Le forum français du MBTI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer 16” ASUS ROG Zephyrus G16
1639.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Application du paradoxe du Comédien au MBTI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Procrastination
Aucun rang assigné


Type : INTP
Age : 22
Lieu : Système solaire (comment ça, l'échelle est trop petite?)
Inscription : 18/06/2020
Messages : 126

Application du paradoxe du Comédien au MBTI  Empty
Message(#) Sujet: Application du paradoxe du Comédien au MBTI Application du paradoxe du Comédien au MBTI  Icon_minitimeJeu 13 Oct 2022, 21:25

Salutations,

Je me pose des questions de philo de l'art (esthétique) (et de philo en général mais ce n'est pas le sujet). J'aimerais parler de l'opéra et des personnalités type. Je précise que je chante de l'opéra en amateur (et que je fais un peu de phonétique, ce qui m'aide) et que j'en écoute. De plus, j'ai lu le Paradoxe sur le comédien (il y a longtemps).

Le Paradoxe du Comédien, de Diderot (typé ENTP) me semble relever du Ti-Fe ou de la "machine chaleureuse" traditionnellement assimilée à l'INTP (on peut discuter sa pertinence, ceci dit) et je trouve qu'il s'applique à l'opéra. Il faut séparer d'une part le masque et le public (le premier étant un produit de l'imagination du second) et le visage.

Comment l'opéra est il typé sur PDB ? ENFJ. Cela ne m'étonne pas : du Fe (l'émotion mise en spectacle et exacerbée) et du Ni (une forme d'art total transcendant). Voilà l'image de l'opéra, et puisqu'on est dans le spectacle, la notion d'image et d'idée que l'on se fait d'une chose compte. (Je veux dire, il ne serait pas pertinent de typer une idée mathématique d'après la perception du public si elle est fausse, pour un spectacle d'illusion c'est tout de suite plus cohérent).

Pourtant, l'intérieur de l'opéra (en gros, l'appareil phonatoire, pour être littéral) est l'exact opposé. Qui parle d'une transcendance qui élève hors du réel ? Chanter, c'est savoir placer son larynx, sa langue, et en avoir une perception sans médiation. (Se). Qui parle d'émotion exacerbée ? Chanter, c'est comprendre la mécanique de son propre instrument (c'est à dire, se considérer comme un instrument de musique). (Ti). Il faut se connaître (introspection rationnelle) pour choisir un répertoire qui n'usera pas cet instrument. C'est bien sûr une analogie, mais le chanteur d'opéra est un mécanicien de la voix.

La machine chaleureuse est peut être là : faire de la mécanique pour produire un effet. Je me suis souvent demandé quel était la place de la technique dans l'art. (ça sonne très philo en Terminale, si vous vivez en France). C'est peut être cela : une machinerie à l'origine d'une double illusion (transcendance et émotion).

Sur ce, je retourne hurler dans la cochlée des voisins jusqu'à ce qu'ils montent se plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopée
Aucun rang assigné


Type : ISFP
Age : 38
Lieu : France
Inscription : 12/12/2022
Messages : 22

Application du paradoxe du Comédien au MBTI  Empty
Message(#) Sujet: Re: Application du paradoxe du Comédien au MBTI Application du paradoxe du Comédien au MBTI  Icon_minitimeMar 13 Déc 2022, 17:19

Salut Smile

Il y a une part de technique et une part d'interprétation (dans le sens "y mettre ses propres émotions") dans le chant ou la comédie en général, non ? Si j'ai bien compris, Diderot pensait que la meilleure façon d'interpréter était de se montrer d'abord cérébral et calculateur :
Wikipédia a écrit:
Ce paradoxe repose sur une notion théorique fondamentale, la notion de modèle idéal. Le grand acteur ne joue pas directement son rôle, il ne cherche pas à s'identifier à son personnage. Il étudie ce personnage, il lit à son sujet, il se l'imagine, il s'en forge un « modèle idéal ». Ensuite, il n'aura plus, pour jouer, qu'à copier ce modèle : sortir de lui-même, s'aliéner, pour entrer dans ce modèle qui n'est pas lui (en cela, le sang-froid diderotien se rapproche de la distanciation brechtienne). Plus il joue, plus l'acteur de sang froid perfectionne ce modèle, alors que l'acteur qui joue de sensibilité dépense sa sensibilité à la première représentation, puis s'épuise et se lasse.
Le "modèle idéal" est un archétype, du coup. D'autres défendraient l'idée qu'ils est possible d’interpréter de façon moins lisible/prévisible pour le public, et que cela plaira ou non selon la sensibilité de chacun.

Par exemple, il y a des films ou des séries TV dans lesquels le fil directeur n'est pas évident : je veux dire qu'il faut tout deviner : tu ne sais pas pourquoi les personnages font ce qu'ils font, tu ne connais pas leurs liens (de parenté ou autre), tu dois tout découvrir toi-même et pendant la première demi-heure, admettons, tu essaies de retenir un peu les têtes, les noms, et les événements qu'on te montre, mais tu nages dans l'incertitude. Bon, eh bien, ce genre de narration ne plaît pas à tout le monde. J'ai remarqué que dans les polars nordiques, c'est souvent un peu comme je le décris, ou bien dans certains thrillers. À l'inverse, il existe des films dans lesquels tout est explicité à l'extrême et même les dialogues peuvent sembler un peu trop évidents. Moi, j'aime bien comprendre sans avoir à me torturer l'esprit, mais j'aime aussi que tout ne soit pas dit, que tout ne soit pas évident, et qu'il y ait des mimiques ou des regards à décrypter pour bien comprendre les personnages.

J'en reviens à ton sujet : à mon avis, tu as raison, si Diderot a une opinion précise de la meilleure manière de faire, il est possible que cette approche ne soit pas la plus pertinente pour chaque type MBTI, ou même pour différentes personnes indépendamment de leur type.
Revenir en haut Aller en bas
 

Application du paradoxe du Comédien au MBTI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les divergences dans l'application du MBTI
» Thèse de mes 1 an de MBTI - Le MBTI pour les Nuls - par Mélos
» PNL et MBTI
» Q.i. et MBTI
» MBTI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Généralités sur le modèle-