Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 INTP et les études

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: INTP et les études Jeu 13 Déc 2012, 22:34

Bon je dois l'avouer je n'ai pas trop trop fait de recherche pour éviter de faire un doublon. J'ai vu un topic qui parlait d'orientation, mais ce n'est pas spécifiquement ce que j'ai en tête. Je voulais donc vous parler, ou plutôt vous faire parler, d'un truc qui me préoccupe pas mal en ce moment : les études.

Comment ça s'est passé pour vous ? des facilités ? des choses moins accessible ? Quelles sont les études que vous avez faites / que vous suivez encore ? Avez vous remarqué des grandes "périodes" dans vos études ? A quoi ça vous a mené ?
Quels sont vos atout / vos faiblesses dans les études ? Et quels sont, selon vous, les faiblesses et les atouts des INTP de manière générale ?
Revenir en haut Aller en bas
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 30
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Jeu 13 Déc 2012, 22:52

Bienvenue à toi. J'ai failli te prendre pour une autre avant de lire ta présentation (INTP, 20 ans, originaire des Balkans, à qui j'ai demandé de venir ici !), mais c'est d'autant plus le cas que tu créés ce topic concernant les études, sachant que celle à qui je pense est actuellement très concernée par ce genre de considérations...

Je ne veux pas parler pour elle, et encore moins étaler sa vie, mais si ça peut te renseigner, elle a des facilités qui lui ont permis de réussir plutôt aisément son parcours scolaire jusqu'à la fac, où elle a vraiment du mal à décider d'une voie. Elle a lâché les 2 premières années sans passer les exams par exemple (Droit et Lettres). Une autre caractéristique, c'est qu'elle est plutôt flemmarde ou dans le genre branleuse, du coup un contexte libre et moins encadré comme dans les études supérieures doit aussi expliquer ça.

En tout cas je suis donc curieux de voir les avis, et d'obtenir indirectement pour elles d'éventuels conseils Smile


Dernière édition par Phaedren le Jeu 13 Déc 2012, 23:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globo
Pirat(e)
avatar

Type : ENFP 7w6 - 4w5 - 9w8 So/Sx
Age : 30
Lieu : France
Emploi : Technicien de placement.
Inscription : 09/12/2012
Messages : 485

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Jeu 13 Déc 2012, 22:54

A vue de nez je dirais qu'un des atouts des INTP c'est la curiosité... pirat

Mais je serai sans doute suivi par mes camarades pirat

_______________________________________
"Quoi ?! J'suis avare du cul moi ??! I'm super carefull, okay ?!" - Genghis Khunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Jeu 13 Déc 2012, 23:23

Pour répondre à mes propres questions (schizophrénie bonjour Lol ) pour ma part j'ai eu plutôt des facilités pendant toute la scolarité, jusqu'en terminale. Au début (collège) j'étais plutôt bonne élève, enfin dans le top 10 de la classe quoi, je participais sans problème lorsqu'il s'agissait d'intervenir en cours mais les oraux "officiels" m'angoissaient. Au lycée, c'était un peu la même chose, avec quelques difficultés en histoire (absolument impossible pour moi d'apprendre quelque chose par coeur. En revanche quand il fallait expliquer les problématiques politiques ou autres j'étais présente !). Beaucoup de facilité en philo aussi où globalement je ne me souviens pas avoir eu en dessous de 14. J'ai fait une filière L donc forcément cet atout m'a pas mal aidé et je m'en suis sortie a pas grand chose de la mention bien sans fournir spécifiquement de travail.

A la fac les choses se compliquent : j’apprends à sécher (ce que je ne faisais pas avant puisqu'à la place des cours je n'avais rien à faire, n'étant pas très indépendante vis-à-vis des parents) et du coup mon attention décline. Mais le programme m'intéresse et mon environnement social en L1 est tel que je continue à suivre et je m'en sors pas trop mal (quelque chose comme 12 de moyenne à l'année). Je passe en L2 d'une filière de "lettres modernes" vers une filière de "lettres et arts" (autrement dit analyse de texte, d'extrait de film, de musique + quelques notions d'esthétique et d'histoire de l'art). Cette L2 est assez semblable à la L1 sauf qu'ayant déménagé, l'environnement est différent et je sèche bien plus. Et là, L3 = dégringolade. Les cours m'ennuient, la fatigue et certainement un peu de déprime achèvent de me démotiver. Je sèche de plus en plus et lorsque je suis en cours je ne parviens pas à m'accrocher. Mais à l'approche d'une grosse semaine de devoir je me prends en main et je me met à réviser, sérieusement et activement, et je suis à la limite de trouver ça grisant alors que je n'ai jamais réellement travaillé de ma vie (je ne dis pas ça par prétention, je me suis toujours contenté du médiocre sans chercher à savoir si je pouvais obtenir plus) mais les résultats ne sont pas là : ma moyenne ce semestre est de 8. Pourtant mes devoirs ne me paraissent pas ridicules, je n'ai pas la sensation de "rater" mes devoirs, j'ai l'impression d'avoir développé des choses "intéressantes", pas forcément fantastiques intéressantes. Du coup je remets tout en question, mes capacités, mes facilités, mon intérêt pour tout ça. Et je commence à me demander si mes difficultés ne sont pas simplement dues au fait que ce que l'on attend de moi ne correspond pas à ce que je suis.

Mes atouts sont sans doute effectivement un peu de curiosité, une certaine facilité à voir les choses dans leur ensemble, de trouver des liens entres différents éléments.
Mes défauts sont en fait les défauts de mes atouts : ce qui ne m'intéresse pas ne m'intéresse VRAIMENT pas. Autant je peux bosser pour un cours qui me passionne autant je n'arriverai pas à me mettre au boulot pour quelque chose qui ne m'apprend rien ou tout simplement m'emmerde. Je vois les choses dans leur ensemble et donc pas dans les détails, on me reproche souvent d'être trop évasive et pas assez "dans le texte" par exemple. On me reproche aussi les hors sujets, sortes de spéculations à partir de rien (ou de pas grand chose), qui, sans être forcément idiots, ne sont pas pertinents.

@Phaedren ce que tu dis sur le fait de lacher ses études parce qu'on est "plus libre" c'est exactement ça. Depuis que j'ai un appart à moi et donc plus aucune surveillance parentale, je me permets tout et n'importe quoi (c'est-à-dire globalement ne rien faire).
Revenir en haut Aller en bas
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 30
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Jeu 13 Déc 2012, 23:49

Lol, c'est exactement pareil à ce niveau vu qu'elle a aussi emménagé dans son appart pour les études et qu'elle se permet tout et n'importe quoi, c'est à dire globalement ne rien faire xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OdonDeSaintAmand
Traducteur
avatar

Inscription : 29/10/2012
Messages : 850

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Ven 14 Déc 2012, 12:13


Bon alors mon expérience d'INTP:

Les avantages : les grosses facilités. Pas besoin de fournir d'effort pour avoir des notes plus que correctes du moment que le prof fait son boulot. Si en plus le prof est intéressant, c'est même jackpot car on va boire son cours comme du petit lait et assimiler tout ça instantanément.

Les défauts : la flemme, le surinvestissement sur ce qui nous plait et le désinvestissement (quelque fois total) sur ce qui nous saoul. Malheureusement, le système scolaire en france est ainsi fait que seul la moyenne compte, c'est ce qui fait que j'ai jamais eu de soucis pour faire mes études mais que je me suis retrouvé au sortir avec un niveau déplorable en anglais et inexistant en allemand malgré 7 années d'apprentissage!

Mes conseils :
1/ Ne jamais sécher. on a la chance d'être des éponges a connaissance, alors que pour se motiver pour ouvrir un bouquin de cours ennuyeux, c'est la torture. On peut toujours se trouver un bon prétexte pour aller en cours : retrouver les potes ou mater les jambes de sa voisine en sont de très bon!

2/ Contourner ses désintérêts en pratiquant sa matière en extra-scolaire. Exemple : l'anglais me saoul mais j'adore le ciné : regarder les films en VO. En plus c'est souvent mieux ^^. Bon c'est pas forcément super facile a mettre en pratique selon les matières...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 15 Déc 2012, 23:23

Merci pour ta réponse !

Je réagis aussi beaucoup au fait que le prof soit plus ou moins intéressant, mais le soucis c'est que je suis plus ou moins exigeante dans le domaine. J'ai l'impression que pour beaucoup de gens du moment que le prof est sympa et qu'il gueule pas trop, ses cours sont forcément bien. Or la plupart peuvent être très gentil mais absolument pas intéressants, et moi, ça, ça me déprime x). Je sais que c'est une mauvaise idée de sécher mais honnêtement, même si je peux être une éponge, lorsqu'un cours ne m'intéresse pas, je peux être là sans y être, je peux être présente mais ne pas pouvoir me concentrer une seule seconde sur ce qui est dit. Du coup, je rate le cours quand même, mais je n'en profites pas pour dormir ... Retrouver des potes était une motivation jusqu'à ma L2, mais aujourd'hui je m'en fout (et même, parfois, la solitude que je peux ressentir à la fac est une raison de plus pour ne justement pas aller en cours).

Pour ce qui est de contourner l'intérêt effectivement ce n'est pas forcément faisable partout. Je suis en étude de lettres et arts du coup globalement je fais de l'analyse de texte ou d'extrait de film. Or tout ça c'est bien joli mais ce n'est pas tellement en regardant des films qu'on s'entraine à analyser, en fait, parce que certes, même si j'analyse toujours un peu pendant que je regarde un film, je n'analyse pas le détail, je ne suis aucune méthode, du coup ça ne m'aide pas parce qu'elles sont là, mes difficultés ! Very Happy

Et du coup tu as fait quelle filière d'étude toi?
Revenir en haut Aller en bas
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 30
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 15 Déc 2012, 23:58

Si tu ne peux pas aller en cours, tu peux peut-être appliquer ma technique. A savoir que j'étais, et suis toujours, un fumiste notoire quand il s'agit de la fac.

Il te faut tout d'abord trouver des personnes qui accepteront de te passer les cours. Et la veille de l'exam d'une matière, tu potasses ça en lisant, lisant, relisant. 2 jours avant si tu as 2 matières à passer ce jour-ci. Je pense que dans ta filière, tu dois aussi avoir des matières plus "pratiques" ou il s'agit d'analyser plus que d'apprendre, souvent les grosses matières qui demandent moins voire pas de par cœur. Pour celles-ci, relis les ED/TD/TP si tu en as eu (Là tu dois y aller par contre !), et juste un jour suffit aussi vu qu'on ne sera pas forcément amené à restituer du par cœur (Sauf disserte, mais je ne sais pas si tu en as dans ta filière, et je ne la prenais tout simplement pas).

Il n'y a pas forcément le temps d'apprendre par cœur en récitant bien les phrases, mais ça marche bien quand même. L'une des grandes clés de cette technique, c'est l'art de l'impasse. Il faut connaître à l'avance le type d'exams que tu vas avoir. Par exemple pour moi "2 questions, en traiter une au choix", quels étaient les sujets qui sont tombés l'an dernier, et cibler quoi revoir en priorité. L'impasse doit être dosée, c'est à dire qu'il faut bazarder des parties, mais pas avoir suffisamment zappé pour qu'il y ait un risque de ne rien avoir à dire lors de l'exam (Genre si c'est une seule question très ciblée, pas faire d'impasse, en théorie... Mais si t'as 3 questions et une ou 2 à choisir, tu peux en faire plus, surtout si elles sont transversales). L'urgence fera que tu seras capable de te concentrer à fond juste sur le travail même s'il ne t'intéresse pas ou que tu es souvent distraite par autre chose.

Il faut aussi déposer des balises mnémotechniques dans ta lecture. Repérer des mots, des phrases, ou des titres, qui pour X raison, X association, vont te permettre de facilement repositionner un passage dans le plan, et d'avoir le reste dudit passage qui te reviendra en tête. C'est loin d'être une méthode ultime mais ça fonctionne. Derren Brown quant à lui, est capable de mémoriser tout un livre en 20 minutes, et si on lui demande quel est le troisième mot de la quatorzième ligne de la page 112, il est capable de le donner...

Voilà, cette technique a été testée et approuvée par moi-même. En cas de contrôle continu ou même de grand oral et de mémoire, j'ai aussi quelque chose en réserve Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 16 Déc 2012, 18:52

En bon INTP j'ai toujours eu des facilités scolaires qui m'ont permis de prendre pas mal d'avance mais depuis le lycée je suis rattrapé par ce qu'une certaine rapidité ne peut plus compenser : le manque d'adaptation et le rejet systématique de la structure (pas dans le travail mais dans sa production : simplement, je n'applique aucun conseil de méthode, en rien, et je ne le ferai jamais), et surtout la procrastination que j'ai su développer jusqu'à un point tout à fait hors de la portée de l'humain moyen – et ça m'aide pas tellement, j'entreprends deux licences à la fois et j'ai jamais aussi peu travaillé/assisté au cours/dormi... je cherche même pas de solution, j'attends qu'elle arrive par ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
OdonDeSaintAmand
Traducteur
avatar

Inscription : 29/10/2012
Messages : 850

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 17 Déc 2012, 15:28

@Devotchka a écrit:

Et du coup tu as fait quelle filière d'étude toi?

j'ai un peu hésité entre informatique et physique.

j'ai choisi physique.

résultat : je bosse dans l'informatique ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 17 Déc 2012, 19:35

En lisant l'antépénultième (point bonus : mot difficile à placer) message de Devotchka, et en lisant des expressions comme "impossible de faire ça", "facilité à faire ceci", ça me rappelle quelque chose que je considère comme étant un pilier de l'INTP (je l'ai probablement lu quelque part, mais je ne sais plus où) :
Il nous est très facile d'exceller dans ce qui nous intéresse, et il est en revanche très difficile (impossible ?) d'acquérir ne serait-ce que des bases dans quelques chose qui ne présente pas d'intérêt à nos yeux.

Dans mes études, j'ai eu d'excellents résultats (j'étais même carrément en avance sur certains points) jusqu'au collège. Je ne travaillais jamais chez moi : pas besoin.

L'arrivée du collège a été dure, puisqu'il fallait travailler... surtout qu'en plus l'année de 6e était particulièrement corsée, la pire des 4 années de collèges, j'ai donc pété ma coche.

Le reste du collège, j'étais dans la moyenne haute, mais certaines matières restaient faibles au niveau résultats pour moi : les premiers marqueurs de la tendance... Wink
Un des exemples les plus marquants de catastrophes reliées à l'intérêt : sur les 6 trimestres d'Allemand (4e-3e), la moyenne a systématiquement baissée. C'est aussi la première et seule matière de toute ma vie dans laquelle j'ai eu un 0, résultat du clash entre ma professeure et moi.

Au lycée, j'ai eu un blocage sur les maths en 1ère, impossible d'avoir des résultats corrects, ça rentrait pas (plus). J'ai jamais décoincé.
Mention Assez-bien au Bac (et j'ai zappé la moitié du sujet d'Allemand par inattention le dernier jour... Mon subconscient qui s'est vengé ? :P )

En sup, le handicap des maths m'a suivi, auquel il faut rajouter quelques autres belles casseroles, notamment la thermodynamique : la matière, quand initialement abordée, tellement simple qu'elle pourrait être enseignée à un enfant. Ben j'avais des notes à vomir.
Et je ne vais pas tout lister.
Ça m'a induit un redoublement dans une des années les plus improbables pour faire ça. Au début, le redoublement était un échec personnel quant à passer toute la scolarité d'un trait... Puis finalement on relativise, surtout quand on voit pourquoi j'ai retapé. Ça m'a juste usé les nerfs, parce que ça voulait dire 1 année de plus dans le système éducatif. Beurk.

À côté de ça, les autres matières avaient des résultats corrects, quand ce n'était pas tout simplement très bonnes dans certaines matières de prédilection.

Et il n'y a pas si longtemps, suite à mon redoublement, j'ai été amenée à refaire 3 fois la même matière (2 fois suivant le même programme, donc forcément ça n'a pas bougé cette affaire, et 1 dernière fois suivant un nouveau... qui m'intéressait mais j'ai quand même eu un résultat exécrable).

Tout ça pour dire : de mon petit point de vue, un INTP est clairement bipolaire dans ce qu'il réalise, tantôt excellent, tantôt nul, rarement modéré...

Pour répondre à une autre question : Conséquemment, je n'ai pas eu trop de mal à trouver ma voie, et j'ai su très tôt, bien avant de commencer à étudier dans le domaine où je me suis spécialisé, que ça serait là que j'irais.
Je me considère chanceux sur ce point, rien de pire que d'apprendre sans savoir pourquoi ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Ven 21 Déc 2012, 22:04

J'ai l'impression qu'en fait, en tant qu'xNTP, mon "Ne" m'amène souvent à pouvoir démontrer... tout et n'importe quoi. Je pars d'une intuition, je l'analyse pour la comprendre mais il est très rare que je me dise "et si mon intuition était mauvaise ?". Du coup je vais jusqu'au bout de cette idée et si elle est mauvaise, je suis hors sujet, malgré les qualités d'analyse. C'est ce qui revient souvent dans mes copies ratées. "Hors sujet mais rattrapé par une analyse cohérente". Ca a un côté "bipolaire", ça aussi. Savoir que d'un côté mon "Ti" est efficace c'est une bonne chose, mais lorsque je me fie à mon "Ne" (quasiment tout le temps, en fait), je ne peux pas distinguer la bonne de la mauvaise compréhension d'un texte.

Sinon LeConnardDuFond, c'est vrai, y'a cette distance claire et nette entre ce qui m'intéresse et ce qui ne m'intéresse pas, pour ma part. Par exemple, ce semestre ma seule bonne note est attribuée sur le cours qui m'a le plus intéressé (et ils étaient deux, je n'ai pas encore le résultat du second cours intéressant Lol). Tout les autres, j'ai passé 3 mois à dire que je m'ennuyais, j'ai quand même passé du temps à réviser, à travailler, mais pas moyen : je suis hors sujet parce que je ne parviens pas à me faire une bonne idée des "problématiques" du cours.

Sinon j'ai l'impression d'être en décalage par rapport à vous et au "modèle" de l'INTP par le fait que je sois dans une filière littéraire, c'est drôle
Revenir en haut Aller en bas
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 30
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Ven 21 Déc 2012, 23:01

Il y a pas mal d'INTP en filières littéraires. Cette fille dont je t'ai parlée par exemple, et puis tu as dans 30 Rock, en la personne de Liz Lemon, et son actrice / auteure Tina Fey, un superbe exemple d'INTP littéraire qui pourrait peut-être passer E par moments mais est bien I.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Ven 21 Déc 2012, 23:07

Oui j'avais l'impression que les xNTP ont finalement plutôt pas mal leur place dans les filières littéraire l'association du Ti et du Ne me semble particulièrement utile pour étudier un texte). Je suis étonnée qu'on en parle pas plus dans les profils INTP Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 00:03

J'ai l'impression que les INTP sont assez divisés là-dessus, j'en connais pas mal qui font des blocages théoriques sur tout ce qui touche à la littérature pour des raisons souvent de l'ordre de "ça sert à rien", et qui sont plutôt matheux. D'autres sont comme toi apparemment, plus littéraires (comme la plupart des INFP, ainsi que des ENTP).
Pour ma part je me suis toujours senti assez capable dans les deux domaines (finalement pas si éloignés), mais terriblement limité par ma flemme et mon évitement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 00:15

@Ayahuasca du coup tes études se sont/se passent comment ? Smile

(Ca va renforcer mon impression d'être une ENTP tout ça Lol)

Sinon perso je n'ai jamais eu spécifiquement de problème en science. J'ai juste décroché en physique quand je me suis retrouvée face a un prof qui partait du principe que parce que j'avais raté un devoir c'est que j'étais forcément nulle et que j'avais l'air d'avoir redoublé 3 fois (kikoo, tact, bienvenue!). A part ça non effectivement je n'ai pas la sensation que ces domaines soient si éloignés, ça reste beaucoup basé sur l'analyse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 01:37

@Devotchka a écrit:
@Ayahuasca du coup tes études se sont/se passent comment ? Smile
Pas super depuis le lycée (je suis en L1), je travaille de moins en moins... Actuellement je me repose uniquement sur ce qui m'a permis d'arriver jusque-là sans jamais m'impliquer (je vais pas en cours, je bosse pas chez moi, etc.). Je dois valider deux L1 cette année, je commence assez mal, alors... j'attends que ça passe.

@Devotchka a écrit:
(Ca va renforcer mon impression d'être une ENTP tout ça Lol)
(Ça me fait penser que j'ai toujours pas lu ton topic !)

@Devotchka a écrit:
Sinon perso je n'ai jamais eu spécifiquement de problème en science. J'ai juste décroché en physique quand je me suis retrouvée face a un prof qui partait du principe que parce que j'avais raté un devoir c'est que j'étais forcément nulle et que j'avais l'air d'avoir redoublé 3 fois (kikoo, tact, bienvenue!). A part ça non effectivement je n'ai pas la sensation que ces domaines soient si éloignés, ça reste beaucoup basé sur l'analyse...
Moi c'est un peu le contraire. Mon problème, c'est que je suis jamais impliqué dans les cours, je peux réfléchir dans l'instant mais sans aucun souci d'efficacité, ce qui fait que je reviens jamais sur mes acquis et j'oublie facilement les bases, et ça me bloque. Bien sûr, c'est un cercle vicieux. C'est particulièrement gênant dans les matières scientifiques où l'on prolonge l'analyse technique de sujets qui m'emmerdent en intégrant toujours plus de savoir-faire préalables... que je ne maîtrise pas... À force, j'en suis venu à laisser tomber le suivi de tout enseignement scientifique, ce qui ne m'aide pas tellement en école d'ingénieurs...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 01:43

Ayahuasca a écrit:
@Devotchka a écrit:
@Ayahuasca du coup tes études se sont/se passent comment ? Smile
Pas super depuis le lycée (je suis en L1), je travaille de moins en moins... Actuellement je me repose uniquement sur ce qui m'a permis d'arriver jusque-là sans jamais m'impliquer (je vais pas en cours, je bosse pas chez moi, etc.). Je dois valider deux L1 cette année, je commence assez mal, alors... j'attends que ça passe.
Je réagissais pareil quand mes cours ne m'intéressaient pas. Par contre je n'arrive pas à sécher ceux qui m'intéressent.
Tu es sur d'être sur la bonne voie, dans la bonne orientation? Ce que tu dis là (et ce que tu développes après dans ton dernier paragraphe) me donnent quand même un petit peu l'impression qu'il y a des domaines qui pourraient mieux te convenir, mais je n'en sais rien et je ne veux pas être trop directive haha...)
Citation :

@Devotchka a écrit:
(Ca va renforcer mon impression d'être une ENTP tout ça Lol)
(Ça me fait penser que j'ai toujours pas lu ton topic !)
Mais qu'est-ce que tu attends ?! Lol
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 02:07

@Devotchka a écrit:
Ayahuasca a écrit:
@Devotchka a écrit:
@Ayahuasca du coup tes études se sont/se passent comment ? Smile
Pas super depuis le lycée (je suis en L1), je travaille de moins en moins... Actuellement je me repose uniquement sur ce qui m'a permis d'arriver jusque-là sans jamais m'impliquer (je vais pas en cours, je bosse pas chez moi, etc.). Je dois valider deux L1 cette année, je commence assez mal, alors... j'attends que ça passe.
Je réagissais pareil quand mes cours ne m'intéressaient pas. Par contre je n'arrive pas à sécher ceux qui m'intéressent.
Tu es sur d'être sur la bonne voie, dans la bonne orientation? Ce que tu dis là (et ce que tu développes après dans ton dernier paragraphe) me donnent quand même un petit peu l'impression qu'il y a des domaines qui pourraient mieux te convenir, mais je n'en sais rien et je ne veux pas être trop directive haha...)
Effectivement, je ne pense pas être actuellement disposé à étudier les sciences... mais pour ce qui est de la question de l'implication, ce serait sensiblement la même chose dans n'importe quel domaine...

@Devotchka a écrit:
Citation :

@Devotchka a écrit:
(Ca va renforcer mon impression d'être une ENTP tout ça Lol)
(Ça me fait penser que j'ai toujours pas lu ton topic !)
Mais qu'est-ce que tu attends ?! Lol
Bonne question Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 02:09

Même dans quelque chose qui te passionne, tu ne t'impliquerais pas ? Qu'est-ce que tu as de mieux à faire ? (Lol, ma question est un peu à prendre au second degré Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Sam 22 Déc 2012, 02:37

C'est justement une bonne question à laquelle je n'ai pas de réponse à apporter, tout INTP que je sois... :|
Revenir en haut Aller en bas
hard
Scribouillard du Ne
avatar

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 24
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Dim 13 Jan 2013, 21:20

Tain, c'est une bonne question ça.
Bon, pour apporter un peu mon propre point de vue (et mes problèmes aussi hein ^^) je commence par décrire mon parcours. (scolaire hein. ^^)

Primaire : toujours dans les premiers, j'écoute une fois, j'ai bon. J'ai toujours appris mes poésies en 2 minutes.

Collège: je lis des mangas pendant les cours d'anglais. Et je reste dans les meilleurs! C'était rigolo en fait. Je foutais rien, et j'avais dans les 15 dans toutes les matières. Sauf en maths, où j'avais 19.5 sans ouvrir mon cahier. Je préferais me mettre au fond de la classe avec un autre pote bon en maths, pour essayer de comprendre les opérations en binaire.

Lycée : Ça commence à partir dans tous les sens. Je deviens moyen (surtout en fournissant la même quantité de travail). Je comprends toujours facilement, mais mes notes s'en ressentent clairement.

J'ai continué comme ça jusqu'en terminale, où j'ai un peu bossé quand même. Tranquillement, mais j'ai réussi à repasser premier en maths et à chopper une prépa.

Maintenant, je bosses franchement plus en sup, et ce, à mon avis, pour une seule raison : je m'amuse à résoudre les exercices de maths. Ils sont vraiment funs en fait. Par contre, en physique, je rame comme un porc ^^

Donc au final, c'est plus ou moins ce qui a été déjà dit. Pour moi, les INTP sont bons quand ils s'amusent dans leurs études. Smile

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scotia
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP 5W4 sx/so
Age : 103
Lieu : Bruxelles
Emploi : Dingosse
Inscription : 15/05/2012
Messages : 37

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 25 Fév 2013, 21:34

D'après ce que j'ai pu lire, les INTP sont intelligents mais ils foutent rien... Ce sont des slackers comme diraient les anglophones., de grosses feignasses mais qui réussissent quand même.

Moi j'ai jamais rien foutu en secondaire(lycée ou collège); les INTP ont le typique : "peut mieux faire"; " se repose sur ses lauriers "... le nombre de fois où j'ai eu cette remarque.
J'ai l'impression que les INTP sont intrinsèquement des têtus, bornés, anti conformistes et indisciplinés... impossible de leur faire faire quelque chose contre leur gré, si c'est non , c'est non !
Je vous rejoins donc pour dire que les INTP ne travaillent que si intêret il y a ; je dirais que l'école n'est pâs l'endroit le plus adapté pour les INTP... La majorité des INTP déteste l'école.... conformiste, pathologiquement égalitariste, et chiant à mourir... L'école fut personnelement l'éxprience la plus traumatisante que j'eu à vivre; Ironiquement j'ai choisi les études les plus longues du monde.. médecine.
Je pense que les INTP sont profondément fainéants aussi; ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose; la fénéantise porte en elle de nombreuses vertues.. LEs gens fénéants sont ingénieux par exemple.

Perso, moi j'ai toujours été médiocre à l'école, pourquoi? pask moi être profondément rebelle et puis, dans ma fierté oh si grande, je ne pouvais accepter d'avoir une note inférieure à 10/10 ou 20/20, alors j'ai arrêté de fournir des efforts.
Evidemment, on ne s'en rends pas compte de tout ça, ça se fait inconsciemment... sans que l'on ne pense aux conséquences futures.(les INTP n'ont aucune éthique de travail, n'ont pas le sens de l'organisation, aucune préparation,...Etc).

Un autre aspect des INTP, c'est qu'ils n'ont que peu voir aucune capacité mnésique ou rétentionelle; alors que l'école telle qu'on la connait n'est basée que sur la mémoire; la mémorisation étant contrairement à la compréhension un mécanisme actif et les INTPs étant fénéants de nature choisissent de ne pas se casser les fesses à mémoriser.

Je regrette en parti d'être INTP dans mes études actuelles par exemple; mon auditoire est rempli de courageux E**J; ils sont bêtes et sans imagination certes, mais ils ont des moyennes tellement supérieures aux miennes. Vous me direz, "mais pourquoi avoir choisi les études qui te correspondaient le moins; la médecine c'est que de la mémo !" Bah, la reponse est simple, c'est pour étendre ma zone de confort-chose qui me semble très importante -; au final c'est mieux. le problème des gens(INTP ou non !) c'est qu'ils choisissent/ font ce pour-lequel ils sont naturellement doués et ignorent leurs points faibles; les ESFJ/ ESTJ avec lesquelles j'étudie me considère comme la personne la plus intéressante du monde... normal ils n'ont aucune vie EUX mais ont 90% de moyenne.(alors que moi je passe mon temps sur le forum, à fumer des joints, à chercher un sens à ma vie, à bosser à côté, à réfléchir à ma réorientation...Etc).

Au final, je suis assez heureux, parck j'arrive à contenir en moi un idéal divergent et quasi impossible à faire tenir en une personne... être cool et garder mes rêves de grandeurs et scorer= marquer des buts et avancer, ce qui représente la faiblesse de l'INTP.. qui rêve mais qui n'accomplit rien.
Néamoins j'avoue que la médecine n'est pas l'endroit le plus propice aux INTP... mais c'est pas mal, en général on s'occupe mieux des patients que les STJ/SFJ. Perso, je découvre la joie de la médecine durant les dernières années et c'est vraiment pas mal d'avoir ds remerciement à longueur de journée pour faire ce que l'on aime... ça remonte le moral et motive à aider encore plus.
MAIs, généralement, une carrière et des études en médecine classique ne suffisent pas à un INTP... j'envisage donc la psychiatrie et les neurosciences, plus approprié pour un INTP !

Les fonctions de l'INTP ne permettent pas de réussir de manière optimale à l'école; les meilleurs fonctions pour ça c'est Te , la capacité à comprendre objectivement(= mémoriser!) ce que l'on nous enseigne.(donc INTJ, ENTJ, ESTJ, ISTJ)


Donc en résumé, je dirais comme plus haut que les INTP ne sont designé que pour faire ce en quoi ils croient, donc ne sont pas fait pour adhérer à une structure donnée(hiérarchique, école, travail, ..etc) avec des règles données.
Ce qui je trouve est très difficile de nos jours et ce qui fait de nous de pures anti conformistes; la vie d'un INTP n'est pas rose.
D'un autre côté, nous avons la conformation mentale des génies, ceux qui inventent des systèmes(Ti), ceux qui révolutionnent le monde, les chercheurs passionnés...etc.


Voila, si vs etes INTP, évitez l'école !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 25 Fév 2013, 22:55

...


Dernière édition par kirikou le Mer 11 Mar 2015, 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
reset
Aucun rang assigné


Type : INTP, iw-1
Lieu : univers
Emploi : ange gardien psychopathe
Inscription : 13/01/2013
Messages : 281

Message(#) Sujet: Re: INTP et les études Lun 25 Fév 2013, 23:20

ma petite contribution

en maternelle :
assez dissipée, élève vivante nécessitant quelques remises au point, j'ai peut être eu la dernière fessée à l'école Smile cela s'est rapidement vu interdit Smile

en primaire :
J'avais la chance d'être dans une école normale où ils tentaient des expériences d'enseignement. Bases et translations en math en cp, accès à une paillasse de chimie.
Souvenir de rédaction de poème dont on n'a jamais voulu croire que j'en étais l'auteur (je n'en ai plus jamais refait et je ne vois même pas comment c'est une activité qui m'ait un jour été naturelle).
Souvenir qu'on me demande d'arrêter de répondre avant que la question soit terminée et de donner une chance aux autres de répondre.
Les instit ont voulu me faire sauter le cp, j'avais déjà des rudiments de lecture et écriture. Mes parents n'ont pas voulu, mon frère n'avait pas bien vécu l'expérience.
J'attendais donc que ça passe. Je m'ennuyais. Je me suis donc mis assez tôt dans un mode, moins j'en fais, plus je donne satisfaction ... ce que j'ai appliqué longuement !

au collège :
1ère partout sans travailler, sauf en allemand

au lycée :
toujours sans travailler, je tombe 2è ou 3è, j'écoute en cours mais je ne travaille pas le soir et surtout pas les maths, pas que je n'aime pas ça, c'est bien rigolo à écouter, mais aucune envie de revoir le film à la maison Smile.
J'adore la physique, pas tant la mécanique, mais le magnétisme yeah !! la thermodynamique me fascine un peu aussi mais j'accroche un peu moins quand même (mon seul regret c'est de ne pas avoir abordé la physique quantique dans ma scolarité)

Bac C (avant que cela ne s'appelle S) : 14 partout sauf en math avec un magnifique 5 coeff 4 ou 5. j'ai mon bac à deux doigts de la mention, ah oui, un 23/20 en gym ! j'avais explosé les barèmes Smile
Pas de talent particulier pour le français ou la philo, je prenais toujours toujours les explications de textes et j'ai chopé le truc de base que les examinateurs attendent juste le b-a-ba de malheureux scientifiques, c'est à dire, un minimum de structure et d'argumentation sans chercher midi à 14h. piece of cake !
réponses français et philo à 2 pages (pas deux feuilles, deux pages) = 14
Commentaires génériques tout au long de la scolarité : bonne élève, pourrait faire mieux si elle ne s'amusait pas en cours. Moins brillante que son frère ... Oui mais je n'ai pas deux mains gauches, non mais Smile

Bref, je suis acceptée en prépa math et bio math mais mon frère, tête de l'établissement, étant passé par là, je n'en pouvais plus de ces commentaires me comparant à lui. Sans vocation je choisi bio math sup, il fallait bien faire quelque chose et puis la bio, c'est rigolo, ça change des maths et du français.
Seulement fichtre, il faut bosser ! j'ai mis 2 ans à rattraper un niveau correct en math et je me souviens des classeurs monstrueux en bio mais c'était jouissif quand même avec des zolis dessins avec plein de couleur. anatomie comparée miam, géologie avec les enquêtes que représentent la lecture d'une carte et de reconstituer le sous-sol d'après la surface, la physiologie, la biologie cellulaire etc ... Je ne retiens quasi rien par coeur, mnémotechnique à fond, et logique d'enchainements des processus.
Je me plante aux concours la première année, je ne sais plus pour quoi mais je n'étais pas seule, nous avons été de nombreux 5/2.
Je me replante aux concours avec un sujet dont je me souviens encore "La graine, on ne parlera pas de la germination" Toute ma promo a fait fécondation, accumulation, dissémination. Il fallait traiter de la pré graine dans l'évolution.
C'est moche !

Bref, le choc passé, je me retrouve à la fac où je découvre à 2 doigts de l'inscription en maitrise classique qu'il existe un institut qui forme des profils particuliers : moitié pharmacologie moitié informatique pour travailler dans des labos de recherche: banzaï.


Institut :
Planning aussi chargé qu'en prépa moins les colles ! J'ai donc le temps de suivre des cours du soir en plus sur la paléonthologie par un prof qui m'a emmenée ensuite sur un site de fouilles.
On revisite la physiologie, la biocell, la biochimie (heurk pour les formules à retenir car il y a une base de référence, et ensuite seulement des dérivations possibles).
A côté des chercheurs ayant inventé la technique du clamp, on "s'amuse" quand même un peu, disons que la motivation est bien présente, on vérifie des hypothèses avec de la programmation sur des modèles mathématiques.
On apprend tout le nécessaire pour construire l'électrode qu'on va planter dans le cerveau, l'acquisition de signal etc etc
Sauf qu'à un moment, on y ajoute de l'expérimentation animale parce que le rat est vraiment là et on plante vraiment l'électrode dans sa tête dans la zone oculaire pour vérifier que si on lui met de la lumière dans l'oeil, ça change le signal et action des médocs derrière ....idem avec 2 cm d'intestin de lapin ... ça passe déjà limite avec un rat, le jour du chien a été critique.
UV communes avec des psy pour la pharmacoloqie.

J'ai choisi la spécialisation en informatique et pas pharmaco et dès que j'ai pu trouver un boulot où je ne croise pas des chats ou des singes branchés de partout, j'ai quitté le domaine de la biologie et je n'y suis jamais retournée.

Donc, en résumé,
j'aurais sans doute dû sauter une classe, je crois que je me suis mise en roue libre très/trop tôt (cp)
j'ai de bons souvenirs de prépa et institut malgré le boulot à la clé et les sujets sur le décodage du fonctionnement d'un organisme du macro au micro m'ont portée.
Donc, oui, j'ai bossé quand cela m'a intéressée, plus que par pression du corps enseignant et du résultat, même si cela comptait un peu aussi.
Et si je suis bien INTP, je ne me perçois pas comme littéraire du tout.

Je pense que mon frère est intp aussi (ou istp ?) mais je vais peut être lui demander de faire le test. Il a toujours bossé ou lu car dès qu'il sortait dehors, il était malade, alors quitte à ne pas jouer dehors ...
Quand je disais tout à l'heure tête d'établissement, il a refusé les écoles d'ingé auxquelles il avait accès en 3/2 et il n'a présenté que polytechnique et les écoles normales en 5/2. Il a démissionné de polytechnique pour aller à ULM et quand il a fini là, il a enquillé sur une école d'ingé en plus. Donc, je ne pense pas que la "scolarité" lui ai pesé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: INTP et les études

Revenir en haut Aller en bas
 

INTP et les études

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» INTP et les études
» Quels jobs pour un INTP
» Présentation des études en Physique
» Reprendre des "études" en étant salarié
» Le travail, les études et la femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Les Rationnels (NT) :: INTP - L'Architecte-