Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Un INFJ qui doute de son type

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Un INFJ qui doute de son type Lun 26 Mar 2018, 16:06

Bonjour à tous et à toutes,

c'est Nagarian alias Thibaut, j'ai 24 ans et j'habite l'Alsace.
Je suis comptable de formation et je viens de trouver un emploi près de chez moi.

Je m'intéresse au MBTI depuis 2015 à peu près.
J'étais super surpris de découvrir que je suis un INFJ, ça me parait trop bizarre vu que j'ai choisi la comptabilité comme domaine et que celui ci demande assez beaucoup de rigueur. Peut être une émanation du Ti ou le J du type qui me le permet.

J'ai connu des problèmes personnels fin 2015 qui 'mont lancé sur la piste de la compréhension de moi même. c'est là que j'ai connu le MBTI mais je me trouve tellement anormal que je n'ai pas pu m’arrêter là et que je me demande même si je ne serais pas atteint du syndrome d'Asperger ou de quelque chose du genre vu mon incapacité à me faire des nouveaux amis.

J'ai essayer des tas de test en ligne et la réponse est toujours la même INFJ, pourtant je ne reconnais rien qui caractérise le Fe dans mon attitude. Peut être est-il étouffé par quelque chose car j'ai tout de même un dégout profond pour les situations dis-harmonieuse.

Je cherche l'avis d'autres personnes pour essayer de confirmer mon impression et avec qui argumenter.

Dans l'attente de vos réponses,

Cordialement
Nagarian

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Obtearon
Mécréant II le Retour
avatar

Type : INFJ 9
Age : 42
Lieu : Finistère
Emploi : Oui
Inscription : 31/10/2016
Messages : 436

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Lun 26 Mar 2018, 18:39

Bienvenue à toi.

Diriges toi vers ce topic et dis nous ce que tu ressens : https://mbti.forumactif.fr/t2262-les-differentes-faces-de-l-infj#57638


_______________________________________
"La beauté est dans les yeux de celui qui regarde." Oscar Wilde  

"La vie devient chose délicieuse, dès que l'on cesse de la prendre au sérieux." Henry De Montherlant

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Lun 26 Mar 2018, 19:38

Au test de l'énnéagramme, j'ai obtenu 5w6 ce qui colle assez avec l'académicien qui me parle assez pour tout dire.

Le révolutionnaire me parle également.

Les autres beaucoup moins. Peut être le destructeur de monde pendant un moment de ma vie où la colère était très forte.

Maintenant vu que la question est sur un ressenti, je ne sais pas vraiment quoi répondre.
J'avais déjà lu cette article, il y a quelques années et je crois qu'à l'époque j'avais été assez surpris par le nombre de possibilité qu'il existe pour l'INFJ.

Sur le moment, je pense que je suis incomplet ou que quelque chose est bloqué chez moi sinon je devrait en théorie pouvoir "switcher" d'une personnalité à une autre tant que cela reste conforme à mes valeurs et cohérents avec mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Lun 26 Mar 2018, 20:37

Bienvenu !

Les tests qu'on passe tout seul sont loin d'être fiables. Si tu ne te reconnais pas dans le Fe c'est peut-être parce que ce n'est pas une fonction que tu utilises beaucoup. As-tu lu la description du Fi ?
Sinon les INFJ peuvent-être rigoureux dans leur travail, d'autant si ils sont très J et perfectionnistes.
On peut aussi le retrouver chez les INFP lorsque nous sommes perfectionnistes et que nous utilisons nos fonctions inférieures (Si-Te).
J'aurais aimé te montrer un tableau sur l'utilisation de Te en inférieur et en excès mais je ne le retrouve malheureusement plus.
Il te parlerait peut-être.
Fais-tu parfois preuve d'une rigueur excessive et du jour au lendemain c'est tout le contraire ? J'ai lu que tu as été souvent en colère à un moment de ta vie et que "destructeur de monde" te parle, ça fait pensé au Te. Il n'est pas rare que des Fi ressentent de la colère, je ne sais pas pourquoi, mais le combo Fi-Te est assez "colérique". (Fi passionné ? Désillusionné ?)
Mais en ce qui te concerne c'est peut-être tout simplement à cause de raisons personnelles...

Sinon je ne connais pas bien le métier de comptable, mais je pense que le combo Si-Te doit très bien convenir. Il y a d'ailleurs pas mal d'ISTJ qui le sont. (enfin ils font souvent TJ)
Peut-être est-ce tes fonctions inférieures qui t'ont poussées vers ce métier ? Vers l'adolescence on'est souvent attiré par le développement de nos fonctions ombre. Moi par exemple je me suis intéressée à la criminologie et j'étais intéressée par les métiers de la police (bon j'aurais été nulle dedans), et avec le MBTI je me rend compte que ça correspond à Si-Te.

Mais tu n'es peut-être pas INFP, ça mérite quand-même que tu regarde de ce côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Obtearon
Mécréant II le Retour
avatar

Type : INFJ 9
Age : 42
Lieu : Finistère
Emploi : Oui
Inscription : 31/10/2016
Messages : 436

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Lun 26 Mar 2018, 21:16

Attention, ce ne sont pas des sous-types, ce sont des facettes qu' un INFJ utilise selon le contexte.






_______________________________________
"La beauté est dans les yeux de celui qui regarde." Oscar Wilde  

"La vie devient chose délicieuse, dès que l'on cesse de la prendre au sérieux." Henry De Montherlant

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mar 27 Mar 2018, 08:39

En ce qui concerne le test, j'avais déjà eu du moins au début quelques évaluations en tant que INFP.
Sauf que je ne reconnais pas de souplesse dans ma façon d'être et que je ne suis pas, je pense, quelqu'un de révolté (cf: caractère "insoumis" du P) sauf si le sujet me parait important et qu'il mérite d'être défendu.
Par contre, le Fi me parle assez car j'ai du mal à expliquer mes valeurs et aussi dans la quête de sens. (vu sur un autre site)
Cependant, la présence du Fi impliquerait un Te ce qui me parait étrange car j'ai peu de plans à réaliser ; peut être en tertiaire ou en inférieure.
Maintenant la présence du N me parait assez certaine du fait d'une nette préférence pour les théories au lieu de la pratique.
Je demeure cependant quelqu'un de pragmatique qui a du mal avec l'abstrait selon moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mar 27 Mar 2018, 13:01

@Nagarian a écrit:
En ce qui concerne le test, j'avais déjà eu du moins au début quelques évaluations en tant que INFP.
Sauf que je ne reconnais pas de souplesse dans ma façon d'être et que je ne suis pas, je pense, quelqu'un de révolté (cf: caractère "insoumis" du P) sauf si le sujet me parait important et qu'il mérite d'être défendu.
Par contre, le Fi me parle assez car j'ai du mal à expliquer mes valeurs et aussi dans la quête de sens. (vu sur un autre site)
Cependant, la présence du Fi impliquerait un Te ce qui me parait étrange car j'ai peu de plans à réaliser ; peut être en tertiaire ou en inférieure.
Maintenant la présence du N me parait assez certaine du fait d'une nette préférence pour les théories au lieu de la pratique.
Je demeure cependant quelqu'un de pragmatique qui a du mal avec l'abstrait selon moi.

Les INFP ne sont pas en permanence révoltés. Ils peuvent même être sages, rentrer dans le moule et faire ce qu'on attend d'eux. Ca dépend aussi de l'éducation et de l'ennéatype. Un 4 sera sûrement plus insoumis, révoltés qu'un 9 ou un 6.

Sinon oui la quête de sens est très présente chez les INFP mais je crois que ça a plus trait au tempérament Idéaliste que Fi.
En ce qui concerne Te, si tu es Fi Dom tu l'as en inférieur, donc normal que tu ai peu de plan à réaliser ou d'objectif, c'est très Te. Un Te dom, particulièrement les ESTJ, ont toujours quelque chose à faire, à réaliser. Ils ne supportent pas l'inactivité et ils aiment élaborer des projets. Là où l'INFP va être entrain de rêvasser dans son coin.
Ce sont des traits de caractère plus où moins accentué avec l'ennéagramme et l'éducation.

Sinon, pour ta dernière phrase le pragmatisme est étrange, car l'INFP est un des types le moins pragmatique de la terre avec peut-être l'ENTP et l'ENFP.
Mais c'est peut-être l'utilisation de tes fonctions ombre qui te font penser cela.
Il est parfois difficile de s'évaluer seul.
Et pour l'abstrait, les N ont normalement plus de facilité que les S, à contrario ils en ont moins dans la pratique, mais tu te juges peut-être sévèrement. Les INFP ont tendance à être très dur avec eux-même, et se reconnaître peu de qualité.

En ce qui concerne la théorie vs la pratique, c'est ce que dit le MBTI car il généralise, mais tu peux être S et beaucoup réfléchir au point d'avoir l'impression de préférer la théorie à la pratique, même si ça reste quand-même étrange. Car un S est tourné vers le monde concret et la mise en application. Il passe d'ailleurs plus facilement à la réalisation de ses projets que les N. (d'ou les ESTJ avec un Te et un S, sont très productifs et efficaces)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mar 27 Mar 2018, 15:22

Le problème c'est que j'ai tendance à garder beaucoup les choses pour moi quitte à devenir une espèce de cocotte minute.
Les gens ont souvent l'impression que je les agresse ou que j'ai un problème avec eu car la colère accumulée sort à tout moment.
En même temps, j'ai toujours cette impression d'être en décalage avec les autres comme si nous ne partagions pas les mêmes objectifs ou les mêmes buts.
Cela devient un moment un sentiment de sur-estimation de moi même par rapport aux autres.
Comme si leur façon d'être été en inadéquation avec ce que je juge normal.
J'ai souvent l'impression d'être avec des gamins ou des gens peu intelligent.
D'ailleurs c'est très rare que je m'amuse ou que je prenne du plaisir à être avec les autres car je m'ennuie des sujets qui sont abordés sans pourtant prendre l'initiative de démarrer des conversations sur des sujets ou des points qui pourraient me passionner.
J'ai de toute manière toujours cette envie de découvrir un sujet ou un domaine qui me passionne, j'ai l'impression que tout ce que je fais n'est pas fait par envie mais juste par obligation.
Je passe mon temps à combler le vide du temps pour ne pas déprimer (antécédent de dépression).
Et j'ai malgré tout toujours l'espoir de rencontrer des personnes avec qui je vais bien m'entendre et pouvoir me découvrir mais malgré mes tentatives dans différents milieu je ne trouve jamais de personnes avec qui je me sens vraiment à l'aise.
Peut être un déficit de confiance en moi ou une recherche de quelque chose de trop idéal qui n'existe probablement pas.
Je recherche dans le modèle une explication à ma souffrance intérieur et peut être des pistes de solutions.

Pour le pragmatisme, je me trompe peut être car c'est quelque chose que mon psychiatre à remarqué chez moi sur le sujet des médicaments.
C'est d'ailleurs peut être les effets négatifs des médicaments qui créent une sorte de schizophrénie en moi ou une remise en question venu par l'observation que le monde que l'on me propose ne me satisfait pas vraiment.

Cependant, je suis très à fond dans le travail, c'est presque je crois le seul endroit où je me sens en confiance car je maîtrise ce que je fais alors que dans les relations sociales me paraissent extrêmement difficile à aborder.
C'est peut être l'insatisfaction suite à une succession de non réussite qui crée ce sentiment.

Après, j'ai l'impression d'être aussi dur avec moi même et que je le suis avec les autres. Sauf que je ne peux pas m’empêcher d'essayer d'aider les autres même si je ne les considère pas comme mes ami(e)s.

C'est également très difficile pour moi de rentrer en contact avec une fille à un niveau que je voudrais.
Là encore c'est peut être moi qui suis trop exigeant et je me crée peut être des barrières mentales ou je voudrais reporter la faute sur la société que je juge parfois responsable de mes malheurs.

En tout cas être introverti et avoir une préférence sentiment me font, je pense, passer pour quelqu'un de bizarre au yeux des gens.
Maintenant, l'INFP est assez bien représenté dans la population, les autres devraient peut être comprendre.
Si j'étais INFJ je comprendrais mieux.

Mais bon, je ne pense plus que le problème vient des autres mais qu'il vient de moi plutôt.
Peut être une difficulté à m'accepter ou à me faire accepter tel que je suis par mon entourage.
Pourrait-on traduire cela par une sur-utilisation des fonctions "shadows" ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mar 27 Mar 2018, 17:09

@Nagarian a écrit:
Le problème c'est que j'ai tendance à garder beaucoup les choses pour moi quitte à devenir une espèce de cocotte minute.
Les gens ont souvent l'impression que je les agresse ou que j'ai un problème avec eu car la colère accumulée sort à tout moment.
En même temps, j'ai toujours cette impression d'être en décalage avec les autres comme si nous ne partagions pas les mêmes objectifs ou les mêmes buts.
Cela devient un moment un sentiment de sur-estimation de moi même par rapport aux autres.
Comme si leur façon d'être été en inadéquation avec ce que je juge normal.
J'ai souvent l'impression d'être avec des gamins ou des gens peu intelligent.
D'ailleurs c'est très rare que je m'amuse ou que je prenne du plaisir à être avec les autres car je m'ennuie des sujets qui sont abordés sans pourtant prendre l'initiative de démarrer des conversations sur des sujets ou des points qui pourraient me passionner.
J'ai de toute manière toujours cette envie de découvrir un sujet ou un domaine qui me passionne, j'ai l'impression que tout ce que je fais n'est pas fait par envie mais juste par obligation.
Je passe mon temps à combler le vide du temps pour ne pas déprimer (antécédent de dépression).
Et j'ai malgré tout toujours l'espoir de rencontrer des personnes avec qui je vais bien m'entendre et pouvoir me découvrir mais malgré mes tentatives dans différents milieu je ne trouve jamais de personnes avec qui je me sens vraiment à l'aise.
Peut être un déficit de confiance en moi ou une recherche de quelque chose de trop idéal qui n'existe probablement pas.
Je recherche dans le modèle une explication à ma souffrance intérieur et peut être des pistes de solutions.

Pour le pragmatisme, je me trompe peut être car c'est quelque chose que mon psychiatre à remarqué chez moi sur le sujet des médicaments.
C'est d'ailleurs peut être les effets négatifs des médicaments qui créent une sorte de schizophrénie en moi ou une remise en question venu par l'observation que le monde que l'on me propose ne me satisfait pas vraiment.

Cependant, je suis très à fond dans le travail, c'est presque je crois le seul endroit où je me sens en confiance car je maîtrise ce que je fais alors que dans les relations sociales me paraissent extrêmement difficile à aborder.
C'est peut être l'insatisfaction suite à une succession de non réussite qui crée ce sentiment.

Après, j'ai l'impression d'être aussi dur avec moi même et que je le suis avec les autres. Sauf que je ne peux pas m’empêcher d'essayer d'aider les autres même si je ne les considère pas comme mes ami(e)s.

C'est également très difficile pour moi de rentrer en contact avec une fille à un niveau que je voudrais.
Là encore c'est peut être moi qui suis trop exigeant et je me crée peut être des barrières mentales ou je voudrais reporter la faute sur la société que je juge parfois responsable de mes malheurs.

En tout cas être introverti et avoir une préférence sentiment me font, je pense, passer pour quelqu'un de bizarre au yeux des gens.
Maintenant, l'INFP est assez bien représenté dans la population, les autres devraient peut être comprendre.
Si j'étais INFJ je comprendrais mieux.

Mais bon, je ne pense plus que le problème vient des autres mais qu'il vient de moi plutôt.
Peut être une difficulté à m'accepter ou à me faire accepter tel que je suis par mon entourage.
Pourrait-on traduire cela par une sur-utilisation des fonctions "shadows" ?


C'est typiquement Fi de garder les choses pour sois jusqu'à ce que ça explose, contrairement au Fe qui parlera beaucoup plus facilement de ses ressentis (même si là encore, ça dépend des individus).
Le Fi est tourné vers lui-même et il intériorise beaucoup, ce qui peut aussi expliquer que tu te sentes en décalage avec les autres sur les valeurs (car nous en avons des personnelles qui ne sont pas forcément partagées, et comme nous vivons pas mal dans notre bulle, lorsque nous nous rendons compte que ce n'est pas la norme, nous sommes très surpris et agacé !)
Sinon pour les centres d'intérêts, si nous restons dans les clichés, ça peut-être dû à la différence S/N.

En ce qui concerne le nombre d'INFP, pas sûr que tu en ai croisé beaucoup dans tes études, ils sont souvent en psycho ou fac d'art. Moi j'en croise beaucoup, et ce n'est pas parce qu'on est du même type qu'on se comprend forcément, d'ailleurs j'ai plus souvent eu l'impression d'être comprise par des personnes Te que Fi, donc bon.
Mais oui, normalement nous devrions mieux nous comprendre. (personnellement j'ai plus d'affinité avec les garçons INFP que les filles qui sont souvent snob)

Sinon, pour ton impression de faire les choses par obligation (tu sembles t'être assez conformé à la société) et de ne pas sentir de côté "rebelle" en toi, pourrait convenir à l'ennéatype 6. En même temps, le fait que tu n'en sois pas heureux, ne convient pas.

En ce qui concerne d'être plus à l'aise dans un travail qu'on maîtrise qu'avec les relations sociales, ça colle bien à l'INFP. Le Fi n'est pas une fonction sociale, contrairement à ce qu'on pourrait penser lorsqu'on découvre le MBTI et qu'on pense que tous les F sont sociables, aiment les autres, ont le contacte facile ect. Ce qui explique peut-être aussi, que beaucoup d'INFP se typent INTP.

Sinon oui, en général les problèmes viennent de nous, c'est très bien que tu le reconnaisse, c'est un pas vers la remise en question et le changement. Tout les types peuvent-être très bien acceptés en société et épanouis.

Sinon oui, je pense que tu utilises pas mal tes fonctions ombre, mais je ne dirais pas que tes problèmes viennent de là. C'est plutôt le fait que tu ne te sentes pas bien qui fait que tu les utilises. (elles sont un mécanisme de défense ou un renfort)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auruo
El Senor de ces Dames
avatar

Type : Emo
Age : 32
Lieu : Au pays des merveilles
Inscription : 07/01/2015
Messages : 699

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mar 27 Mar 2018, 19:15

Hello ! Prenons une biere ensemble !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanferrat86.skyrock.com/?from=reco_blog
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mar 27 Mar 2018, 22:26

En fait, j'ai relu tes posts et je ne suis plus si sûr que tu sois INFP.
Pour déterminer ton type de manière simple, il faut que tu regarde les fonctions. Plutôt Ni ou Ne ? Fi ou Fe ? Ti ou Te ? ect. Sinon on peut toujours trouver des éléments qui vont dans un sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 09:50

Le I et le J me semblent évident tant je me reconnais presque à 100% dans chaque trait (site intelligence créative).
C'est pour le N/S et le F/T où j'ai beaucoup de doutes.

Fonction par fonction, on peut aussi se reconnaitre à certains moments plus dans l'une que dans l'autre.
Le Te me parle assez dans la recherche de l'efficacité et la mise en pratique d'un plan. Aussi dans son aspect logique et méthodique. En fait, je ne fourmille pas de plan à réaliser mais toutes mes actions sont assez liées à un grand plan général pour ma vie.

Le Ni aussi me parle dans le fait d'être mal à l'aise plus le groupe est grand et dans le besoin de solitude. De plus, je me sens vraiment à l'aise pour discuter quand il y a une autre personne, déjà deux je me sens mal à l'aise. Je préfère l'interface de l'informatique car j'ai une relation plus individuelle. J'ai plus de temps pour réfléchir, il n'y a pas de bruits parasites comme dans une discussion.

Peut être Ni-Te-Fi-Se (INTJ).
En plus je trouve que le cerveau est l'organe le plus vital dans le corps humain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
μαllollo
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP 9w8 sp/sx
Age : 36
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 396

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 10:29

Salut Nagarian, bienvenue par ici Vieux cow boy

Il va falloir creuser un peu plus pour approcher ton type, tout ça m'a l'air encore un peu confus Alien 2

@Nagarian a écrit:
Le Ni aussi me parle dans le fait d'être mal à l'aise plus le groupe est grand et dans le besoin de solitude. De plus, je me sens vraiment à l'aise pour discuter quand il y a une autre personne, déjà deux je me sens mal à l'aise. Je préfère l'interface de l'informatique car j'ai une relation plus individuelle. J'ai plus de temps pour réfléchir, il n'y a pas de bruits parasites comme dans une discussion.
Pas du tout spécifique à Ni, mais à n'importe quelle fonction dominante introvertie (Fi, Ti, Si aussi, donc).

En passant, attention à ne pas mettre le profil MBTI à toutes les sauces: il s'agit uniquement du profil de traitement cognitif des informations, pas de l'entièreté de la personnalité. Bien d'autres modèles/paramètres/expériences influencent la personnalité, le MBTI n'en est qu'une petite facette.

Pour creuser un peu, je vais te poser une question: depuis que tu t'es "frotté" au MBTI en 2015, comment t'y es-tu pris pour définir ton type?

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 11:15

@μαllollo a écrit:

Pour creuser un peu, je vais te poser une question: depuis que tu t'es "frotté" au MBTI en 2015, comment t'y es-tu pris pour définir ton type?

J'ai fait des recherches sur internet, j'ai lu des livres sur le MBTI mais pour définir ma personnalité je me fie beaucoup aux tests que proposent internet malgré le fait que ceux ci doivent sans doute être très imprécis et très influençable par notre vision de nous même.
J'avais déjà envisagé de passer le vrai test mais celui ci est trop onéreux pour moi.

Je refais le test plusieurs fois sur plusieurs sites différents.
J'essaye de comparer les résultats obtenus à la réalité en restant objectif même si c'est assez difficile pour moi.
J'ai longtemps eu tendance à m’ébahir du fait d'être le type INFJ car cela me permettait d'expliquer toutes mes difficultés par le fait que j'avais juste une personnalité tellement rare et tellement différente du reste de la population que personne ne pouvait me comprendre, même ma famille proche.
Et même à l'heure actuelle je continue à croire cela sauf que ça ne me fais plus perdre ma confiance en moi.
Je juge tout simplement les autres incapable de me comprendre.
Parce qu'ils ne font aucun effort pour comprendre les autres.

Mais pour rester dans le sujet, c'est surtout cette idée que le modèle en me donnant une personnalité très rares m'explique pourquoi je ne me fais pas d'amis ou de copine.
En effet, pour moi tout viendrait du Ni qui apparait dans la population à une fréquence tellement rare que les gens n'ont pas appris et ne savent pas comment une personne comme moi pense et fonctionne.
Bref, ils ne savent pas comment m'appréhender.
Et cela me dérange en plus car je dois les supporter eux dans leur façon d'être.

Cependant, dans la pratique mon observation vient me mettre en doute sur les fonctions cognitives de l'INFJ.
Si je prends le modèle dans sa théorie, je peux rapidement me définir un type qui me convient et qui me parle. Mais dans la pratique, tous ce que je fais est en contradiction avec mon type qui serait l'INFJ ou même l'INFP.

Il y a comme une contradiction entre ce que je veux et ce que je suis.
Le doute est très présent chez moi.

Si je devais m'expliquer je donnerai une journée type de ma vie comme je voudrais qu'elle soit.

Enfin, je m'étends et je ne réponds plus vraiment à ta question.

Je ne cache pas que l'explication d'être un INFJ satisfait assez mon égo.

Pour finir, je dirais que je ne cherche pas très longtemps qu'est-ce que mon type, je me fie au test, puis je capitalise dessus en terme de développement personnel.
Puis seulement ensuite des doutes apparaissent du coup je repasse le test je fais des tests comparatifs entre type genre INFJ vs INTJ pour infirmer ou confirmer mon ressenti.
Pour l'instant c'est toujours INFJ qui ressort mais j'ai de nouveaux des doutes ensuite ce qui me conduit finalement à m'inscrire ici pour clarifier la situation avec des personnes qui s'y connaissent au moins autant que moi sinon beaucoup plus.

Je dois dire que j'ai beaucoup de facilité à manipuler les tests sur internet pour qu'il me dise ce que je veux qu'il me dise mais c'est pas l'idéal en terme de développement personnel. ça associé aux doutes sur certaines questions plus au fait que certains tests proposent de répondre par rapport à ce que l'on veux et à ce que l'on a envie et d'autres tests proposent de répondre par rapport à la réalité qui est elle beaucoup plus difficile à cerner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
μαllollo
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP 9w8 sp/sx
Age : 36
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 396

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 11:51

Tu as des exemples concrets de ce décalage de pensée par rapport aux autres?
Spoiler:
 

Tu t'es déjà intéressé à l'ennéagramme? Parmi les quelques modèles entrant en ligne de compte dans la personnalité, c'est un gros morceau aussi... et ce que tu dis:
@Nagarian a écrit:
Il y a comme une contradiction entre ce que je veux et ce que je suis.
pourrait bien être représentatif d'une préoccupation "de l'image" (centre émotionnel, notamment le 4 dont le mécanisme égotique consiste à se vouloir différent des autres et incompris). Piste à explorer, donc. Fi a aussi cette particularité de se cristalliser autour de la question de l'identité.

Ma méthode perso pour le typage MBTI, c'est de définir les axes de perception et de jugement. Je n'ai pas l'impression de voir l'axe Ti/Fe-Fe/Ti, mais plutôt Fi/Te-Te/Fi. Pour la perception, le fait d'investiguer en accumulant les résultats de tests, et en explorant un peu en comparant des profils (toujours par tests), ça fait plutôt penser à l'axe Si/ne-Ne/Si.
D'après le passage que j'ai cité dans mon message précédent, tu sembles davantage I que E.
--> restent en lice jusqu'à présent: ISTJ (Si-Te-Fi-NE) et INFP (Fi-Ne-Si-Te).

Ajoutons ces passages:

@Nagarian a écrit:
D'ailleurs c'est très rare que je m'amuse ou que je prenne du plaisir à être avec les autres car je m'ennuie des sujets qui sont abordés sans pourtant prendre l'initiative de démarrer des conversations sur des sujets ou des points qui pourraient me passionner.
La fonction Si est celle qui part de son expérience propre... Un Si-dom (pas très équilibré) dans une conversation qui ne concerne pas son expérience (vécue, lue, bref, ce qu'il connait et maitrise) a tendance à s'ennuyer, parce que son Si n'est pas nourri, et c'est Ne qui entre en jeu (s'intéresser à de nouveaux domaines). D'ailleurs, ce que tu dis là:
@Nagarian a écrit:
J'ai de toute manière toujours cette envie de découvrir un sujet ou un domaine qui me passionne, j'ai l'impression que tout ce que je fais n'est pas fait par envie mais juste par obligation.
fait assez penser à la relation qu'on a avec son inférieure... une attraction forte, mais maladroite.

@Nagarian a écrit:
Cependant, je suis très à fond dans le travail, c'est presque je crois le seul endroit où je me sens en confiance car je maîtrise ce que je fais alors que dans les relations sociales me paraissent extrêmement difficile à aborder.
Ça peut encore être Si: l'accumulation d'expérience, de connaissance dans un domaine... on se sent en maitrise, c'est facile et rapide, on peut expérimenter des expériences de "flow" cognitivement orgasmiques...

Bref, de ces quelques échanges, je pencherais pour un ISTJ avec un ennéatype qui entre en contradiction (4, par exemple)*. Si c'est le cas (je ne fais que lancer des pistes à explorer), on comprend bien la réticence du 4 à admettre son type ISTJ (un des plus courants dans la population)

*:
 

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 15:20

J'arrive assez bien à m'identifier à ce que tu as dit et l'explication de la contradiction entre l'énéatype 4 et l'ISTJ est assez convaincante.

J'avais fait un test d'énéagramme en ligne et j'ai obtenu 5w6.

Je me sens en décalage mais je n'ai pas d'exemple précis sur le processus cognitif.
C'est plus une impression et des remarques entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : ISfP
Age : 38
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1170

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 16:05

Hello. Bienvenue.

Je ne comprends pas trop tes doutes, rien ne vient vraiment en contradiction avec le profil INFJ. Et le fait que tu ne t'entends pas avec tout le monde va dans ce sens aussi. Peut-être que ton aile 6 cherche à avoir une certitude. Mais avec la psycho on ne peut jamais vraiment être certain.

Tu peux avoir plein de traits liés à plein de types différents. Il a forcément un type qui domine le tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Mer 28 Mar 2018, 17:17

Je trouve ça très étrange un ISTJ 4 qui se sentirait à ce point là en décalage du fait de son processus cognitif (ou tout simplement sa manière d'être), alors que c'est un type assez répandu, qui n'a normalement pas de mal à s'intégrer. (et qui recherche à tout prix l'intégration, hormis peut-être les ESTJ 8 qui se considèrent au-dessus du troupeau)
Ou @Nagarian tu es sous l'influence d'une nombre INFP 4 qui te fait te sentir différent et te lamenter sur ton sort.

Je trouve que la manière que tu as de décrire ton sentiment de différence très proche des N lorsqu'ils sont en nombre minoritaires et qu'ils ont un fonctionnement atypique. Si tu es Ni dom, et que tu l'es beaucoup, je peux tout à fait comprendre ton sentiment d'incompréhension et de rejet. Même si sur ce forum on te dira que gnagna, ceux qui sont allés à l'école et se rappellent comment sont les enfants, ils sauront qu'il y a peu de place à la différence surtout si c'est dans la manière d'être. Et un Ni Dom peut-être très atypique ! J'en ai rencontré.
Sinon c'est d'autant plus curieux que dans ton milieu d'étude, si tu es ISTJ, tu aurais dû te sentir comme un poisson dans l'eau ! Bien sûr à part si tu es 4, mais j'ai du mal à croire à la combinaison ISTJ 4.
J'ai rencontré des ESTJ qui avaient un côté atypique et qui s'intéressaient à l'art, mais je ne pense pas qu'ils ressentaient ce que tu as pu décrire. Ma mère ESTJ a des aspects comme ça, mais elle ne se sent pas différente et incomprise, juste supérieure ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
μαllollo
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP 9w8 sp/sx
Age : 36
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 396

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Jeu 29 Mar 2018, 10:05

@Nagarian a écrit:
J'arrive assez bien à m'identifier à ce que tu as dit et l'explication de la contradiction entre l'énéatype 4 et l'ISTJ est assez convaincante.
Pour vérifier l'hypothèse: étude des modèles en profondeur* + observation au quotidien...
*:
 

@Guinea Pig a écrit:
Je ne comprends pas trop tes doutes, rien ne vient vraiment en contradiction avec le profil INFJ
Rien du tout? Même pas quand il admet n'avoir pas du tout l'impression d'utiliser Fe, par exemple? Ou qu'il dise qu'il a l'impression que le profil INFJ lui semble en parfaite contradiction avec ce qu'il fait Alien 2

@Luna a écrit:
Je trouve ça très étrange un ISTJ 4 qui se sentirait à ce point là en décalage du fait de son processus cognitif (ou tout simplement sa manière d'être)
Ben justement, pour le moment rien n'indique que c'est son processus cognitif qui le rend "si différent", alors qu'il souligne un décalage "entre ce qu'il veut et ce qu'il est"... Un INFP 4 ne ressent pas cette contradiction-là, en interne, si?
En tous cas, INFP ou ISTJ, ça reste de l'axe Fi/Te - Te/Fi... qu'est-ce qu'il en dit?:
@Nagarian a écrit:
Le Te me parle assez dans la recherche de l'efficacité et la mise en pratique d'un plan. Aussi dans son aspect logique et méthodique. En fait, je ne fourmille pas de plan à réaliser mais toutes mes actions sont assez liées à un grand plan général pour ma vie.
(...)
Par contre, le Fi me parle assez car j'ai du mal à expliquer mes valeurs et aussi dans la quête de sens. (vu sur un autre site)
Etrangement (ou pas), Nagarian commence par dire un truc du style "je pense avoir Fi avant Te" (le Fi lui parle assez, mais il n'a pas beaucoup de plans à réaliser pour être Te). Or, la façon dont il en parle montre que s'il utilise Fi, ça reste très flou (inconscient), alors qu'il avoue être pragmatique et méthodique. (BTW: "fourmiller de plans à réaliser" correspondraient davantage au Ne, éventuellement associé au Te de l'ENFP, par exemple... ça n'a rien de purement Te).
Pour mi, ça ne correspond pas à INFP.

@Luna a écrit:
Ou @Nagarian tu es sous l'influence d'une nombre INFP 4 qui te fait te sentir différent et te lamenter sur ton sort.
Pas besoin de faire intervenir le type MBTI ici, le 4 suffit largement...

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Jeu 29 Mar 2018, 10:35

@μαllollo a écrit:


@Luna a écrit:
Je trouve ça très étrange un ISTJ 4 qui se sentirait à ce point là en décalage du fait de son processus cognitif (ou tout simplement sa manière d'être)
Ben justement, pour le moment rien n'indique que c'est son processus cognitif qui le rend "si différent", alors qu'il souligne un décalage "entre ce qu'il veut et ce qu'il est"... Un INFP 4 ne ressent pas cette contradiction-là, en interne, si?

Si il est très susceptible de le ressentir car c'est un type envieux qui veut souvent ce qu'il n'a pas, et qui ce satisfait peu de ce qu'il a. (ça peut tout aussi bien être matériel qu'au niveau de la personnalité) C'est un peu un éternel insatisfait qui pense toujours que l'herbe est plus verte ailleurs, et qui doit apprendre à aimer les plaisirs simple de la vie et accepter ce qu'il a. C'est ce que je fais depuis que je suis petite, et je m'en sors bien.

Mais c'est vrai que de la manière dont en parle Nagarian, ça ressemble plus à une contrainte qu'il s'impose contre ses vrai envies, ou qu"il s'empêche d'être réellement lui-même, ce qui colle moins avec Fi, mais tout dépend de l'éducation. De toute façon, il semble trop J et méthodique, logique pour être INFP.


@μαllollo a écrit:


En tous cas, INFP ou ISTJ, ça reste de l'axe Fi/Te - Te/Fi... qu'est-ce qu'il en dit?:
@Nagarian a écrit:
Le Te me parle assez dans la recherche de l'efficacité et la mise en pratique d'un plan. Aussi dans son aspect logique et méthodique. En fait, je ne fourmille pas de plan à réaliser mais toutes mes actions sont assez liées à un grand plan général pour ma vie.
(...)
Par contre, le Fi me parle assez car j'ai du mal à expliquer mes valeurs et aussi dans la quête de sens. (vu sur un autre site)
Etrangement (ou pas), Nagarian commence par dire un truc du style "je pense avoir Fi avant Te" (le Fi lui parle assez, mais il n'a pas beaucoup de plans à réaliser pour être Te). Or, la façon dont il en parle montre que s'il utilise Fi, ça reste très flou (inconscient), alors qu'il avoue être pragmatique et méthodique. (BTW: "fourmiller de plans à réaliser" correspondraient davantage au Ne, éventuellement associé au Te de l'ENFP, par exemple... ça n'a rien de purement Te).
Pour mi, ça ne correspond pas à INFP.

Tu as mal lu, il dit justement qu'il nefourmille pas de plan à réaliser, par contre que toutes ses actions sont liée à un grand plan général pour sa vie. Ce qui fait N, voir Ni.

Sinon je suis Fi dom, mais je suis incapable de définir réellement cette fonction contrairement à Te. (mais oui, je ne pense pas qu'il soit Fi dom)
Je pense percevoir aussi l'axe Te-Fi chez lui, mais il a bien dit à un moment qu'il ne pouvait pas s'empêcher d'aider les gens (quand-même juste avant il dit ne pas les aimer et les trouver inintéressant) même si il ne les connaissait pas.
Ce qui fait Fe.

En ce qui concerne S/N, il a dit s'ennuyer dans la plupart de ses conversations et trouver les gens peu intelligents et immatures, ce qui fait plutôt penser au N. Le sentiment de décalage, d'être incompris, de fonctionner différemment et d'établir de grand plan général dans sa vie, vont aussi dans ce sens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : ISfP
Age : 38
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1170

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Jeu 29 Mar 2018, 10:40

@μαllollo a écrit:
@Guinea Pig a écrit:
Je ne comprends pas trop tes doutes, rien ne vient vraiment en contradiction avec le profil INFJ
Rien du tout? Même pas quand il admet n'avoir pas du tout l'impression d'utiliser Fe, par exemple? Ou qu'il dise qu'il a l'impression que le profil INFJ lui semble en parfaite contradiction avec ce qu'il fait Alien 2

C'est que du ressenti. Ce n'est pas parce qu'il a l'impression qu'il n'utilise pas... qu'il ne l'utilise pas. Et pour le boulot, il y a beaucoup de personnes qui ne seraient pas en équation avec leur type.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Jeu 29 Mar 2018, 11:51

@Luna a écrit:
Je trouve ça très étrange un ISTJ 4 qui se sentirait à ce point là en décalage du fait de son processus cognitif (ou tout simplement sa manière d'être), alors que c'est un type assez répandu, qui n'a normalement pas de mal à s'intégrer. (et qui recherche à tout prix l'intégration

C'est ce que je me dis, beaucoup de gens ne s'intéressent justement pas à ce genre de modèle car la façon dont ils sont est communément admise par la société et que ces personnes s'intègrent, forment des groupes, se marient et ont des enfants, bref mènent leur vie sans se poser des questions car à part l'argent qui pose un peu problème à tous le monde, le reste se déroule assez bien une fois qu'ils ou elles ont eu quelques expériences. Enfin, c'est ma théorie.

@Luna a écrit:

Je trouve que la manière que tu as de décrire ton sentiment de différence très proche des N lorsqu'ils sont en nombre minoritaires et qu'ils ont un fonctionnement atypique.

Je pense que mon entourage proche est très S. Ils parlent de sujet en entrant très dans le détails comme par exemple sur les prix des aliments alors que moi je préfère balayer plusieurs sujets sans m'attarder trop longuement sur le détails.


@Luna a écrit:

Sinon c'est d'autant plus curieux que dans ton milieu d'étude, si tu es ISTJ, tu aurais dû te sentir comme un poisson dans l'eau ! Bien sûr à part si tu es 4, mais j'ai du mal à croire à la combinaison ISTJ 4.

Je me sentais assez à l'aise parce que c'était le milieu scolaire où j'ai toujours réussit à m'en sortir sans trop de difficultés et de plus c'est un milieu dans lequel j'ai une certaine expérience.


@μαllollo a écrit:

Rien du tout? Même pas quand il admet n'avoir pas du tout l'impression d'utiliser Fe, par exemple? Ou qu'il dise qu'il a l'impression que le profil INFJ lui semble en parfaite contradiction avec ce qu'il fait

Ma théorie c'est qu'une personne qui serait INFJ tendrait au moins dans un aspect de sa vie à exprimer ses fonctions dans une activités ou un loisir. Et pour l'INFJ je ne vois pas ce qui colle avec mon vécu. Peut être les jeux vidéos ou je me suis complétement trompé dans ma vie ce qui serait étonnant car je devrais être en échec scolaire depuis longtemps.
Ce que je veux dire c'est qu'un INFJ tend naturellement vers des métiers comme psychiatre ou psychologue pas comptable, comptable est presque dans la liste des métiers les moins choisis pour un INFJ.

@μαllollo a écrit:

En tous cas, INFP ou ISTJ, ça reste de l'axe Fi/Te - Te/Fi... qu'est-ce qu'il en dit?

ISTJ serait plus logique, à moins que je donne une image d'ISTJ qui serait en contradiction avec ce que je suis vraiment. Ce qui pourrais expliquer pourquoi j'ai fait un burnout, enfin j'essaye de créer des liens entre différent événement de ma vie alors qu'il existe tellement de facteurs qui peuvent rentrer en ligne de compte.
Ce que je voudrais dire, c'est que je suis plus orienté solution quand je discute avec les gens, je cherche des solutions à leur problèmes, je ne suis d'aucun soutient émotionnel. Je déduirais de cela un T. Et cette aspect est assez fréquent chez moi pour que je me permette de tirer une conclusion.

@Luna a écrit:

Si il est très susceptible de le ressentir car c'est un type envieux qui veut souvent ce qu'il n'a pas, et qui ce satisfait peu de ce qu'il a. (ça peut tout aussi bien être matériel qu'au niveau de la personnalité) C'est un peu un éternel insatisfait qui pense toujours que l'herbe est plus verte ailleurs

C'est exactement ça. Ce serait quelque chose de commun au NF, non ? ou aux gens qui voudraient améliorer le monde.

@Luna a écrit:

mais tout dépend de l'éducation

Je pense que cela rejoint ce qui a été dit sur le fait d'être un N parmi des S ou même l'inverse.


J'ajouterai que en ce qui concerne mon jugement sur le fait d'aimer ou non les gens, je suis partagé, c'est plus une humeur ou une rancœur ou une aigreur dans les moments ou je ne suis pas au top.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Jeu 29 Mar 2018, 14:03

@Nagarian a écrit:

ISTJ serait plus logique, à moins que je donne une image d'ISTJ qui serait en contradiction avec ce que je suis vraiment. Ce qui pourrais expliquer pourquoi j'ai fait un burnout, enfin j'essaye de créer des liens entre différent événement de ma vie alors qu'il existe tellement de facteurs qui peuvent rentrer en ligne de compte.
Ce que je voudrais dire, c'est que je suis plus orienté solution quand je discute avec les gens, je cherche des solutions à leur problèmes, je ne suis d'aucun soutient émotionnel. Je déduirais de cela un T. Et cette aspect est assez fréquent chez moi pour que je me permette de tirer une conclusion.


C'est ce que je pensais au départ, un INFP qui s'est donné une image d'ISTJ. Tu ne serais pas le premier INFP homme à qui ça arrive.
Il faut que tu distingue ce que tu es réellement, avec l'image que tu donnes et ce que tu aimerais être.
Comment étais-tu lorsque tu étais petit ? Le Fi d'un INFP se manifeste très tôt car il l'a en dominante. Vient ensuite dans l'ordre les autres fonctions.
Sinon je suis Fi, et je ne pense pas non plus être un soutient émotionnel. Lorsqu'une personne est triste et a besoin de réconfort par exemple, si je suis physiquement en face, ça me met mal à l'aise et je ne sais pas comment réagir.
Je rappelle que le Fi est tourné vers lui-même, c'est le Fe qui est plus expansive et qui réconforte facilement.

Sinon pour ce qui est de ne jamais se satisfaire de ce qu'on a, du moins d'avoir toujours l'impression que c'est mieux ailleurs, ce n'est pas forcément corrélé au 4, mais ce n'est pas incohérent non plus, puisque la compulsion du 4 est "l'envie".
J'ai l'impression que ce "problème" touche surtout les NP, qui aiment la nouveauté et qui auront plus tendance à vouloir autre chose, à fantasmer, que le SJ par exemple qui se contentera de sa routine et qui l'appréciera.

Mais nous sommes aussi attirés par nos fonctions inférieures. Par moment j'aime aussi la routine, je l'apprécie et je la trouve sécurisante, exactement de la même manière qu'un SJ (J'aime même faire mes courses toutes les semaines avec un petit caddie. Qui aime ça ??), et je le remarque beaucoup chez les ENTP qui peuvent avoir un Si pantouflard, c'est le cas aussi de mon père INTP.

Bref, si en plus tu as développé tes fonctions ombres, ça m'étonnerait pas que tu aille des aspect ISTJ au point d'envisager de l'être. Mais que tu ai fait un burn out est peut-être un avertissement de ton corps pour te dire qu'il n'en peu plus de cette mascarade !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagarian
Aucun rang assigné


Type : INFJ
Age : 24
Lieu : Strasbourg
Inscription : 26/03/2018
Messages : 24

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Ven 30 Mar 2018, 10:26

@Luna a écrit:

Comment étais-tu lorsque tu étais petit ?

Je ne me souviens plus très bien.

Quelqu'un d'assez solitaire qui s'exprimait peu mais qui quand il le faisait était assez critique vis à vis des autres.
Très concentré sur le scolaire car plus facile que le reste et par peur de décevoir mes parents (sensation d'obligation).
Peu sûr de moi et peu à l'aise, observateur plus qu'acteur.
Essayant de comprendre les autres, un peu naïf ou crédule.
Voyant des amitiés et des couples se former.
Tirant rapidement des conclusions personnelles sur ce qui était important ou pas.
Cherchant des relations parfaites fondées sur des critères conforme à mes valeurs et à moi même. (intelligence par exemple)
Un peu imbu de ma personne ou orgueilleux.
Me comparant aux autres.
Cherchant des personnes expérimentés et plus âgés (oncle, grand mère).
Absence de but.
Assez sensible.

Je dirais que tout ce qui précède est vrai pour ma période collège.
En même temps, je me posais moins de questions et vu que la vie avançait au rythme des cours, les choses se passaient assez bien pas parfaitement mais rien de spectaculaire. Par contre, je planais un peu car je pense que je ne m'intéressais pas trop au cours proposés : il fallait passer l'année donc avoir la moyenne voir un peu plus. Je ne me passionnais pas vraiment. Peut être trop exigeant envers moi même déjà à l'époque : il fallait que j'ai assez de connaissances sur un sujet pour me sentir à l'aise pour en parler.

C'est quand j'ai découvert l'économie en première et les mathématiques de terminales que je me suis trouvé un sujet qui m'intéressait : la gestion. Et avec l'orientation post bac, un but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
avatar

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 24
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1897

Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type Sam 31 Mar 2018, 00:03

Déjà, la manière que tu as de décrire ton enfance pour te typer, ne correspond pas au type T. Tu n'es pas dans l'analyse, tu n'es ni concis. On peut-être F et s'en foutre des autres et être bon dans les matières scientifiques. (même si les T sont plus susceptibles de l'être)
Sinon le I était déjà bien visible, je te vois aussi un aspect F pour l'envie de comprendre les autres, être trop naïf, crédule, et pour ta recherche de relation idéale selon tes propres valeurs. Ce qui sonne Fi.
C'est d'autant plus F pour moi que tu es introverti. Ce n'est pas l'extraversion qui t'a poussé à t'intéresser à autrui, au genre humain.
Sinon je verrais bien l'absence de but relié à l'âge que tu avais mais aussi à la fonction Te en inférieure. En général les Te dom que j'ai connu, ont toujours semblé avoir eu un but dans leur vie. (du moins des objectifs même si insignifiants).

Sinon curieux que ce soit la gestion qui t'ai à ce point intéressé, mais comme je l'ai déjà dit, c'est peut-être dû au développement de tes fonctions inférieures, et maintenant que tu en as fait le tour, tu en as ras le bol ? (de la gestion)

Sinon pour moi tu es INFP, mais je ne pourrais pas te l'affirmer noir sur blanc avec des preuves concrètes. Lorsque tu parlais de reconnaissance entre les types, je me reconnais un peu en toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Un INFJ qui doute de son type

Revenir en haut Aller en bas
 

Un INFJ qui doute de son type

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un INFJ qui doute de son type
» un nouveau INFJ
» A quoi repère-t-on un INFJ ?
» Personnages typiques de chaque type.
» Des tests pour déterminer votre type

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: La vie sur le forum :: Le coin des présentations-