Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 INTP et les études

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 25 Fév 2013, 23:46

scratch


Dernière édition par zizania le Dim 21 Avr 2013, 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mar 26 Fév 2013, 10:08

Alors-là, scotia, ton post est le grand écart pour moi... Shocked

Je me reconnais dans toute la première partie, notamment :
  • La fainéantise, car la capacité de comprendre rapidement sans effort et sans passer par du bachotage excessif et ennuyeux.
    Et j'appuie aussi la procrastination comme condition sine qua non à la création
  • Le non-conformisme généralisé et parfois à outrance (pur esprit de contradiction, limite casse-couilles juste pour le plaisir de faire paniquer les gens "dans les règles"). J'essaie d'éviter l'excès, que je considère contre-productif.
  • La forte propension à défendre ses libertés et à choisir ce qu'il veut faire ou non, impossible de transformer un INTP en mouton soumis. Une vraie mule caractérielle.
  • Une impossibilité à exercer quoi que ce soit pour lequel il n'y a pas un intérêt éprouvé


Cependant, même si je revendique la procrastination et la nonchalance comme un besoin personnel afin de calmer le stress que l'étreinte de règles étouffantes produit, je ne me suis jamais considéré comme "glandeur".

J'ai certes toujours eu du mal à travailler lorsqu'une activité de m'intéressait pas, mais j'ai toujours travaillé en quantité importante, que le travail ait été efficace ou non et suivi de résultats ou non.

Même si j'ai toujours eu le besoin de libérer beaucoup de temps libre pour des activités plus personnelles (réflexion, jeu, collecte d'information, tous les trucs que je voulais faire au moment ou bien évidemment ça n'était pas adapté, etc.), je n'ai jamais pratiqué des activité me faisant perdre mon temps (ou mes capacités neuronales/pulmonaires, pour la référence au joint).

Dans les cas extrêmes où je ne voulais pas travailler, je ne faisais... rien. Mais pour moi c'était l'équivalent à passer des heures à relire la même chose sans percuter ou à essayer d'apprendre 3 mots d'allemand qui ne s'imprimeront pas sur ma bande magnétique.
A perte de temps identique, autant rendre celle-ci moins stressante...

Autre point de désaccord : l'éthique.

Cette question m'a toujours grandement inspirée, parce qu'être intelligent ne garantit pas d'agir correctement.
Intelligent, j'en avais la capacité et mon ego me poussait à l'être, mais l'éthique, ça s'apprend et ça s'expérimente.
J'ai fait des erreurs et continuerai à en faire, mais je me suis toujours entiché du but principal de définir mes valeurs et de les suivre/défendre même (surtout !) lorsqu'il en coûte.

Un INTP doit simplement, lorsqu'il a la liberté de choisir ce qu'il veut faire, avoir l'humilité d'accepter tous ses traits et les intégrer dans sa recherche.
Exit la routine, l'organisation implacable, le relationnel prépondérant, etc.

J'ai peut-être eu la chance de définir mon fonctionnement relativement tôt, et je me suis aperçu que le fait de savoir ce que je voulais faire de mes études et de ma vie dès le collège semblait être extrêmement rare.

En tous cas, je devais passer par des études longues (Bac+5), et je savais à l'avance que j'en souffrirais.
Ça a été le cas, mais j'en suis sorti vivant comme prévu et je suis soulagé, comme prévu d'être débarrassé de ce boulet.

Le challenge restera le même qu'il a toujours été pour le reste : réussir à me faire comprendre dans mon fonctionnement et ma vision des choses pour aboutir à réaliser des choses dont je suis fier (pendant leur réalisation et après).

Maintenant que l'on ne me considère plus comme un enfant/ado et que je ne suis plus prisonnier du carcan uniformisateur scolaire, je commence enfin à prendre mon pied dans mes liberté d'action.

Et non : l'INTP n'est pas un cas désespéré qui ne réalise rien.
Il a juste besoin de beaucoup de temps, de beaucoup de motivation et de beaucoup de plaisir.
Mais quand il réalise à sa manière, il réalise bien et en grand.
Revenir en haut Aller en bas
Musaraigne
Aucun rang assigné


Type : INTP
Age : 24
Lieu : Grenoble
Emploi : Etudiant
Inscription : 27/02/2013
Messages : 1

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 27 Fév 2013, 18:36

Bonjour à tous, je viens de m'inscrire et plutôt que de créer un sujet je vais poster ici.

Comme vous j'ai (parait-il) le profil INTP et je me reconnais très bien dans ce que vous dîtes: grandes facilités scolaires tout en n'aimant pas les cours (ce qui aux yeux des autres est souvent incompréhensible !), fortes tendances à la fainéantise et difficultés relationnelles voire désintérêt pour les relations humaines.
Pour faire court, après avoir décroché mon bac littéraire avec mention à 17 ans et validé une première année de sciences humaines à la fac, j'ai lâché dès le début de la seconde. Je séchais de plus en plus, je me posais toujours des questions sur mon avenir et finalement le désintérêt a eu raison de moi, du jour au lendemain je suis parti. Le pire c'est que je me sentais comme fataliste, comme si depuis longtemps je prévoyais que j'allais quitter tôt ou tard...
La première année était moyennement intéressante, j'aimais bien certains cours mais détestais les exposés nombreux et de manière générale les travaux de groupe.

Pour autant je n'ai pas envie de faire un métier avec juste le bac en poche, d'une part parce que j'aurais l'impression de gâcher mes capacités et d'autre part car, vous vous en doutez bien, je ne sais de toute façon pas quoi faire.

Je me demandais donc si je devais persévérer dans les études, mais surtout dans quel secteur?
Actuellement je suis sur le point d'entamer des études de criminologie parce que la discipline me plait assez, mais j'ai peur qu'une fois dans le bain je recommence à éprouver la même lassitude après plusieurs mois, que je me remette à "sécher"... et comme d'habitude, je prends ça presque par défaut, car il faut bien choisir quelque chose, parce que je n'ai pas d'idées pour la suite. Criminologue, c'est vaste et surtout, ce n'est pas reconnu en France... mes études se feraient au Quebec. Je peux pas prendre cette décision à la légère! Est-ce à votre avis un métier qui peut convenir à un profil INTP? J'ai peur de devoir jouer à l'assistante sociale alors que ce qui m'intéresse c'est la compréhension du crime et de ses facteurs...

Bref, je suis un peu perdu, tous ceux qui pourraient m'aiguiller ou qui voudraient discuter avec moi sont les bienvenus! Blasé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 27 Fév 2013, 19:23

Bienvenue !
Désolé je ne pourrais pas t'aider, je ne connais pas bien le profil INTP, sinon fut un temps où je m'intéressais aussi à la criminologie ! D'ailleurs toujours un peu en fait.
Drôle SF/NT.
Revenir en haut Aller en bas
redwitch
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP
Age : 40
Lieu : Un peu partout
Emploi : Compliquer la simplicité
Inscription : 17/03/2013
Messages : 30

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mar 19 Mar 2013, 11:12

Voici mon vécu d'INTP. J'irai ensuite lire ce que les autres INTP ont écrit...
J'ai eu facile en secondaire, je ne devais pas étudier beaucoup pour réussir. Je me contentais de réussir... j'avais toujours entre 60 et 80% selon les matières. Je suis très fort en sciences, surtout en math et chimie. En chimie, je me suis rendu compte que j'avais une capacité à imaginer les choses... les réactions chimiques, les atomes, les molécules... une bonne vision en 3d imaginaire.
C'est devenu nettement plus compliqué à l'université durant mes études de bio-ingénieur. Mes difficultés étaient les suivantes :
- d'abord choisir une voie. Je ne savais pas ce que je voulais faire plus tard. Choisir est quelque chose de difficile pour moi. Choisir c’est renoncer et renoncer à toute une série de possibilité est terriblement compliqué pour moi. En deuxième année, je n’étais plus sur de vouloir continuer les études que j’avais choisie, je me suis terriblement remis en question et je passais mon temps à réfléchir à cela plutôt qu’à étudier. J’ai raté mon année. Ensuite je me suis raisonné, je me suis dit qu’il fallait avancer sur un chemin et ne pas rester immobile aux croisements des différents chemins possibles. Cette difficulté est ici illustrée aux études mais elle vaut pour d’autres situations de choix !
- ensuite le manque de confiance en moi m’a hanté durant toutes mes études. Alors que j’avais les capacités et que je réussissais, chaque nouvelle matière et chaque examen étaient une nouvelle montagne à gravir avec l’impression que « je n’y arriverai jamais ». Là aussi je perdais du temps à me raisonner pour me remettre à étudier sereinement quand ce n’était pas la paralysie qui me touchait. J’ai du mal à m’appuyer sur les réussites pour affronter les nouveautés. 7
- enfin ma nouvelle « vie en société » n’a pas toujours été facile. J’essayais de me comprendre avec mes besoins d’isolement, mes ennuis en soirée, mon manque de conversation superficiel… J’ai toujours été impressionné par les gens qui ont toujours quelque chose à dire sur tout et tout de suite. En soirée, au café, je me demandais toujours (et je me demande encore) ce que les gens ont tant à se dire ! Evidemment je me disais que les autres devaient me trouver bizarre. J’ai appris à me connaitre, à me comprendre et à m’accepter au fur et à mesure mais socialement j’ai souvent été très mal à l’aise.
Finalement après avoir travaillé deux ans, j’ai repris des études en horaire décalé en plus du boulot donc c’est que je n’en garde pas un si mauvais souvenir ! Si j’avais le temps et l’énergie, je reprendrais des études…
Voilà, je suis maintenant impatient de lire d’autres réponses. Smile

_______________________________________
Redwitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
redwitch
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP
Age : 40
Lieu : Un peu partout
Emploi : Compliquer la simplicité
Inscription : 17/03/2013
Messages : 30

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mar 19 Mar 2013, 11:40

Pour compléter un peu mes dires suite à la lecture des messages, j'ajoute qu'en effet je suis entièrement d'accord avec le fait que la scolarité n'est pas faite pour les INTP. A l'université je n'allais finalement pas au cours sauf si le prof était vraiment intéressant. Avec un syllabus bien fait, je me débrouillais! Je reportais toujours le travail en dernière minute... je faisais la fête durant l'année, je faisais d'autres choses puis arrivé à la veille des examens, j'essayais de gérer la pression et d'en profiter pour avancer. Je confirme à 100% aussi la facilité de compréhension, l'esprit logique et analytique mais les difficultés de retenir (bêtement) par coeur! Je me reconnais aussi dans la paresse et le fait de fournir le minimum d'efforts...

Nous serions plus épanouis et plus forts encore si les cours étaient abordés autrement, avec plus de liens entre les cours (je m'amusais à les faire moi même), avec aussi plus de concret ou d'exemple d'application, plus d'échanges... à quoi ça sert d'aller au cours si tous est écrit dans un bouquin...? Je suis plus efficace assis tranquillement à mon bureau à parcourir le bouquin à mon rythme! Je gardais de bons contacts avec ceux qui prenaient bien notes! Very Happy
Courage aux étudiants! Ne baisser jamais les bras, ne vous laisser pas aller à cause de quelques mauvais profs ou de quelques cours moins intéressants! Il faut parfois se faire un peu mal pour y arriver!

_______________________________________
Redwitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mar 19 Mar 2013, 20:44

@redwitch a écrit:
la scolarité n'est pas faite pour les INTP
... telle qu'elle est vue et pratiquée, notamment en France.
Revenir en haut Aller en bas
Lylortantyk
Aucun rang assigné
avatar

Type : NF
Lieu : Ici et là
Emploi : Services à la Personne
Inscription : 21/02/2013
Messages : 174

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mar 19 Mar 2013, 22:26

Citation :
redwitch a écrit:
la scolarité n'est pas faite pour les INTP

Citation :
... telle qu'elle est vue et pratiquée, notamment en France.

... Mais il y a quand même des concepts atypiques d'écoles qui permettent parfois d'offrir une pédagogie plus adaptée à certains fonctionnements.

Citation :
Courage aux étudiants! Ne baisser jamais les bras, ne vous laisser pas aller à cause de quelques mauvais profs ou de quelques cours moins intéressants (...)

Et puis il est jamais trop tard, au pire (si vraiment la scolarité à été un désastre, qu'on a pas rencontré d'enseignants capables de motiver l'élève) d'en refaire (des études) plus adaptées à l'âge adulte...

Des études ou on peut se permettre d'avoir LE DROIT de connaitre le résultat final, afin de pouvoir suivre le développement séquentiel... des études ou pour apprendre à mémoriser l'emplacement d'une ville sur une mappemonde, on permette aussi le choix de partir d'abord du continent, plutôt que de la-dite ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 20 Mar 2013, 05:03

@Lylortantyk a écrit:
Citation :
redwitch a écrit:
la scolarité n'est pas faite pour les INTP

Citation :
... telle qu'elle est vue et pratiquée, notamment en France.

... Mais il y a quand même des concepts atypiques d'écoles qui permettent parfois d'offrir une pédagogie plus adaptée à certains fonctionnements.
Une vision différente es t"atypique" parce que la scolarité ringarde basée sur le par-cœur ou la théorie est encore trop centrale. C'est utile pour des bases et des choses très spécifiques (genre les tables de multiplications), mais encore faut-il savoir justifier le besoin de se farcir le par-cœur.
On ne m'aurait jamais fait intégrer leur utilité, jamais elles ne seraient rentrées. Eh oui, un INTP déjà exigeant et en marge de la masse dans sa petite enfance... silly

Le problème se situe là pour l'INTP : avoir besoin d'être convaincu de l'utilité de ces mécanismes, car c'est l'utilité d'où provient l'intérêt. Et sans intérêt : ça rentre pas ou ça ressort immédiatement (ou en tous cas très vite).

Il n'y a pas assez de "savoir faire" dans le système scolaire français. Le diplôme, même en supérieur (ingénierie) n'est qu'un bout de papier validant des connaissances très largement théoriques dans beaucoup d'écoles.
Ça varie entre les spécialités et les établissements, mais de ce que j'ai entendu, des gens fonctionnant un peu comme moi d'un peu partout ont le même discours.

Des escrocs incompétents (pléonasme) sont diplômés à la pelle à chaque promotion. Ça ne devrait pas être possible, car ça dévalorise la profession.
Déjà que le monde "professionnel" considère les p'tits jeunes comme de la viande inculte, bornée et immature... On prendrait bien quelques points de crédibilité en dégageant réorientant ceux qui nous font honte.

Surtout que se taper Bac+5 dans le système scolaire français, ça se fait pas par plaisir... Alors qu'au moins ça paie rapidement, non ?

@Lylortantyk a écrit:
Et puis il est jamais trop tard, au pire (si vraiment la scolarité à été un désastre, qu'on a pas rencontré d'enseignants capables de motiver l'élève) d'en refaire (des études) plus adaptées à l'âge adulte...
"Au pire". C'est très culturel. Rolling Eyes

Il y a des pays où prendre son temps dans les études (faire des années à mis-temps, rallonger la durée des études pour travailler à côté et prendre son temps) est parfois même valorisé. Pis on retourne plus tard aux études, pour aller un peu plus loin (prendre une diplôme de niveau supplémentaire, changer d'orientation ou juste rafraîchir les connaissances dans les domaines en fort mouvement permanent).
L'idée d'aligner des heures interminables de cours, de considérer les étudiants comme des brutes de boulot (dont la majorité est du bachotage inutile) et les charger comme des bourrins pendant de nombreuses années paraît saugrenue et folle quand on l'explique à des personnes qui ne connaissent pas ça. Surtout que ça n'apprend certainement pas à leurs victimes à travailler, ce qui est l'argument principal tout aussi récurrent qu'il est creux.

Les "Formation Continue" en France (ie des adultes retournant en école pour poursuivre/compléter leurs études) sont considérés comme des "ratés" (si si, ne faites pas semblant, vous le pensez. On l'a tous pensé). Les études c'est quand on est jeunes, avant de travailler. Y a un avant et un après.
Les apprentis et les CAP/BEP, niveau réputation, n'en parlons même pas.
Alors que pourtant, tous ces gens ont du savoir faire dans leur domaine, acquis et validé par l'expérience.

Y a tout à changer : la vision, les habitudes, les stéréotypes.
Mais comme c'est bien ancré dans la "culture", ça va prendre une bonne pelletée de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Mentalink
Aucun rang assigné


Type : INtP, 5w6 (5-9-3) So/Sp
Age : 22
Lieu : France
Emploi : Étudiant
Inscription : 19/02/2013
Messages : 449

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 20 Mar 2013, 07:10

+1, le système scolaire français actuel est bien moisi, limite pire depuis la reforme des lycées (des heures en plus qui servent à rien...)... Sans parler du fait qu'en Terminale il faut choisir 6 vœux d'orientation forcement pour être parmi les dossiers consultés favorisés, alors que quand on a un vrai projet on s'amuse pas à foutre 6 voeux pour au final peut-être faire des trucs qu'on veut pas... C'est ridicule. Mais bon puisque l'éducation nationale en a décidé ainsi...
Et ça ce n'est qu'un échantillon de moisissure, moisi qu'on retrouve tout le temps et partout dans le système scolaire français.

Mais je suis d'accord sur tout ce que tu as dis, LCDF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylortantyk
Aucun rang assigné
avatar

Type : NF
Lieu : Ici et là
Emploi : Services à la Personne
Inscription : 21/02/2013
Messages : 174

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 20 Mar 2013, 14:54

Citation :
Lylortantyk a écrit:
Et puis il est jamais trop tard, au pire (si vraiment la scolarité à été un désastre, qu'on a pas rencontré d'enseignants capables de motiver l'élève) d'en refaire (des études) plus adaptées à l'âge adulte...

"Au pire". C'est très culturel. Rolling Eyes

Citation :
Il y a des pays où prendre son temps dans les études (faire des années à mis-temps, rallonger la durée des études pour travailler à côté et prendre son temps) est parfois même valorisé. Pis on retourne plus tard aux études, pour aller un peu plus loin (prendre une diplôme de niveau supplémentaire, changer d'orientation ou juste rafraîchir les connaissances dans les domaines en fort mouvement permanent).

Ah on s'est pas compris Smile

"Au pire", dans le sens ou il faut pas se dégouter avant du plaisir d'étudier, à cause de son inadaptation au système scolaire.

J'en sais quelque chose... j'ai raté 2x le bac (de france), échec scolaire toute ma jeunesse, plusieurs redoublements... Si j'avais pas eu un proche pour me maintenir dans le système coute que coute, quitte à utiliser des moyens détournés (oui, il était utopiste silly ) j'aurais jamais eu assez confiance en moi pour reprendre gout aux études. J'en ai même été déscolarisée pendant plusieurs années à l'adolescence tellement j'en ai chié.

Ca m'a pas empêché de décrocher un bac + 5 (que je me suis financée seule, en alternance), et depuis mes 20 ans, je suis en années d'étude une année sur trois environ (j'y suis toujours pour mon plus grand plaisir!)

La formation tout au long de la vie est un concept auquel je crois... (en plus du travail, ça empêche pas) (et c'est compatible avec la vie de famille: y a tellement de formules flexibles pour étudier de nos jours, c'est génial!)

Donc oui, faut pas se décourager pour ceux qui sont dedans et qui en bavent grave, plus tard y aura plus de liberté!

Et des études à la carte......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 20 Mar 2013, 20:33

Oui, je comprends ce que tu veux dire.

Mais quelque part, puisqu'on parle de la relation INTP/études, je suis persuadé que tôt ou tard un INTP est capable de réaliser que se laisser couler, même s'il est inadapté, est un remède pire que le mal.

Tu analyses pragmatiquement le truc, la tête froide (et pas nécessairement froidement silly ) : si ton projet de vie intègre des études, il va falloir que tu les passes.

C'est un peu rouler avec un pneu à plat, user le joint jusqu'à l'usure, faire chauffer l'arbre jusqu'au bris matériel... donc il faut que ce soit temporaire.

J'ai personnellement fait plusieurs "crises" à différentes étapes de la scolarité. J'ai aussi vécu des trucs qui semblent irréels (et que je commence à peine à tenter de m'expliquer), genre un blocage subit sur une matière jusqu'alors sans soucis.

Le parcours est semé d'embûches quand tu sens que tu n'es pas à ta place, mais à défaut "d'apprendre à apprendre", on apprend à survivre et à dépasser sa zone de confort sans s'effondrer, parce que... pas le choix !
Ça c'est une belle leçon de vie, très utile...

Ça prend de la distance, de la hauteur, mais l'abandon n'est pas une option, et pour rendre la chose digeste, il va faut s'inventer plein de raisons positives comme celle développée au paragraphe précédent.
Ça fait un peu traumatisme et dissonance cognitive, mais je crois sincèrement que ça a été la réalité de mes études...

En tous cas, plus les études avançaient, et plus je me rendais compte qu'à défaut de changer le système, on peut toujours rendre le suppositoire plus facile à faire glisser en déployant des efforts à sa petite échelle :
Travailler avec quelques personnes, dans l'entraide, causer avec les profs (passé du camp ennemi à allié), trouver des astuces d'apprentissage, envisager les choses à faire de manière positive, trouver une utilité aux apprentissages obligatoires, etc.

Est-ce possible qu'un INTP rate ses études sans jamais prendre le recul de se dire "Bon... Stop les conneries, ça me fait chier mais je m'y mets" ?
Revenir en haut Aller en bas
Lylortantyk
Aucun rang assigné
avatar

Type : NF
Lieu : Ici et là
Emploi : Services à la Personne
Inscription : 21/02/2013
Messages : 174

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Mer 20 Mar 2013, 23:40

Citation :
on peut toujours rendre le suppositoire plus facile à faire glisser en déployant des efforts à sa petite échelle

La métaphore du suppositoire est très intéressante. En effet, on a tendance à enfiler le bout rond d'abord, ce qui nous parait le plus évident... ce qui coule de source, sans mauvais jeu de mot. Et on se rends compte qu'en le retournant et bien ça reste mieux au fond. Et qu'en fait, c'était pas si compliqué.

C'est tout à fait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Jeu 21 Mar 2013, 01:10

Ce que je voulais souligner avec cette métaphore, c'était qu'à défaut de pouvoir changer le système éducatif (les profs appliquent les règlements et les méthodologies qu'on leur demande de suivre), tu peux aller causer avec eux et influer sur la manière dont l'enseignement se déroule, en tirant sur les limites sans déborder du cadre.

Ça peut permettre de rendre l'enseignement de certaines choses un peu moins pénible, et certains profs sont tout à fait prêts à le faire.
Après, il reste les "tous secs" (qui ne veulent rien entendre) et les "stressés" (jeunes ?).

Pis comme la majorité des gens considèrent les profs contre des ennemis à qui il n'iront pas parler, ça te laisse plus de marge de manœuvre pour influencer dans une direction qui te plaît... silly

C'est une des idées applicables pour rendre l'enseignement actuel plus supportable pour des INTP en mal de liberté, de pratique et de savoir-faire.
Revenir en haut Aller en bas
Eldroth
Aucun rang assigné


Type : INTP
Age : 41
Lieu : Montréal
Emploi : Gestionnaire de données
Inscription : 15/03/2012
Messages : 205

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 23 Mar 2013, 02:43

LeConnardDuFond a écrit:
Des escrocs incompétents (pléonasme) sont diplômés à la pelle à chaque promotion. Ça ne devrait pas être possible, car ça dévalorise la profession.

J'suis plus ou moins d'accord: J'trouve aussi que c'est ridicule de diplômer des gens que j'considère incompétents, mais ça m'porte à penser que c'est possiblement un problème de perception de ma part: JE considère qu'ils sont incompétents. Mais c'est comme ça. C'est ça que la masse considère comme "compétents-en-sortant-de-l'école" et qu'il est normal que le diplômé aille besoin d'un entrainement/orientation plus ou moins lourd lors de l'embauche. L'école ne peut préparer à tout et chaque boîte est différente.

Je ne parle pas des exceptions, des vrais crosseurs qui comprennent réellement pas leur domaine mais qui se sont arangé pour avoir un diplôme quand même.

Citation :
tu peux aller causer avec eux et influer sur la manière dont l'enseignement se déroule, en tirant sur les limites sans déborder du cadre.
Exactement. On est responsable de notre propre enseignement. Blamer le système ou le prof si on n'a pas essayé de changer quoi que ce soit est ridicule et gratuit. Et je n'ai absolument pas peur de dire que je l'ai fait à tour de bras. J'ai blâmé le système, les profs, l'université où j'étais et j'ai tout sacré ça là.

Mais approcher un prof normal (qui a le désir que ses étudients comprennent et s'intéressent à son sujet) en lui montrant notre intérêt en communiquant notre façon de d'apprendre (en théorie, les profs ont eu des cours sur les différentes façons d'apprentissage. C'est pas supposé être du nouveau pour eux, que certains étudients ne se retrouvent pas dans un style d'enseignement; remarque que des cons il y en a partout). En l'orientant. Faut pas s'attendre à ce qu'il change ces cours, mais il y a de bonnes chances qu'en rencontres "individuelles" après les cours ou lors des périodes, comment dire, lors de ses disponibilités, il (elle) change son approche pour aider à la compréhension.

En tout cas, je sais pas pour la France, mais au Québec, c'est encore des humains qui nous enseignent Wink et donc ils ont une certaine flexibilité, mais ils ne changeront rien s'ils n'en voient pas le besoin immédiat.

_______________________________________
"Il est souvent difficile de savoir si une personne appartient à un type ou d'un autre, en particulier en ce qui concerne soi-même."
"Le but de la typologie psychologique n'est pas de classer les êtres humains en catégories - ce qui en soi serait assez inutile."

- Carl Jung
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 23 Mar 2013, 02:56

@Eldroth a écrit:
Je ne parle pas des exceptions, des vrais crosseurs qui comprennent réellement pas leur domaine mais qui se sont arangé pour avoir un diplôme quand même.
C'est de ça que je parle.
Et c'est très loin d'être une exception parmi les diplômés, ce type de profil. Le problème est systémique, on ne devrait pas en dénombrer autant et les voir évoluer avec une telle facilité. On ne sanctionne pas l'incompétence, on sanctionne l'inadaptation au système.
Revenir en haut Aller en bas
Zogarok
Co-administrateur
avatar

Type : INfJ-Ti 1μ ou 5μ, 1w9_5w6_4, Melancholic/Choleric
Age : 26
Lieu : L'automne
Emploi : Troll repenti
Inscription : 01/11/2012
Messages : 1585

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 23 Mar 2013, 21:31

LeConnardDuFond a écrit:
@Eldroth a écrit:
Je ne parle pas des exceptions, des vrais crosseurs qui comprennent réellement pas leur domaine mais qui se sont arangé pour avoir un diplôme quand même.
C'est de ça que je parle.
Et c'est très loin d'être une exception parmi les diplômés, ce type de profil. Le problème est systémique, on ne devrait pas en dénombrer autant et les voir évoluer avec une telle facilité. On ne sanctionne pas l'incompétence, on sanctionne l'inadaptation au système.


Très juste MAIS : penser ainsi - ou ne serait-ce que se le rappeler régulièrement, c'est la meilleure manière d'avoir envie de vivre en ermite, de cultiver la misanthropie, de réaliser l'injustice (accessoirement de sa condition par rapport à d'autres, imméritées de façon flagrante).

_______________________________________
https://zogarok.wordpress.com/
https://www.senscritique.com/Zogarok


Thy Sinister Bloom : https://www.youtube.com/results?search_query=they+sinister+bloom+serein+falls
Solar Fields : https://www.youtube.com/watch?v=1hBvXu6uZGQ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://zogarok.wordpress.com
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 23 Mar 2013, 22:22

Non, ça n'est pas une obligation.

C'est certes le premier réflexe : réagir de manière cynique, significatif d'un état d'esprit pessimiste.

Tu peux aussi laisser glisser, et même si ça te prend naturellement aux tripes, évacuer en comprenant d'où ça vient et, avec le recul, donner à la situation tout le crédit qu'elle mérite : pas grand chose.

Certes, tu ne vas pas être pote avec les escrocs notoires, mais il ne faut pas oublier tous les autres. Les escrocs ne sont pas une exception (y en a plusieurs dans toutes les promos), mais il sont aussi quand même clairement minoritaire (t'as des dizaines d'autres gens potentiellement intéressants).

Vivre en ermite, c'est un choix. Tout voir de manière négative (être pessimiste voire misanthrope), c'est un choix.
Tu peux aussi faire les choix inverse, et te forcer à sortir des routines infernales qui tournent en boucle lorsque tu ne vis pas bien quelque chose.

Ça se travaille, c'est pas inné.
Mais je te l'accorde : être fataliste a le gros avantage de te permettre d'être passif et être pessimiste de pouvoir de plaindre et te victimiser. "Ah, ma bonne dame..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 19 Mai 2013, 03:55

Je remonte le topic, en apportant ma contribution.

Je suis classé comme INTP 5w4.

en maternelle: assez en retrait et calme, selon ma mère mon institutrice avait dit que j'avais un esprit et une vivacité d'esprit qu'elle n'avait jamais vu auparavant, venant d'un milieu modeste (aucun de mes parents n'a le bac) , mes parents ont tout misé sur cela, et m'ont forcé à développer mes talents.

en primaire: aucun problème scolaire, j'apprenais tout de suite, on a proposé à mes parents de me faire sauter des classes ils ont refusé (un ami à eux les avaient convaincu que ce n'était pas forcément une bonne chose ayant lui même sauté des classes), et je pense qu'ils ont pris la bonne décision, je n'avais qu'un ami, mais qui étaient très sociable donc je m'intégrais facilement, par son biais à ces groupe.

en collège: je commence à sélectionner mes matières, mes parents n'aiment pas trop ca et me force à tout travailler même les matières que je jugeais inutile ( spécialement les matières littéraires ). Je m'ennuie très clairement en cours, soit le rythme est trop lent pour moi avec des questions des autres élèves très "débile" et je leur faisais souvent remarquer, tout le monde s'éloigne petit à petit de moi à part dès qu'il y avait un DM à faire... , et je m'éloigne de plus en plus de mes parents et de ma famille pour diverses raisons.

en lycée: Je m'ennuie clairement en cours, rythme trop lent, les profs poussent les élèves faibles et font régresser les bons élèves (pour leur statistique), ne voulant pas participer à cette manipulation intellectuelle, je vais de moins en moins en cours et participait seulement au DS, préférant travailler chez moi ( j'estimais que 2h de cours de math, je suivais la même progression en environ une 20ène de minutes ), je commence dès la seconde à prendre plaisir à la fumette. Les dialogues avec mes parents sont très succints.
Je passe le bac avec mention B avec un écart type assez important, et je suis accepté en prépa MPSI.

en prépa: là je prend clairement mon pied, un bon rythme dans les cours, les profs qui poussent les bons comme les moins bons, une bonne ambiance, je me fais pas mal d'ami.
Viens les concours, je passe l'ens, les mines et centrales.
l'ens: je réussis bien sauf une épreuve qui me fait perdre énormément de point, c'était du hors programme sur les espaces hermitiens et j'avais totalement zappé "cette partie du hors programme", je rate le concours à très peu de place.
mines: carton plein avec un 20 en math A (alors que c'était pas parti pour, épreuve de 3h au bout de 2h j'en étais à la moitié du sujet avec des questions totalement inintéressante qui m'avait démotivé complètement, puis vient une question extrêmement intéressante et la machine se met en marche, je finis totalement le sujet).
centrale: je n'étais pas très intéressé par ce concours (épreuve très calculatoire) , donc j'y vais sans prétention, je réussis correctement les épreuves sans non plus tout casser, j'étais assez heureux que l'on très peu de chimie ( ma bête noire ), sauf qu'on nous annonce 2semaines après qu'on va devoir repasser l'épreuve de physique-chimie, et là ils nous sortent que de la ...chimie que je rate complètement ( un magnifique 2.23 coëf 9 ou 10 à l'épreuve, ca fait mal). Je reste tout de même admissible.
Viens les oraux, mines: tout se passe bien sauf à l'oral de math ou je tombe sur un sadique, il me sort au début un sujet que j'avais fait dans le train pour venir à paris, donc assez content je fait souris légèrement ( je souris rarement et je crois que c'est ce qui m'a trahis ^^ ), il vient me voir au bout de 10min en m'informant qu'il s'est trompé de sujet et m'en sort un faisable uniquement avec mapple ( sauf que j'avais pas mapple ), il commence à me tailler et très clairement je lui ai dis ce que je pensais, résultat: 2 note éliminatoire.
centrale: RAS tout se passe bien

Ecole d'ingé : j'étais dans une école que j'aimais pas, dans une ville que j'aimais pas, où on nous sortait des formules comme ça sans explication, je sors peut, n'aimant pas ce que je faisais et ne retrouvant pas la suite que je m'imaginais à mes années de classe préparatoire, je décide de me réorienter et de me consacrer à ce que j'aime vraiment les maths, je pars donc en fac.

fac: Je me plais bien, même si je ne retrouve pas ce que j'avais vécu en prépa ( notamment la pluridisciplinarité ), avec les peu d'heure de cours qu'on a je m'adonne à mes loisirs et trouve la pluridisciplinarité dans mes heures libres.


Ayant lu les rapports précédents, il est clair que les INTP ont des problèmes avec le scolaire, je pense que ce n'est pas apprendre notre problème, mais comment apprendre, personnellement j'ai toujours plus appris avec des livres. Avec tous les statiques et les taux de réussite exigé, au lycée les profs vont plus encadrer les élèves moins doués que les autres. Et comme l'a dit odon, les INTP adsorbent les connaissances très rapidement et facilement, mais le problème est de savoir qu'elle sera la méthode la plus approprié pour absorber ce savoir, je pense que le problème est là. ( exemple je n'aimais pas l'histoire mais j'aimais vraiment comprendre comment une situation historique pouvait se passer, quels étaient les éléments déclencheurs, et non pas apprendre l'histoire pour connaître notre histoire).
Revenir en haut Aller en bas
TicTac
Aucun rang assigné
avatar

Type : xNTP
Age : 22
Lieu : Partout donc nulle part
Emploi : lycéen
Inscription : 01/03/2013
Messages : 79

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 09 Juin 2013, 16:53

Actuellement en seconde, (youpi plus qu'une semaine) je suis 2eme de la classe sans trop me forcer.
Mes commentaires, cette année :
- Sérieux et autonome. Sait faire preuve d'humour et de subtilité de raisonnement. Il ne faut pas te déconcentrer
- A de nombreuses compétences qu'il exprime avec parcimonie. Pourrait exceller s'il le décidait.
- Elève brillant même s'il ne montre pas toujours son application et sa persévérance. Raisonne très bien le concret.
- Elève brillant. Les résultats n'expriment pas la qualité du raisonnement possible. Elève sensé et réflechi
- Elève brillant, un peu désinvolte parfois. Mais sérieux et assez solidaire des autres. fait preuve de maturité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherkkann
Intervenant polémique
avatar

Type : ENTP
Age : 24
Lieu : Belgique
Emploi : /
Inscription : 29/02/2012
Messages : 1454

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 09 Juin 2013, 18:19

Lol, pour ma contribution, tous les commentaires que j'ai eu ont toujours ressemblé à 95% à ça :

Ne te repose pas sur tes lauriers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exterkate
Hôte 5 étoiles
avatar

Type : INTP 6
Age : 22
Lieu : Grand Est
Emploi : Apprenti (Al)Chimiste
Inscription : 18/12/2011
Messages : 837

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 09 Juin 2013, 21:02

Look-in a écrit:
Lol, pour ma contribution, tous les commentaires que j'ai eu ont toujours ressemblé à 95% à ça :

Ne te repose pas sur tes lauriers.


A peu près pareil. Very Happy

"ne fournit pas les effort demandés"
"a du potentiel mais ne travail pas"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 09 Juin 2013, 22:52

"Est comme quelqu'un qui serait au volant d'une Ferrari mais qui ne passerait jamais la deuxième vitesse"
Revenir en haut Aller en bas
Sherkkann
Intervenant polémique
avatar

Type : ENTP
Age : 24
Lieu : Belgique
Emploi : /
Inscription : 29/02/2012
Messages : 1454

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 09 Juin 2013, 23:27

Haha lolilol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 29
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 10 Juin 2013, 00:11

Dans ce contexte, les Si dom gens ne comprennent pas toujours que ça ne sert à rien de passer les vitesses supérieures et de griller du carburant inutilement, a fortiori pour des déplacements courts Smile .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: INTP et les études

Revenir en haut Aller en bas
 

INTP et les études

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Les Rationnels (NT) :: INTP - L'Architecte-