnements du à mon histoire.

La pensée introvertie me parle plus
Citation :
La pensée introvertie examine une situation sous tous les aspects, cherche à résoudre des problèmes avec le minimum d'efforts et de risques.

Citation :
Il prend du plaisir dans la poursuite du développement ordonné de ses propres idées jusqu'à ce qu'il les ait transformées en un royaume logique.

Citation :
Sa conduite extérieure reflète souvent ce sens intérieur de l'ordre. Il peut être organisé, faire un plan pour la journée et s'y tenir.
Dans le monde du travail, étant donné que je suis assé désordonné, je me suis souvent construit des outils qui me permettent de m'ordonner efficacement.


Concernant la sensation, je pense être de  type Sensation Extravertie (Se) :
Bien que timide, je me rends compte que j'avais développé assez tôt mon "Se" dans mon enfance, en allant vers l’extérieur, en expérimentant, lorsque le contexte était sécurisant pour moi. Cela se produisait par petites touches régulières pour gagner peut à peut confiance. C'est cette capacité "Se" qui a été occultée ou réduite par les événements de mon histoire et qui m'a développé ce coté Si. Le Se s'est révélé par la suite de manière inconsciente très progressivement tout au long de mon parcours. D'où ce coté un peu "introverti extraverti".
Pour le coté Si :
Citation :
Ceci pourrait être vu comme la source de sentiments de mélancolie ou de nostalgie pour la façon dont les choses étaient.
Cela ne me parle pas, je suis en revisite du passé, mais je n'ai de mélancolie ou de nostalgie du passé.

Citation :
Parce que les stimuli externes ont un tel impact sur lui, il a besoin de rester dans sa maison, son bureau ou là où il passe son temps. La netteté est importante pour son confort psychique intérieur. Il est mal à l'aise dans les foules, d'abord parce qu'il est introverti et ensuite parce qu'il peut littéralement être submergé par les stimuli externes s'il y en a trop. Il doit savoir où sont les choses. Il prend aussi grand soin de ses affaires. Il les chérit, non seulement pour ce qu'elles sont, comme pour l'Extraverti, mais aussi pour la valeur ajoutée émotionnelle qu'elles ont pour lui.
La foule ne me dérange pas tellement, je ne prends pas spécialement soins de mes affaires (ou pas plus que nécessaire). Les stimuli exterieur peuvent à force m'épuiser (par ex si je fait trop de sorties, ou s'il y a trop de monde en Open Space au travail ou de bruit en ville.

Voilà une première étude par rapport aux différentes fonctions. Est-ce que cela pourrait correspondre au type INFJ ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
homo sapiens
Aucun rang assigné
homo sapiens

Type : team ISTJ cool ... or maybe ISFJ ...
Age : 33
Lieu : Quelque part dans le Monde de Sophie, à moins que ce ne soit en haut d'un acacia, ou bien dans un intron
Emploi : à revoir
Inscription : 20/04/2019
Messages : 137

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeJeu 14 Nov 2019, 22:41

Hi Yann,

Que de rebondissements.

Ces descriptions ne sont pas très discriminatives.
Alors
Ni : il faut la voir comme 1 fonction convergente. Il s'agit d'essorer l'idée ou le projet au max. Ca me fait penser à cette citation connue : extraire la substantifique moëlle.

Ne c'est l'inverse, divergent, la pensée arborescente.

Si N était un jardinier : Ni creuse 1 trou profond localisé, Ne creuse plein de petits trous partout.

Fe renvoit à la notion d'éthique, les valeurs reconnues par tous
Fi renvoit à sa morale à soi, ses valeurs propres

Te renvoit aux raisons reconnues par tous : c est le rationnel, l'evidence based medicine etc ...
Ti renvoit a ses propres raisons, à la logique, à la cohérence

Se renvoit aux expériences elles-même
Si renvoit aux "conséquences" des expériences
Le texte sur Si est malheureusement caricatural voire faux, moi je préfère passer mon temps en forêt que chez moi à choisir ...

Bref, si tu penses avoir Ni et Se, et en supposant que tu sois Fi et Te, ça pourrait donner ISFP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Momof2
Aucun rang assigné


Type : Infj
Age : 38
Lieu : Paris
Inscription : 09/07/2019
Messages : 1

INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeJeu 14 Nov 2019, 23:28

Je suis INFJ et j’ai exactement le même parcours . J’ai l’impression De me regarder dans un miroir. Les meme ressenti .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitimeJeu 14 Nov 2019, 23:59

"Concernant la sensation, je pense être de  type Sensation Extravertie (Se) :
Bien que timide, je me rends compte que j'avais développé assez tôt mon "Se" dans mon enfance, en allant vers l’extérieur, en expérimentant, lorsque le contexte était sécurisant pour moi. Cela se produisait par petites touches régulières pour gagner peut à peut confiance. "C'est cette capacité "Se" qui a été occultée ou réduite par les événements de mon histoire et qui m'a développé ce coté Si. Le Se s'est révélé par la suite de manière inconsciente très progressivement tout au long de mon parcours. D'où ce coté un introverti extraverti "

C'est pas typique d'un utilisateur de Si  plutôt ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




INFP ou INFJ ? Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP ou INFJ ? INFP ou INFJ ? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

INFP ou INFJ ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Rechercher son type-