Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 INFP ? INTP ? INFJ ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: INFP ? INTP ? INFJ ? Sam 04 Jan 2014, 03:08

Voilà, cela fait quelques temps déjà que je parle d'ouvrir un sujet dans cette rubrique, pour tenter de continuer avec plus d'efficacité la recherche de mon type.

Je suis bien conscient des difficultés inhérentes au fait que personne ici ne me connaisse IRL, personne ne peut lire mon langage corporel, mes expressions faciales, entendre ma voix, me voir agir spontanément .. tant de choses qui sont indispensables pour pouvoir bien typer quelqu'un. (D'ailleurs, je me permets de déplorer quelque peu les pratiques de typage "à la volée" qui ont cour ici-bas, cette habitude critiquable qu'ont certains de typer en 3 secondes une personne en se basant sur deux ou trois faits anecdotiques.. il serait plus prudent de rester sur ses réserves !). La difficulté est qu'ici je pourrait aisément manipuler l'image que je donne de moi même puisque toute communication est différée, j'ai une maîtrise quasi-totale de mes propos, tout autant que vos jugements peuvent être hâtifs et reposer sur la représentation schématisée que vous pouvez vous faire de moi même à partir de quelques éléments épars.

Malgré tout il est évident que certaines personnes ici ont une connaissance du modèle MBTI bien plus affinée que la mienne, ainsi je me permets de soumettre mes doutes et mes hypothèses à votre jugement. Il n'y a rien de mieux que je puisse faire si je souhaites moi même mieux comprendre le modèle, et trouver quel type me corresponds le plus. Je vais donc tenter de mettre en relation certains éléments de ma personnalité et de mon vécu avec les théories du MBTI, en essayant d'être le plus sincère possible et de tenter de lister ce qui me rapproche de tel ou tel type ou ce qui m'en éloigne.


Résumons un peu : en arrivant ici je me typais INFP (avec ennéagramme 4 aile 5). En tout cas, au typage « lettre par lettre », cela ne laissait pas de place au doute. Je me retrouvais beaucoup dans les différentes descriptions du type, ou plutôt je faisait tout pour croire que je m'y retrouvais : j'avais besoin de me définir, de trouver une case dans laquelle me ranger. (peut-être ais-je encore cette envie aujourd'hui, mais je préfère dorénavant me placer dans une démarche de réflexion critique plutôt que de tatônemment hasardeux). Il est indéniable que je partage des traits avec le profil INFP, mais au fur et à mesure que j'en apprenais sur le MBTI, quelques doutes ont fait surface. Je me suis intéressé au type INFJ, et certaines personnes m'ont dit que j'avais tout d'un INTP. Je partage certains traits avec ces 3 types, certes, mais je ne saurais toujours pas déterminer avec précision lequel de ces modes de fonctionnement est celui vers lequel je tends avec le plus de fermeté.

>> INFP.

Je vais brièvement résumer ce qui me rapproche de ce type. A priori, mon usage de Fi ne fait pas l'ombre d'un doute. Je suis facilement blessé, heurté par les considérations négatives des autres à mon égard, touché par les critiques trop violentes. A certains moment de ma vie, j'ai eu une image extrêmement dépréciée de moi même. Parfois je m'emporte, dans un contexte d'adversité je peux défendre une idée ou une valeur avec fougue sans trop tenir compte des aspects logiques et rationnels de la chose. Typiquement, je suis capable de camper sur une position si ma vision des choses est brouillée par une émotion trop négative (colère, stress, indignation etc..), même si par ailleurs je suis capable de faire état des contradictions de cette position avec la logique. De manière quasi-instinctive, j'émets des jugements de valeur sur les personnes que je croise, je les juge à travers des filtres éthiques et émotionnels, je me questionne à propos de leur authenticité et de leur sincérité. (à vrai dire, cette démarche consiste la plupart du temps à chercher à voir le « bien » en quelqu'un même si cette personne m'est antipathique au premier abord). Je fait état d'une certaine tendance à l'érotomanie, conjugué à une tendance à la dépression, à la complainte de soi. Tout ceci est très Fi-esque, à n'en pas douter. Pour ce qui est du Ne :  je m’intéresse à plein de choses, ma curiosité est insatiable, je suis optimiste lorsqu'il s'agit de commencer un projet ou une activité, et assez souvent déçu par le passage à la pratique, ou dépassé par certains aspects concrets que j'aurais pu oublier de considérer. Je n'ai pas trop de mal à voir vers quoi telle ou telle situation peut potentiellement évoluer, je peux entrevoir différentes possibilités, mon pouvoir d'imagination est puissant. Quant au Si et au Te, c'est plus flou, mais on a l'essentiel : Fi+Ne = INFP, en simplifiant.

Seulement, outre cela, certaines caractéristiques de ma personnalité diffèrent de ce que l'on peut habituellement constater chez un INFP, surtout chez un INFP de mon âge (17 ans >> c'est peut-être tôt pour commencer à se typer, comme on me l'a fait remarquer, et ce à juste titre car je ne suis sans doute pas complètement arrivé à maturité. Mais soit, cela ne m’empêche pas de chercher des pistes pour autant). Ces éléments me ramènent tantôt vers le type INTP, tantôt vers type INFJ.

>>INTP.

Je fait état d'un goût manifeste pour l'abstraction pure et pour l'analyse impersonnelle. Lorsqu'il est question de réflexion, il faut se débarrasser le plus possible toute considération d'ordre éthique ou sociale. Il ne s'agit pas de déterminer ce qui « bien » et ce qui est « mal », simplement d'étudier ce qui « est ». J'ai cru comprendre que c'était un comportement inhabituel chez un INFP. Certes, comme je l'ai dit plus tôt, il m'arrive de juger les personnes en fonction de mes valeurs, mais c'est une tendance que j'essaye de contrecarrer, je fais l'effort de me détacher de mes émotions et de ma subjectivité pour analyser purement en simplement une personne. Je progresse de plus en plus de ce point de vue là. J'aime la théorie brute et objective, et lorsqu'un théoricien manifeste une trop grande subjectivité, ou inscrit son travail de réflexion dans une réelle vocation éthique, cela m'exaspère quelque peu. À choisir qui j'estime le plus entre Rousseau qui défends un idéal à travers ses écrits exaltés, et Descartes qui expose sa vision du « souverain bien » en procédant à un réel travail impersonnel et critique, je choisis Descartes sans sourcilier. (Je ne parle pas du contenu de la réflexion de ces deux penseurs, simplement de leur méthode philosophique. Je ne les connais qu'à travers quelques écrits épars, bien entendu. Je voulais juste fournir un exemple pour illustrer). Il est vrai que je suis à même d'apprécier le romantisme et la poésie, dans une certaine mesure, mais ces notions ne font pas vraiment bon ménage avec les réflexions philosophiques ou politiques.

J'ai tendance à tout rationaliser, à prendre du recul de façon à pouvoir appliquer efficacement la logique, me détacher de mes émotions. Dans la vie en général, il est plus confortable pour moi de me placer en position d'observateur, de me mettre en retrait pour analyser calmement et organiser mes pensées, d'établir une vision claire et globale des choses dans mon esprit, plutôt que d'agir de front et de prendre les devants. Je classe tout dans des cases, dans des catégories. J'apprécie l'étude des stratifications, des hiérarchies, des classifications etc...

Je dois ajouter que globalement, on me trouve un air bien plus sérieux et bien moins fantasque que les autres INFP de 17 ans. Je ne dis pas non plus que je passe pour un petit rat de bibliothèque antipathique, au contraire on me trouve gentil, doux et serviable, disposant d'un relatif charisme, généralement on m'apprécie, mais simplement on me décrit comme résolument moins « efféminé » (excusez moi du terme) et moins « rêveur » que d'autres INFP de ma connaissance. Allez savoir pourquoi, mais durant mes années de lycée j'ai toujours su inspirer à mes camarades une sorte de « crédibilité intellectuelle », en gros on me considérait comme une valeur sûre à chaque fois qu'il était question d'expliquer un concept philosophique, sociologique, politique etc.. ou de participer à un débat. Dans une classe ou au moins 5 ou 6 autres élèves ont des moyennes plus élevées que moi dans la plupart des matières, je dirais même bien plus élevées, j'ai malgré tout l'impression que c'est moi que l'on viens voir en premier pour demander conseil sur quelque point de cours mal compris. En soi, ce genre de détail n'a pas vraiment de valeur, mais ce n'est pas anodin non plus .. d'ailleurs, presque tout le monde ici m'a dit que via webcam j'avais une bonne tête de Ti-dom. Pourtant, il est bien évident que j'ai du mal à me fier à autre chose que mon ressenti ou mes valeurs morales lorsqu'il s'agit de prendre une décision, notamment une décision qui impliquent de prendre en compte la présence d'autres personnes que moi.

Bref, cela fait peut-être plus Ti que Fi, en fin de compte. > mais comment ces deux fonctions pourraient-elles cohabiter en moi ? Théoriquement, c'est impossible. En tout cas selon Jung, si j'ai cru comprendre. C'est soit l'un, soit l'autre, deux fonctions antagonistes ne peuvent pas se superposer dans ma psyché. Il y a donc une erreur d'interprétation de ma part. Je reste malgré tout très sceptique quant au fait que je sois INTP. A titre empirique, je dirais que les INTP sont relativement détachés du regard des autres, difficilement déconcertés, peu impliqués émotionnellement dans le monde qui les entoure, peu enclins à compromettre leur sens de la logique lorsqu'il est question de prendre une décision. Et plutôt dédaigneux face aux manifestations de « faiblesse émotionnelle ». En tout cas c'est comme ça pour ceux dont je suis proche, et peut-être pour certains sur ce forum. > Ce qui est tout sauf mon cas. J'applique la logique dans mes démarches de réflexion et d'analyse, mais pas dans ma « vie réelle », pas dans mon rapport aux autres, dans la manière que j'ai de diriger ma vie et d'orienter mes comportements. A défaut de pouvoir m'identifier franchement au type INFP, je me suis penché sur le profil INFJ, et j'ai trouvé que ce profil pouvait me correspondre sur certains points. Là encore, je n'ai pas un sentiment d'identification très marqué pour ce type, pour les descriptions que l'on en fait. Mais c'est une piste à prendre en compte.

>>INFJ.

Suis-je un utilisateur de Ni ou de Ne ? C'est encore un peu indécis pour moi. Récemment, j'ai eu tendance à me considérer comme Ni-dom : c'est surtout après avoir lu des articles sur le MBTI et l'enfance, ainsi que sur le développement dynamique des fonctions avec le temps que m'est venu cette hypothèse. > selon ces articles, qu'on trouve sur -the personality page- je crois, entre 7 et 12 ans notre type n'est en général pas bien déterminé et se résume alors à 3 lettres (qui induisent notre fonction dominante et notre fonction inférieure) : ainsi, selon les hypothèses formulées jusque là, j'aurais du être soit un enfant IFP (Fi-dom), un enfant ITP (Ti-dom), ou un enfant INJ(Ni-dom).

Parmi les 3 descriptions, je me retrouve bien d'avantage dans celle de l'INJ : j'étais une enfant extrêmement solitaire, très auto-centré, assez peu attentif aux aspects concrets et matériels de la vie et doté d'un fort pouvoir d'imagination. Passer des heures seul avec de quoi dessiner, avec de quoi lire, de quoi apprendre de nouvelles choses ou de quoi m'évader dans des univers de fiction suffisait bien amplement à mon bonheur. J'ai souvent mal vécu la présence de mon petit frère que je considérait comme excessivement intrusive et parasitaire. Il prenait d'ailleurs un malin plaisir à me faire entrer dans des crises de rage en s’immisçant constamment dans mes activités, en me suivant partout ou en faisant le plus de bruit possible pour m’empêcher de me concentrer dans ce que j'étais en train de faire. Cela  l'amusait énormément, il a continué à le faire pendant de longues années. Je tolérait très mal qu'on vienne me solliciter alors que je cherchais la solitude, qu'on me donne des ordres ou qu'on face barrière face à certaines de mes volontés. Ma mère ISFJ n'a jamais supporté mon comportement et mon besoin d'isolement, elle m'a qualifié assez souvent d'égoïste, de petit morveux autoritaire, d'enfant sans cœur qui n'en fait qu'a sa tête et qui ne vis que pour lui même. (je suppose que c'est une manifestation de son Fe …) Ainsi, j'ai souvenir d'une enfance malheureuse ou je n'ai pas pu passer suffisamment de temps seul, et ou ma famille et les autres personnes avec qui j'étais en contact me malmenaient constamment en me maintenant dans une sorte de promiscuité constante, en violant incessamment mon profond désir de solitude. J'ai toujours détesté, entre autres, qu'on vérifie autoritairement mes devoirs c'est pourquoi j'ai rapidement fait en sorte de m'assurer de bon résultats scolaires, pour obtenir la paix sociale et gagner la confiance de mes parents sur ce plan là. Dire que j'ai été un enfant doux et accommodant (IFP) serait mensonger : j'étais clairement irascible et capricieux, et les autres ne m’intéressaient pas beaucoup. Je ne peux démentir les propos de ma mère sur ce point là. Je n'avais rien non plus de très assertif et logique (ITP), j'étais plutôt perdu dans mon monde d'une manière générale. Et c'est ensuite, vers mes 10 ans environ, que j'ai commencé à développer une composante plus sensible et plus empathique de mon être. J'ai développé un besoin de contact social, un réel intérêt pour les autres, je passais beaucoup plus de temps avec mes amis qu'auparavant. Avant, je préférais tout le temps jouer seul, même dans la cour de récréation, alors que là je voulais plutôt équilibrer le temps que je passais seul et le temps que je passais en groupe. J'ai commencé à m’intéresser au monde réel, à observer avec plus de finesse ce qui m'entourait, à écouter les actualités à la télévision. J'étais un peu moins « sauvage », j'avais un peu plus envie de faire plaisir aux autres, je me positionnais vis à vis des autres dans l'idée de me faire bien voir d'eux, ou du moins de ne pas susciter leur rejet, même si j'avais toujours des relations fort conflictuelles avec mes parents et mon frère.  Petit à petit, j'ai acquis une conscience plus fine de mes émotions et de celles des autres. J'ai commencé à m’intéresser à l'amour, à l'affection.. Des choses qui n'avaient pas de sens pour moi auparavant. Puis mes relations avec ma mère on finit par s'améliorer nettement. A mes 13 ans, j'étais clairement sensible aux injustices, à la douleur que pouvait ressentir les autres êtres humains, qu'ils soient mes voisins ou qu'ils habitent à l'autre bout de la planète. Je me construisait petit à petit mon système de valeurs personnelles, je m’attelais à définir mes propres standards. J'ai commencé à m’intéresser fortement à la musique, pour la première fois je trouvais que certains morceaux de musique pouvaient avoir une signification émotionnelle, susciter un quelconque ressenti. L'art en général prenait un sens complètement nouveau à mes yeux. Et vers 14 ans, j'ai commencé à ressembler plus nettement à un INFP : premières manifestations d'érotomanie, de dépression, de fragilité émotionnelle.

Dans ce joyeux petit récit dont je viens de vous faire part, on pourrait y voir l'évolution d'un enfant INJ en INFJ : d'abord Ni >> besoin de solitude, imagination, goût pour la fiction, intérêt pour les documentaires puis Fe >>intérêt pour les êtres humains, pour le monde environnant, goût pour les activités de groupe, intérêt pour les émotions et volonté plus manifeste de s’intégrer à une structure sociale et d'être bien vu du plus grand nombre. C'est un peu bancal et imprécis dit comme ça mais je trouve néanmoins que cela peut tenir la route.

Peut être certains traits de ma personnalité que jusqu'ici l'on a identifié comme inhérents au Fi seraient en fait liés au Fe. Je dis peut-être, car rien n'est bien sur, et l'hypothèse du Fi me semble, ma foi, plus crédible. Si je puis me permettre cependant de bricoler hasardeusement une explication :  le Fe se préoccupe du groupe, il a besoin d'aider les autres, mais a peut être aussi besoin qu'on l'aide, et à fortiori cherche à obtenir de l'approbation et du soutien au moins de la part de certaines personnes. Il veut se sentir connecté aux autres, appartenir à un groupe. Face à une dépréciation de la part du groupe ou d'une absence de soutien solide, d'affection et de chaleur  humaine, le Fe se sent mal. > Suite à l'affirmation nette de mon Fe au cours de mon adolescence, j'ai pu faire le constat de l'énorme manque affectif auquel j'étais confronté, conséquence sans doute de mon désir excessif d'isolement et de solitude au cours de l'enfance. Ce manque affectif a pu se traduire par un romantisme certain et une quette quasi-constante et désespérée de partenaire amoureux. En somme, une volonté de trouver en une potentielle petite amie le soutien affectif et émotionnel qui me faisait défaut. Ma mère, mon père ou encore ma belle mère m'ayant constamment fait des remarques sur mon comportement trop égoïste, auto-centré, malpoli, paresseux, maladroit, irascible, pas assez ancré dans le réel.. je suis arrivé dans l'adolescence avec cette image dégradée et négative de moi même, c'est ainsi que m'avaient défini les membres de ma famille. Par conséquent, puisqu'on m'avait presque toujours dit que ce que je faisait était mal et que j'étais un gamin odieux au comportement exécrable, lorsqu'il fut question pour moi de me définir en tant qu'être moral et social, je ne pouvais qu'avoir une mauvaise image de moi même, je n'avais pas foi en mes qualités, même pas conscience de mes qualités, je n'avais aucune confiance en moi. Alors, il m'était sans doutes plus facile de me complaire dans un comportement dépressif plutôt que de trouver des solutions a mes problèmes... >> Je vous laisse juger de la crédibilité de cette supposition.

Quant au Ti, comme je l'ai dit dans le paragraphe INTP j'ai bien l'impression d'en faire usage. La recherche de la cohérence logique des idées, l'organisation de la réflexion, cela ramène peut-être à cette fonction. Et pour faire encore une fois le parallèle avec le développement dynamique des fonctions, je dirais que j'ai commencé à utiliser beaucoup de Ti parallèlement à mon Fe, c'est aussi vers l'adolescence que j'ai témoigné la volonté de produire une réflexion qui soit critique et objective. Depuis le temps, je dirais que ces facultés ont grandement progressé en moi, ce qui a profondément changé ma vision du monde, ma vision des autres, mais aussi la vision que j'ai de moi même. Peut-on dire alors que mon Ti est en train de se développer ?

Dans un registre nettement plus anecdotique, je dirais, pour utiliser une tournure théâtrale, qu'un xSTP « sommeille en moi ». A certains moments, de temps à autres, j'abandonne mes réflexions les plus métaphysiques et les plus tortueuses pour me plonger soudainement dans l'instant présent et ressentir avec vigueur la nature de mon environnement : je sens le vent sur mon visage, les vêtements sur ma peau, les chaussures sur mes pieds, les odeurs, je sens l'humidité dans l'air s'il y en a, j'entends toutes les voix, ou le bruit des voitures, j'ai une conscience précise de la portée de mon champ de vision, je me sens complètement vivant et prêt à l'action.  Ce genre de moments ou je me sentirais presque Se-dom surviennent assez rarement et dans un laps de temps bref (le temps qu'il faut jusqu'à ce que quelque chose me ramène à mes préoccupations habituelles) mais je dirait que je peux les « provoquer » avec suffisamment de concentration. > j'aimerais savoir si les Se-inférieur du forum vivent aussi ce genre d'épisodes d'exaltation des sens, afin de voir si je puis considérer cela comme une manifestation de ma potentielle fonction inférieure.  

Mais l'hypothèse d'être Te-inférieur pourrait tout autant être valide : trop de stress, trop de frustration me mènent à des manifestation de colère puissantes et implacables. La sensation d'être incompris ou méprisé peut provoquer ce genre de colère chez moi. Ou, plus prosaïquement, la perte d'un objet très utile ou un événement inattendu qui perturbe mes prévisions et invalident parfois la réalisation d'un projet, ou qui retardent considérablement mes plans. Je deviens alors intraitable et je ne donne pas cher de l’intégrité de celui qui tenterait de dialoguer avec moi durant ces brefs épisodes colériques.



Bon, il est 3 heures du matin et je ferais peut-être bien de m’arrêter là pour aujourd'hui, il y a sans doutes beaucoup d'autres choses à dire, mais je continuerait plus tard si besoin. En tout cas, avec ce qui a été écrit aujourd'hui (ou plutôt cette nuit ..), j'aimerais avoir votre avis sur ma compatibilité avec les 3 types étudiés ici, avoir le maximum d'avis me serait bien utile pour m'aider dans ma recherche Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherkkann
Intervenant polémique
avatar

Type : ENTP
Age : 23
Lieu : Belgique
Emploi : /
Inscription : 29/02/2012
Messages : 1455

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Sam 04 Jan 2014, 05:00

@Titiwilly a écrit:
J'étais une enfant extrêmement solitaire [...]

Il est possible que ton changement de sexe aie pu quelque peu perturber ta dynamique psychique, mais hélas je craint que dans de tels cas le MBTI ne perde toute pertinence...

Plus sérieusement, un commentaire d'Exil te serait certainement d'une grande aide. Lui aussi a longtemps hésité entre INFP et INFJ, d'ailleurs je ne sais même pas si la question a finalement été tranchée. Il semble en tout cas que l'hésitation INFP/INTP/INFJ soit une affaire courante chez les INFJ, c'est peut-être une piste...

Je suis crevé, donc je développerais plus tard, mais à chaud :

- Je suis pas du tout convaincu par le passage sur le Fi, qui dans une certaine mesure pourrait s’appliquer à n'importe qui, même à un ESTP, des suites d'un épisode difficile.

- Tu utilises Ti, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Je connais bien cette fonction et ta manière de raisonner me parle beaucoup. D'autres TP devraient pouvoir confirmer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Awander
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 24
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 638

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Lun 06 Jan 2014, 14:38

Même là, c'est encore difficile de te cerner Titiwilly!   Shocked 

Cependant, ce que tu assimile au Se ne pourrait être que du Si en Tertiaire (donc INFP). Ca rejoindrait aussi ce que tu dit sur le Te en inférieur (quoique sur certains points ça pourrait aussi être du Se en inférieur donc INFJ). Sinon, je suis d'accord avec Sherkann, c'est vrai que dans ton témoignage tu dégages quelque chose de très Ti, rien que dans la manière dont c'est construit.

@Titiwilly a écrit:
A priori, mon usage de Fi ne fait pas l'ombre d'un doute. Je suis facilement blessé, heurté par les considérations négatives des autres à mon égard, touché par les critiques trop violentes.

Tu sais, même les critique pas violentes ça nous les fou. ^^'

Le mieux c'est que t'aille à l'IRL (je serai pas là ) et là tu demanderas aux autres. Rien de mieux pour typer une personne que de la voir en vrai.  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Lun 06 Jan 2014, 18:30

Je ne comprends pas bien la fonction Si en fait Embarassed 
C'est une histoire de sensations intériorisées, de conscience précise de son propre corps, de rapports constants aux expériences vécues, un truc comme sa ?

Je ne sais pas vraiment si j'utilise du Se non plus, quoi que certains indices le laissent peut-être penser >> Un jour dans mon lycée les profs ont fait venir plein d'anciens élèves dans notre salle polyvalente (une grande salle avec micro, estrade, sièges etc..) pour qu'ils présentent leurs filières d'études aux élèves actuels, et à un moment s'est présenté un gars qui était manifestement ESTP (ou ISTP, je l'ai sans doutes pas assez vu et écouté pour pouvoir le déterminer), en école d'audiovisuel si je me souviens bien (ou quelque chose dans le genre), qui a quelques peu chamboulé l'assemblée avec son approche très "cash" et frontale, voilà ce qu'il disait en gros : "Mon école c'est d'la merde, de toute manière si ce genre de filière vous intéresse faut tout de suite que vous sachiez que dans ce milieu vos diplômes n'ont aucune valeur, les employeurs s'en branlent. Ils se torchent avec. Pour espérer ne pas être au chômage y va falloir vous sortir les doigts du cul, vous devez vous faire des contacts, vous faire un réseau de relation, puis vous imposer dans le milieu en leur prouvant votre valeur d'une quelconque manière." > gros remous dans l'assemblée, après avoir vu défiler des élèves modèles de classe prépa ou d'écoles de commerce bien sages et conventionnels. Peu après, certains de mes camarades me disent " Le gars de tout à l'heure là, il parlait comme toi ! si j'te jure ! " >> J'étais très étonné qu'on me dise ça, je pensais qu'ils voulaient me charrier sur le coup, vu qu'ils connaissaient bien mon tempérament calme et discret. Mais ils continuaient à me dire "mais si !", ils insistaient. Puis en prenant du recul, j'ai pu comprendre ce qu'ils voulaient dire : ce n'est pas tant que je cherche à "choquer" quand je m'exprime, je déteste jouer au rebelle, au trublion.. Mais en revanche quand je cherche à me faire comprendre de tous, comme par exemple lorsque je présente un exposé, la plupart du temps je vais à l'essentiel. J'utilise un vocabulaire concis et impactant, souvent dans un registre familier voire vulgaire si je me sens d'humeur, doublé d'un certain degré d'humour, j'utilise des exemple concrets, des images parlantes et évidentes pour étayer un concept. Cela s'apparente peut-être à un style rhétorique d'ESTP. De plus, j'ai une gestuelle expressive (je ressemble à un italien, à ce qui parait) et mon visage l'est tout autant. J'ai tendances à faire des grands gestes, qui me permettent de visualiser des concepts abstraits dans l'espace, en quelques sortes. Parait-il que quand je présente des exposés, j'ai un côté à la fois "comique" et "captivant", depuis la seconde à chaque exposé j'y ai droit : on me dit que tout les exposés ont été chiants sauf le moment ou c'était moi qui m'exprimait. Au moins, mon objectif est atteint : les gens ne s'ennuient pas, ils écoutent et comprennent ce que je dit.

Je dois dire qu'en fait, j'ai une certaine capacité à m'adapter à mes interlocuteurs, je ne m'exprime pas du tout pareil en fonction de des personnes avec qui je communique. Je n'ai pas tout à fait les mêmes gestes non plus, pas toujours la même attitude. Je n'ai pas la même manière d'expliquer les choses par exemple : si une personne me demande de lui expliquer un concept relativement compliqué et que je sens qu'elle ne saisira pas le concept intuitivement, alors je vais y aller lentement, déballer le plus d'exemples possibles, procéder étape par étape en vérifiant bien que la personne comprends, que ce que je dit lui est accessible. A l'inverse, face à un INTP ou un INTJ j'envoie les théories en brut, je peut m'exprimer avec finesse et complexité, je sais qu'à priori ils comprendront sans trop de problème.

Sinon, je serais là à l'IRL normalement, et moi aussi j'ai du mal à me cerner  Sad  le problème c'est que j'arrive mal à comprendre mon usage des fonctions, et en y réfléchissant pas mal de "descriptions globales" des types peuvent me correspondre, en fonction de mon humeur j'ai l'impression que je peux m'identifier du type ISTP jusqu'au type ENFJ (dans mes grandes heures ^^). Même si INFP, INTP et INFJ sont peut être les 3 profils les plus probables, ça reste assez flou pour moi.

_______________________________________
« L'anarchie profite toujours à quelqu'un ; souvent aux grands, jamais aux petits. » - J.Bainville

« Platon m'est cher, mais la vérité me l'est d'avantage. » - Aristote

« L'homme a voulu tuer Dieu, et il est en train d'en crever… » - M.de Corte

«2 Timothée 4 : Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables...»  

«Ecclésiaste 1, 9 : Ce qui a été, c'est ce qui sera, et c'est ce qui s'est fait, et c'est ce qui se fera ; il n'y a rien de nouveau sous le soleil.»


****
http://www.senscritique.com/Titiwilly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Awander
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 24
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 638

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Mar 07 Jan 2014, 09:59

Pour le Si oui c'est à peu près ça.

Pour ce que tu dit sur le Se et sur ta ressemblance à l'ESTP ça peut être corréaulé  juste à ton type 4. Je connais une 4 elle fait très Se dans l'attitude et le language, avec un côté volontairement rebelle et une vision de la vie défaitiste et cynique (mais c'est une 4 sx).

Sinon ces quoi tes instincts? T'a l'air So.

@Titiwilly a écrit:
Sinon, je serais là à l'IRL normalement, et moi aussi j'ai du mal à me cerner  Sad  le problème c'est que j'arrive mal à comprendre mon usage des fonctions, et en y réfléchissant pas mal de "descriptions globales" des types peuvent me correspondre, en fonction de mon humeur j'ai l'impression que je peux m'identifier du type ISTP jusqu'au type ENFJ (dans mes grandes heures ^^). Même si INFP, INTP et INFJ sont peut être les 3 profils les plus probables, ça reste assez flou pour moi.

Bah moi me concernant c'est mon sp/so dont je doute toujours un peu, la recherche de mes instincts, ça me prend la tête. ^^'

C'est un peu actuellement ma "quête principal" dans le monde du MBTI.  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mistpsy
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP
Age : 40
Lieu : vernon
Emploi : Assistante d'éducation pédagogique
Inscription : 28/12/2013
Messages : 53

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Mar 07 Jan 2014, 21:13

Bonsoir Titiwilly, j'admet sans mal tes difficultés à comprendre tonfonctionnement interne. Le biais de l'observateur est bien trop conscient dans ton regard et tu ne peux évidement pas en faire abstraction et admettre que tu puisses etre intégre dans cette quête puisque, par définition, l'observateur induit une réaction, même minime sur l'observé et que tu devrais te désintégrer pour atteindre l'omniscience  scratch 
As tu déjà assez d'expérience pour pouvoir prendre du recul par rapport à tes réactions et valider par l'expérience tes intuitions?
Sur ton chemin de vie, ta strucutre familliale peut influencer le devellopement ou la stagnation de certaines fonctions. Je decouvre le MBTI et commence tout juste à envisager ce point de vue sur l'humain, j'aurais donc du mal à te poser des questions bien précises sur les fonctions T ou F et sur les dynamiques internes. T'es tu cherchés à travers dautres point de vu théoriques?
Dans ton les cas, je suis tes interrogations et j'espere que tu trouveras. Cela ne te dira pas encore totalement qui tu es mais t'apportera un début de piste plus que conséquent à mon avis, ce qui, en soi, est déjà une solution ouvrant sur des possibles passionnants.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunaire
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ 6w5 Sp/So
Age : 48
Lieu : Belgique
Emploi : Fonctionnaire
Inscription : 14/04/2012
Messages : 541

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Mer 08 Jan 2014, 10:25

Salut Titiwilly,

J'ai lu tes textes avec attention et je crois que le mieux pour t'aider n'est pas de te dire dans quelle direction tu dois te diriger, et au final te typer à ta place. Je pense qu'il faut alimenter ta réflexion par des témoignages et tu feras par toi-même le tri.

Pourtant, je meure d'envIe de doNner mon avis Ferme sur ce que Je pense de toi.

J'ai fait le test en ligne et j'ai été typé INTP. J'étais dans une période d'interrogation sur moi-même, je voulais me comprendre. Le profile ne me correspondait pas. Des similitudes comportementales, mais cela ne me collait pas du tout. Le faible pourcentage en I et un T presque inexistant m'ont laissé à penser que ce n'était pas un bon typage. J'ai refais le test et encore et encore... Et invariablement, INTP... Au travers de texte qu'un collègue m'a procuré lors de sa propre démrache MBTI, il y avait un paragraphe sur les doute d'un typage. Et par l'intermédiaire des tempéraments NF, NT, SJ, SP, j'ai pu lever le doute sur mes doutes INTP et me typer INFP car je suis NF de tempérament. Et j'étais bien... Mais ça ne collait pas à 100%, évidement ! Il y a des traits de personnalité typiquement INFP que je n'ai pas du tout, et notament la fonction Fi (un comble, un INFP sans Fi). J'ai abandonné le MBTI pour me tourner vers l'enneagramme qui me semblait plus tranché comme approche, moins floue. J'ai beaucoup apprécié l'outil qui permet de comparer 2 types en enneagramme avec la liste des similitudes et des différences (ce genre d'outil n'existe pas en MBTI). En reprenant mes recherches sur le MBTI pour enfin me typer correctement je suis tombé sur un post qui explique que chez les introvertis, la fonction dominante n'est pas évidente à découvrir au travers de test et qu'il était fréquent d'avoir une inversion J/P chez les introverti. J'ai cherché à hiérarchiser mes fonctions pour savoir laquelles j'utilisais le plus et celle qui me faisait défaut. Le résultat, Ni loin devant et Se loin derrière, avec un Ti devant le Fi mais tous les 2 derrière le Ne et le Fe. Bref... INFJ ! J'ai lu le profile de l'INFJ pour la première fois à ce moment... J'ai lu aussi la rareté du type, l'orgueil de certains INFP de ce croire INFJ et je me disais "c'est pas possible, quelle merde !"

Je peux apparaître Ti-Ne parce qu'il s'agit de ma fonction tertiaire en dévelopement et que mon intuition extraverti existe. Mais ce mode de fonctionnement est temporaire et volontaire.

Je ne sais pas pourquoi certains me voient Fi, cela reste incompréhensible. Et ce n'est pas que sur ce forum, dans la vrai vie, je soupçonne certaines personnes de faire cette erreur. Tout comme de me croire E.

J'ai proposé à des personnes qui me sont très proche de lire le profile de l'INFJ et de me dire ce qu'ils en pensaient. Et cela correspond avec toujours cette phrase "A ben oui, c'est ça... Putain, t'es pas gâté !"

Actuellement, j'essaye de libérer mon Ni consciement dans le monde en commençant par ma famille et mes amis. On me conseille l'écriture. Je me contente actuellement du jeu de rôle.

Continue ton introspection et bon courage pour la suite...

_______________________________________
TEST MBTI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Mer 08 Jan 2014, 17:50

@Awander a écrit:
Sinon ces quoi tes instincts? T'a l'air So.

Je me suis posé la question il y a pas longtemps, j'ai des doutes sur les instincts mais effectivement, je pense peut-être être So-dom >> Le désir d'harmonie dans les relations, le fait d'avoir un grand besoin de contact social, (et ce malgré mon introversion), le fait d'être apaisé à l'idée que tout le monde se porte bien qu'il n'ai pas de tensions, de douleur, de conflits etc ... Après pour Sp et Sx je sais pas trop. J'ai tendance à associer le Sx à tout ce qui est lié au goût de l'aventure, goût du risque, de la confrontation, frisson de l'inconnu etc .. (ais-je tord ?), et ce genre de choses me font un peu défaut : je suis plutôt pantouflard en fait, d'ordinaire je préfère rester dans un petit environnement bien douillet et pas trop prendre de risques, j'aime pas ça. J'aime avoir mon territoire aussi, je n'apprécie pas quand on pénètre impunément dans ma chambre ou dans l'endroit que je squatte  Razz  Même enfant, j'étais pas casse-cou, et je ne comprenais pas vraiment cette attirance qu'avaient certains pour les choses dangereuses/risquées/interdites. (j'ai déjà fait des choses plus ou moins dangereuses ou interdites certes mais c'est parce qu'elle présentaient pour moi un intérêt outre le fait que cela soit dangereux, et d'ailleurs j'y prenais pas tant de plaisir que ça au final, à cause de la peur de se blesser/de se faire choper). Ma connaissance des instincts est sommaire mais je trouve que ça fait plus Sp, donc je me vois plus ou moins So/Sp, sous réserve d'un typage plus précis  Razz 

Et sinon pour ce qui est de mes traits de personnalité liés au type 4, ben en fait je suis pas si sur que ça d'être 4, je partage des traits 4,5,6 et 9 à vrai dire  scratch  Et mon but n'est pas de paraître rebelle ou spectaculaire, mais bien d'optimiser la communication ! A part dans certains contextes particuliers je n'ai vraiment pas une "attitude Se", ce que je voulais dire c'est que mon Se potentiel s'exprime peut être par ma volonté de synthétiser, d'opter pour un style rhétorique efficace et de m'en référer aux faits  Smile 

@mistpsy a écrit:
Sur ton chemin de vie, ta strucutre familliale peut influencer le devellopement ou la stagnation de certaines fonctions. Je decouvre le MBTI et commence tout juste à envisager ce point de vue sur l'humain, j'aurais donc du mal à te poser des questions bien précises sur les fonctions T ou F et sur les dynamiques internes. T'es tu cherchés à travers dautres point de vu théoriques?

Figures-toi que j'y ai pas mal réfléchi, à tout ce qui touche au contexte familial et son influence sur le développement des fonctions : je pense que beaucoup de potentialités en moi sont restées latentes du fait de mon vécu durant l'enfance, ou tout simplement de mon éducation.. Mes souvenirs sont un peu diffus et épars, j'ai du mal à me référer à du concret sur ce plan là. > Mais je dirais que mon vécu, rien dans mon éducation ou dans mon rapport avec mes parents ne m'a vraiment incité à devenir assertif et confiant en moi même. En fait, c'est principalement pour ça que j'ai des réticences à me typer INFJ : dans les descriptions du type, on s'imagine des personnages confiants et convaincus, inatteignables par tout ce qui tenterait de les faire plier ou de se rétracter, calmes, droits et respectables face à toute attaque extérieure ... Ce qui n'a pas été mon cas jusqu'à présent, j'étais très timide et effacé, je ne prenais pas de décisions tranchées et je peinait à m'imposer en public, je n'avais aucune foi en mes capacités à bien communiquer ou à plaire, je fuyais comme la peste toute situation ou j'allais être obligé de parler avec des inconnus, c'était quasiment phobique, je me rapprochais pas mal de la "personnalité évitante" (avoidant). ça a beaucoup joué dans mon identification au type INFP : timide, effacé, peu farouche et trop sensible à l'hostilité et à la perspective de conflit. Seulement ces derniers temps, je me sens beaucoup plus affirmé, je n'aime toujours pas prendre les devants et je suis toujours stressé par la perspective d'entrer en contact avec des inconnus mais c'est bien moins prononcé qu'avant, maintenant je suis un peu plus certain quant à mon potentiel et à mes aspirations. Si je reste en retrait, c'est désormais par choix (introversion) plus que par phobie sociale. Il faut dire que je suis passé par quelques moments d'introspection, et j'ai eu la chance d'être soutenu par quelques amis. >> J'ai l'impression que je développe mon affirmation, comme si c'était une composante latente de ma personnalité en train d'éclore. Dans mon enfance j'ai du être brimé et dévalorisé, mais maintenant cela doit avoir moins d'influence sur moi je suppose. ça évolue lentement. En quelques sortes, je suis dans une période de transition de l'adolescence à l'âge adulte.

Sinon, quand tu dis "d'autres points de vue théoriques", tu veux parler de choses comme l'énnéagramme ? Pour l'instant je n'arrive pas bien à me typer avec ça, comme je l'ai dit plus haut j'ai des traits 4,5,6 et 9. Même si j'aurais peut-être tendance à rester sur ma première hypothèse, à savoir d'être 4.

@Lunaire : moi aussi, je m'identifies au tempérament NF Wink  Et j'ai de plus en plus la sensation que le Ti me sert de "fonction d'appoint", comme une sorte de fonction d'organisation mentale qui range les idées et applique la logique dans les raisonnements, questionne les certitudes, m'aide à m'auto-critiquer, mais c'est une fonction qui n'influe pas sur mon processus de prise de décision. Donc à priori, pas une fonction dominante.

Qu'entends-tu par "libérer ton Ni" ? Je suis curieux de savoir  Razz 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunaire
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ 6w5 Sp/So
Age : 48
Lieu : Belgique
Emploi : Fonctionnaire
Inscription : 14/04/2012
Messages : 541

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Mer 08 Jan 2014, 18:52

Quand j'exprime une vision, j'ai l'impression qu'elle vient de quelqu'un d'autre. Souvent, et surtout avec des NT, j'ai la question traditionnelle "comment tu sais ça ?". J'ai du mal à l'exprimer, je peux juste attendre que le NT fasse son propre chemin pour infirmer ou confirmer ma vision. Avec les SJ ou les SP... Galère !

Donc, j'aimerai prendre conscience de mes visions et être capable de les expliquer plutôt que d'attendre de 6 mois à 2 ans qu'elles se vérifient.

_______________________________________
TEST MBTI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tia
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ
Age : 36
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Mer 08 Jan 2014, 19:46

@Titiwilly a écrit:


En fait, c'est principalement pour ça que j'ai des réticences à me typer INFJ : dans les descriptions du type, on s'imagine des personnages confiants et convaincus, inatteignables par tout ce qui tenterait de les faire plier ou de se rétracter, calmes, droits et respectables face à toute attaque extérieure ... Ce qui n'a pas été mon cas jusqu'à présent, [...]
je me rapprochais pas mal de la "personnalité évitante" (avoidant). 

Very Happy La description de fou ! j'aimerais bien, mais y a du boulot...
Tu sais, les descriptions du type ne font pas tout : je connais 5 ou 6 INFJ et on a des degrés de confiance en nous variable, y compris selon les moments de notre vie. Je pense que ces descriptions correspondent à un idéal de personnalité relativement développée et équilibrée, à mi-vie.. sans compter le fait qu'on peut avoir l'air très ferme à l'extérieur et être bouleversé à l'intérieur. Ca serait même assez typique de l'INFJ se forçant "pour la justice" à intervenir alors qu'au fond il a juste envie de rester tranquille dans son coin...

Je pense pas que les types de personnalité évitant/dépendant ou équilibré puissent être corrélés avec le MBTI. Il s'agit d'un mode de fonctionnement par rapport à une préférence cognitive... il peut sans doute y avoir des rapprochements dans certains cas, mais ça n'est pas du tout absolu...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
Awander
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 24
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 638

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 11:22

siffleur


Dernière édition par Awander le Jeu 10 Déc 2015, 01:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hard
Scribouillard du Ne
avatar

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 23
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 736

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 14:41

Alors, j'attend de te voir à l'IRL pour me faire une idée finale, mais pour l'instant je te vois carrément INFJ.
Déjà, tout ton post transpire le Ti. Le questionnement, la longueur, la structure, j'ai pensé à un Ti dom au début de ma lecture, je te l'avoue. Mais après, en voyant les parties émotionnelles, et comment tu tends à "réprimer" tes valeurs pour ne pas juger les gens, ça sent le F en auxiliaire ou dom. Et vu ta description, comment tu étais gamin, je vous beaucoup plus un Ni dom qui a développé un Fe à l'adolescence, pour le réprimer en partie avec son Ti, floutant encore plus son typage.

Bref, je pense que tu es un INFJ avec un Ti tertiaire de bourrin, que tu as peut-être développé pour t'adapter au monde en tant que F ou parce que tu idéalises un peu les T (ce qui est débile, on est tous des connards. ^^)

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zogarok
Co-administrateur
avatar

Type : INfJ-Ti 1μ ou 5μ, 1w9_5w6_4, Melancholic/Choleric
Age : 26
Lieu : L'automne
Emploi : Troll repenti
Inscription : 01/11/2012
Messages : 1549

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 15:53

Suspect => Portnawak de masse.

Curieux aussi de voir ce Ni libéré..

D'accord sur l'ennéagramme - forcément, puisque je te disais exactement la même chose => sauf que là encore, ça fait quatre types, donc encore beaucoup trop d'hypothèses. Et je te vois 6w5. Et InP.


Dernière édition par Zogarok le Jeu 09 Jan 2014, 15:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://zogarok.wordpress.com
hard
Scribouillard du Ne
avatar

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 23
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 736

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 15:55

Possible, ça ne serait pas la première fois. ^^

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Awander
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 24
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 638

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 16:00

hardkey a écrit:

Bref, je pense que tu es un INFJ avec un Ti tertiaire de bourrin, que tu as peut-être développé pour t'adapter au monde en tant que F ou parce que tu idéalises un peu les T (ce qui est débile, on est tous des connards. ^^)

Mais dit pas ça. ^^

C'est le Te le connard, pas le Ti, et encore: plusieurs Te sont très sympas, on le voit bien, par exemple sur le forum.


Dernière édition par Awander le Ven 10 Jan 2014, 09:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 17:54

@Zogarok a écrit:
je te vois 6w5. Et InP.

Je dois dire que 6w5 me parait très probable, sans doute plus que 4w5, même s'il faut que j'étudies la question de l'ennéagramme plus profondément, en ce moment je me préoccupe d'avantage du MBTI.

Sinon, pourquoi nécessairement IxxP ? Sur le chat, tu m'avais dit que je correspondait à "l'attitude globale" d'un IP >> J'aimerais savoir en quoi consiste cette attitude plus précisément, en tout cas la définition que tu en as parce que pour l'instant je n'en ai qu'une idée floue : au typage "lettre par lettre" un P est par définition "adaptable", enclin aux changements, aux nouvelles situations / nouveaux environnements, moins rigide dans sa manière de diriger sa vie, plus souple ... enfin bref, c'est de la grosse caricature ça, mais je n'ai pas d'autre définition en tête. (cette définition ne me corresponds pas vraiment, de plus, mais j'attends d'entendre la tienne). IxxP = Ji-Pe, donc si j'utilise du Ti cela signifie que je suis INTP ou ISTP selon toi, mais comme je l'ai dit plus tôt je doute fort d'être Ti-dom car cette fonction n'interviens pas dans mon processus décisionnel, je n'oriente pas mes actions en suivant mon sens logique mais bien en me référant à des concepts moraux et subjectifs, tels que le respect du prochain, la tolérance face à tout types de personnes et d'idées (précisons malgré tout que tolérance =/= acceptation), le devoir d'aide et d'écoute, la dévotion à la société, le respect de la bienséance etc ... (De plus, j'accorde une (trop) grande valeur aux jugements que les autres pourraient porter sur moi suite à telle ou telle action). Attention : je ne dis pas non plus que j'arrive toujours à suivre ce genre de principes, mais ce sont des idéaux de vie que je me fixe, et si je viens à y manquer je culpabilise assez systématiquement. >> Et je dois ajouter que mon usage de Ti était inexistant avant une certaine période, alors que si j'avais été IxTP cela signifierait que cette fonction serait la première à avoir été visible dans ma personnalité ... jusqu'à preuve du contraire, on ne peut pas réprimer sa fonction dominante, à moins de se faire violence extrême.

Et que signifie ton petit "n" en termes de fonction ? Cela signifierait que mon Si serait très développé en temps qu'INTP/INFP, au point de contrebalancer le Ne ? Ou que tu n'arrives pas à cerner clairement chez moi la structure de la polarité Ni/Se - Ne/Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Jeu 09 Jan 2014, 18:23

hardkey a écrit:
Bref, je pense que tu es un INFJ avec un Ti tertiaire de bourrin, que tu as peut-être développé pour t'adapter au monde en tant que F ou parce que tu idéalises un peu les T (ce qui est débile, on est tous des connards. ^^)

Je ne sais pas si c'est raisonnable de dire que "j'idéalise les T", mais disons juste que j'apprécie les raisonnement cohérents et honnêtes. Au reste, sur le plan personnel je m'entends bien mieux avec les F d'une manière générale, je suis plus "sur leur longueur d'onde", plus à même d'être compréhensif et aidant à leur égard, même si j'ai quelque potes xNTx avec qui je m'entends très bien, et un ISTP dont je suis proche malgré nos divergences sur le plan moral.

En revanche, quand tu dis "s'adapter au monde en tant que F", cela me parle déjà d'avantage. J'étais très "idéaliste" auparavant, j'avais des envies de changer le monde, de faire bouger les choses. Les injustices et les souffrances m'irritaient, je me disait alors qu'il était en mon pouvoir d'agir et d'aider à ce que les choses changent. Je me suis dit que malgré mon jeune âge je pourrais quand même faire quelque chose. Mais mon idéalisme naissant s'est confronté aux jugements moqueurs de certains T, qui se délectaient de ma "naïveté", et à vrai dire j'ai été blessé par ces jugements, je ne voulais pas qu'on me voit comme quelqu'un de naïf ou d'idiot, j'ai donc commencé à remettre en question certains de mes propres jugements. De plus, même avant que l'on ne me juge négativement, je développais un certain nombre de frustrations dues à ma déception quant au monde extérieur, aux choses qui me paraissaient trop dures à changer. J'imagine que c'est à partir de ce point que j'ai du développer un "Ti de bourrin" en me plaçant dans un effort constant de remise en question et d'analyse désincarnée de mes propres comportements. Et j'en suis plutôt heureux à vrai dire, car sur le plan moral cela m'a permis de développer une relative ouverture aux idées extérieures, puisque je pars désormais du présupposé que tout types de points de vue doivent être entendus, et que le mien ne fait pas office de vérité universelle (>> quant à mon rapport actuel à l'idéalisme, je dirais que j'ai toujours envie de changer certaines choses dans le monde, mais que je raisonne à une échelle plus locale et plus raisonnée, en somme je suis plus mesuré, et surtout je considère qu'actuellement je n'ai ni le savoir théorique ni l'expérience pratique nécessaires pour pouvoir espérer améliorer significativement la vie des personnes à l'échelle d'un groupe important).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zogarok
Co-administrateur
avatar

Type : INfJ-Ti 1μ ou 5μ, 1w9_5w6_4, Melancholic/Choleric
Age : 26
Lieu : L'automne
Emploi : Troll repenti
Inscription : 01/11/2012
Messages : 1549

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Ven 10 Jan 2014, 03:05

Juste une chose mais ça couvre l'ensemble : ce qui te définit le mieux, tel qu'on te lis, t'écoute et te vois réagir, c'est la paire IxxP. Mais IxxP, c'est le marqueur d'une attitude.

Les confusions entre les types arrivent plus souvent chez ceux qui ont ce genre d'attitudes. Par exemple, les INJ se confondent rarement avec les ISJ et inversement ; bien sûr ils peuvent se poser la question ; d'ailleurs je l'ai déjà fait, par principe, parce qu'après tout c'est logique et envisageable sur le papier ; et si j'étais ISFJ ? Et évidemment en un quart de seconde c'est balayé car il faut être un tant soit peu... sérieux.

Or chez les IxxP il y a souvent cette revendication de la facette opposée : les Ti qui se sentent Fi, les Fi qui se trouvent du Ti. C'est normal ; les Ni peuvent être tentés d'associer des éléments opposés ou parallèles, mais il y a toujours un fond solide, une matrice. Les Ji eux croient davantage qu'ils peuvent tout être, ils se trouvent souvent à faire le tri et à constater que ''quand même'', ils ont bien ce trait-là, etc. Et cette confusion ne peut que s'amplifier et se nourrir de leurs propres doutes, mais aussi de tout ce qui leur arrive depuis l'extérieur (alors que Pi est plus hermétique). Ils passeront leur temps à récolter des données empiriques pour la renforcer. C'est comme s'ils refusaient d'aller à l'essentiel pour faire du ''particulier'' une vérité sur leur compte ; mais comme ça ne résout rien car c'est juste une démonstration temporaire, faute de mieux, ils continuent leur course et ergotent à l'infini sans avoir de repère, de ligne fixe. Comme si leur personnalité n'avait pas une architecture de base. Or si.

Je te vois plutôt sur la diagonale Ne/Si. Ton Ne est assez fort justement (d'ailleurs tes réflexions s'éparpillent au point d'oublier d'éclairer un sens profond, en préférant écumer toutes les hypothèses, toutes les possibilités de ce que tu es ; et tu te reposes énormément sur tes comportements, la façon dont tu apparaît et dont on te qualifies). Je n'en sais rien pour le Si. Mais ce qui est manifeste sans arrêt c'est IxxP et le Jugement Introverti qui va avec.

Et en l'occurrence, un Jugement qui ne s'assume pas, qui ''se tâte'' et du coup, cède aux manifestations les plus anodines, inclus ce qui est isolé, refoule la mise au point qu'il espère pourtant sincèrement obtenir. En même temps, Ji aussi parce que ton tempérament est assez stable, limpide, là où les Pi ont plus de mal à se faire comprendre – et alors que ces derniers estiment plus facilement qu'il n'y a rien à ''comprendre''. En clair, les Ji sont plus naturellement contentés, fixes, tout en restant réceptifs et adaptables à la réalité (ce qui les fait douter – or ça ne change rien à qui ils sont), mais on dirait qu'ils sont les seuls à ne pas le voir. Le malheur des Ji c'est de douter de cette stabilité (alors que ce sont eux, des quatre, les purs monolithes – surtout ISTP) ; et celui des Pi, de voir le monde extérieur se dérober, devenir instable, incohérent (n'avoir plus aucun sens pour les INTJ notamment -mais les 3 autres aussi, ne plus donner de repères structurants pour l'ISTJ -mais les 3 autres aussi, etc). Ces questions typiquement IxxP ne font que renforcer la rigidité classique des Ji, toujours plus ouverts à de nouvelles pistes pour finalement ne pas régler leur sujet. Une expression de ça, c'est le torrent de débats qu'on peut lire ici sur certains sujets, la façon de tout retourner dans tous les sens (collectivement même – Pe) sans percevoir la brutalité de l'attitude, les raisonnements définitifs (Ji) qui soutiennent que tout reste possible (Pe) en donnant une satisfaction immédiate, voir en simulant une cohérence, mais en laissant tout en plan – ou alors laissant des réponses artificielles, inspirées de l'arbitraire Ji (qui veut lui aussi pouvoir asséner, mais sans se justifier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://zogarok.wordpress.com
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Ven 10 Jan 2014, 19:24

Je ne suis pas sur d'avoir tout bien saisi, mais pour le principal je dirais que tu vois juste et que je suis probablement Ji-Pe. Je reviendrait sur certains points plus tard, quand j'aurais le temps de construire quelque chose de précis, mais en attendant je te demanderait simplement si tu me vois plus INTP ou INFP, au vu de ce que j'exprimes et de ce que tu penses de moi >> car s'il y a bien une constante, quelque chose que j'identifierais comme un fond solide pour reprendre ton terme, c'est bien la polarité NF : si j'envisage le type INTP parmi les hypothèses possibles, c'est par souci d'impartialité, mais j'avais déjà dit auparavant que j'étais à fortiori convaincu de ne pas être T, et que le tempérament NF est le tempérament auquel je m'identifies le plus, de loin. Bref, je contes bien continuer à en discuter et éclairer certains points  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauterwasser
Aucun rang assigné
avatar

Type : XNFP, type 7 / chaotic-good
Age : 34
Lieu : Montpellier
Emploi : Musicothérapeute Winnicottien, gestaltste et phénoménologiste
Inscription : 07/09/2013
Messages : 1802

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Ven 10 Jan 2014, 22:54

quels sont tes pourcentages d'équilibre entre chaque lettres lors du test ?
nottament entre ton F et ton T, ton P et ton J ?

_______________________________________

Les oiseaux n'ayant connu que la cage pensent que voler est une maladie.
Alejandro Jodorowski

Le monde appelle fous ceux qui ne sont pas fous de la folie commune
(auteur inconnu)

N'oubliez pas que la terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux
de Khalil Gibran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherkkann
Intervenant polémique
avatar

Type : ENTP
Age : 23
Lieu : Belgique
Emploi : /
Inscription : 29/02/2012
Messages : 1455

Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ? Lun 17 Mar 2014, 14:53

@Solasido a écrit:
Bonjour tout le monde

Même cause, même effet.

Ce n'est pas parce que l'on sait tirer un cure-dent
d'une branche quelconque que l'on sait ce qu'est un arbre.

Il en est de même avec le modèle MBTI, qui,
dès qu'on le coupe de ses racines
yi -king, ennéagramme, alchimie spirituelle ou autres,
le MBTI, fonctionne comme une vulgaire feuille de papier,
tandis qu' avec ses racines le MBTI fonctionne
comme une simple feuille d'un arbre,
concentration, méditation, photosynthèse obligent.

Le tableau ci-dessous qui n'a rien à voir avec des opinions
personnelles rétablit durablement les correspondances principales
entre le modèle MBTI et ses racines incontournables que constituent
Ennéagramme, YI King, triplet de l'adn, Jeu de Échecs,
échelles chromatiques musicales, syllogismes d'Aristote, etc...

Tout cela se trouve "triplement" contenu dan la conscience
de l'observateur dès qu'il triangule intentionnellement ou non.


Avec cette table de correspondances il est aisé de noter que
les archétypes INFP ? INTP ? INFJ ? sont mis en relation
avec les hexagrammes et avec les quatre ennéagrammes fondamentaux
suivants, à peu près comme ce qui suit :


Jung dit lui-même, que l'esprit occidental devra renoncer
à certains de ses préjugés pour accéder aux méthodes
de sa Psychologie des profondeurs, inconscient collectif oblige.

Sacrifier sa souffrance
Secouer sa paresse mentale
Balayer son inconscience




Aucun être humain n'est un concept, ni une théorie,
ni une moyenne, ni un pourcentage, ni du nombre
de ce que l'on parque dans l'ombre.


Art-Mot-Nid à trianguler

Nous avons besoins de nos consciences au travail,
de nos corps disponibles aux énergies mutantes,
de nos processus véhiculaires opérationnels sur tous
les plans.

Ceci s'acquiert, nous en avons les témoignages,
il ne tient qu'à chacun d'y parvenir en s'y attaquant
durant l'infini entretien du quotidien, afin de faire
au silence intérieur les efforts pour en dépasser les limites.

Dépassement de soi, dépassement de soi, dépassement de soi.


Souhaitons-nous le nécessaire qui seul libère et nus libère sans délibérer

Bonne suite et souriante journée à tous

Sol

+1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: INFP ? INTP ? INFJ ?

Revenir en haut Aller en bas
 

INFP ? INTP ? INFJ ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» INFP ou INFJ ???
» Les INFJ, mentor des INFP ?
» INTP, INFP : les deux mon capitaine !
» Pour en finir avec les confusions entre INFP et INFJ
» Un INFP ou INFJ pas tout à fait sûr de son type

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Rechercher son type-