Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012, 15:55

Plusieurs fois j'ai parle de "CRISE EXISTENCIELLE" dans mes posts. La mienne s'est terminee environ il y a 6 mois de ca; un jour je me suis dit: ca y est, je suis "gueri" !

Vraisemblament, la plupart des membres ici sont encore trop jeunes pour l'avoir connue/affrontee, et les a priori ne sont pas forcement adaptes a la concevoir de facon optimale. C'est quelque chose qui doit s'experimenter pour en degager tous les a posteriori (si on y survit mentalement, ou physiqument !).

Pourtant j'aimerais bien en parler avec des gens (de mon age preferablement) qui l'ont eux aussi surmontee ou bien peut-etre d'autres qui la vivent en ce moment, souvent meme sans trop s'en rendre compte...

Je dis ca car, la mienne est venue a pas de loup; a l'age de 33-34 ans environ deja quelque chose ne clochait pas/plus, j'etais plus deprime que jamais...
Puis a 36 ans, c'etait clair j'etais en plein dans l'oeil d'un Maelstrom devastateur qui me faisait remettre en question ma vie journalierement; d'abord des regrets, des remords, beaucoup de tristesse (quand c'etait a moi-meme que je m'en prenais au debut pour avoir "gache" ma vie !) et puis du ressentiment et de la colere (quand j'en suis venu a betement accuser les autres !).

Finalement, quand je me suis accepte comme j'etais, avec mes defauts, mais aussi avec mes qualites, un simple engrenage dans le mecanisme de l'univers, une simple connection/un simple mode d'expression parmis un nombre illimite, j'ai realise qu'il n'y avait pas de coupable(s) dans ma/la vie, ou si il y en avait alors nous sommes tous coupables, car une erreur d'interpretation/evaluation/de jugement chez un en entraine irremediablement une autre chez un autre, et ainsi de suite en remontant jusqu'a l'aube de l'humanite.

Actuellement, j'ai deux amis qui traversent eux aussi le reflux de cette fameuse crise existencielle...
Meme age: 36 ans. Symptomes identiques mais surtout les causes semblent les memes:

- Eux aussi ont vraiment senti TRES fort le flux de la vie.
Souvent avec certains succes mais transformes plus tard en pires exces: argent, infidelite, hypersexualite, drogues, violence, alcool, etc.


- Eux aussi semble avoir porte des "chaussures" qui n'etaient pas les leurs, cad avoir joue un role qui ne leur etait pas destine (par depit/resignation: apres avoir ete blesse dans leurs emotions et leur amour propre en enfance.)

- Eux aussi ont eu des parents qui les ont neglige sur le plan emotionnel, des parents "robots" avec peu de contact physique/tactile d'ou peut-etre une preference pour "Ne": le potentiel etant apres tout comme une echappatoire a la realite.


- Eux aussi ont eu peu d'amis, et ils ont souvent "achete" l'amitie des autres; et donc d'une certaine facon ont ete uses/manipules.

- Eux aussi sont des INTUITIFS.



J'aimerais avoir votre avis/apport personnel pour pouvoir aller de l'avant dans mes interpretations/generalisations.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012, 16:30

Citation :
Crise de la quarantaine, démon de midi ou encore syndrome du « nid vide », telles sont les expressions usuelles qui recouvrent une réalité universelle, quoique encore insuffisamment reconnue, celle de la crise du milieu de la vie (CMV).

Véritable crise existentielle –à la fois psychologique et spirituelle-, cette crise de croissance est considérée comme la 2ème crise d’identité après celle de l’adolescence, ce qui fait qu’on la nomme parfois crise de la «maturescence».

Elle survient entre 35 et 50 ans à la faveur d’un ou plusieurs évènements-chocs, plutôt subis : rupture professionnelle ou conjugale, départ d’un enfant ou décès d’un parent, maladie, accident ou encore promotion ou nouvelle rencontre. Elle s’associe ainsi à la notion de finitude ou de mort avec la prise de conscience du temps qui passe, de sa vulnérabilité et de la possibilité de saisir une dernière chance de se réaliser. Comme l’a écrit Roland Barthes : « jusque là, on se savait mortel et, tout à coup, on se sent mortel ».

La première partie de vie s’articulait sur le « faire » et le « paraître », dans la poursuite d’un but socio-professionnel et d’une construction nécessaire de l’ego et de comportements relationnels associés.

La crise du milieu de la vie marque l’entrée dans un passage qui va généralement durer plusieurs années. Elle propose d’aboutir à une redéfinition consciente de ses choix de vie dans l’idée d’aligner l’ « être » avec le « faire », d’habiter ses choix autrement, de redonner du sens au « faire » pour être en harmonie avec soi-même.

C’est donc une période de bilan, de tri, de questionnements du type « qu’ai-je fait de ma vie ? » « était-ce mes choix ? » « à quoi cela m’a-t-il servi de courir après ça ? », « qu’est-ce qui est important pour moi maintenant ? » etc…

Ce bilan touche tous les domaines de la vie : conjugal, affectif, familial, social et professionnel. Il se traduit par des états psychologiques inconfortables : anxiété, doutes, regrets, état dépressif (envie de rien, baisse du désir de vivre, de la libido) avec un tendance à vouloir tout rejeter, à se dévaloriser, quitte à se réfugier dans des mondes bullaires où l’implication socio-professionnelle est minimale. C’est le phénomène des « cadres en panne » dans le monde du travail.

Ce passage invite à un travail de libération et de deuil : faire le deuil de ce à quoi on était attaché et de ce à quoi on croyait pour naître une deuxième fois et cette fois-ci à soi-même.

Comme le dit un proverbe Cheyenne « L’homme qui n’est pas né une deuxième fois marche toute sa vie dans les mocassins de son père ».

Sortir de ce passage permet d’effectuer une « mue » : s’alléger de carapaces, de protections, de faux-semblants, de croyances, d’orgueil pour accéder à plus d’humanité, d’humilité, de créativité souvent, d’intégrité et de sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
u350 [compte supprimer]
Intervenant polémique
u350 [compte supprimer]

Type : INTP (right brain) 1 / 10 000
Age : 36
Lieu : Tor Bridges (underground)
Emploi : Informaticien (network analyst)
Inscription : 23/01/2011
Messages : 304

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012, 20:46

Ton poste est très intéressant HERVE1973, pour tout ceux qui l'a vivront.

Tant qu'a moi j'espère bien passer entre les mailles du filet de cette malédiction.

Si tu pouviais nous expliquez des choses à éviter pour justement s'en échapper. Des astuces, un remède ?

Ton expérience peut être un bien sacré. En toute conscience.

En attendant, voilà une musique bien reposante:
https://www.youtube.com/watch?v=ANhww-OWVmc

_______________________________________
Que l'on me donne six heures pour couper un arbre, j'en passerai quatre à préparer ma hâche. [Abraham Lincoln]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012, 22:22

Citation :
Ton poste est très intéressant HERVE1973, pour tout ceux qui l'a vivront.
Tant qu'a moi j'espère bien passer entre les mailles du filet de cette malédiction.
Si tu pouviais nous expliquez des choses à éviter pour justement s'en échapper. Des astuces, un remède ?
Ton expérience peut être un bien sacré. En toute conscience.
Je deduis que la severite de cette "crise" est en rapport direct avec l'intensite de la subjectivite que l'on aura vecu precedemment...

Les gens qui ont une vie de beauf (ou bien d'animal), cad qui ont rempli des chaussures exactement a leur taille, ne semble pas etre victimes de cette crise ?
Comme j'ai dit, plus on aura senti/endure le flux de la vie durant sa premiere phase, son aspect brut, avec peu ou pas d'edulcorant/temperance, au plus le prix a payer plus tard sera fort et le subseqent reflux pour la sante mentale, lui sera brutal et n'epargnera rien !

Cette crise existencielle, c'est la negation de l'etre, quand l'ego est affaibli/a bout de souffle par 35+ annees a jouer un role de protecteur ou plutot de geolier de l'ame... C'est l'ame qui sort de sa tanniere, qui dit "STOP !" et qui demande des comptes. A cette issue il y a seulement 3 possibilites:

- Soit la douleur est trop forte, l'ame abandonne la partie et c'est le retour a l'illusion precedente, l'ego triomphe; c'est a ce moment-la que souvent, les gens tombent sous l'emprise des antidepresseurs.

- Soit ni l'ego, ni l'ame, ne peut gagner, la douleur est encore plus forte et c'est le suicide. Fin.

- Enfin, comme dans l'epilogue de la dialectique Hegelienne de l'Esclave (ici: l'ame) et du Maitre (ici: l'ego), une sublation de l'ame et de l'ego se produit.
Bien evidemment, c'est la meilleure issue possible, et c'est aussi comparable au processus final d'inviduation de Jung, quand l'inconscient fusionne avec le conscient.


Je n'ai pas de conseil particulier a donner car l'experience de l'un n'est pas forcement celle d'un autre (memes si il y a beaucoup de points communs , deplus nous avons tous des nevroses (et certains des psychoses) et c'est elles qui entrent d'autant plus en jeu durant cette crise existencielle. Neanmoins nous NT et NF semblont etre les plus touches; si vous examinez la vie des philosophes et de beaucoup de grands auteurs de literrature, la plupart ont visiblement ete atteint de problemes on va dire "mentaux" ! Smile

Mais d'une certaine facon, je me dis que sans nevrose/exces/vices, l'existence serait d'un ennui et d'une banalite ! Je crois que c'est nous Nt et NF qui mettont de la vraie ambiance dans la vie !


Citation :
En attendant, voilà une musique bien reposante:
https://www.youtube.com/watch?v=ANhww-OWVmc
Pas mal oui.
J'ai mieux comme musique; je l'ai ecoute en boucle constamment pendant que je livrais un livre de ROUSSEAU l'annee derniere. Ca s'y prettait vraiment tres tres bien... Je pouvais vraiment visionner la France de cette epoque-la ! Ca a aiguise en moi un romantisme que je me suis alors decouvert.





36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Jean-Jacques_Rousseau_painted_portrait
Revenir en haut Aller en bas
u350 [compte supprimer]
Intervenant polémique
u350 [compte supprimer]

Type : INTP (right brain) 1 / 10 000
Age : 36
Lieu : Tor Bridges (underground)
Emploi : Informaticien (network analyst)
Inscription : 23/01/2011
Messages : 304

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012, 22:30

Je pense que cette chanson résume bien un parcours dangereux, celui que tu as vécu.

https://www.youtube.com/watch?v=Kfn0z068ipI

_______________________________________
Que l'on me donne six heures pour couper un arbre, j'en passerai quatre à préparer ma hâche. [Abraham Lincoln]
Revenir en haut Aller en bas
Krisproll
Aucun rang assigné
Krisproll

Type : INTP
Age : 42
Lieu : Belgique
Emploi : Pffff
Inscription : 21/08/2012
Messages : 18

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 13:59

Et bien, je crois que je suis rentrée dedans depuis environ deux ans ! Et c'est pas fini !
Revenir en haut Aller en bas
estrellas
Aucun rang assigné
estrellas

Type : infj
Age : 45
Lieu : gard
Emploi : action sociale
Inscription : 06/06/2012
Messages : 12

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 14:33

Je trouve ton témoignage très parlant et assez clair sur les mécanimes qui se mettent en place pour déboucher finalement sur cette période de crise.
je suis moi aussi dans cette période très particulière même si je n'ai vécu les "flux" qu'àun niveau essentiellement émotionnel.Ce qui est difficile c'est que l'entourage peut avoir de grandes difficultés à comprendre cette phase et vouloir résister à toute forme de changement .
Je ne sais pas si il y a vraiment de solutions.C'est trouver l'équilibre entre une sincérité dans l'écoute de soi et rester à l'écoute des autres .

_______________________________________
"au fil des étoiles je tisse ,par les nuits magiciennes ,un manteau d'éternité"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 16:36

LiseZ a écrit:
Et bien, je crois que je suis rentrée dedans depuis environ deux ans ! Et c'est pas fini !
J'ai rien voulu dire avant, mais en lisant tes posts precedents mon intuition m'a signale une correlation certaine avec la periode que je viens de passer.
C'est le moment des grandes questions, mais je me suis apercu qu'elles etaient toutes basees sur la meme conception: POURQUOI ?

- Pourquoi ais-je fait ci ?
- Pourquoi ais-je fait ca ?
- Pourquoi je me suis marie ?
- Pourquoi je n'ai pas attendu de me connaitre d'avantage pour faire ci, ca etc ?

Etc. etc. Les questions n'en finissent pas, elles surviennent comme des images brutales emanant de l'inconscient. Elle sont incapacitantes, l'inconscient deverse alors sur le conscient et empeche la productivite, le plaisir et surtout l'appreciation de la vie...

Au debut, ces interrogations sont aleatoires (apres des evenements "stressants"), plus tard elles deviennent regulieres, plus tard encore elles sont quotidiennes.

Moi je vous dit a tous, le seul moyen de vaincre cette "crise" est de sublimer toute cette negation de qui l'on est vraiment, c'est d'aller fouiller le passe, toutes les reponses y trouvent. Ce que vous aviez constitue comme un passe "normal" (parce que vous n'aviez pas alors l'experience ou plutot les references sur lesquelles vous baser) ne l'ai pas forcement.

Le fait que vous ayiez joint ce forum pour vous connaitre d'avantage (et par la meme occasion connaitre les autres aussi !) est indeniablement la preuve que quelque chose en vous vous pousse instinctivement, inconsciemment, a vous depasser, a transfigurer le vieux, en neuf.
Ce n'est pas une negation totale de l'etre qui est en train de se produire mais une transformation; comme la chenille confinee a un monde glauque qui devient alors un papillon pour prendre son envol vers de meilleurs horizons !


CARL JUNG parle de cette crise en des termes on ne peut plus exacts:



"La mi-vie est le moment d'abandonner un ego inflexible et de contempler la profonde signification de l'existence humaine."
CARL JUNG



"Chaque individu a besoin en lui-meme d'une revolution, une division interieure, un renversement de l'ordre etabli et un renouveau." CARL JUNG


"Souvent, c'est l'impardonnable que l'on doit commettre si l'on souhaite continuer a vivre." CARL JUNG

"Pour que le meilleur survienne, souvent le bien doit rester a l'ecart." CARL JUNG



"Quiconque progresse sur la route de la réalisation de son Soi inconscient,
rendra nécessairement conscients les contenus de l'inconscient personnel,
ce qui élargira considérablement l'étendue, les horizons et la richesse de la personnalité." CARL JUNG



"La croissance de la personnalité se fait à partir de l'inconscient." CARL JUNG


"Il ne s'agit pas d'atteindre la perfection, mais la totalité." CARL JUNG


"L'homme mérite qu'il se soucie de lui-même car il porte en son âme les germes de son devenir." CARL JUNG


"Dieu n'est plus confine dans la religion, il s'en est libere pour s'incarner dans le coeur des hommes.
Notre inconscient dans son ensemble represente le tumulte du Dieu qui veut connaitre et qui veut etre reconnu." CARL JUNG


"Il s'agit d'un moment critique, car il n'est pas rare qu'une metanoia,
une transformation mentale, survienne au debut du deuxieme chapitre de la vie." CARL JUNG


"Frequemment, j'ai pu observer des gens devenir nevrotiques quand ils s'etaient contentes de reponses inadequates ou incorrectes aux questions de l'existence. Ils recherchaient une situation, un mariage, une reputation ou bien le succes financier, et pourtant, meme apres avoir atteint leurs ambitions, ils restaient toujours aussi malheureux et nevrotiques.
Ces gens-la sont habituellement confines a l'interieur d'un horizon spirituel trop etroit. Leur existence n'a pas suffisamment de profondeur ou de sens.
Neanmoins, s'ils sont en mesure de se developper en des personnalites plus spacieuses, generalement alors, leur nevrose disparait." CARL JUNG





Dernière édition par HERVE1973 le Jeu 30 Aoû 2012, 17:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 16:51

Citation :
Ce qui est difficile c'est que l'entourage peut avoir de grandes difficultés à comprendre cette phase et vouloir résister à toute forme de changement .
Je ne sais pas si il y a vraiment de solutions.
Pour moi, la solution a ete l'isolement quasi total de tout et de tous, le repli dans l'autodidactisme et le refuge dans la philosophie, la spiritualite, la psychologie, la psychiatrie, la nutrition, la neuroscience etc. Mais j'ai eu la chance d'avoir mis suffisamment d'economies de cote pendant les dix dernieres annees (peut-etre alors une intuition, un precoginition qu'un temps viendrait ou j'en aurais besoin ?) pour me permettre de prendre 1 an et demi de "repos" (annee sabatique on dira) pour me concentrer entierement a moi !

Autre chance: je n'ai jamais eu d'enfant (heureusement ! Car je n'etais visiblement pas pres !) donc ce fut plus facile pour moi pour evoluer ces 2 dernieres annees.

Enfin, j'ai cree un environnement virtuel (lectures, ecoute de podcasts/musique etc.) pour remplacer mon environnement materiel/physique !

Et meme avec tous ces avantages en ma faveur je dois avouer que cela a ete TRES dur !
Surtout car je n'avais personne vraiment pour me comprendre ou pour m'aider; ma partenaire est ESFJ (donc subjective a fond la caisse; nos esprits ne pouvaient pas se comprendre), mon meilleur ami est INFP (mais lui n'avait pas encore alors atteint cette "crise"; maintenant il est en plein dedans mais je l'epaule et il semble plutot bien s'en sortir, neanmoins l'aider m'a autant aide moi-meme !) et un autre non ami a moi est INTJ (alors au lieu de m'aider, lui m'a bien enfonce !! Mais je ne lui en veux pas/plus car en fait il avait raison dans tout ce qu'il a dit, le probleme c'est qu'il lui manquait la subjectivite pour mettre en formes tout ca: je suppose que je voulais une etreinte de sa part ou de la part du monde, lui m'a donne une grande baffe: BONG ! Haha !), enfin, mes parents (mere ISTJ et pere INFP) etaient eux completement depasses par les evenements car, visiblement emotionnellement/spirituellement immatures, ils n'ont jamais vecu cette phase eux-memes car ils n'ont pas vecu la PASSION dans leur propre vie (peut-etre un peu mon pere, mais ma mere etant une T tres forte/dominante, elle l'a etouffee)! Hors ils ne pouvaient comprendre ce dont ils n'avaient jamais fait l'experience !

Dernier conseil: ne sombrez JAMAIS dans la route paresseuse des antidepresseurs ! Car c'est avec votre inconscient que vous voulez communiez pour vous sublimer; prendre des antidepresseurs c'est perdre cet apport potentiel mais c'est aussi en plus perdre le meilleur de votre personnalite actuelle !
Revenir en haut Aller en bas
Krisproll
Aucun rang assigné
Krisproll

Type : INTP
Age : 42
Lieu : Belgique
Emploi : Pffff
Inscription : 21/08/2012
Messages : 18

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 22:44

Je ne sais pas si ce que je vis peut clairement être qualifié de crise existentielle parce que j'ai la chance de ne pas (ou pas encore ?) connaître la dimension dépressive de la chose.

Chez moi, tout à commencé lors de la découverte de la précocité intellectuelle de l'aînée de mes enfants. Lecture de bouquins sur ce sujet. Questionnements. Mais, j'ai l'impression que ça parle de moi ! Impossible, j'ai toujours été considérée comme une ignorante par mon entourage ! Et puis Ze test qui a confirmé. Et puis de nouveaux des lectures. Questionnements. Mais ce faux-self qui touche tant d'HP, c'est moi aussi ! Et PQ ? Comment c'est venu ? Mais c'est mon éducation ! Lectures. Questionnements. Colère. Et c'est quoi ce métier qui ne me correspond pas choisi sous la coupe de ce faux self ? Conseiller d'orientation. MBTI. INTP et me voilà.

Pffew, heureusement que les INTP sont forts pour faire des résumés Wink !

À présent que j'ai pris conscience que rien dans mon parcours jusqu'à aujourd'hui n'avait eu pour origine un choix émanant du plus profond de moi, mon objectif aujourd'hui est de me découvrir moi pour tenter de rebondir. J'essaie de m'écouter. De faire mes propres choix malgré la culpabilité du "que vont penser les autres ?" et de cette impression d'être devenue hyper égoïste.

Merci pour tes conseils, Hervé ! Ton départ en GB, c'est lié ?
Revenir en haut Aller en bas
Chase El Pacificator
ChasingStarlight, le Besancenot de l'Ego
Chase El Pacificator

Type : INFP
Age : 26
Lieu : Higher
Emploi : J'bicrave des rimes
Inscription : 10/01/2012
Messages : 3253

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 23:12

HERVE1973 a écrit:



Dernier conseil: ne sombrez JAMAIS dans la route paresseuse des antidepresseurs ! Car c'est avec votre inconscient que vous voulez communiez pour vous sublimer; prendre des antidepresseurs c'est perdre cet apport potentiel mais c'est aussi en plus perdre le meilleur de votre personnalite actuelle !

Quand on est jeune et complètement paumé ? Je veux dire, la pression familiale et tout ça, on est bien obligé parfois de passer par là, les anti-dépresseurs.

_______________________________________
Fiat iustitia et, pereat mundus.
Revenir en haut Aller en bas
Gémotheos
Aucun rang assigné
Gémotheos

Type : INTJ
Age : 46
Lieu : sur le chemin
Emploi : de passage
Inscription : 29/08/2012
Messages : 27

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 23:33

Salut, tu peux essayer "Euphytose", en vente libre pour des petits besoins...

_______________________________________
La création d'un champ de conscience où s'esquisse et se trame au-delà des mots une espérance commune ne peut se décrire. "C. SINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 23:42

Citation :
Quand on est jeune et complètement paumé ? Je veux dire, la pression familiale et tout ça, on est bien obligé parfois de passer par là,
Les antidepresseurs sont surtout la pour rendre les docteurs, les psychiatres et les compagnies pharmaceutiques plus riches. Et pour reajuster les gens a une societe qui est celle qui est vraiment malade...

"Les victimes vraiment sans espoir se trouvent parmi ceux qui semblent les plus normaux.
Pour beaucoup d'entre eux, c'est parce que ils sont si bien adaptés à notre mode d'existence,
parce que la voix humaine a été réduite au silence si tôt dans leur vie, qu'ils ne se débitent même pas,
ni ne souffrent et ne présentent pas de symptômes comme le font les névrosés.
Ils sont normaux non pas au sens que l'on pourrait appeler absolu du terme, mais seulement par rapport à une société
profondemment anormale
et c'est la perfection de celle-ci qui donne la mesure de leur désequilibre mental.
Ces millions d'anormalement normaux vivent sans histoires dans une société dont ils ne s'accoméderaient pas si ils étaient pleinement humains et s'accrochent encore à l'illusion de l'individualité, mais en fait, ils ont été dans une large mesure dépersonnalisés.
Leur conformité évolue vers l'uniformité. Mais l'uniformité est incompatible avec la liberté de même qu'avec la santé mentale...
L'homme n'est pas fait pour être un automate et s'il en devient un, le fondement de son équilibre mental est détruit". ALDOUS HUXLEY
Revenir en haut Aller en bas
Heisenberg
Pionnier
Heisenberg

Type : INTP 5w4 - 9w1 - 2w3 Sp/Sx
Age : 32
Lieu : IDF
Emploi : Etudiant
Inscription : 31/12/2011
Messages : 201

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012, 23:48

Merci, pour ce partage, me posant énormément de questions sur ma personne malgré mon "jeune" âge par rapport au votre, sur mon passé, sur la manière dont j'envisage mon avenir, comment agir, pourquoi, par quelles ressources émotionnelles, quelles projections, sources de motivations dans mon présent afin d'organiser les choses à moyens et longs termes, et du cheminement à suivre pour transcender ces remparts qui me minent, qui m'empêchent parfois d'agir comme je le voudrais ou le devrait dans mon propre intérêt.


Citation :
Quand on est jeune et complètement paumé ? Je veux dire, la pression familiale et tout ça, on est bien obligé parfois de passer par là, les anti-dépresseurs.

Par forcément Chasing, tout dépend de ce à quoi ta famille est prête à consentir, pour le bien être de ses membres. Ton état émotionnel fait figure dans un tout, si tu changes les règles de cet environnement, ça change aussi ton état émotionnel. Ma mère ESFP (qui l'a fait pour moi et n'y voyait apparemment pas l'intérêt) et moi avons fait enclenché une thérapie familiale, alors que j'étais encore en dépression, ça a beaucoup aidé à optimiser nos échanges positif, à savoir comment désamorcer les zones, les moments de conflits, afin que chacun comprenne et accepte les limites de l'autres, lui donne pour recevoir ensuite.

Avant cette thérapie, j'ai été six mois en dépression, j'avais été consulter, j'ai été sous antidépresseur, puis j'ai tout stoppé, ne prenant que dans les moments les plus sombres les antidépresseurs, je me suis obligé à retourner en cours, à avoir des relations sociales, à partir quelques jours chez des amis, dans de la famille de province, et à partager quelques bons moments avec, puis j'ai amorcé la dite thérapie, puis fut libéré quelques temps après.

Au delà, du psy à qui je me confiais sur mes problématiques, la thérapie familiale permet la confrontation dans un espace neutre, où l'on va se confier, instaurer des règles chez les parties en présence, permettant de faire évoluer les relations. Cela permet donc d'apaiser les tensions entre les parties et pourrait certainement faire évoluer la psychanalyse.

Puis l'état euphorique des anti-dépresseurs, empêche d'avoir accès à toutes les pensées, qui finissent censurées, enfermées dans l'inconscient, devenant latentes et qui resurgiront tôt ou tard, risquant d'installer un cercle vicieux dans la dépendance à ces médicaments.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeVen 31 Aoû 2012, 00:26

Citation :
Puis l'état euphorique des anti-dépresseurs, empêche d'avoir accès à toutes les pensées, qui finissent censurées, enfermées dans l'inconscient, devenant latentes et qui resurgiront tôt ou tard, risquant d'installer un cercle vicieux dans la dépendance à ces médicaments.
Le probleme avec les antidepresseurs (que les generalistes prescrivent betement sans trop comprendre/reflechir, mais qu'un psychiatre lui est d'avantage neanmoins a soumettre a sa competence/specialisation) personnelle, c'est que s'ils sont prescrits a un quelqu'un qui souffre de bipolarite (maniaco-depression), celui-ci va etre victime de manies !
Les bipolaires ont leur prescrit des thymoregulateurs, des regulateurs d'humeur, c'est ce que ma psychiatre voulait absolument que je prenne, mais que j'ai refuse a chaque fois ! Je dois la voir d'ailleurs la semaine prochaine apres presque 1 an d'absence et je vais lui montrer/prouver que je suis gueri... Je me suis gueri TOUT SEUL, sans medicaments, sans antidepresseur, sans thymoregulateur.

La France est le plus gros consommateur d'antidepresseurs au monde...
Je pense que c'est un probleme de societe. A force de trop juger les autres (car ca evite de se juger soi-meme), on finit par les hair (et se hair par la meme occasion).

Ca donne la societe liberticide et ultra-regulatrice (a la Maximilien Robespierre/INTJ ! "My way or the highway" !) que l'on connait, personnellement je dirais que ca donne la societe que j'ai quitte et fuit pour aller voir inconsciemment ailleurs (en l'occurence, en GB mais je pense que ca aurait tres bien pu etre ailleurs !), si j'y j'y etais, et c'etait le cas !

Sans le savoir je voulais une societe ou l'ECHEC n'etait pas reprime, mais d'une certaine facon encourage, le hasard a fait que c'est en GB ou j'ai trouve cette societe (a la John Locke/INTP ! "All knowledge comes from experience.").

Ici en GB, j'ai appris la tolerance et le respect des autres, la VERITABLE liberte, egalite, fraternite... Des concepts purement abstraits en France mais ici... Ils sont purement concrets, mis en pratique, et ca se voit/sent chez les gens ! Sur leur visage, sur les relations les uns les autres mais aussi sur la productivite du pays et son progres (au lieu de sa stagnation, cf: la France !!)

TOUS les Francais qui partent a l'etranger pour y vivre quelques annees sont transformes, surtout s'ils partent vivre dans des societes diametralement opposes... Et ils ne veulent plus y revenir ! Pourquoi ? Parce qu'a l'etranger, dans leur nouveau pays d'accueil, un pays qui les a integre bien mieux que la France a sur le faire avec ses etrangers ou meme ses propres habitants (le cas des "Pieds Noirs" dans les annees 60 est flagrant !), ils ont pu se remettre entierement en question et realiser que les valeurs que leurs parents, l'ecole, la societe en France n'etaient pas forcement les plus appropriees !

Pour moi, la France est le pays de l'analyse (mais a force d'analyser on ne prend pas de risques, on reste terre chez soit a refaire le monde dans sa tete et donc a ne pas le craindre/hair), alors que la GB est le pays de la synthese ou les gens sont libres de faire ce qu'il leur plait, avec neanmoins les inconvenients que cela comprend: trop de libertes !
Neanmoins, en retrospective, je prefere trop de libertes (pour developper surement la graine qui est en nous, en arbre et puis peut-etre en foret !) plutot que pas assez et des lors ne pas jouir de l'environnement, du terreau, pour developper le potentiel cache en nous !

Ce que je veux surtout dire aux plus jeunes c'est que leur environnement a CERTAINEMENT a voir avec leur mal vivre !! Quand on vit dans une societe profondement MALADE, on ne peut que devenir malade soi-meme et pire, ne pas s'en rendre compte... On pense que c'est nous qui ne sommes pas normaux de ne pas s'y adopter... Alors on se dit que peut-etre on devrait prendre des medicaments pour etre "normal" !
Moi je dis non, a choisir c'est toujours la NATURE qui doit l'emporter sur la CULTURE. Car la culture emane de la Nature et non l'inverse !




Citation :

La consommation d'antidépresseurs reste colossale en France. Sommes-nous plus déprimés que nos voisins ? Sommes-nous mieux pris en charge ? Le point pour mieux comprendre.

La France consomme trois fois plus de tranquillisants et d'antidépresseurs que ses voisins européens.
Il faut reconnaître que beaucoup trop de personnes se voient prescrire ces médicaments sur de longues durées, sans être averties de leurs effets secondaires ni bénéficier d'un suivi régulier, alors qu’elles ne souffrent pas forcément d’un trouble psychiatrique.
Les médicaments antidépresseurs ont pour cible thérapeutique principale le traitement des épisodes dépressifs. De mieux en mieux tolérés, les antidépresseurs permettent de soulager les symptômes de la dépression. Comment agissent-ils ? Quelles sont leurs limites ?

Les antidépresseurs permettent de soulager les personnes déprimées en diminuant les symptômes associés, à savoir : tristesse, manque d'énergie, fatigue inexpliquée, culpabilité... La dépression s'explique en effet biochimiquement par une mauvaise transmission de messagers nerveux (la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline) au niveau des neurones du cerveau. Les antidépresseurs ont donc pour fonction d'améliorer la communication nerveuse.
Certains antidépresseurs ont également d’autres indications : traitement des troubles anxieux ou des troubles des conduites alimentaires. Aussi la consommation médicamenteuse d’antidépresseurs ne reflète pas exactement la fréquence des troubles dépressifs.

Il existe quatre classes thérapeutiques principales d’antidépresseurs :

les Inhibiteurs de la Mono-Amine Oxydase (IMAO) : ce sont les plus anciens des antidépresseurs. La monoamine oxydase a pour principal effet de détruire la sérotonine. Un inhibiteur de la monoamine oxydase va donc aboutir à l'augmentation de la sérotonine entre les neurones.

les Imipraminiques (ou Tricycliques) : ils augmentent la transmission de la noradrénaline entre les cellules nerveuses. Ils sont moins utilisés de nos jours en raison de leurs effets secondaires importants.

les Inhibiteurs Sélectifs de Recapture de la Sérotonine (ISRS) : derniers nés de la famille des antidépresseurs, ils sont apparus dans les années 80, et comportent peu d'effets indésirables. Comme leur nom l'indique, ils ont une action très ciblée : ils diminuent la recapture de la sérotonine afin qu'une plus grande quantité soit transmise entre les neurones. Ce sont les antidépresseurs les plus prescrits aujourd'hui.

les Inhibiteurs de la Sérotonine et de la Noradrénaline (ISRSNA) : les dérivés de la classe des ISRS, sont également appelés antidépresseurs à action duale en raison de leurs impacts synaptiques multiples, c’est à dire à la fois sur les voies sérotoninergiques et noradrénergiques). Ils présentent eux aussi une sécurité supérieure à celle des Imipraminiques.

La consommation d’antidépresseurs en France est l’une des plus élevée du monde. Or si ces médicaments restent incontournables dans le traitement de la dépression, ils présentent certains dangers. Bon nombre de déprimés ne sont toujours pas traités. Et a contrario, il y a des gens qui consomment des antidépresseurs bien qu’ils ne soient pas déprimés. De plus, la question autour des antidépresseurs se pose pour beaucoup d’autres médicaments. Il faut savoir qu’en France, on prescrit environ trois fois plus d’antihypertenseurs, antidiabétiques ou d’hypocholestérolémiants que dans les autres pays d’Europe. Face à ces abus ; quels sont les dangers de cette surmédicalisation du mal être ?

Tout d’abord il s’agit d’un danger en terme d’économie de la santé, puisque nous payons pour des médicaments prescrits inutilement. En terme de santé publique, les patients, à qui l’on prescrit des antidépresseurs alors qu’ils n’en ont pas besoin, ont les effets secondaires sans avoir le bénéfice des médicaments. Tout médicament a des effets secondaires, plus ou moins graves. Les nouveaux antidépresseurs sérotoninergiques entraînent des dépendances chez 25 % des personnes traitées. Les effets secondaires sont subtils, mais néanmoins importants : modification du comportement, émoussement affectif, désintérêt pour les proches… Des passages à l’acte auto-agressifs ou hétéro-agressifs, meurtres et suicides toujours très sanglants, très spectaculaires, ont également été rapportés chez des personnes traitées par la dernière génération d’antidépresseurs.
Il existe aussi un risque de dépendance. En effet, la personne se sentant mieux, elle ne veut pas arrêter le traitement et trouve le moyen de continuer à avoir la prescription. Quand cette personne devenue dépendante (avec souvent une augmentation des doses initialement prescrites), souhaitera arrêter le traitement, elle devra suivre une période de sevrage pour ne pas être en manque !
Un patient souffrant réellement de dépression nécessite un traitement par antidépresseurs, bien conduit, soigneusement surveillé. Il ne s’agit pas de recevoir une ordonnance et de consulter à nouveau un mois plus tard. Un déprimé a besoin d’un suivi, d’une aide psychologique. Il ne s’agit pas d’une psychothérapie, mais d’une aide psychologique. Cela consiste à lui faire mettre en mots ce qu’il ressent, la manière dont il interprète les choses, dont il voit l’avenir. Si elle en ressent le besoin plus tard, après la crise aiguë, la personne peut alors envisager une psychothérapie. D’après les références médicales, le traitement par antidépresseurs doit durer entre trois mois minimum et six mois. Au-delà de six mois, il faut se poser des questions.

Il existe des alternatives non médicamenteuses qui sont intéressantes. Certaines techniques ont fait leurs preuves pour soulager la douleur psychique: En effet, d’autres traitements sont aussi proposés dans la dépression, comme psychothérapie, les électrochocs, la privation de sommeil, les thérapies comportementales, la stimulation de certains nerfs, des champs électromagnétiques dans le cerveau, la luminothérapie pour les déprimes saisonnières, la phytothérapie, la relaxation, la méditation, l’activité physique, la cohérence cardiaque pour lutter contre le stress et l'anxiété… Dans tous les cas, exprimez vos doutes devant une ordonnance rapidement établie, prenez le temps de poser toutes les questions et de faire le bilan après une prescription. Le médecin est là pour vous et pour que vous alliez mieux sans tomber dans la spirale de la dépendance.
Revenir en haut Aller en bas
ninie.221
Aucun rang assigné


Type : mode
Age : 32
Lieu : Paris-France
Emploi : consultante
Inscription : 16/10/2012
Messages : 4

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeLun 21 Jan 2013, 21:53

Et bien je ne sais pas si ma réponse peut encore aider quelqu'un mais je souffre de la dépression saisonnière. Je n'ai pas fait le lien entre mon humeur et la saison avant mais je l'ai su après avoir lu quelques articles sur le sujet et en faisant le point sur mes symptômes. Si vous souffrez déjà de dépression ou d'anxiété, le manque de soleil ne va pas arranger votre situation. Une exposition quotidienne à une lampe de luminothérapie est efficace pour passer une journée dans la bonne humeur


Dernière édition par ninie.221 le Mar 22 Jan 2013, 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
OdonDeSaintAmand
Traducteur
OdonDeSaintAmand

Inscription : 29/10/2012
Messages : 850

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMar 22 Jan 2013, 12:06


C'est toujours intéressant d'avoir ce témoignage, même si ceux qui ont lancé le débat ne sont plus là, nous on y est encore ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMar 22 Jan 2013, 20:37

Spoiler:
 


Dernière édition par zizania le Dim 21 Avr 2013, 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
OdonDeSaintAmand
Traducteur
OdonDeSaintAmand

Inscription : 29/10/2012
Messages : 850

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitimeMer 23 Jan 2013, 10:12

@zizania a écrit:
(et surtout éviter de se la jouer hiboux).

Encore que pour les noctambules comme moi, les lumières de la nuit (bon en rase campagne c'est sur c'est plus dur ^^), ça boost aussi, mais c'est plus psychologique Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Empty
Message(#) Sujet: Re: 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? 36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

36 ANS - CRISE EXISTENCIELLE - TYPES INTUITIFS ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Crise chez mes beaux parents :-(
» Je suis en crise depuis 3 jours
» Disparition des espèces : une 6ème grande crise ?
» la crise de la loi
» en pleine crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Généralités sur le modèle-