Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 . (sujet : ego 5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : FNSJ 7w3
Age : 37
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1039

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : ego 5) Lun 14 Nov 2016, 14:08

Rarement vu une personne aussi narcissique que toi, La Chouette Masquée.

Tu gagnes le pompon sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 29
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1287

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : ego 5) Lun 14 Nov 2016, 20:39

Puisque tu es ouverte à une argumentation en faveur de ton éventuel INFPisme, voici quelques éléments qui je trouve, méritent d'être considérés Smile

La Chouette Masquée a écrit:
Effectivement, les Fi-dom que j'ai évoqué n'ont pas l'air d'avoir la maturité décrite dans ton exposé. Du genre à m'engueuler parce qu'ils trouvent que je ne m'indigne pas assez pour telle cause (et qu'en plus je réagis avec détachement face à leur colère -"Je ne considère pas que m'indigner fasse avancer les choses : maintenant laisse-moi, j'essaye de réfléchir à des solutions, là"-, ce qu'ils prennent comme une insulte envers leurs valeurs), puis me traitent de lâche quand je me barre pour retourner au calme. Une autre fois, l'un a voulu me forcer à apposer sa connotation émotionnelle perso sur un mot : je lui ai expliqué que cette connotation appartenait à lui seul et que j'avais le droit d'utiliser ledit mot dans le sens que je voulais parmi les multiples sens qui lui ont été attribués, et qu'en plus ça n'avait aucun rapport avec les émotions (et j'ai sorti un dico pour lui expliquer précisément le sens du mot employé dans le contexte présent). Il s'est énervé et m'a accusé d'être excessivement froide et de "me couper de lui".

J'ai justement ressenti quelque chose de similaire se dégageant de tes réponses, une forme d'indignation découlant de nos remarques qui pouvaient diverger de tes positions. D'une manière générale (ce qui inclut ce que tu peux écrire sur ton blog), j'ai l'impression de retrouver cette dynamique chez toi, lorsque tu es confrontée à des personnes qui ne partagent pas le même regard que tu portes sur toi, et sur les éléments, problématiques que tu peux connaître ou auxquels tu t'identifies (dont la douance et la dyssynchronie). A mon sens, c'est un indicateur non-négligeable de l'éventuelle présence de Fi, même si ma lecture de la situation est peut-être erronée.

La Chouette Masquée a écrit:
Ce que voulais dire par Fe, c'est que je me pose sans cesse la question "Que ressens autrui ?" et que je me focalise dessus, au point de m'oublier et de me la jouer "assistante sociale/jésus" jusqu'à l'épuisement. Je peux faire des entorses à mes valeurs pour m'assurer de garder un climat stable (j'ai horreur des conflits. En plus, cela peut amener les gens à crier), quitte à être hypocrite. Ma limite en terme de négation de mes valeurs s'arrête d'ailleurs là où mes actes peuvent mettre autrui en danger : tant que ça ne concerne que moi, ça passe. Par exemple, je suis féministe. Si quelqu'un déclare devant moi un propos contraire à mes valeurs de féministe (par exemple "Mais en même temps si elles sortaient pas en jupe elles se feraient pas harceler gnagnagna") je ne vais pas me sentir offusquée personnellement.

J'y décèle là aussi une dialectique davantage Fi que Fe. En effet, le Sentiment extraverti est beaucoup plus militant, en ce que de par sa nature de Jugement extraverti, il cherche à projeter ses valeurs en se tournant vers l'objet (le monde extérieur), là où le Sentiment introverti est architecturé autour du sujet (soi-même), avec subséquemment une plus forte tolérance à des opinions divergentes, ou un moins grand besoin de façonner le monde extérieur à ses valeurs. D'où le cliché du prêcheur NFJ, ou de la pouffe jugeuse ESFJ.

A noter que ce n'est pas contradictoire avec ce que j'ai évoqué plus haut, en ce que l'on parle ici de valeurs non-déterminantes exprimées par autrui et indépendantes de ton identité. Cette propension à s'offusquer personnellement se révèle chez toi lorsque tu te sens plus directement ciblée, et tu ne ressens pas la nécessité ou le désir d'intervenir dans d'autres circonstances, ce qui témoigne à mes yeux d'un Fi plus prégnant.

De plus, tu soulignes ton horreur des conflits dans ta tendance à rechercher l'harmonie ou à faire des entorses à tes principes, ce qui traduit une considération plus égocentrée que l'harmonie recherchée par le Fe.

La Chouette Masquée a écrit:
Il y a un test célèbre qui me paraît très explicite dans la détermination de la préférence Fi/Fe (dont je ne retrouve pas le nom : quelqu'un voit duquel je parle ?) Il consiste à présenter une situation dans ce genre à l'individu : un train rempli de voyageurs se dirige vers un ravin. Toi, tu as la possibilité d'actionner un levier qui fera dévier le train sur un autre rail, ce qui sauvera tous les passagers. En revanche, sur ce second rail, un individu est attaché et ne peut s'échapper : si le train dévie, quelqu'un mourra suite à ton geste. Que fais-tu ?
Dans un premier temps, je pense aux ressentis des potentielles victimes. Je vois les familles dévastées après la mort de leurs membres, et je vois la personne attachée aux rails qui se croyait sauve mais fait face brutalement, au dernier moment, à la mort. Ensuite, je me dis "Les personnes confrontées à cette question doivent se torturer pour décider d'une réponse. Mettent-elles en avant le nombre de victime ou leur propre implication dans l'action ? Qu'est-ce qui pèse le plus lourd sur leur conscience entre regarder mourir des centaines de gens sans rien faire ou provoquer la mort soi-même ?". Et entre-temps j'ai oublié ce que je ferais moi-même dans cette situation.

J'interprète plus cela comme du Fe, mais après, compte-tenu de mon biais de perception de Fi, il est possible que je me trompe.

Je ne pense pas que ça soit particulièrement représentatif de Fe ou Fi. Ce genre de questions souligne surtout la dichotomie F/T, selon le raisonnement qui va conduire la personne à sacrifier l'individu isolé au profit du plus grand nombre (car c'est le choix de la grande majorité des individus, qu'ils soient T ou F).

Le test a surtout un intérêt si l'on doit choisir entre être celui qui doit faire le sacrifice et se salir les mains, ou être un passager passif qui reste "pur", mais risque de mourir (ce qui ne serait pas non plus discriminant entre Fi et Fe).

La Chouette Masquée a écrit:
Je voyais plus ça comme un oubli de l'instant présent et de la dimension concrète (Se). Comme quand je ne vois pas un objet alors qu'il est dans mon champ de vision (j'y vois pas très clair, mais quand même...)  parce que je "regarde" à l'intérieur de moi. La fonction Si me paraît totalement étrangère. J'ai mis du temps à comprendre la définition, d'ailleurs... Alors que Se, la connexion à la matière brute, à l'instant, me parle beaucoup plus. Je perds tout le temps cette connexion, mais quand je la trouve, elle est bien là !
Je m'étais intéressée à l'expression artistique selon les fonctions : personnellement quand je crée quelque chose, je vois une image que je souhaite transposer dans la réalité (Ni-Se ?). L'expression émotionnelle qu'on impute aux artistes survient lors de la transition intérieur-extérieur : l'émotion ne préexiste pas à l'oeuvre. Je me disais qu'un Fi-dom serait plutôt dans l'expression d'une émotion source. En gros, se dise "Je ressens de la tristesse, je vais l'exprimer en composant/peignant un truc" plutôt que "Je vois une image, je vais la faire sortir pour comprendre quel ressenti y est associé". Qu'en penses-tu ?

Regarder à l'intérieur de soi me paraît relever de l'introversion en général, voire même plus précisément du Jugement introverti, lorsque l'on parle d'une démarche consciente telle que l'introspection.

Tu dis que Si te paraît totalement étrangère, alors que tu sembles pourtant assez ancrée en cette fonction. Tu mets énormément en avant ton passé, ton vécu, à l'aune duquel tu jauges les objets qui se présentent à toi, et à partir duquel tu établis des liens, ce qui rappelle sensiblement une dialectique Si-Ne.

La boucle Fi-Si me paraît d'autant plus vérifiée que ta vision semble s'être énormément forgée à travers tes expériences (et que tu nourrissais un certain intérêt pour les expériences des autres, plus que leurs conseils ou opinions directs par exemple). Mysticeti a d'ailleurs plusieurs fois fait la remarque, qui me paraît tout à fait pertinente, que tu n'étais sûrement pas tombée sur les bonnes personnes ou les bons environnements en général, ayant ainsi conduit aux difficultés que tu as pu connaître et à des conceptions parfois erronées des choses. Le phénomène est encore plus marqué que la boucle Fi-Si sur-corrèle les expériences et le vécu à ses valeurs et son identité, de manière proportionnellement figée à la rigidité qui accompagne le Si. D'où à mon avis tes difficultés de remise en question qui ont pu être débattues en long, en large et en travers dans ce topic Smile

La Chouette Masquée a écrit:
Pour moi c'est le contraire : j'aide ces Ne-dom/aux à se "figer" dans une direction et la suivre, comme si j'avais un fonctionnement plus "encadrant". (En cela, je me sens beaucoup plus J. L'hypothèse du P me laisse perplexe à vrai dire...) Je poursuis une ligne directrice, une "vision" que je perçois comme une boussole interne. J'insiste sur le mot vision, car je "vois" ce que je poursuis. Je ne le ressens pas, je ne le réfléchis pas, je le vois juste. Il y a des subdivisions, mais elles ramènent toutes à cette base : tout est là pour servir cette image puissante, englobante, ce monde intérieur. Tout ce que je vis provoque des mouvements dans ce monde, qui sont souvent difficiles à exprimer aux autres.  Le bazar ici présent est une boîte intégrée dans ce grand système, comme une mini-quête desservant un objectif plus global (même si celui-ci n'est pas visible). J'y ai perdu mon recul habituel (et c'était horrible), mais à présent que j'ai regagné ma place, je vois comment l'intégrer à mon oeuvre. Cette oeuvre a toujours été là, dans mes premiers souvenirs, dans mon enfance, et je la vois continuer jusqu'au bout de ma vie. Pour moi c'est ça, Ni. (Cette définition ne me convient pas en fait, mais je n'arrive pas à décrire mieux la chose. C'est trop teinté d'un "moi profond" pour être défini.).

J'ai l'impression que tu essaies un peu artificiellement d'associer tes processus psychiques à une définition bancale du Ni. En réalité, tout le monde possède une vision et une boussole interne, un monde intérieur structurant, formé par l'association de la perception et du jugement (la perception seule n'est pas grand chose sans le filtre à travers lequel on la lit ou dont elle participe, encore moins un monde intérieur à part entière). Ainsi, il serait tout à fait possible de décrire cette image puissante et englobante comme n'étant autre que le prisme de ton Fi.

La Chouette Masquée a écrit:
Concernant le Ne, le côté éparpillement me gêne un peu. En ce qui me concerne, il ne survient QUE en situation de stress (comme ici), mais en aucun cas en situation normale.

La Chouette Masquée a écrit:
Je suppose avoir été très fermée aux nouvelles idées des autres (Ne ?) dans un premier temps, car j'étais figée sur Ni (ou dans une Ni-Ti loop) : je voulais creuser une idée et on essayait de m'en détourner. Ce que j'ai pris comme une agression, car cela touche directement à ce que j'ai de plus personnel. Aussi agréable que le Fi-dom à qui on soutien que ces idéaux profonds sont faux, je suppose ?

Par rapport à Ne, si tu étais INFJ, il ne devrait pas vraiment faire surface tout court, qu'il s'agisse d'une situation de stress ou non. Si par moments, même si ça dépend des circonstances, tu reconnais toi-même des manifestations notables d'Intuition extravertie, c'est à mon avis à interpréter en faveur de l'hypothèse INFP.

Je trouve également des éléments qui peuvent légitimement faire penser à Ne, et qui s'intègrent naturellement à ton expression et à ton fil de pensée. Un exemple simple, et à mon avis révélateur, est le genre de digressions parfois loufoques qu'il t'arrive souvent de faire en écrivant, comme celle-ci issue de ton blog (parmi d'autres) :

Spoiler:
 

En ce qui concerne le Type 4, d'autres ont déjà pu développer la question, je pense toujours que les enjeux fondamentaux chez toi portent sur l'identité et le rapport aux autres. Pour le reste, notamment en ce qui concerne Fi dom / Te inf, je laisse Mysticeti approfondir tout ça Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

. (sujet : ego 5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Calcul du nombre de sujet nécessaire
» Un excellent sujet de dissertation, oui, mais, compliqué
» pb d'interprétation du sujet d'expression écrite
» Sujet de littérature
» Communiqué DDA au sujet de la publicité halal d'Isla Délice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: L'Ennéagramme et autres tests psycho :: L'Ennéagramme-