Le forum français du MBTI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Codes promo Cdiscount : -25€ dès 299€ ...
Voir le deal

Partagez
 

 Vos parcours scolaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dead Account
Tête de Toile


Type : XXXXXX
Age : 26
Lieu : XXXXXX
Emploi : XXXXXX
Inscription : 24/03/2014
Messages : 67

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMer 16 Avr 2014, 22:37

Bonsoir. Smile 
J'étais sous la douche et (oui j'ai besoin d'être sous la douche pour réfléchir ce qui explique les trois quarts du temps le caractère pour le moins singulier de mes messages lorsque je suis déshydraté) je me suis dit qu'un sujet de ce genre pourrait facilement être mis en lien avec le MBTI: Comment avez-vous vécu vos années de primaire/collège/lycée et quel genre d'appréciations revenaient le plus souvent dans vos bulletins?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashes
Aucun rang assigné
Ashes

Type : caucasien
Age : 23
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 11/04/2014
Messages : 74

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMer 16 Avr 2014, 23:18

.


Dernière édition par Ashes le Dim 05 Oct 2014, 00:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Account
Tête de Toile


Type : XXXXXX
Age : 26
Lieu : XXXXXX
Emploi : XXXXXX
Inscription : 24/03/2014
Messages : 67

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMer 16 Avr 2014, 23:46

C'est un peu la même chose pour moi. Au primaire tout était déjà pourri, les gens étaient aussi stupides que maintenant (seule la forme change: aujourd'hui ce sont de jeunes parvenus bobos et mesquins qui exaspèrent ma personne) mais j'y prêtais moins attention. Je me focalisais instinctivement sur tout ce qui était lecture/écriture, parfois même (mais il faut remonter loin dans le temps) je... M'amusais à compter à voix haute dans les magasins, ce qui fut aux yeux de mes parents une raison suffisante pour penser que j'étais autiste (j'ai été déclaré Asperger il y a un an et ça arrange les choses pour qu'ils puissent justifier leurs raisonnements). Un truc qui revenait souvent au collège dans les appréciations, c'était "brillant mais paresseux"! (dixit mon prof de maths en quatrième). Tout le reste est dans le même style. Je ne parlerai pas ici de la transition collège/lycée mais j'ai complètement décroché à partir du moment où j'ai achevé ma première, d'une part parce que j'obtenais un résultat correct sans trop me fouler, et d'autre part à cause de, disons... D'une folie plus personnelle qui grandissait, de jour en jour, attendant qu'on la présente à un public.

Je me souviens des interventions que je faisais, comme je me souviens de ce regard bovin du Jean-Kévin de base qu'on ne présente plus. Je me souviens de mon prof de philo qui ne parlait que de sexe pendant ses cours. De tout un tas de choses qui me font sourire du coin de la lèvre ou qui me mettent en rogne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne
Aucun rang assigné
Etienne

Type : ENFP 7w6 sx/so
Age : 25
Lieu : Paris
Emploi : Etudiante
Inscription : 24/10/2013
Messages : 366

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeJeu 17 Avr 2014, 00:15

Permettez.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Account
Tête de Toile


Type : XXXXXX
Age : 26
Lieu : XXXXXX
Emploi : XXXXXX
Inscription : 24/03/2014
Messages : 67

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeJeu 17 Avr 2014, 00:31

À mort Disney et le capitalisme! Cthulhu 

Bon, le but de base, c'était de se faire une idée précise des types en fonction de leur scolarité, de la position par rapport à l'autorité par exemple. Vous en faites pas. Même les ISTJ studieux ont leur pierre à apporter à l'édifice ici... Si vous le voulez bien, reprenons.

Asseyez-vous sur ce fauteuil. Réflexion intense
(je conçois parfaitement qu'on puisse se moquer de ce topic, veillez simplement à le faire avec davantage de subtilité)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne
Aucun rang assigné
Etienne

Type : ENFP 7w6 sx/so
Age : 25
Lieu : Paris
Emploi : Etudiante
Inscription : 24/10/2013
Messages : 366

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeJeu 17 Avr 2014, 01:13

Excuse moi. D'ailleurs c'est plutôt une bonne idée de topic.

Me concernant ça a été facile socialement du collège au lycée (amen), d'ailleurs j'ai adoré le lycée. J'avais 2 ou 3 matières préférées, et à part ça c'était le chaos. Un miracle que je n'ai jamais eu à redoubler d'ailleurs.

Les commentaires qui revenaient dans tous mes bulletins :
_Travail irrégulier.
_Vous possédez des capacités mais vous ne travaillez pas.
_Mettez vous au travail.
_Trop de bavardages. (un petit travers E)
_Cruel manque d'organisation. (le Pe frappe encore)


Dernière édition par Etienne le Lun 23 Juin 2014, 02:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aléaphile
Aucun rang assigné
Aléaphile

Type : ENFP 9w1 so/sx
Age : 26
Lieu : Derrière toi.
Emploi : Etudiant en prépa lettre
Inscription : 28/06/2013
Messages : 266

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeJeu 17 Avr 2014, 11:36

Je n'ai pas d'hostilité particulière envers le système scolaire français Smile

La primaire ce fut très rigolo, j'étais un bon élève bonhomme et jovial, des copains dans la cour de récréation et tout.

Le collège ce fut la gloire, je travaillais tranquillement et j'avais de bonnes voire très bonnes notes, j'appréciais beaucoup de mes profs et j'ai fini encensé par eux en 3ème (en même temps, mon collège était pas terrible, donc un bon élève ça faisait plaisir), mais j'étais un brin hostile envers les personnes qui n'était pas de mon petit cercle d'amis...

Le lycée ce fut la merde, développement du Fi, donc j'ai passé la moitié du temps à me vivre comme un INFP dépressif, très replié sur lui et hostile envers les autres... sur la fin ça allait (beaucoup) mieux, mais pendant un certain temps c'était pas la joie relationnellement. Pour ce qui est des cours, j'étais destiné à faire S, mais ma ptite crise d'adolescence eu pour conséquence un blocage total en math (nan mais sérieux... J'arrivais même plus à faire une factorisation...), et je suis donc passé en ES, ce dont je suis bien content au passage :)mais bon, mon investissement scolaire de ces trois années peut se résumer à "bachotage", ce qui suffisait pour m'en tirer entre 11 et 13 de moyenne... ce qui ne suffit pas pour avoir Sciences-po en revanche x) je participais beaucoup moins à l'oral, un peu languissant, mais j'ai étudié des trucs intéressants (bigup à la socio/éco/philo/français)

Là c'est la prépa, je bosse plus que je n'ai jamais bossé, j'en viens même à m'avancer dans mon travail et à faire des fiches (choses qui me faisaient pouffer de dédain avant), et j'adore ça 8D les cours sont géniaux et exigeants, on ne nous prend pas pour des cons (être largué sur un sujet qu'on a absolument pas étudié avant, et être obligé de faire soi-même les recherches à la bibli *-*), et étrangement je n'ai jamais eu de classe avec une aussi bonne ambiance. Je suis en émulation et décalage total avec mes années lycées, je dois être l'élève qui participe le plus et je m'en sors bien pour ce qui est des notes (sauf en allemand, faut pas déconner non plus).

Comme constantes, je ne bavarde absolument pas en cours (sauf en latin au collège, où je refaisais le monde avec mon ami INTP), j'ai un grand respect pour les profs, j'ai tendance à être le chouchou des profs de Français (j'en ai eu de très très bons, encore maintenant, et je dois déborder d'enthousiasme pendant leurs cours), et j'ai toujours été vu comme faisant parti des intellos (encore au lycée, alors que j'étais à peine au dessus de la moyenne de classe ô.o'). Bref, je me relis, et c'est assez archétypique du bon élève sérieux en fait ôo

_______________________________________
« Quand je me sais photographié, je me transforme en image » Roland Barthes


Dernière édition par Aléaphile le Jeu 17 Avr 2014, 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenza
Aucun rang assigné
Kenza

Type : Sx c'est tout ce que je sais.
Age : 25
Lieu : Casablanca
Emploi : Archi d'interieur/ Artiste peintre.
Inscription : 30/03/2013
Messages : 135

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeJeu 17 Avr 2014, 12:53

Moi, au primaire j'étais dans l'enseignement marocain , donc j'apprenais l'arabe et le coran , or à la maison on parle tres peu en arabe donc je n'aimais pas cette langue d'autant plus que les profs que j'ai eu n'étais pas sympas du tout , alors je passais les heures de cours dans les nuages , je pensais à  je ne sais quoi et j'écrivais tres lentement vu que je m'appliquais beaucoup à l'écriture , j'étais super bien organisée " mon cartable " avec les cahiers d'un coté du plus petit au lus grand , les livres de l'autre coté .. enfin j'étais l'exemple sur ce point de vue . j'étais bonne en français et nulle en maths , d'ailleurs je le suis toujours . Maintenant je suis dans l'enseignement francais homologué et au passage j'ai changé 6 fois d'écoles Razz bref les appreciations qui reviennent sont :
- Francais : eleve studieuse , bonne vonlontée , continuez . d'ailleurs je suis la 1 ere de la classe ,
- Maths : resultats inssufisants , pas motivée , attentions aux bavardages ( c'est pas vrai je ne bavarde pas , je me suis mise le prof à dos parce qu il me saoule , il claque ses doigts a coté de mes oreilles et ca l'amuse de m’humilier au tableau au point de me faire couler les larmes et ca je ne supporte pas donc la séance d'apres je lui ai gueulé dessu avec le directeur a coté qui m'adore donc tout va bien mais ce prof jpeux plus me le voir en peinture , ca doit etre un ENFJ )
- Gestion finances : des capacités inexploitées , reve en classe ( bha normal y'a du calcul donc j'aime pas la gestion )
- Eco droit : moyen , persévérer
- Espagnol : eleve studieuse
- arabe : bien perséverer
- EPS : eleve motivée , resultat satisfaisants
Bref donnez moi tout sauf les maths et la gestioon , les calculs c'est pas mon truc , ni la physique !

_______________________________________
The secret of being boring is to say everything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SmoothJohn
Aucun rang assigné
SmoothJohn

Type : ESTP 10w11
Age : 28
Lieu : Partout
Inscription : 05/04/2013
Messages : 726

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeLun 21 Avr 2014, 21:46

Je pense que mon profil scolaire a été relativement constant.

En primaire, j'étais très doué en math, ainsi que pour les rédactions d'une manière générale (l'imagination pour le fond, la syntaxe pour la forme). J'adorais la géographie. En revanche, les cours de gym m'emmerdaient profondément, sachant d'autant plus que mon prof de gym en primaire était du genre 'sportif bas du front' (si t'es pas sportif, t'es pas un homme...).

Spoiler:
 

Exception : j'ai toujours eu l'esprit pratique, aussi l'étude des règles pour elles-mêmes m'indifférait totalement (en plus de me paraître inutilement complexe) : pourquoi me forcer à apprendre par coeur des principes de grammaire ? À partir du moment où je suis toujours dans les premiers de classe en syntaxe, qu'est-ce que cela peut foutre que je sache ce qu'est un COD, un COI ou un verbe transitif ? Je vaux moins que celui qui a "bloqué" ses définitions mais fait deux fautes par phrase ?

Sinon, petit, j'étais très bagarreur (je commençais des fights comme ça, juste pour le plaisir de me défouler) mais paradoxalement assez apprécié de mes instits. C'était moins rose avec les autres gamins de la classe (surtout les mecs - concours d'égo, donc fallait tout tenter pour être l'alpha male silly ). J'ai toujours adoré le théâtre, les exposés oraux, les spectacles annuels devant les parents,... et regrette que notre système scolaire ne leur offre pas une place plus importante, alors que la capacité à s'exprimer sans mal est pourtant très importante.

Ensuite, en secondaire,

Spoiler:
 

cela a continué dans +/- la même lignée : j'étudiais assez pour ne pas perdre le temps d'un redoublement, mais jamais vraiment beaucoup car l'accumulation d'un savoir théorique (par ailleurs très biaisé) ne m'intéressait pas. J'ai assez brusquement - et sans raison connue de ma part - cessé d'être violent, mais mon coté 'clown de la classe' n'a fait que s'amplifier. Pour les gros travaux, on travaillait au maximum en binôme avec un ami, ISTJ 6w5 Sp/So; on formait un duo d'enfer - il amassait les informations avec lucidité, rigueur et professionnalisme, puis les triait, et je me chargeais de la rédaction et mise en page de l'écrit, et endossais le rôle majeur dans la présentation orale (if any).

Les commentaires des profs dans mes bulletins allaient de "intelligent, mais ne travaille pas assez" pour les cours qui me broutaient les miquettes, à "très bien - intéressé et talentueux" pour les rares qui m'intéressaient (anglais, géo, histoire, économie).

Le secondaire ne m'a pas réconcilié avec les cours de gym Angel 

Vers 14/15/16 ans, comme beaucoup d'ExTP, j'ai plongé assez violemment et profondément dans la découverte du Ti : cela a produit des bénéfices que j'apprécie aujourd'hui (qualité d'un bon Ti - analyse, déduction, prise de décision, calculs, précision de la mémoire,...) mais, sur le moment, j'étais surtout devenu plus froid, moins "personnel", et finalement moins "moi". J'aimais moins les autres, et moi-même par la même occasion. Sans même que cela soit réellement bénéfique à mes résultats scolaires.

Pour conclure sur un aparté et en cassant un mythe solidement ancré dans la réputation de mon type, je n'ai réellement commencé à avoir du succès auprès des femelles de mon espèce qu'à la fin de mon adolescence - soit précisément au sortir de ma phase de sur-Ti et en commençant à entrer en contact avec mon Fe. Personne ne peut coller 100% à son stéréotype...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globo
Pirat(e)
globo

Type : ENFP 7w6 - 4w5 - 9w8 So/Sx
Age : 33
Lieu : France
Emploi : Technicien de placement.
Inscription : 09/12/2012
Messages : 485

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeLun 21 Avr 2014, 22:57

"Peut mieux faire" ça résume bien Traineau

Sinon les mêmes qu'Etienne avec les absences en plus pirat

Constantes: efforts minimes, résultats moyens, sauf là où t'es pas obligé d'apprendre, genre les langues ou le sport, séchage intensif du collège à la fac et de moins en moins de sociabilité, sauf en M2, où il a fallu être plus présent quand même pirat

EDIT: il y a un smiley : noel : maintenant, je risque d'en foutre partout par habitude pirat

Bref, comme le monde du travail, jamais vu autre chose qu'une série de contraintes et peu de compensations.

_______________________________________
"Quoi ?! J'suis avare du cul moi ??! I'm super carefull, okay ?!" - Genghis Khunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 40
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeLun 21 Avr 2014, 23:03

SmoothJohn, en te lisant, je me suis souvenue de la gym... ah, la gym, quelle horreur !!! grand moment de solitude. Ca me fait doucement rigoler maintenant parce que je maintiens deux à trois heures de sport par semaine, de plus en plus depuis l'adolescence, et ce y compris dans les périodes infernales style fin de thèse. Ca doit être Se qui a fini par s'activer un peu..

Bref, pour reprendre dans l'ordre...
J'ai zéro souvenir d'avant le primaire, mais ma mère m'a raconté à plusieurs reprises que j'étais un jour rentrée en pleurant parce que les élèves avaient enquiquiné quelqu'un d'autre.  No  Fe a dû se développer très tôt.
Ensuite, ça a donné une petite élève bien bavarde jusqu'au collège, bons résultats, un peu envieuse des filles "populaires", très intéressée et curieuse dans certaines matières, pas dans d'autres...
Des livres, des livres, des livres...
Collège en mode sérieux, globalement bien mais variable selon mon intérêt pour les matières (gros plus sur français et histoire, ce qui ne s'est jamais démenti), par contre, de plus en plus seule. Deux, trois "meilleures amies" de circonstance, dira-t-on. Sentiment d'isolement croissant, de décalage, rien à faire là.
Lycée, on prend les mêmes et on recommence, avec des tendances un peu plus marquées. Je me débarrasse de mon appareil dentaire et porte des lentilles. L'histoire du vilain petit canard, ça m'a toujours parlé...  Canard  Je commence très progressivement à réaliser que si j'arrive si bien à communiquer avec des personnes plus âgées et des enfants, il doit y avoir moyen que ça passe avec des gens de mon âge... Les maths je peux plus par contre. Si j'ai mon bac, je dégage en filière littéraire. Sinon, je redouble en filière littéraire. Non négociable.
Prépa : grosse libération ! pour la première fois, je recommence tout, je ne traîne pas les casseroles et les gens qui m'ont suivie de la primaire au lycée et puis je ne suis plus aussi bizarre ! explosion de Fe. Bonheur. J'adore les cours, j'adore les gens, je suis déléguée, tout ça, tout ça...

Je vais pas vous la faire année par année pour la suite, ça a duré longtemps. J'ai découvert en cours de route (à bac +4, fallait pas désespérer..) que je me débrouillais bien en langues, du moment qu'il était question de communiquer et pas d'apprendre bêtement de la grammaire. Je dirais que tout mon cursus à été à l'image du début, bonne élève sans être géniale, faisant avec le système.

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
Titiwilly
Agneau de Dieu
Titiwilly

Type : INFJ
Age : 25
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 883

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 01:08

J'ai eu jusqu'ici une scolarité plutôt "tranquille", de par bien des aspects. J'ai eu l'aubaine d'avoir toujours été adapté au système scolaire, j'ai toujours de bons résultats et été apprécié de mes professeurs.

En primaire j'avais le profil du petit élève modèle bien sage : rigoureux et extrêmement discret. J'insiste sur la dimension "extrême" de ma discrétion : je ne participais ni ne bavardais jamais pendant les cours. Parfois les cours en question m’intéressaient, (essentiellement l'Histoire), auquel cas j'étais très attentif, sinon j'étais complètement perdu dans mon monde intérieur, qui a d'ailleurs toujours été d'une richesse salvatrice. Et, éducation oblige, mes devoirs étaient toujours faits avec soin et justesse. J'étais encensé de compliments par les institutrices, sans que je ne comprenne vraiment pourquoi. Curieusement j'ai toujours eu un cercle d'amis assez constant, des personnes avec qui je suis toujours en contact aujourd'hui d'ailleurs, bien je pas mal de gens m'eussent trouvé "bizzarre", trop silencieux et sans doutes trop "dans la lune".

Au collège les choses ont un peu changé, mes parents ont nettement relâché la pression au niveau des devoirs, estimant que j'avais suffisamment gagné en autonomie. C'est à cette époque qu'ont commencé à s'enraciner mes solides habitudes de procrastination Lol
C'est aussi à cette époque que j'ai fait des efforts pour être moins "socialy awkward" : je m’efforçais notamment de m'exprimer à l'oral en cours, un exercice que j'avais toujours fuis comme la peste jusque là. Aussi, il m'arrivait de parler à des gens, parfois ( énoooorme progrès Blasé ). Plus sérieusement, je suis devenu de plus en plus "acceptable" socialement, nettement plus conscient de l'image que je renvoyais aux autres de moi même et soucieux de m'assurer un semblant de "respectabilité sociale". J'étais toujours timide, discret et un brin taciturne, mais je me suis tissé un véritable réseau d'amis à cette époque. Comme en primaire, les cours d'Histoire étaient les seuls qui m'intéressaient vraiment, les seuls cours qui captaient mon intérêt d'une manière puissante et qui m'insufflaient une réelle et vive envie d'apprendre. C'est vers la fin de la 4ème / début de la 3ème que j'ai commencé assez promptement à aiguiser mon regard critique sur le monde, mon esprit d'analyse. Du moins, j'ai avais la volonté manifeste de développer ces facultés, je m'y exerçais donc du mieux que je le pouvais. J'ai beaucoup cherché à me cultiver à cette époque, je passais littéralement des heures sur Wikipédia à errer d'article en article, sur des sujets souvent liés à la politique et à l'Histoire mais pas seulement, je variais pas mal mes horizons. Assez souvent les cours me permettaient d'élargir ensuite de mon côté des champs de réflexion.

Ensuite vint le lycée. J'ai été marqué par la découverte des Sciences économiques et sociales, ce sont des domaines qui ont été très formateurs au niveau de ma vision du monde, au niveau de ma "maturité intellectuelle". Là encore, j'avais (et ait encore) une furieuse envie d'en apprendre plus, d'aiguiser ma connaissance de ces domaines. Plus j'en apprenais plus le monde semblait prendre une consistance plus limpide, beaucoup moins opaque. Bien entendu, il m'est apparu comme allant de soi que ma place était en ES, et qu'après le lycée je continuerait mes études dans le champ des sciences humaines. Là encore j'ai eu l'occasion de me faire des amis proches, de m'extravertir encore un peu plus. Je participes activement dans pas mal de cours, mes professeurs en sont enchantés et mes camarades aiment à me répéter que je suis éloquent, "charismatique", qu'ils me verraient bien faire une carrière d'homme politique ... (true story No )

Par contre, cette année de terminale est vraiment pourrie. Je suis dans une classe particulièrement bruyante et agitée, plus que jamais auparavant je n'ai eu l'impression d'être entouré de personnes puériles et immatures. Il y a une poignée d’élèves très agitateurs et une bonne masse de suiveurs. Dans certains cours, en philosophie par exemple, les élèves hurlent , se déplacent à leur gré dans la classe, chantent, jouent aux cartes ... il se passe des choses complètement aberrantes sous mes yeux. Vu de l'extérieur ça peut paraître drôle ou rocambolesque, mais c'est un véritable calvaire que d'être privé d'enseignements à cause du désordre et du bruit qui règnent. Je vois des élèves faire preuve de cruauté, de perfidie avec des profs un peu faiblards qui rechignent à mettre des punitions trop sévères. Du mépris, de l'insolence et de la puérilité à profusion. J'évolue au milieu de personnes qui ne semblent pas avoir conscience d'elles mêmes, pas conscience des autres et de la portée de leurs actes. Mais le pire, c'est que ces petits rigolards sont issus de milieux sociaux tout à fait honorables voire même favorisés, on est très loin des bas-fonds de la ZEP. Leurs parents les destinent à des études de commerce ou de droit. J'entends parler à longueur de journée de sexe, d'alcool, de soirées, de cannabis, d'Iphones et de fringues. Cette frénésie maladive, cette espèce gangrène consumériste dégénérescente m'est douloureuse à voir et à vivre. Ironie surprenante, je suis plutôt apprécié et respecté par la plupart de mes camarades de cette année, ce qui à l'évidence n'est pas vraiment réciproque. Malgré tout, mis séparément les individus sont toujours plus faciles à supporter, plus appréciables que lorsqu'ils s'agglutinent en troupeaux bruyants. Il m'arrive encore de donner des conseils ou d'aider certaines personnes à comprendre des notions de cours lorsque je suis de bonne humeur, mais je me sens vraiment diminué et j'ai hâte plus que tout de m'extraire de ce milieu pénible. Depuis un certain temps je me dit que j'aimerais devenir enseignant, mais c'est un projet que je commence à remettre sérieusement en question.

Bref, voici l'histoire de ma scolarité Timide 

_______________________________________
« L'anarchie profite toujours à quelqu'un ; souvent aux grands, jamais aux petits. » - J.Bainville

« Platon m'est cher, mais la vérité me l'est d'avantage. » - Aristote

« L'homme a voulu tuer Dieu, et il est en train d'en crever… » - M.de Corte

«2 Timothée 4 : Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables...»  

«Ecclésiaste 1, 9 : Ce qui a été, c'est ce qui sera, et c'est ce qui s'est fait, et c'est ce qui se fera ; il n'y a rien de nouveau sous le soleil.»


****
http://www.senscritique.com/Titiwilly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 27
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 01:11

Un point que je trouve dommage dans ce genre de sujet bien sympathiques pourtant, c'est l'absence de retour sur les messages. Genre tout le monde poste son récit, et personne ne commente celui des autres. Je trouve ça un peu... frustrant.

Bon, je suis dans une phase Fe apparemment, donc je m'y atèle (et après vous aurez droit à l'histoire vrai mais tellement chiante de ma vie. What a Face)

@Ashes a écrit:
Le lycée est un chouia mieux que le collège, mais il reste franchement inintéressant et je déteste toujours autant le système scolaire français, que je considère comme mal conçu, voire suivant une logique absurde. Je n'ai fait qu'une année, et je sais déjà que je vais m'ennuyer à crever.

Le lycée, bien qu'assez chiant à mon avis (j'y reviendrais) a deux gros avantages par rapport au collège :
1. Les gens commencent à se différencier un peu. D'un grumeau d'ado types, tu arrives sur plusieurs grumeaux en fonction des filières et des bandes. C'est pas forcément génial, mais ça a l'avantage de te permettre de rencontrer des gens un peu plus comme toi.
2. Tu as enfin un âge où les gens commencent à te prendre un peu au sérieux! Parce qu'un collégien qui veut parler d'un truc un peu intellectuel, il se fait rembarrer à vitesse grand V. Au lycée, ça passe tout de suite mieux. Bon, t'as toujours les petits désavantages de la non majorité, mais tu peux parler philo ou art sans qu'on te regarde avec de (trop) grands yeux.

@Yami a écrit:
C'est un peu la même chose pour moi. Au primaire tout était déjà pourri, les gens étaient aussi stupides que maintenant (seule la forme change: aujourd'hui ce sont de jeunes parvenus bobos et mesquins qui exaspèrent ma personne) mais j'y prêtais moins attention. Je me focalisais instinctivement sur tout ce qui était lecture/écriture, parfois même (mais il faut remonter loin dans le temps) je... M'amusais à compter à voix haute dans les magasins, ce qui fut aux yeux de mes parents une raison suffisante pour penser que j'étais autiste (j'ai été déclaré Asperger il y a un an et ça arrange les choses pour qu'ils puissent justifier leurs raisonnements). Un truc qui revenait souvent au collège dans les appréciations, c'était "brillant mais paresseux"! (dixit mon prof de maths en quatrième). Tout le reste est dans le même style. Je ne parlerai pas ici de la transition collège/lycée mais j'ai complètement décroché à partir du moment où j'ai achevé ma première, d'une part parce que j'obtenais un résultat correct sans trop me fouler, et d'autre part à cause de, disons... D'une folie plus personnelle qui grandissait, de jour en jour, attendant qu'on la présente à un public.

Je me souviens des interventions que je faisais, comme je me souviens de ce regard bovin du Jean-Kévin de base qu'on ne présente plus. Je me souviens de mon prof de philo qui ne parlait que de sexe pendant ses cours. De tout un tas de choses qui me font sourire du coin de la lèvre ou qui me mettent en rogne.

C'est marrant, je l'imaginais exactement comme ça ton parcours scolaire. ^^
Par contre, que tu détestais les gens déjà en primaire, c'est hardcore je trouve... Quoique, le Fi dom ça doit pas être super facile à porter à cet âge.
Un truc que je retrouve ici, c'est ce mépris pour ce que tu appelles "jeunes parvenus bobos et mesquins" Mais je trouve ça dommage. S'ils sont si chiants et mesquins, ne t'occupent pas d'eux! Ne perds pas ton temps à les mépriser! T'es un gars talentueux, et pas con, ne gâche pas le peu que tu vivras sur cette terre à penser à des connards. Wink

@Etienne a écrit:
Me concernant ça a été facile socialement du collège au lycée (amen), d'ailleurs j'ai adoré le lycée. J'avais 2 ou 3 matières préférées, et à part ça c'était le chaos. Un miracle que je n'ai jamais eu à redoubler d'ailleurs. En fait j'ai eu une seule période où je travaillais régulièrement et à fond, sans doute mon ombre ISTJ qui faisait surface ! Bon, ça n'a duré que 6 mois. Mais quand même !

En même temps, pourquoi t'es allé faire S?  Razz 
Sinon, tu comptes faire quoi à la rentrée? Tu t'es inscrite à la fac non?

@Aléaphile a écrit:
Je n'ai pas d'hostilité particulière envers le système scolaire français Smile

Comme constantes, je ne bavarde absolument pas en cours (sauf en latin au collège, où je refaisais le monde avec mon ami INTP), j'ai un grand respect pour les profs, j'ai tendance à être le chouchou des profs de Français (j'en ai eu de très très bons, encore maintenant, et je dois déborder d'enthousiasme pendant leurs cours), et j'ai toujours été vu comme faisant parti des intellos (encore au lycée, alors que j'étais à peine au dessus de la moyenne de classe ô.o'). Bref, je me relis, et c'est assez archétypique du bon élève sérieux en fait ôo

Ah, enfin quelqu'un qui n'a pas envie de se tirer une balle! ^^
Bon, le bavardage, je n'y crois pas. Un ENFP qui ferme sa gueule? Fous toi pas de moi! Sinon, je pense que tu décris le cas typique de l'ENFP qui se fait aimer de tout le monde sans faire exprès. ^^

@Kenza a écrit:

- Maths : resultats inssufisants , pas motivée , attentions aux bavardages ( c'est pas vrai je ne bavarde pas , je me suis mise le prof à dos parce qu il me saoule , il claque ses doigts a coté de mes oreilles et ca l'amuse de m’humilier au tableau au point de me faire couler les larmes et ca je ne supporte pas donc la séance d'apres je lui ai gueulé dessu avec le directeur a coté qui m'adore donc tout va bien mais ce prof jpeux plus me le voir en peinture , ca doit etre un ENFJ )

Euh, tu sais que c'est à la limite du harcelement psychologique là?  Suspect 
Je penses que tu devrais en parler à quelqu'un. Ce n'est pas franchement une situation à laisser telle quelle.

@SmoothJohn a écrit:

Spoiler:
 

Ma réaction exacte quand j'ai lu cette partie.  laughing 

@SmoothJohn a écrit:


cela a continué dans +/- la même lignée : j'étudiais assez pour ne pas perdre le temps d'un redoublement, mais jamais vraiment beaucoup car l'accumulation d'un savoir théorique (par ailleurs très biaisé) ne m'intéressait pas. J'ai assez brusquement - et sans raison connue de ma part - cessé d'être violent, mais mon coté 'clown de la classe' n'a fait que s'amplifier. Pour les gros travaux, on travaillait au maximum en binôme avec un ami, ISTJ 6w5 Sp/So; on formait un duo d'enfer - il amassait les informations avec lucidité, rigueur et professionnalisme, puis les triait, et je me chargeais de la rédaction et mise en page de l'écrit, et endossais le rôle majeur dans la présentation orale (if any).

Un couple Si/Te/Ti/Se en quelque sorte?

@globo a écrit:

Bref, comme le monde du travail, jamais vu autre chose qu'une série de contraintes et peu de compensations.

Vraiment? Ca dit être une forme de naiveté de ma part, mais il me semble qu'il y a tout de même un peu plus de liberté (dans le rang des compensations) dans un travail que pendant les études.

@Tia a écrit:
Collège en mode sérieux, globalement bien mais variable selon mon intérêt pour les matières (gros plus sur français et histoire, ce qui ne s'est jamais démenti), par contre, de plus en plus seule. Deux, trois "meilleures amies" de circonstance, dira-t-on. Sentiment d'isolement croissant, de décalage, rien à faire là.
Lycée, on prend les mêmes et on recommence, avec des tendances un peu plus marquées. Je me débarrasse de mon appareil dentaire et porte des lentilles. L'histoire du vilain petit canard, ça m'a toujours parlé...  Canard  Je commence très progressivement à réaliser que si j'arrive si bien à communiquer avec des personnes plus âgées et des enfants, il doit y avoir moyen que ça passe avec des gens de mon âge... Les maths je peux plus par contre. Si j'ai mon bac, je dégage en filière littéraire. Sinon, je redouble en filière littéraire. Non négociable.
Prépa : grosse libération ! pour la première fois, je recommence tout, je ne traîne pas les casseroles et les gens qui m'ont suivie de la primaire au lycée et puis je ne suis plus aussi bizarre ! explosion de Fe. Bonheur. J'adore les cours, j'adore les gens, je suis déléguée, tout ça, tout ça...

Je trouve ça drôle l'évolution de "roh, je suis toute seule" à "Yeah, la prépa c'est trop bien, j'ai rencontré pleins de gens cools". ^^
Même si suis d'accord sur le fait que la prépa, on y fait des rencontres incroyables. Wink


Oh, bah c'est mon tour, non? Mouahahaha, il est l'or, mon seignor, d'être narcissique!

Alors, primaire : je ne me rappelle pas tant de mes résultats. Ils étaient bons, je foutais rien, je lisais beaucoup, beaucoup, beaucoup. Et j'adorais jouer au jedi dans la cour de récré. Je n'ai presque que des souvenirs d'exaltations de cette période (à part ma première rencontre littéraire avec le Balrog... putain j'ai mal dormi cette nuit là.)
Un autre point qui me plait au primaire, j'avais mon groupe de pote et la plupart des gens m'appréciaient assez. C'est devenu râre plus tard, au point que ce bon vieux primaire m'a manqué.

Collège : Ah, la sixième. Une année étonnamment sympa. Je ne glande toujours rien, je me démerde toujours très bien. J'arrive même à me faire admettre en section anglais renforcé parce que, je cite la prof d'anglais : "Il passe les cours à discuter de manga au premier rang, au moins il n'est pas timide!" (Paradoxalement, je ne suis un peu. ^^)
Aussi, un aspect qui va vite changer, j'ai un cercle d'ami assez large en sixième. Je me sens intégré, tout en étant un peu "exceptionnel", c'est plutôt cool tout ça.
Puis viens la cinquième. C'est marrant, je ne me rappelle pas d'un évènement déclencheur. Je pense que le processus fut graduel, général aussi, ou alors que je ne m'en suis aperçu que petit à petit. Reste que je deviens un peu à part. Le mec dont on se moque. Je n'ai plus que quelques amis, un très populaire, et les autres les rejetés. Le plus étonnant je trouve, c'est que je n'avais pas d'attitude particulièrement renfermée. Enthousiaste, intellectuel, oui. Mais pas refermé pour moi même, quelque chose qui justifierai même un peu ce changement. Voila aussi le premier moment à partir duquel on me considère comme intello. Pourtant, je continue de ne pas bosser, avec toujours de très bons résultats. A croire que c'est un crime.  scratch 
Bon, je ne nie pas un petit côté "je sais tout" probablement assez agaçant. Fin, tout ça reste un mystère. Reste que je me sens de plus en plus déprimé, notamment parce que je ne comprends pas pourquoi tout le monde se fout de moi (bien sur que je suis bizarre, mais ce n'est pas un crime non?) Je fais une mini dépression en troisième, passage quelques temps chez une psy, pas mal au demeurant. Elle me conseille de parler à mes amis, ce que je fais. Au final, j'avais du mal à gêrer aussi l'amitié avec un ESTP super populaire, qui me défendait plutôt, mais dont tous les potes aimaient à se moquer du pauvre petit hard (1m 80 au compteur. ^^)

Lycée maintenant : Une certaine perte de vitesse scolaire. Je n'ai plus 15, plutôt 12. Mes profs se plaignent du manque de boulot, mais je sens que ça va passer. Ca passe toujours. Je rencontre de nouveaux amis, notamment un ENTP avec qui je vais devenir extrêmement ami. On est aussi bizarres l'un que l'autre, même s'il a un plus grand flegme que moi, toutefois. Au lycée aussi, changement de casquette. De l'intello bizarre, je passe au blagueur un peu couillon. ^^
Mon Ti est toujours en développement, il me semble. Je le sens, et c'est un peu lui qui mène la danse des blagues et autres piques avec le Ne.
Ah, un point intéressant aussi, que je découvre en seconde. Certains profs ont une réaction space, quoique caractéristique, à ma présence dans leur classe. Ca commence généralement par un trimestre où ils me trouvent insupportable... et puis tout à coup, je deviens le gars malin et intelligent (ou alors ils s'en aperçoivent.  silly ) Ca m'est arrivé plusieurs fois au lycée, et une fois en prépa. Sinon, quasiment tous les profs m'apprécient. Je ne sais pas pourquoi.  Même quand je n'écoute pas leur cours.  scratch 
En première, découverte d'un prof génial : Mr Richard. Prof d'histoire, mais aussi militaire. Accessoirement très drôle, il me répète que je suis très doué, et dans sa matière, je deviens premier avec 18 de moyenne.
En terminale, un autre prof génial , Mr Bessonne. Prof de philo, il répond à mes questions bizarres et pointus et me conseille presque d'aller en hypokhagne.

J'ai aussi l'impression de fissurer petit à petit cette image de rigolo que je me suis forgé. De plus en plus de personne ont l'air de se rendre compte que je peux être "intéressant". Niveau notes, je bosse un peu plus, suffisament pour repasser premier en maths et en physique, et le reste je me tiens à mes talents naturels. ^^

Prepa : Un début de travail (ça vient  Razz ). Rencontre avec des gens très intéressants, intéressé par pleins de domaines. J'ai mes potes pour discuter cinéma, mes potes pour discuter maths, mes potes pour discuter jeux et mangas, mes potes pour discuter littérature, et mon ENTP pour des débats insensés sur l'Art et la nature intrinsèque de la beauté. Accessoirement, je découvre un autre prof génial, qui me fascine par sa connaissance extrêmement profonde des maths et de l'informatique, et qui me dit plus d'une fois que j'ai des idées différentes et une très bonne curiosité. ( Cool )

Au final, ça c'est bien amélioré, quoique je me trouve quand même un peu trop plombé par ce cadeau qu'on m'a fait au collège. Par contre niveau envie et orientation, je suis une fuckin girouette.
J'ai voulu être mangaka, animateur 2D, réalisateur, scénariste, mathématicien, ingénieur en informatique, écrivain, game designer, physicien théorique. Et je ne sais toujours pas ce que je veux vraiment être au final. Ca c'est un truc qui laisse un vide en moi je pense. Que je tente de combler par tous les projets et les possibilités possibles, mais ce genre de choix me terrifie...

Allez, voila la fin de ce pavé!
Pour toi qui a été assez courageux pour tout lire, voilà un petit cadeau

PS : désolé Titi, je te rajouterais un truc plus tard. ^^

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 27
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 14:00

@Titiwilly a écrit:
Là encore j'ai eu l'occasion de me faire des amis proches, de m'extravertir encore un peu plus. Je participes activement dans pas mal de cours, mes professeurs en sont enchantés et  mes camarades aiment à me répéter que je suis éloquent, "charismatique", qu'ils me verraient bien faire une carrière d'homme politique ... (true story No )

(Message subliminal pour qu'on t'accepte comme nouveau modo?  silly )

@Titiwilly a écrit:
Par contre, cette année de terminale est vraiment pourrie. Je suis dans une classe particulièrement bruyante et agitée, plus que jamais auparavant je n'ai eu l'impression d'être entouré de personnes puériles et immatures. Il y a une poignée d’élèves très agitateurs et une bonne masse de suiveurs. Dans certains cours, en philosophie par exemple, les élèves hurlent , se déplacent à leur gré dans la classe, chantent, jouent aux cartes ... il se passe des choses complètement aberrantes sous mes yeux. Vu de l'extérieur ça peut paraître drôle ou rocambolesque, mais c'est un véritable calvaire que d'être privé d'enseignements à cause du désordre et du bruit qui règnent.

Au final, ce qui ressort de ce paragraphe je trouve, c'est un certain respect inné pour le professeur. Respect que je ne ressent pas du tout par exemple. Peut-être que c'est lié à un certain Si (j'ai cru comprendre qu'on a tous les deux des familles Si, mais mon Ne rentre trop en opposition avec lui pour que j'en sois Si-isé. ^^) De mon point de vue, le professeur, comme n'importe quel être humain, doit mériter le respect que je lui donne. Bien sur, par défaut, il y a un minimum au début à donner, une équivalence de la présomption d'innocence.
En plus de ça, le professeur doit faire la preuve de sa compétence. Si ces réflexions sont foireuses, et qu'il ne m'apprend rien, alors j'ai vraiment tendance à faire le couillon (je ne hurle pas dans la classe hein, mais ça nous est arrivé de faire des défis, de jouer au loup garou, ce genre de choses.)

@Titiwilly a écrit:
Je vois des élèves faire preuve de cruauté, de perfidie avec des profs un peu faiblards qui rechignent à mettre des punitions trop sévères. Du mépris, de l'insolence et de la puérilité à profusion.


Le mépris et l'insolence, c'est différent je trouve. Le mépris est plus lache, parce qu'il ne se met pas en opposition avec l'objet méprisé, mais l'entoure en quelque sorte. On méprise bien souvent par derrière. Alors que l'insolence, c'est s'opposer directement à quelqu'un qu'on trouve stupide. Auquel cas, si on "gagne" la confrontation, c'est bien souvent qu'on avait raison. Je ne veux pas faire l'apologie des gens qui parlent aux profs comme de la merde, mais bien souvent, ceux qui le font par stupidité ou par puérilité ont plus l'air ridicule que subversifs.

@Titiwilly a écrit:
Mais le pire, c'est que ces petits rigolards sont issus de milieux sociaux tout à fait honorables voire même favorisés, on est très loin des bas-fonds de la ZEP. Leurs parents les destinent à des études de commerce ou de droit. J'entends parler à longueur de journée de sexe, d'alcool, de soirées, de cannabis, d'Iphones et de fringues. Cette frénésie maladive, cette espèce gangrène consumériste dégénérescente m'est douloureuse à voir et à vivre.

Oh, je trouve que les petits cons petits bourgeois peuvent être bien pire que les pseudos racailles. A la limite, les chieurs de milieu défavorisés ont souvent tendance à être plus directs. Ils ne vont pas te faire des coups en douce, faire semblant de sourire avec toi pour ensuite rire de toi derrière ton dos. Non, s'ils pensent que tu es un "bouffon", c'est tout le temps. Au final, c'est une forme d'honnêteté


@Titiwilly a écrit:
Depuis un certain temps je me dit que j'aimerais devenir enseignant, mais c'est un projet que je commence à remettre sérieusement en question.

Carrément, prof au lycée c'est la grosse loose! Au collège, le programme est chiant, mais au moins la plupart des élèves sont trop jeunes pour vraiment faire chier. Mais au lycée, ça part en sucette! Les profs qui n'ont pas une autorité forte, ils s'en prennent plein la gueule.


C'est rigolo sinon, j'ai l'impression de remarquer une certaine tendance chez les INFJ à être appréciés par les gens qu'ils ne supportent pas voir qu'ils méprisent. ^^
En tout cas c'est vrai pour plusieurs amis, et il semble que ce le soit pour toi.

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globo
Pirat(e)
globo

Type : ENFP 7w6 - 4w5 - 9w8 So/Sx
Age : 33
Lieu : France
Emploi : Technicien de placement.
Inscription : 09/12/2012
Messages : 485

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 16:16

Clé Dure a écrit:
Vraiment? Ca dit être une forme de naiveté de ma part, mais il me semble qu'il y a tout de même un peu plus de liberté (dans le rang des compensations) dans un travail que pendant les études.

Non ce n'est pas de la naïveté, on peut percevoir et vivre les choses différemment, ce qui moi me contraint toi tu pourrais trouver épanouissant. Ceci étant dit, je trouve que globalement le monde pro pardonne moins, la récompense augmente, le risque avec. Ton 7/20 en dictée il n’empêchera pas directement tes parents de payer le loyer pirat

La responsabilisation, la demande de résultats, les horaires etc. ça a augmenté progressivement pour moi mais c'est juste mon parcours. Je conçois tout à fait que sortir de la prépa ça puisse sembler comme un grand bol d'air frais pirat En fin de compte tout ce que je dis c'est que je n'ai jamais cru à l'épanouissement au travail, je crois d'avantage à la culpabilisation du chômeur, à la valorisation de la motivation intrinsèque et à la capacité des gens à se soumettre. Mon objectif principal reste de trouver une voie entre la mort et le salariat (petite mort pour moi) pirat

Et note subsidiaire, bonne remarque sur le principe du "Je raconte ma life et je m'en fous des autres" mais bon, à 10 dans la convers c'est pas évident, je ne sais pas trop ce qu'on peut y faire pirat

_______________________________________
"Quoi ?! J'suis avare du cul moi ??! I'm super carefull, okay ?!" - Genghis Khunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 27
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 16:28

@globo a écrit:
Clé Dure a écrit:
Vraiment? Ca dit être une forme de naiveté de ma part, mais il me semble qu'il y a tout de même un peu plus de liberté (dans le rang des compensations) dans un travail que pendant les études.

Non ce n'est pas de la naïveté, on peut percevoir et vivre les choses différemment, ce qui moi me contraint toi tu pourrais trouver épanouissant. Ceci étant dit, je trouve que globalement le monde pro pardonne moins, la récompense augmente, le risque avec. Ton 7/20 en dictée il n’empêchera pas directement tes parents de payer le loyer pirat

Oui, forcément, les risques du travail sont liés à une certaine pression. Ma perception est peut-être lié à une certaine forme d'immaturité chez moi, du fait que je n'ai jamais vraiment "échoué" pour le moment, ce qui doit bien arriver à un moment à une autre. Donc je n'avais pas pris en compte les possibilités de ratages et leurs conséquences forcément plus importante.

@globo a écrit:
En fin de compte tout ce que je dis c'est que je n'ai jamais cru à l'épanouissement au travail, je crois d'avantage à la culpabilisation du chômeur, à la valorisation de la motivation intrinsèque et à la capacité des gens à se soumettre. Mon objectif principal reste de trouver une voie entre la mort et le salariat (petite mort pour moi) pirat

En même temps, il faut faire une différence entre salariat et travail je pense. Bien sur, la majorité des gens sont en salariat, mais ça ne t'empeche pas de te mettre à ton compte, d'être ton propre patron (ce qui a bien sur beaucoup, beaucoup plus de responsabilité en contre partie. Mais ça peut être un choix, préférer l'épanouissement à la tranquillité.

@globo a écrit:
Et note subsidiaire, bonne remarque sur le principe du "Je raconte ma life et je m'en fous des autres" mais bon, à 10 dans la convers c'est pas évident, je ne sais pas trop ce qu'on peut y faire pirat

Ouais, je ne pense pas qu'il y ai vraiment de solution, mais j'avais une éruption de Fe hier soir. Je n'allais pas gâcher.  Razz 

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myst
Prophète du Ne aux
Myst

Type : INFP
Age : 31
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 20/12/2009
Messages : 887

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 16:31

@hard a écrit:


Carrément, prof au lycée c'est la grosse loose! Au collège, le programme est chiant, mais au moins la plupart des élèves sont trop jeunes pour vraiment faire chier. Mais au lycée, ça part en sucette! Les profs qui n'ont pas une autorité forte, ils s'en prennent plein la gueule.

Marrant, j'aurais dis exactement le contraire. De mes souvenirs du collège, les élèves foutaient parfois le bordel et ça semblait plus difficile pour les profs (j'en ai déjà vu une en larme xD); au lycée ça se calmait largement, parfois les élèves un peu chiant mais jamais de choses graves ou excessives. Enfin faut dire j'étais dans le privé donc c'est peut être pas représentatif Pétard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 27
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 16:35

Sincèrement, les deux c'est la merde. Prof dans le secondaire, c'est horrible parce que les cours sont trop chiants. ^^
T'étais dans le privé au collège et au lycée?

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globo
Pirat(e)
globo

Type : ENFP 7w6 - 4w5 - 9w8 So/Sx
Age : 33
Lieu : France
Emploi : Technicien de placement.
Inscription : 09/12/2012
Messages : 485

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 16:38

Pareil, je pense que le collège c'est l'anarchie totale et l'enfer du prof, le lycée même publique a déjà fait office de filtre pirat

Sinon oui le salariat suppose la subordination, l'auto-entrepreneuriat non. Ceci étant dit, pour moi il y a assez peu d’activités rémunérées où les tâches en elles-mêmes sont agréables, ce qui rattrape le coup c'est justement bosser avec des gens sympas ou pour un type (oui les patrons sont souvent des hommes, deal with it pirat ) cool pirat

_______________________________________
"Quoi ?! J'suis avare du cul moi ??! I'm super carefull, okay ?!" - Genghis Khunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kda
Aucun rang assigné
Kda

Type : ISTJ
Age : 42
Lieu : Paris
Emploi : dessinateur de petits miquets
Inscription : 17/12/2013
Messages : 153

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 16:49

.

_______________________________________
Zogarok, alias Micheline, alias ElEnculador, est un troll.


Dernière édition par Kda le Mar 27 Mai 2014, 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grigou.canalblog.com/
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 40
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 23:07

Plein de remarques intéressantes dans ce que tu dis Hard ! Par rapport à celles que tu fais à Titiwilly, juste un avis d'INFJ (il corrigera ce qu'il voudra Wink ) :
- je ne pense pas tant à un respect inné du professeur (qui a effectivement intérêt à gagner notre approbation et crois-moi, on n'est pas aveugles sur ça), qu'à un respect de la structure d'ensemble, de l'idéal école. Ça c'est du Fe tout craché ! Ce qui fait qu'on peut considérer un prof comme nul, mais ne pas foutre le bordel en classe pour autant, ni le lui dire.

(euh.. c'est quoi jouer au loup-garou ? grimper sur une table en hurlant à la lune, euh, pardon, au plafonnier ?! je sens qu'il m'a manqué de sacré expériences au lycée...).


@hard a écrit:
C'est rigolo sinon, j'ai l'impression de remarquer une certaine tendance chez les INFJ à être appréciés par les gens qu'ils ne supportent pas voir qu'ils méprisent. ^^
En tout cas c'est vrai pour plusieurs amis, et il semble que ce le soit pour toi.

ça m'est arrivé aussi. Fe semble parfois quelque peu incontrôlable.. on veut être juste polis et ne pas blesser et on se retrouve dans la catégorie "amis pour la vie"... Quelque part, ça démontre de la part de la personne qui nous considère comme son ami un aveuglement total par rapport à ce que nous sommes réellement, qui génère encore plus de dégoût (pour un INFJ, c'est surtout la personnalité profonde qui est son identité, pas la surface). Un peu comme quelqu'un qui fait une obsession amoureuse sur vous alors qu'il ne vous connaît absolument pas. Ce n'est pas vous qu'il aime, c'est l'idée qu'il en a ... ça n'a aucun sens et n'est même pas valorisant, quelque part. C'est comme aimer le rôle que joue un acteur... (et on revient à l'histoire du théâtre, j'ai pas fait exprès, c'est Ni !!!)

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 27
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 23:13

@Tia a écrit:
Plein de remarques intéressantes dans ce que tu dis Hard ! Par rapport à celles que tu fais à Titiwilly, juste un avis d'INFJ (il corrigera ce qu'il voudra Wink) :
- je ne pense pas tant à un respect inné du professeur (qui a effectivement intérêt à gagner notre approbation et crois-moi, on n'est pas aveugles sur ça), qu'à un respect de la structure d'ensemble, de l'idéal école. Ça c'est du Fe tout craché ! Ce qui fait qu'on peut considérer un prof comme nul, mais ne pas foutre le bordel en classe pour autant, ni le lui dire.

Je vois. Perso, je n'ai pas tendance à dire au prof qu'il est nul (j'ai quand même un peu de Fe) mais par contre, aucun problème pour faire autre chose pendant son cours. ^^

Et le loup garou, c'est un jeu de cartes/ jeu de roles. Très apprécié sur la CB fut un temps.

(Par contre, en prépa, j'ai déjà fait des glissades sous deux rangées de tables en défi en cours d'informatique. xD)

@Tia a écrit:

ça m'est arrivé aussi. Fe semble parfois quelque peu incontrôlable.. on veut être juste polis et ne pas blesser et on se retrouve dans la catégorie "amis pour la vie"... Quelque part, ça démontre de la part de la personne qui nous considère comme son ami un aveuglement total par rapport à ce que nous sommes réellement, qui génère encore plus de dégoût (pour un INFJ, c'est surtout la personnalité profonde qui est son identité, pas la surface). Un peu comme quelqu'un qui fait une obsession amoureuse sur vous alors qu'il ne vous connaît absolument pas. Ce n'est pas vous qu'il aime, c'est l'idée qu'il en a ... ça n'a aucun sens et n'est même pas valorisant, quelque part. C'est comme aimer le rôle que joue un acteur... (et on revient à l'histoire du théâtre, j'ai pas fait exprès, c'est Ni !!!)  

En gros, c'est le Fe qui attire les boulets, et le Ni qui les perce à jour, de sorte que tu ne vas pas juste les apprécier comme le ferais une ENFJ, c'est ça?

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Awander
Aucun rang assigné
Awander

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 28
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 646

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 23:21

siffleur


Dernière édition par Awander le Jeu 10 Déc 2015, 00:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 40
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMer 23 Avr 2014, 00:07

@hard a écrit:
Et le loup garou, c'est un jeu de cartes/ jeu de roles. Très apprécié sur la CB fut un temps.
Ouf !! D'abord, j'ai cru que j'avais pris un sacré coup de vieux, mais en fait non, je connais ce jeu !!! Enfin, au moins vaguement... quand j'ai vu le nom du village, je me suis souvenue. N'empêche, je préférais mon interprétation... enfin va pour la glissade en compensation Wink

@hard a écrit:

En gros, c'est le Fe qui attire les boulets, et le Ni qui les perce à jour, de sorte que tu ne vas pas juste les apprécier comme le ferais une ENFJ, c'est ça?
Je pense, oui.. et puis il y a Ti qui peut être sacrément méchante/ironique, quand elle veut...

Awander, je t'ai lu, mais j'ai juste rien à répondre... je crois qu'avec Hard on est en mode ping-pong Ni-Ne ce soir, y a rien à faire... Wink

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 27
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitimeMer 23 Avr 2014, 00:14

@Tia a écrit:

Je pense, oui.. et puis il y a Ti qui peut être sacrément méchante/ironique, quand elle veut...

Peut-être le Ti en tertiaire, donc moins maîtrisé. Perso, quand j'utilise mon Ne-Ti, ce sont des sarcasmes que je fais passer avec un brin de Fe. Sauf quand je suis en colère (ce qui arrive rarement). Là, je tape où ça fait mal, et je tape pour blesser. ^^

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Vos parcours scolaires Empty
Message(#) Sujet: Re: Vos parcours scolaires Vos parcours scolaires Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Vos parcours scolaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le coin débats :: Autres discussions, hors sujets, etc. :: Aux Membres-