Le forum français du MBTI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Grosses remises sur le calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Dragon Ball ...
43.99 € 69.91 €
Voir le deal

Partagez
 

 Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anachronie
Aucun rang assigné


Type : INFP 5.
Age : 29
Lieu : BXL / Agen
Inscription : 11/09/2017
Messages : 13

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 15:05

Pensez-vous que certaines situations de vie, certains contextes, peuvent détourner un profil MBTI de sa nature de base ? Ou bien que l'on puisse avoir "plusieurs personnalités" selon les situations subies de longues durées ?

Ma question est un peu tordue, je la refais avec un exemple concret.
Je suis INTP de type 5. J'ai fait plusieurs test, à plusieurs moments différents de ma vie, les descriptions me correspondent bien et elles me plaisent, je n'ai jamais eu aucun doute. J'ai lu beaucoup de "descriptions", longues, courtes, des caricatures aussi. INTP toujours. Pour autant, un gars du net avec qui je discute depuis une semaine me type "INFP" avec une insistance qui commence à me mettre mal à l'aise. Toutes mes recherches sur l'INFP me provoquent un sentiment de blocage, un refus catégorique d'appartenir à ce profil là. Mais je sais qu'il y a une différence entre ce que l'on est et ce que l'on veut être, donc je veux m'assurer de la chose avec des personnes plus pertinentes.


  1. Je me demandais s'il était possible que des conditions de vie longues durées très néfastes puissent influencer un profil

Comme par exemple une dépression sévère avec tentatives de suicide et isolation extrême du monde extérieur de 18 à 24 ans, est-ce que cela peut rendre un INTP 5 plus "lunatique", plus "hypersensible", plus "émotionnel", plus "colérique" ? Ou bien simplement, je suis une INFP parce que je suis trop dans l'intensité des émotions ?

Cette personne qui me "type" est plongé dans le MBTI depuis 6 ans, donc je lui accorde un minimum de crédit. Mais ses arguments ne me convainquent pas du tout (la morphologie de mon visage qu'il a vu sur 2 photos floues, mes émotions dans nos messages privés lorsqu'on parle de moi ou de mon passé, ma côté lunatique). Il semble dire qu'une INTP serait dans le détachement en quasi-permanence. Ce qui n'est pas mon cas il a raison. Lui qui est également INTP 5, dans nos discussions, semble toujours très détaché. Moi non. Je suis comme "en ébullition".



  1. Autre question : est-ce qu'une personnalité virtuelle est toujours représentative du profil MBTI de la vie réelle ?

C'est aussi à mon sens quelque chose qui change tout. De style ; dans la "vraie vie", je ne discute avec personne de ce que je ressens. Je suis un château fort, je me contente des conversations informatives (de type "on finit à quelle heure" "quelle est la méthode" etc...). je suis très détachée, dans mon coin, j'aime avoir du temps pour réfléchir tranquillement. Je ne cherche pas à faire "amis-amis", je donne le minimum syndical qu'on me demande niveau relationnel, je veux juste faire mon job, je ne laisse rien paraître, ne raconte ni mes histoires, ni mes déboires, ni mes soucis, ni mes ressentis.

J'ai la vision des INFP qui représenterait des personnes un peu perchées, dans leur monde imaginaire et fantastique, plein d'idéaux et de jolies luttes. Je lis souvent à leur sujet qu'ils ont très envie que les gens s'entendent bien, qu'il y ait une harmonie, ils sont très loyaux, réconfortants... J'insiste sur ce point mais je suis réellement "insensible" aux autres. Je ne souhaite rien, je n'ai pas d'empathie, je ne recherche rien avec ou contre eux. Ils sont, je suis, nous ne vivons comme pas dans le même monde et je n'en demande pas moins. Je ne console pas, je fuis les personnes qui ont besoin de réconfort, toutes les démonstrations extérieures de sentiments me mettent mal à l'aise, je n'apporte qu'une aide strictement intellectuelle ou matérielle si nécessaire, si on me le demande, si la personne le mérite un minimum (mais personne ne me demande jamais rien et tant mieux, je ne leur demande jamais rien non plus). Mon seul "combat" dans la vie c'est la recherche du savoir, la vérité, tout le reste m'est à peu près égal. Dans la vraie vie je suis cette personne très isolée, froide, manquant d'humanité.

Alors que sur le net, je laisse "toutes mes émotions" divaguer, du coup ma personnalité n'est pas la même, et je suis sur le net des dizaines d'heures par jour... D'ailleurs dans un contexte amoureux très connecté intellectuellement/spirituellement, ou dans une amitié fusionnelle, je peux devenir extrêmement émotionnelle, passionnée, démonstrative. C'est quelque chose d'exclusif, rare. Ça m'est arrivé une fois dans la vie en fait, pendant 1 an et demi. J'avais l'impression à ce moment d'être enfin "moi". Mais en dehors de ça, je suis dans une isolation extrême permanente. Pas d’amis, de potes, de sorties etc. Jamais. Juste le net. Je ne sais plus quelle est ma personnalité réelle, ou du moins j'ai du mal à trouver mon profil type et trancher une bonne fois pour toutes.

J'espère que vous pourrez m'aiguiller j'ai la sensation d'être complètement perdue. Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylphira
Mère de Cthulhu
Sylphira

Type : ENT
Age : 35
Lieu : Ma grotte
Emploi : Barbouilleuse et débarbouilleuse
Inscription : 21/03/2015
Messages : 1802

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 16:30

Bon alors déjà : cela peut parasiter la vision que tu as de toi, mais pas tes fonctions.
L'important pour le typage, c'est dans quelle fonction (Ti, Te...) ton égo est le plus à l'aise? Parce que tu peux très bien utiliser Ti, mais par la force des choses être dans une boucle et t'éloigner de ton fonctionnement naturel. On s'adapte comme on peut, on donne à voir ce qu'il y a à voir pour rester en sécurité, il n'empêche qu'au final, un fonctionnement sera toujours plus naturel qu'un autre.

Avant de te typer INTP, je pense que tu devrais déjà séparer de ce qui est du fonctionnement actuel que tu as, qui peut être un mécanisme de défense, ou lié à une souffrance mentale, ou une adaptation de ce que tu serais si tu allais mieux. Et de te faire aider par quelqu'un de bienveillant pour sortir de la dépression. Si tu as moins de 25 ou 26ans - me souviens plus exactement - tu peux te faire aider d'un psychiatre à moindre coût.

Disons que pour une INTP 5, tu as été assez prolixe sur le forum pour aiguiser le doute. On peut trouver une résonance dans le 5 ou dans les types INxP lorsqu'on est en dépression.

_______________________________________

Never look back. Learn, and remember the last lessons.   
  
Zogarok a écrit:
Où la féminité sur l'état civil et l'humour de garagiste alcoolique avec du poil dans le dos se confondent en une seule personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anachronie
Aucun rang assigné


Type : INFP 5.
Age : 29
Lieu : BXL / Agen
Inscription : 11/09/2017
Messages : 13

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 16:42

D'accord je comprends. J'ai tenté de trancher en fonction des fonctions justement mais soit les deux possibilités me parlaient, soit elles ne me parlaient pas entièrement dans les deux cas, ça ne m'a pas aidée.

@Sylphira a écrit:
Disons que pour une INTP 5, tu as été assez prolixe sur le forum pour aiguiser le doute. On peut trouver une résonance dans le 5 ou dans les types INxP lorsqu'on est en dépression.
Donc tu penses toi que la personnalité virtuelle est "forcément" représentative de la personnalité de la vraie vie ? Ta supposition serait que ici je suis "normale", et en vrai, je me retiens et ne démontre pas vraiment qui je suis ?

Ca serait tout à fait plausible. Dans ce cas comment puis-je espérer me "découvrir" un jour, car je suis ainsi depuis mes 15 ans jusqu'à mes 25 ans, c'est difficile de me dire qu'en réalité je suis "quelqu'un d'autre". Par ailleurs je vais mieux maintenant, je n'ai jamais été à l'aise avec les "psys" et autres (bien que le domaine me passionne, v'la la contradiction), je n'en ressens pas le besoin non plus. D'ailleurs cette année, j'ai eu l'impression d'apercevoir un gros changement en moi, positif. La capacité à "supporter" les situations sociales courtes, et avec sourire en plus ! Pour autant je reste la même "au fond".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylphira
Mère de Cthulhu
Sylphira

Type : ENT
Age : 35
Lieu : Ma grotte
Emploi : Barbouilleuse et débarbouilleuse
Inscription : 21/03/2015
Messages : 1802

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 17:08

Je t'avoue que je ne pose pas la question dans ces termes. Moi, je suis moi, j'endosse un rôle, puis un autre, selon les besoins des circonstances. Je suis tour à tour maman, compagne, artiste, fille, amie, j'adapte mon comportement en fonction et je ne pose pas la question de savoir si c'est représentatif ou non. Juste, selon, ça m'apprend quelque chose de nouveau sur mon fonctionnement ou mes limites.
Je pense que le psy pourrait t'aider au moins à mettre des concepts derrière tes blocages, et à faire le point sur ce qui est d'une éventuelle phobie sociale, trouble borderline, troubles de l'humeur ou de la personnalité. Aller voir un psy ne veut pas nécessairement qu'on va mal Wink

_______________________________________

Never look back. Learn, and remember the last lessons.   
  
Zogarok a écrit:
Où la féminité sur l'état civil et l'humour de garagiste alcoolique avec du poil dans le dos se confondent en une seule personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamy Mougeot
Aucun rang assigné
Mamy Mougeot

Type : INTP d'obédience crustacée
Age : 39
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 1113

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 17:11

D'aucuns* diraient qu'on oscille en réalité entre son fonctionnement naturel et des pointes de son fonctionnement d'ombre (pour l'INTP, ce serait l'ESFJ).
* mais leurs détracteurs sont légion
Spoiler:
 

Mais Sylph' a raison, il n'est ni facile ni vraiment souhaitable de se typer en période de mal-être... Cela dit, si tu ne peux pas t'empêcher de faire cette recherche sur toi-même, tu auras davantage de facilité à trouver d'abord ton ennéatype que ton type MBTI en ce moment (la structure égotique de l'ennéa ressort davantage quand on est "mal", alors que le type MBTI est plus clair quand le fonctionnement cognitif n'est pas entravé).

Un passage qui m'interpelle quand même:
@Anachronie a écrit:
J'insiste sur ce point mais je suis réellement "insensible" aux autres. Je ne souhaite rien, je n'ai pas d'empathie, je ne recherche rien avec ou contre eux.
Même là-bas tout au fond bien caché ? Tu peux broder là-dessus?

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 17:18

Citation :
Dans ce cas comment puis-je espérer me "découvrir" un jour, car je suis ainsi depuis mes 15 ans jusqu'à mes 25 ans, c'est difficile de me dire qu'en réalité je suis "quelqu'un d'autre".

Tu n'es pas seule, je crois qu'on est beaucoup à être passé par là, à divers degrés. Et oui c'est jamais agréable de trifouiller ses plaies, mais faut le faire parfois pour extraire le gravier.
Y'en a qui s'en rendent compte biiien plus tard, d'autres jamais et qui compensent autrement, parfois ça marche et ça tient jusqu'à la fin de leur vie !affraid  
Ewi c'est fou !

Mais maintenant que tu as entrepris cette démarche avec toi même, si tu veux qu'elle soit sincère : il est parfois nécessaire de déconstruire.
Il y a juste une chose essentielle à prendre en compte là de dedans c'est ta relation à "l'autre".
Et c'est à mon sens ce qui fait que pour certains ce soit plus difficile... On ne parle jamais de la relation à l'autre dans tout ça...C'est en identifiant certaines choses de ce côté que tu arriveras plus facilement à savoir ce qu'il faut déconstruire ou non chez toi et surtout que tu éviteras de trop trifouiller et te faire du mal pour pas grand chose. C'est vraiment essentiel.
Certains se regardent trop eux même et n'observent pas assez les autres (bouhh pa bo cé vréman sale Embarassed), et d'autres c'est l'inverse ils oublient de se regarder (de manière honnête j'entends).
J'ai un peu l'impression qu'il y a plus de gens dans la deuxième catégorie d'ailleurs. Mais dans les deux cas, il me semble que c'est sa relation à l'autre qu'il convient d'observer un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Apocalypse
Déléguée aux smileys
Apocalypse

Type : INFP 4w3 Sp/Sx
Age : 32
Lieu : -
Emploi : -
Inscription : 22/09/2012
Messages : 2559

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeLun 11 Sep 2017, 22:21

En fait j'avais rédigé une réponse assez longue, que j'ai perdue bêtement en cliquant au mauvais endroit. Facepalm 

En tout cas j'ai retrouvé ce test : http://www.celebritytypes.com/test/infp-or-intp.php
Qui peut peut être t'aider tout simplement à faire le tri entre les fonctions principales ?

A part ça, je disais notamment que les INTP peuvent être assez différents entre eux, et que si tu es Sx par exemple (ce qui pourrait  être le cas, de ce que tu décris), tu pourras paraître bien plus animée et émotive qu'un INTP qui lui n'a pas développé cet instinct, tout en étant en fait différente de ce qu'est un INFP. 
Par ailleurs je ne validais pas ta description du INFP qui fait beaucoup trop petit lapin tout kiki et 9 à mon goût. En fait les INFP ne cherchent pas nécessairement l'harmonie, pour une grosse partie d'entre eux ce n'est pas une priorité. L'essentiel est de préserver les valeurs qui leur tiennent à coeur (et qui les freinent dans leur pragmatisme).

Pour le reste je valise l'essentiel de ce qui a été dit ici : en cas de dépression, même le plus T des T deviendra plus hypersensible. Il faut voir pour quelle raison cela arrive, cela dit, car ça peut constituer un indicateur, dans une certaine mesure.

Par ailleurs, on peut être différent sur le web et dans la vie... Mais dans tous les cas ça reflète quelque chose, selon moi aussi. J'ai aussi cette dichotomie (j'ai tendance à être plus extravertie sur le web qu'en vrai), pour des raisons qui diffèrent cependant (en terme d'ennéa ce serait pour des raisons "w3"). Dans ton cas, peut être que le web a été un support propice à développer un aspect de ta personnalité qui n'avait pas eu l'occasion de s'exprimer jusque là ? Si c'est parce que tu y as connu quelqu'un de spécial, ça peut faire sens. Cela dit tu le sauras sans doute mieux que nous.

Une bonne chance dans ta recherche ! Petrus Coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anachronie
Aucun rang assigné


Type : INFP 5.
Age : 29
Lieu : BXL / Agen
Inscription : 11/09/2017
Messages : 13

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeMar 12 Sep 2017, 12:28

μαllollo a écrit:
D'aucuns* diraient qu'on oscille en réalité entre son fonctionnement naturel et des pointes de son fonctionnement d'ombre (pour l'INTP, ce serait l'ESFJ).
* mais leurs détracteurs sont légion
Spoiler:
 

Mais Sylph' a raison, il n'est ni facile ni vraiment souhaitable de se typer en période de mal-être... Cela dit, si tu ne peux pas t'empêcher de faire cette recherche sur toi-même, tu auras davantage de facilité à trouver d'abord ton ennéatype que ton type MBTI en ce moment (la structure égotique de l'ennéa ressort davantage quand on est "mal", alors que le type MBTI est plus clair quand le fonctionnement cognitif n'est pas entravé).

Un passage qui m'interpelle quand même:
@Anachronie a écrit:
J'insiste sur ce point mais je suis réellement "insensible" aux autres. Je ne souhaite rien, je n'ai pas d'empathie, je ne recherche rien avec ou contre eux.
Même là-bas tout au fond bien caché ? Tu peux broder là-dessus?



Cela fait un an et demi que je vais bien au quotidien, C'est le meilleur moment pour me typer Wink

J'ai vraiment du mal à répondre à ta question par contre. J'essaie de prendre l'exemple quand je bossais en usine. Tous les collègues m'ont un moment donné ou un autre confié leurs problèmes, assez graves d'ailleurs. Il y avait la gravité dans la voix, la peur sur le visage, parfois des larmes (hommes ou femmes). De mon côté, jamais de la vie je ne parlerai à des collègues de quoi que ce soit. Mes conversations sont purement limités à des fins informatives (on finit à quelle heure, on fait ça comment...). Par ailleurs quand ils m'expriment leurs émotions je reste de marbre, je ne ressens rien, je ne plonge pas avec eux dans leurs sentiments, j'suis assez froide et détachée. Je ne suis pas quelqu'un qui rassure, conforte, ou partage quoi. Je peux éventuellement donner des pistes de solutions, mais souvent ce n'est pas ce que ces gens attendent donc je m'abstiens. Après m'avoir confié leurs secrets ces gens essaient de se "rapprocher" comme si on était complices, mais moi je recule en fait parce que je n'ai pas envie que ça se reproduise tant je suis mal à l'aise avec les émotions des autres. Au bout de plusieurs semaines ou mois, ces gens ne sauront absolument rien de moi. Et ne me demanderont plus rien non plus à force. Du coup 'au jour le jour' je suis détachée. C'est le quotidien.

Par contre, je m'estime hypersensible parce que pour une raison X ou Y je peux réellement être envahie de sentiments d'un coup et péter mon câble. Ca ce sont les "exceptions". Du style : la famille de mon copain vient d'une classe sociale extrêmement différente de mon univers, avec des valeurs très opposées etc. Leur différence ne me pose pas de problème "en soi" (dans le sens où j'ai mes valeurs, eux les leurs, je ne veux pas les changer ou me changer, chacun ses histoires), par contre s'ils me forcent à aller à l'encontre de mes principes, en insistant ou quoi, je peux me montrer tout à coup très émotionnelle.
Exemple inventé : Les parents sont ultra-protecteurs, au point d'imposer tout à mon copain, toujours derrière son cul, à lui dire quoi faire comment pourquoi, estimant qu'il n'est pas assez mature pour faire ses propres choix. Il n'y a aucune place pour son individualité. Lui ne remet jamais rien en question, ça ne le dérange pas cette situation. Parfois les parents vont appliquer leur méthode sur ma propre personne. Au quotidien je laisse couler en disant "oui amen", pour pas chercher des histoires mais je vis ma vie comme je l'entends. En revanche s'ils poussent le bouchon trop loin, j'vais finir par sortir de mes gonds et ça va donner un "Non mais je fais ce que je veux en fait, votre vision du monde n'est pas la mienne, je peux prendre note de vos conseils sans être obligée de faire ce que vous voulez" - sauf que je dis ça avec énormément d'émotions, genre je deviens toute rouge, je parle très crûment, de façon très très sèche, avec un regard assez froid voire agressif, et vu que c'est "sorti de nulle part", que je suis habituellement calme et détachée, ça "choque" énormément les gens. Je vois directement sur leur visage la surprise et l'incompréhension, ils ont l'impression que j'abuse, m'emporte pour rien, genre exagération x1000, que cela ne demandait pas autant de froideur et aussi peu de tact. J'ai le coeur qui bat à 1000 à l'heure limite les mains qui tremblent etc. Mais après cet événement je vais retourner dans ma bulle détachée quoi.

Pour ça dans le test que m'a donnée Apocalypse pour déterminer INFP ou INTP, y'a des questions où je n'arrive pas à trancher : suis-je supersensible ou indifférente ? Un peu des deux. Ai-je plus de mal à justifier mes valeurs ou croyances ou à feindre les bons sentiments pour intégrer un groupe ? J'ai mis supersensible et feindre les sentiments, mais les 4 propositions marchaient. Voici le résultat :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Pionnier
Luna

Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 27
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Amoureuse de l'amour
Inscription : 19/02/2015
Messages : 2558

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeMar 12 Sep 2017, 15:05

Si tu es Fi, c'est normal que tu ne plonge pas avec eux dans leurs sentiments (c'est Fe). J'ai aussi du mal à réconforter les personnes qui ont besoin de l'être et ces situations me mettent très mal à l'aise.
Sinon, le peu d'informations que tu donnes sur toi à ton entourage correspond bien à l'avarice du 5.
En ce qui concerne ton sentiment de détachement et de froideur, je pensais aussi l'être avant de connaître le MBTI, mais ça peut d'avantage être de la réserve et de la distance (pour se protéger).
Je te trouve pas mal émotionnelle dans ton texte, peut-être trop pour une INTP ?

Sinon ce passage  "Non mais je fais ce que je veux en fait, votre vision du monde n'est pas la mienne, je peux prendre note de vos conseils sans être obligée de faire ce que vous voulez" sonne tellement Fi pour moi d'autant plus que tu le dis avec émotion. J'aurais pu dire mot pour mot cette phrase.
Mais les INTP sont aussi assez "rebelles" et non conventionnels Smile

Sinon pour moi tu serais plutôt INFP 5w4 (ou 4w5). Tu as également un côté anti-conformiste et tu aimes être spéciale. Et oui, une dépression, un mode de vie forcé peuvent influencer sur le typage et notre propre perception de nous-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamy Mougeot
Aucun rang assigné
Mamy Mougeot

Type : INTP d'obédience crustacée
Age : 39
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 1113

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitimeMer 13 Sep 2017, 15:19

@Anachronie a écrit:
Cela fait un an et demi que je vais bien au quotidien, C'est le meilleur moment pour me typer Wink
Ah, d'ac. Comme tu parlais de dépression sévère et isolation du monde entre 18 et 24 ans (l'âge indiqué dans ta fiche), j'ai visiblement été induite en erreur. Enfin, l'info tient toujours: ennéa visible surtout en stress égotique, et MBTI en fonctionnement "naturel".

Sinon, je trouve que pour une INTP 5, on trouve une belle présence de Fi dans tes écrits. Je pense à ton tout premier message, où tu indiques:
@Anachronie a écrit:
Je suis INTP de type 5. J'ai fait plusieurs test, à plusieurs moments différents de ma vie, les descriptions me correspondent bien et elles me plaisent
Ti-dom n'en a rien à tortiller que la description du type lui plaise ou non, c'est un paramètre qui n'entre pas en ligne de compte, pas aussi frontalement en tous cas. Ça ne fait pas de toi une INFP sans appel, mais ça "colle" difficilement avec le doublé INTP+5.

Et puis ce bout d'intervention, qui pourrait être symptomatique d'un Fi-dom/Te-inf:
@Anachronie a écrit:
En revanche s'ils poussent le bouchon trop loin, j'vais finir par sortir de mes gonds et ça va donner un "Non mais je fais ce que je veux en fait, votre vision du monde n'est pas la mienne, je peux prendre note de vos conseils sans être obligée de faire ce que vous voulez" - sauf que je dis ça avec énormément d'émotions, genre je deviens toute rouge, je parle très crûment, de façon très très sèche, avec un regard assez froid voire agressif, et vu que c'est "sorti de nulle part", que je suis habituellement calme et détachée, ça "choque" énormément les gens.

Alors c'est vrai aussi qu'on pourrait lire du Fe-inf dans tes rapports aux autres, mais si tu es 5, ça peut être simplement la structure égotique de ton type qui s'exprime là.

Le type 5 "donne des traits" qui ont dans le sens du Ti-dom - mais Fi-dom est une fonction très semblable (jugement introverti), il n'est pas improbable d'être Fi-dom ET 5. Là où réside peut-être la difficulté, c'est dans l'acceptation pour un centre mental de ne pas être T mais F ("rationalité" et "compartimentation du 5" vs "décisions prises en fonction de facteurs humains/humanistes").

@Anachronie a écrit:
Pour ça dans le test que m'a donnée Apocalypse pour déterminer INFP ou INTP, y'a des questions où je n'arrive pas à trancher
Par comparaison (et curiosité), j'ai fait le même test en optant chaque fois que j'hésitais pour la réponse qui me tirerait vers l'INFP (alors que ma réponse naturelle finale serait l'autre), j'ai obtenu 65% INTP (et je ne pense même pas être type 5, après mûre réflexion, mon Ti n'est peut-être donc pas hissé vers les hauteurs par un éventuel type 5)...

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Empty
Message(#) Sujet: Re: Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un mode de vie forcé, une dépression, peut-il influencer un profil ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Rechercher son type-