Le forum français du MBTI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -15%
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
Voir le deal
509 €

Partagez
 

 INFP et hypersensibilité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mango
Aucun rang assigné


Type : INFP
Age : 41
Lieu : à l'Est en France
Inscription : 14/02/2021
Messages : 29

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeSam 11 Sep 2021, 10:05

Bonjour à tous,

ça faisait quelque temps que je n'étais plus beaucoup passé sur le forum : vacances, problèmes personnels, puis reprise du travail sur les chapeaux de roues... Neutre

Je me demandais s'il y avait beaucoup d'INFP hypersensibles? J'ai tendance à penser que oui car une des caractéristiques principales de ce type est sa grande empathie et donc sensibilité... Quand je parle d'hypersensibilité, je ne parle pour ma part pas d'hypersensibilité aux sensations (sons, lumière...) mais plutôt au niveau émotionnel.

En ce qui me concerne je le suis de cette façon. Je perçois et ressens extrêmement fortement mes émotions ou celles des autres, que ce soit dans la vie réelle ou imaginaire (par exemple en regardant un film, je ressens extrêmement fortement les émotions aussi). Si je considère de mon point de vue que c'est une "qualité", cela m'affecte beaucoup dans ma vie de tous les jours et notamment dans mon travail (je suis enseignant).

Quand j'étais petit, j'étais très souvent "dans la lune" (une prof avait même mis dans mon carnet que je semblais "vivre dans un autre monde"). Pourtant, sans vouloir me vanter, j'avais de très bons résultats et cela a toujours fonctionné dans mes études sauf un moment au lycée pour des raisons particulières. Même quand "j'étais dans la lune" , j'arrivais pourtant toujours à répondre quand on m'interrogeais, ce qui surprenait toujours mes instituteurs. J'avais aussi toujours un rythme plus lent que la plupart, pas dans mes apprentissages mais dans ma façon de vivre, par exemple j'étais souvent le dernier de la classe à sortir, j'avais besoin de prendre mon temps pour ranger mes affaires et faire les choses à mon rythme sans me presser.

Pour ma part, être hypersensible ne veux pas dire (ré)agir de manière impulsive (colérique, agressive...) mais ressentir très fortement les émotions en soi. Aujourd'hui, je me sens beaucoup en décalage avec la société actuelle individualiste, compétitrice, où il faut aller toujours plus vite pour tout, avoir le culte de la performance, réussir dans tout ce qu'on fait ou entreprend aussi bien ou mieux que les autres... Je supporte de moins en moins cet état d'esprit de vie effrénée, individualiste et irrespectueux des autres et de la vie en général...

Dans mon métier, même si les collégiens (je suis en collège cette année après avoir été en lycée) sont dans leur très grande majorité plutôt adorables, je supporte de plus en plus difficilement leur agitation permanente, et surtout la discipline qu'il faut malgré tout très souvent entretenir, certains pouvant se permettre n'importe quoi, être insolents, parfois violents entre eux (verbalement ou physiquement). Cela m'épuise au point que je me questionne sur la viabilité de ma poursuite dans le métier, ce qui m'attriste car j'aime beaucoup enseigner et ma relation avec beaucoup d'élèves est vraiment bonne. Mais l'énergie que cela me demande, les multiples "projets" auxquels il faut participer avec les collègues, les multiples injonctions paradoxales (faites toujours mieux avec moins), des classes de plus en plus surchargées avec des élèves avec de plus en plus de lacunes ou troubles divers, les échanges fréquents avec les parents exigeants (parfois conflictueux), tout cela m'épuise...  

Enfin bref, je digresse un peu sur moi... Mais êtes vous aussi hypersensibles et comment le vivez vous au quotidien et dans votre travail? Avez vous des suggestions pour mieux vivre votre hypersensibilité? (j'attends de pouvoir lire un livre sur le sujet qui je l'espère pourra m'éclairer voire m'aider). Avez vous changer de travail ou de mode de vie du fait de votre hypersensibilité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne ROGER
Aucun rang assigné


Type : INTJ
Age : 69
Lieu : ORLEANS
Emploi : Consultant retraité
Inscription : 26/01/2012
Messages : 13

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeSam 11 Sep 2021, 12:10

Bonjour Mango,
Je ais me permettre de vous donner mon éclairage subjectif.
Pour moi l'hypersensibilité affective est le fait de ressentir des émotions avec une intensité qui est disproportionnée par rapport à la cause objective.
Une première remarque serait que l'introversion fait que le émotions transparaissent peu à l'extérieur. Pour un extraverti l'impression est plutôt que le "I" n'éprouve pas d'émotions en réalité le fait de ne pas exprimer une émotion ne permet pas de l'affaiblir et les émotions éprouvées par les "I" sont souvent plus intenses.
A part cela je ne suis pas sûr que le questionnaire MBTI permette de quantifier les émotions.
D'autant que les dichotomies ne sont pas forcément en rapport avec les compétences. Il est possible qu'un "F" soit éventuellement plus performant en mathématique ou en logique qu'une autre personne classée "T", la seule chose est qu'elle tient plus compte des ses valeurs et des conséquences pour les autres quand elle prend une décision.
Pour ma part je me reconnais INTJ et j'attribue mon hypersensibilité au problème de la précocité. Les deux sont souvent liées. Je ne serais pas étonné que vous soyez un ancien enfant "précoce".
Quand l'un de mes enfants a été confronté à de graves problèmes d'inadaptation, j'ai participé à une association de parents sur ce sujet et j'avais assisté à une conférence d'Olivier Revol ensuite j'ai lu plusieurs ouvrages de Jeanne Siaud-Facchin qui envisage aussi le devenir des "précoces" (il n'y a pas de mots exacts pour cette notion). Mais maintenant je vois qu'elle a beaucoup exploité ce filon et que l'on peut trouver beaucoup d'ouvrages et de sites internet sur ce sujet.
Par exemple https://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement/Articles-et-Dossiers/Adultes-surdoues-comprendre-leur-difference/Monique-de-Kermadec-Les-adultes-surdoues-souffrent-d-un-sentiment-de-decalage
Pour pouvoir utiliser ses émotions dans une dynamique positive il faudrait pouvoir d'abord en prendre conscience, ce qi n'est pas si simple sans une aide extérieure.
Par ailleurs je crois qu'il est banal pour les enseignants de constater que les jeunes sont beaucoup plus difficiles à gérer qu'il y a quelques années et que les relations avec les familles se sont compliquées. Les familles ne connaissent les situations, et parfois au temps réel du tel portable, que par l'intermédiaire de leur enfant qui est loin d'avoir assez de recul pour tout comprendre.
Je crois que pour enseigner il faut faire beaucoup de théâtre en mettant en scène son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mango
Aucun rang assigné


Type : INFP
Age : 41
Lieu : à l'Est en France
Inscription : 14/02/2021
Messages : 29

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeSam 11 Sep 2021, 14:47

rebonjour Etienne ROGER,

Merci pour ta réponse et le lien. Smile  

Concernant une possible "surdouance", je ne sais pas mais je me rappelle qu'au début de ma carrière professionnelle (il y a environ 15 ans!), une société m'avait fait passer des tests de QI. Puis, très peu de temps après, quand j'étais dans mon bureau, j'avais entendu dans la pièce d'à côté parler de ce qu'il m'avait semblé de moi en disant que j'étais "surdoué"... Cela dit, je n'ai jamais demandé les résultats de mes tests ni chercher à vouloir les connaître, non que ça ne m'intéressait pas, mais je ne voulais pas que cela puisse changer ma vision de moi ni n'éprouver éventuellement (si je ne m'étais pas trompé) une quelconque forme de "supériorité" . Sinon il est vrai que j'avais de très bons résultats scolaires et bien que plutôt timide , j'étais aussi relativement très sociable.

Je ne comprends pas trop ta phrase "Pour pouvoir utiliser ses émotions dans une dynamique positive il faudrait pouvoir d'abord en prendre conscience, ce qi n'est pas si simple sans une aide extérieure"

Je pense avoir une conscience aigüe de mes émotions mais aussi les éprouver avec beaucoup plus d'intensité et de "résonance" que beaucoup. La détérioration des conditions de travail en milieu scolaire est en effet bien connue, mais je pense que l'impact est bien plus fort sur ceux qui comme moi sont très sensibles à la qualité des relations, au stress, ressentent très fortement leurs émotions et ont besoin d'harmonie et d'une atmosphère apaisée. Presque un peu l'inverse de ce que l'on trouve a collège où il y a souvent beaucoup d'agitation et où il faut arriver à s'occuper de tout le monde en même temps (bonjour la dépense d'énergie dans des classes entières à 30 au collège maintenant) et à se montrer parfois autoritaire quand certaines choses sont inacceptables (ce que je fais mais ça peut m'être très pénible).  

En enseignement, chacun à mon avis aura sa façon de faire selon sa personnalité je pense. D'ailleurs c'est un peu ce qui me sort par les yeux de l'administration, vouloir imposer une ou des façons de faire (dont on dira que ce n'est pas la bonne façon de faire dans 5 ans...) comme si on était des robots sans laisser la place au côté humain et personnel. Alors qu'à mon avis il faut laisser cette liberté, pour que chacun puisse s'épanouir dans ce métier.

Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y ait pas des méthodes ou outils bien sûr, mais à chacun d'adapter et de faire ce qui lui convient. Par exemple, pour ma part, je ne suis vraiment pas bon en théâtre et je ne considère pas qu'il soit bon que ce soit moi qui parle le plus. J'essaie surtout de questionner les élèves, les mettre en action, je les encourage à essayer sans avoir peur de se tromper, essaie de varier les activités et les supports, de les encourager et de les aider quand ils ont des difficultés, de faire participer tout le monde et pas ceux qui parlent le plus... Comme ils sont curieux quand ils sont jeunes, j'ai l'impression que ça fonctionne plutôt pas trop mal. Bref, par exemple pour moi je pense que c'est ma relativement correcte maîtrise de ma matière, le "sérieux" de mon organisation et le sentiment que je pense leur donner de vouloir les intéresser et les faire progresser de façon volontaire et bienveillante qui me permet d'arriver à avoir généralement une bonne relation et voire implication (ça dépend des classes évidemment). Après, avec la meilleure volonté du monde parfois on n'y arrive pas avec certains élèves peut être pour des raisons propres à nous ou notre enseignement mais aussi d'autres qui nous échappent. D'un autre côté, d'autres enseignants pourront faire tout à fait différemment, par exemple en étant beaucoup plus charismatique et en parlant beaucoup plus...


Dernière édition par mango le Dim 12 Sep 2021, 09:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne ROGER
Aucun rang assigné


Type : INTJ
Age : 69
Lieu : ORLEANS
Emploi : Consultant retraité
Inscription : 26/01/2012
Messages : 13

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeSam 11 Sep 2021, 15:52

Personnellement je ferais un très mauvais enseignant et je vous remercie de votre témoignage.
Pour ce qui concerne les émotions j'ai écrit un peu vite. Compte tenu de votre réponse j'étais aussi hors sujet en ce qui vous concerne.
Dans mon idée, pour simplifier, nous pouvons éprouver aussi des émotions que nous avons tendance à refouler. Mais nous refuserions ainsi une partie de nous même. Cette meilleure connaissance de nous même et cette acceptation nous permettrait une meilleure ouverture sur nous même et sur les autres dans un présent qui serait fluide et non pas bloqué sur des éléments du passé. (Oui ce sont des explications de "N")
Un sentiment peut aussi en cacher un autre. A titre d'exemple la colère de certains peut masquer la peur de ne pas être reconnu pour ses opinions ou pour ses compétences ou la peur d'être rejeté, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mango
Aucun rang assigné


Type : INFP
Age : 41
Lieu : à l'Est en France
Inscription : 14/02/2021
Messages : 29

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeSam 11 Sep 2021, 21:47

Je m'aperçois que je suis passé du vouvoiement au tutoiement de manière spontanée. Personnellement cela ne me dérange pas que l'on se tutoie, mais si tu préfères que l'on continue à se vouvoyer cela me convient (il me faudra juste faire un petit effort car j'ai plutot tendance à tutoyer Wink  ).

Sinon je comprends ce que tu veux dire vis à vis des "émotions cachées" maintenant. D'ailleurs on peut un peu retrouver ça notamment chez les adolescents je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
peyo
Aucun rang assigné


Type : INTP
Age : 34
Lieu : Paris
Emploi : Etudiant
Inscription : 05/07/2015
Messages : 3

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeDim 19 Sep 2021, 22:25

Bonjour,

Je ne viens que très rarement sur ce forum mais lire le titre de cette conversation dans la newsletter m'a obligé à venir la regarder de plus près ... et lire vos messages m'oblige à essayer d'y répondre !
Tout d'abord, je suis moi-même à la fois INFP et hypersensible, cela ne veut pas dire que je connais tout du sujet (loin de là) mais je souhaiterai vous faire part de ma propre expérience de celui-ci. Pour information, mon hypersensibilité est à la fois émotionnelle et liée aux sons (difficulté à supporter les sons trop forts ou trop aigus ainsi que les bruits répétitifs, impossibilité à occulter les sons en arrière-plan, etc.).

Mais cette hypersensibilité est également liée à une autre chose que vous avez évoqué dans vos messages et qui me paraît très importante dans le cas qui nous intéresse, je vais donc surtout vous parler de cela. J'ai été diagnostiqué “Haut Potentiel” il y a 2 ans, ce que vous nommez "surdouance" ou "précocité". Je tiens à préciser que je n'aime pas du tout ces deux derniers termes car, comme vous l'avez évoqué, ils impliquent une notion de "supériorité" qui n'est absolument pas juste dans le cas des gens concernés. Personnellement j'aime bien les termes HP (car avoir un haut potentiel n’implique par forcément de l’utiliser) ou zèbre (définition ici), mais il en existe d'autres plus ou moins adaptés.
Contrairement à l'idée reçue, les HP ne sont absolument pas "supérieurs" aux autres mais ont juste un "câblage" cérébral un peu différent qui leur permet de - et les oblige à - penser de façon un peu différente des gens ne l’étant pas. Cela peut parfois être un atout afin de voir un problème sous un autre angle pour lui trouver une solution inédite, mais également être une tare lorsqu'un problème simple pour les autres devient réellement insoluble pour la personne concernée. C'est pour cela que certains spécialistes estiment qu'environ 1/3 des HP possède un parcours scolaire et professionnel très réussi, 1/3 un parcours dans la moyenne et le dernier tiers est en échec scolaire et professionnel plus ou moins important.

Aucun HP n'est exactement pareil qu'un autre, un peu comme pour l'autisme pour lequel on parle plutôt de "spectre des troubles autistiques". Il y a pourtant au moins une caractéristique que l'on retrouve toujours chez les HP : l'hypersensibilité. Tout hypersensible n'est pas forcément HP mais tout HP est forcément hypersensible. Attention, je dois ici faire une différence entre deux formes de HP, les HPE (Haut Potentiel Émotionnel) et HPI (Haut Potentiel Intellectuel) - différences ici. Le fameux "test de QI", bien que très réducteur dans sa vision des HP, est actuellement le seul outil simple pour détecter cette "différence de câblage". Parmi ses limites, il n'est pas très adapté pour les HPE, qui peuvent avoir un QI dans la moyenne ou juste un peu au-dessus, tout en partageant beaucoup de caractéristiques propres aux HPI. Pour autant, avoir un QI élevé est presque toujours signe que l'on est en présence d'un HP, et donc d'un hypersensible.

Si je me suis permis de vous faire cette petite définition des HP, c'est que j'ai lu dans vos différents messages beaucoup de phrases que l'on retrouve souvent chez ceux-ci et qui traitent de sujets qui leur tiennent souvent à cœur, voire même qui sont symptomatiques du fonctionnement des HP.

Citation :
très souvent "dans la lune" [...] semblais "vivre dans un autre monde") [...] Même quand "j'étais dans la lune" , j'arrivais pourtant toujours à répondre quand on m'interrogeais

Citation :
rythme plus lent que la plupart [...] dans ma façon de vivre [...] j'avais besoin de prendre mon temps pour ranger mes affaires et faire les choses à mon rythme sans me presser.

Citation :
je me sens beaucoup en décalage avec la société actuelle individualiste, compétitrice, où il faut aller toujours plus vite pour tout, avoir le culte de la performance, réussir dans tout ce qu'on fait ou entreprend aussi bien ou mieux que les autres... Je supporte de moins en moins cet état d'esprit de vie effrénée, individualiste et irrespectueux des autres et de la vie en général...

Citation :
je supporte de plus en plus difficilement leur agitation permanente, et surtout la discipline qu'il faut malgré tout très souvent entretenir

Citation :
Mais l'énergie que cela me demande, les multiples "projets" auxquels il faut participer avec les collègues, les multiples injonctions paradoxales (faites toujours mieux avec moins), des classes de plus en plus surchargées avec des élèves avec de plus en plus de lacunes ou troubles divers, les échanges fréquents avec les parents exigeants (parfois conflictueux), tout cela m'épuise...

Citation :
comme moi sont très sensibles à la qualité des relations, au stress, ressentent très fortement leurs émotions et ont besoin d'harmonie et d'une atmosphère apaisée

Un dernier point qui me paraît symptomatique est le fait que vous ayez accepté de faire un test (vous ne le précisez pas mais vu la suite, j'imagine que vous ne l'avez pas demandé mais qu'il vous a été proposé) mais que vous n'ayez pas voulu en voir le résultat, surtout au vu des raisons de ce refus.
Tout d'abord, si j'ai souhaité être précis sur l'appellation des HP au début de ce message, c'est parce que les erreurs à ce sujet sont une des causes des difficultés de diagnostique. En effet, dans l'imaginaire commun, être "surdoué", avoir un "QI élevé", etc. signifie forcément que l'on est "supérieur", "plus intelligent", que l'on va "mieux réussir" que la moyenne ... Or, l'hypersensibilité et le décalage aux autres que peuvent ressentir les HP font que ceux-ci ont plutôt souvent l'impression d'être différents, voire souvent "inférieurs" aux gens qui les entourent. Ce qui fait qu'une personne peut vous dire "Le profil des HP me correspond parfaitement mais je ne le suis pas puisque je ne suis pas plus intelligent, ni même juste intelligent par rapport aux autres".
De plus, Etienne ROGER évoque la notion "d'ancien enfant précoce" et je suis d'accord avec le fait que cela pourrait vous correspondre. Mais cette notion n'existe plus en tant que telle. En effet il a été mis en évidence (notamment par Jeanne Siaud Facchin) qu'un enfant HP va avoir du mal à s'adapter au monde qui l'entoure mais que, au fur et à mesure des années, il peut être capable d’apprendre à le faire au point de rendre "invisible" sa différence, sans pour autant cesser d’être HP. Cela rend encore plus difficile le diagnostique chez l'adulte, car non seulement les "symptômes" s'effacent mais, en plus, la personne qui aura réussi à créer une forme de carapace ou d'interface entre lui et le reste du monde n'aura - plus ou moins consciemment - aucune envie de prendre le risque que celle-ci soit abîmée - voire détruite - par un diagnostique. Ce qui fait que peu d'adultes se reconnaissant dans ce profil souhaiteront faire un test ... ou en obtenir le résultat.

Pour revenir un peu sur mon cas, mon hypersensibilité a failli me détruire. J'étais en permanence confronté à des stimuli et des situations qui me faisaient souffrir de plus en plus mais, comme les gens autour de moi les supportaient très bien, j'ai considéré que je devais en faire autant et occulter cette souffrance "inutile" et “malvenue”. J'ai essayé de devenir "comme tout le monde", d'arrêter d'être "différent", "pas normal", de "trop" réfléchir, d'être "trop" perfectionniste, “trop” compliqué, "trop tout" en fait ... comme on me l'a "trop" souvent répété dans ma vie. J'ai fini par craquer complètement. Par chance - et un peu par hasard aussi - je suis tombé à ce moment sur le livre "Trop intelligent pour être heureux ?" de Jeanne Siaud Facchin et ça a été pour moi une forme de révélation. Moi qui avait toute ma vie espéré secrètement que l'on me donne le "mode d'emploi de mon cerveau", je suis tombé sur une lecture qui décrivait mon fonctionnement, ma façon de penser, mes souffrances ainsi que mes réactions au quotidien depuis mon enfance. A noter que l'auteure est une psychologue clinicienne, sa description des HP se limite donc surtout à ce qu'elle a pu déceler chez ses patients en souffrance, un HP "qui le vit bien" ne se retrouvera donc pas forcément dans une grande partie du livre.
Étant complètement à bout et très proche de la rupture psychologique, je me suis dit que je n'avais plus rien à perdre et ai donc accepté de faire un test de QI dont le résultat - qui s'est révélé bien au-dessus de la moyenne - m’a permis de valider mon hypothèse. Je ne vous dit pas que les premiers temps n'ont pas été difficiles, remettre en question une grande partie de ma vie, de mes choix et de la raison pour laquelle je les ai fait, me rendre compte que je m’étais construit sur des bases erronées, que je m'étais souvent mis dans des situations qui ne peuvent qu'engendrer de la souffrance pour les HP et que, au lieu de me battre pour réussir, je m'étais en fait souvent battu contre moi-même, a été pour moi un véritable séisme psychologique. Aujourd'hui, même si certains moment sont encore très durs, connaître le profil HP me permet de mieux identifier les situations dans lesquelles je risque de souffrir et de, soit les éviter quand c'est possible, soit m'y préparer au mieux et de ne pas ajouter la culpabilité à la souffrance que je risque de ressentir. Cela m'a également permis de pouvoir expliquer mon fonctionnement à certains de mes proches, ce qui leur permet d'être mieux équipé pour me comprendre et ainsi éviter de me faire souffrir sans qu'ils ne le réalisent. Enfin, mieux me connaître m’a permis de travailler sur de nouveaux projets professionnels bien plus en adéquation avec ma personnalité réelle, évitant ainsi certaines souffrances inutiles car évitables.

Pour en terminer avec mes digressions et en revenir à votre question de départ, je peux vous proposer ce lien qui ne parle pas de tous les hypersensibles mais uniquement des HP et de leur répartition dans le MBTI. Vous pourrez voir qu'environ 50% des HP sont IN*P, et environ 75% sont des IN**. Je ne suis pas certain de ce que l'on peut en conclure, mais Introversion et Intuition paraissent tout de même 2 caractéristiques très présentes chez les HP, tout comme le fait de privilégier la Perception au Jugement. A l'inverse, être HP semble n'avoir aucune influence sur le couple F/T (j’aurais tendance à penser que les HPE sont plutôt F et les HPI plutôt T, mais je n’en ai aucune preuve et je n’ai trouvé aucune étude à ce sujet, ce n’est donc qu’une simple supposition personnelle). Après, chaque personne - et chaque HP à fortiori - est différente, il existe toujours des cas particuliers et il sera donc toujours impossible d'en tirer une vérité universelle absolue :-)

Voilà, j'espère que tout ce blabla - un peu désordonné et plus ou moins hors-sujet - pourra vous être d'une quelconque utilité et que je n'ai pas juste fait une forme de transfert psychologique entre ma situation et le peu que je sais de la vôtre. N’oubliez pas que ce texte ne représente que mon analyse personnelle et ma vision du sujet, il est possible qu’il soit rempli d’imprécisions et/ou d’erreurs. Dans tous les cas, j'espère que ce message pourra être utile à certaines personnes qui passeraient par ici avec des questionnements similaires en leur apportant quelques clés de réflexion.

Bonne continuation et bon courage à vous pour la suite de vos réflexions.

PS : Pour avoir un peu plus d’explications sur le sujet des HP, notamment face à l’éducation, je vous conseille fortement de regarder cette vidéo que je trouve passionnante. Plus particulièrement le témoignage de Carlos Tinoco, un HP ancien enseignant en lycée puis psychanalyste - à partir de 29’25. Si ce qu’il dit résonne en vous, je pense sincèrement que vous devriez creuser dans cette direction … Je me sens obligé de citer cet échange - que j’ai un peu réduit - qui m’a tout particulièrement touché lorsque je l’ai entendu pour la première fois et qui, je trouve, résume assez bien son point de vue sur les HP.

Citation :
Une personne HP, c’est une personne qui est plus intelligente que les autres ?
- Non, et tant qu’on le prend sous le prisme des tests de QI, on se condamne à ne pas comprendre grand chose à l’écart dont on parle. Une personne surdouée, c’est la personne qui, dès l’enfance, ne peut pas ne pas voir que le monde est fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mango
Aucun rang assigné


Type : INFP
Age : 41
Lieu : à l'Est en France
Inscription : 14/02/2021
Messages : 29

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeLun 20 Sep 2021, 20:13

Merci peyo pour ta longue réponse détaillée et ton ressenti/avis personnel en tant qu'INFP hypersensible! Smile

Concernant un potentiel aspect HP, en ce qui me concerne, j'ai uniquement passé des tests de QI et n'ayant pas voulu en connaître à l'époque les résultats, je ne pourrais détailler ce qu'il en est précisément malheureusement. En fait, c'est lorsque j'avais candidaté à un poste qu'on m'avait demandé de passer ces tests. Peut-être me serait-il aujourd'hui intéressant de refaire des tests pour mieux savoir ce qu'il en est , cela pouvant, j'imagine, ouvrir de nouvelles perspectives de compréhension et d'évolution personnelle... Encore que pour ma part, le mbti avait vraiment été une "révélation" tant je m'étais beaucoup reconnu (bien que pas à 100% mais certainement dans les 90% on va dire) dans le profil INFP. Puis, bien que je n'ai pas fait de test sur cet autre point (enfin si un sur internet qui m'a donné quasi hypersensible mais qui prenait trop pour moi le côté sensoriel, qui ne me concerne pas ou certainement beaucoup moins), je suis aussi quasiment certain d'être hypersensible. Pour moi, ce sont deux aspects (un type INFP et une hypersensibilité affective) qui me font ressentir d'être en très fort décalage avec la société et bien que j'apprécie beaucoup de personnes autour de moi, je ressens très fortement ce décalage, notamment sur le plan des valeurs personnelles, et j'ai toujours le sentiment d'être quelquepart incompris. Je dirai que par la force des choses on est bien obligé de s'y habituer mais sans vraiment s'y habituer dans son ressenti intérieur. Au contraire même, pour moi, ce décalage n'a cessé de grandir au fur et à mesure...  

Du coup au cas où tu (je me permets de te tutoyer si tu n'y vois pas d'inconvénient, je trouve ça plus naturel, mais on peut se vouvoyer si tu préfères) souhaiterais éventuellement me répondre sur quelques autres points (cela est peut être trop indiscret et dans ce cas je comprendrais, pas de problème), pourrais tu en dire en peu plus sur ces situations qui pourraient engendrer de la souffrance et les aspects professionnels plus en accord avec ton fonctionnement HP/hypersensible? Je sais bien que nous sommes tous différents, mais peut être certaines choses pourraient elles aussi me parler.  Wink  Sinon, encore une fois, pas de souci si tu ne souhaites pas développer davantage pour quelque raison que ce soit.  Wink

Et merci pour les liens intéressants aussi! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globale75
Aucun rang assigné


Type : xNxp
Age : 43
Lieu : France - Villejuif
Inscription : 17/08/2016
Messages : 41

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeMer 22 Sep 2021, 22:11

bjr j'ai proposé qq sorties sur le forum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mango
Aucun rang assigné


Type : INFP
Age : 41
Lieu : à l'Est en France
Inscription : 14/02/2021
Messages : 29

INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitimeJeu 23 Sep 2021, 22:00

Bonjour globale75,
J'avais vu des propositions de sorties dans le topic des idéalistes, mais un peu tardivement, et pour ma part je suis plutôt dans le sud-est...Donc trop tard et un peu loin pour moi...(mais sinon pourquoi pas..?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




INFP et hypersensibilité Empty
Message(#) Sujet: Re: INFP et hypersensibilité INFP et hypersensibilité Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

INFP et hypersensibilité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Les Idéalistes (NF) :: INFP - Le Guérisseur-