Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSSRSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 INTJ et émotions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Reflection
Aucun rang assigné
avatar

Type : Autiste
Age : 25
Lieu : Dolphin rape cave
Emploi : Etudiant
Inscription : 06/11/2013
Messages : 118

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Mer 06 Nov 2013, 20:40

Concernant toutes (et il y en a un paquet) les généralités de ce post, je me rends compte qu'il y a des exceptions et que tous les cas ne sont pas semblables, etc. mais je me permets quand même quelques raccourcis pour illustrer ma pensée.

@Tératologue expérimental a écrit:
Au risque de me faire ignorer avec majesté, il y a vraiment quelque chose de ridicule dans le nombre de posts dédiés et créés par des INTP pour ne parler copieusement que d'eux-même... cet espèce d'égocentrisme nauséabond m'a concrètement convaincue qu'INTP ne rime ni avec modestie ni avec suprême et prétendue intelligence.
Désolée pour ce petit hors-sujet accusateur, mais je penses qu'il fallait que ce soit dit (peu importe si c'est le bon endroit ou non).
Heu... en quoi est-ce si étonnant ?

INTP -> Ti + Ne. Le stéréotype du gros nolife affalé devant son clavier existe pour une raison, il n'a pas été inventé par jalousie de la supériorité intellectuelle reconnue - lol - de ce type oooh si incompris. Les pauvres chous, s'ils ne sortent pas de chez eux c'est parce qu'il fait moche en fait. Si si, ils peuvent le voir à travers leurs volets fermés.
Pas besoin d'une étude statistique pour se rendre compte que 80% du Web est composé d'INTP cloitrés dans leur grenier et dédiés à troller des forums, tandis qu'une bonne partie des **** postent des selfies sur leurs skyblogs émo. (Very Happy) Les ESTP quant à eux sont dehors pendus à un parachute et ne tiennent pas assez longtemps en place pour finir le premier paragraphe de l'article décrivant leur type, et le simple listing des différentes fonctions cognitives peut filer la migraine à une ESFJ de toute façon trop occupée avec son balai. (véridique)
Que la majorité de ceux qui s'intéressent au MBTI et en parlent sur Internet soit composée d'INTP et d'INFP prouve que ce sont des foutus gamins narcissiques. Vraiment gerbant.

Mmm... Je me demande BIEN pourquoi ces nerds hyper-introvertis dont l'esprit est taillé pour - et qui, tu es on ne peut mieux placé pour le savoir, s'avèrent être physiquement incapables de s'empêcher de - penser (à) des systèmes abstraits (comme un paradigme de classification psychologique reposant sur l'agencement préférentiel et les interactions de fonctions cognitives théoriques qu'il modélise, pour donner un exemple totalement hasardeux) passeraient autant de temps à conjecturer sur et éprouver la véracité dudit modèle sur un plan concret, sur eux-même tiens, soyons fous, vu qu'ils se trouvent êtres les personnes qu'ils connaissent le mieux - pour ne pas dire les SEULES personnes qu'ils connaissent - cf leur introversion.
Ti, bitches.
Je trouve bête - et très déplacé de leur part - qu'ils ne parlent pas d'autres types; ils devraient s'intéresser davantage aux autres. Bon, je sais que les INTP abhorrent l'idée de s'avancer sur un terrain qu'ils ne maîtrisent pas à la perfection (et ne manquent, pour cause/preuve, pas la moindre occasion de lyncher copieusement le moindre imprudent de passage qui ose s'offrir le luxe d'une telle impertinence), mais pour régler ça ils n'ont qu'à mieux connaître les autres, nan ? C'est pas compliqué, que diantre.
Ah, on me signale en régie que Fe est leur fonction inférieure ?! Meh, ce n'est pas une excuse; ces autistes égocentriques devraient faire des efforts pour connaître les autres sans même interagir avec eux; c'est pourtant bien eux qui se prennent pour des génies, pas vrai ?

De rien pour cette réponse consolatrice, mais je doute qu'il soit réellement nécessaire que cette porte ouverte soit enfoncée. Encore.

Non, sérieusement.
Tu connais beaucoup de personnes à qui un INTP pourrait se confier en espérant - que dis-je, sachant - qu'il sera compris ? Cette sensation d'être bizarre, différent, attardé; les tics à l'enfance, l'attention déficiente, les questions incessantes, les insomnies, le programme scolaire inadapté, les situations sociales épuisantes, le syndrome de paralysie spontanée devant un choix d'avenir... Passer ces curiosités au crible plusieurs heures par jour pendant des années; Ti et Ne peuvent rendre fou lorsqu'elles rencontrent un problème insolvable.
Normal que lorsqu'ils découvrent le MBTI, ça part en circlejerk généralisé. Ils sont ENFIN compris, contrairement à une majorité d'autres types.
Donc c'est quoi ton zèle anti-INTP à la con ? Ça vient d'où et ça se justifie comment ?
J'ai quelques idées sur la questiont mais je préfère ne pas m'avancer; cela étant dit je demeure tout de même m'intéressé par une réponse. (envie de confirmer mon hypothèse tavu)

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que je vois ce type de remarques, et malheureusement pas que pour les INTP. Leurs auteurs me feraient vraiment plaisir s'ils prenaient le temps de réfléchir deux secondes.
Que des ISTP soient passionnés de bricolage ou de mécanique, okay. Que les ENTJ soit des chefs naturels et passent leur temps à jouer les managers passif-agressifs, okay.
Il s'avèrent qu'un grand centre d'intérêt de beaucoup d'INTP - et ils ne sont pas les seuls, c'est juste une tendance chez eux - est leur cerveau/esprit; d'ailleurs le fait que beaucoup d'entre eux adorent l'ironie vient, d'après moi, d'une prédisposition à penser beaucoup à la récursivité. Exemples: Stallman (GNU, le LISP), Descartes ("cogito, ergo sum"), Einstein... Avons-nous réellement besoin de juger et de déprécier quelqu'un parce qu'il se trouve intéressant ? Parce que ses cogitations abstraites le font divaguer un peu trop loin de nos chères valeurs chrétiennes que sont la bonté inconditionnelle et la préoccupation la plus désintéressée du bien-être d'autrui (que nous autres nous efforçons de respecter chaque seconde de chaque jour) ? Parce que les genres de "soutient" et d'attention délivrés par son entourage devraient être suffisants pour le faire se sentir compris et accepté ?
Ça, c'est nauséabond.

PS1: Bon j'avoue que le taxage de conservateur rétrograde vers la fin était un peu facile, mais lassitude inside yo.
PS2: Et pour le jugement, ça ne se limite pas aux INTP. Chaque type présente des "défauts" redondants qui sont de toute évidence pas conscients; et j'estime que la compréhension - voir même la sollicitude, re-soyons fous - se trouve être plus pertinente que le mépris dans ces circonstances.
PS3: Jamais 2 sans 3.
PS4: J'ai adoré ton premier message.

@AsthA a écrit:
je discute très souvent, et objecte fréquemment avec des INTP, pour les INTJ se sont peut être ceux qui peuvent le mieux mettre à mal notre raisonnement et nous aider à avancer, bien qu'ils nous considèrent comme étant limité, ils nous permettent souvent juste de trouver plus d'argument pour étayer nos dires
Mais trop pas. Tsk.

En fait si: les INTP sont d'assez bons critiques, il leur est relativement facile de déceler les failles d'un système/raisonnement grâce à leur faculté de superposer une multitude de scénarios possibles (Ne) avec les paramètres du moments et d'en tester la validité (Ti), ce pourquoi ils peuvent faire de bons hackers comme d'insupportables interlocuteurs - je reviendrai là-dessus. De l'autre coté, on a les INTJ qui sont ce qui se fait de meilleur pour améliorer un système/raisonnement imparfait (Te), l'adaptation en gros, surtout si le diagnostic est déjà tombé.
Ils s’emboîtent se complètent si bien que c'en est poétique. :3 (si si)

Tu as parfaitement raison, les INTP sont particulièrement pompe-air avec ça. Mais si ça t'intéresse de le savoir, c'est loin d'être de la méchanceté gratuite ou de la mauvaise foi, et ça a tout à voir avec leur façon de raisonner.
Garde à l'esprit que les INTP sont de gros autistes, il suffit de murmurer un raisonnement qui ne soit pas armuré d'arguments béton (mais béton BÉTON, tu as à faire à des maniaco-puristes de Star Wars qui seraient capables de te crever un œil à la simple évocation de la récente trilogie, encore pire que ta prof de français de CM2; ne plaisante pas avec ces furieux) pour provoquer une réaction équivalente sinon pire que chez une victime d'OCD sous le pif de qui tu tapes à pleines dents dans un KitKat. Je te laisse imaginer la violence.

Je suis néanmoins étonné que tu sembles n'avoir toujours pas compris le pourquoi ("ils nous considèrent comme étant limité" me laisse penser que tu associes ce comportement à de la mesquinerie ou de l'orgueil... mais je peux me tromper), étant donné que cette caractéristique est un exemple de choix dans les comparaisons INTP/INTJ: les INTJ veulent concrétiser leurs idées, ils sont méthodiques, motivés et font des efforts jusqu'à ce que ça marche. Le salut est dans la réalisation; c'est leur objectif, la finalité qui les stimule. Ils commencent par un prototype imparfait puis l'améliorent à travers l'expérimentation. Un INTP ne se fera même pas chier à essayer (d'où certainement la flemmardise typique, ou est-ce juste une excuse Razz) parce qu'il ne voit que le principe logique qui est derrière un certain fonctionnement/modèle, il est insensible à la notion d'accomplissement qui peut séduire les INTJ/Te-doms. Lui, ce qui l'intéresse est la perfection, c'est d'ailleurs dans des concepts abstraits assez "absolus" qu'il a tendance à voir de la beauté (la logique, les maths, etc) et a horreur du monde-concret-qui-admet-des-dysfonctionnements-et-des-contradictions-et-des-approximations (et des SJ). C'est un échecophobe complexé. Un INTP évite de donner son avis s'il ne pense pas maîtriser (suffisamment, si ce n'est à la perfection) le sujet, ou exercer n'importe quel type de compétence qu'il n'estime pas assez maîtrisée.
Te vs Ti. Planter dans la conversation/expérimentation un germe d'idée pour l'élever jusqu'à ce qu'il mature (comme un humain, né con imparfait mais éducation toussa) VS couver cette idée et attendre qu'elle soit belle et en excellente santé pour la laisser éclore... sinon, miam time. (comme les animaux, si t'es pas le plus costaud de la portée c'est foutu pour toi)
Et encore, Ti est dom' dans un cas, et Te aux' dans l'autre. Et on sait tous que les Ni-doms ont tendance à penser qu'ils ont la science infuse ce qui est le cas - non, n'essayez pas de dissimuler votre tempérament naturellement aussi peu assertif qu'il semble péremptoire :3 - alors gaffe à ce que ça ne se retourne pas contre vous.
À l'inverse, Ne laisse l'ouverture à d'infinies possibilités, chacune pouvant être aussi vraie que fausse jusqu'à preuve du contraire en dépit du vraisemblable/savoir d'expérience/Ni bullshit.
Ti donne plus de valeur au raisonnement, étape par étape, et surtout à la perfection de sa cohésion logique. En revanche, je pense que Ni est plus pressé d'aboutir à la conclusion factuelle (esprit synthétique), d'où les tensions qui peuvent se créer généralement.

Je pense qu'ils te disent ça parce que tu leur parais expéditif et péremptoire.
Et leur manière de fonctionner n'admet que deux choix: soit tu as raison, soit tu la fermes. Il m'est arrivé à plusieurs reprises de ne pas envoyer des mails ou des messages en tous genres sur des forums à cause de ça, parce que je les jugeais déplacés, pas si importants/pertinents que ça (là ce n'est pas le cas, je vous vois venir); ça arrive encore plus fréquemment dans les discussions IRL. Et je pense que tes amis attendent de toi que tu en fasses de même, ce que - si je puis me permettre, hein - je t'inviterais à prendre comme un signe de respect et de considération. C'est ce que j'aurais également tendance à faire face à un INTJ, parce que oui je les adule tiens en très haute estime.
Fanbase de merde, hein ? Very Happy

Cette névrose étant très emmerdante (fais-toi une idée), je te file une petite astuce qui t'évitera ces remarques insupportables typiques: le "je pense - mais JE PEUX ME TROMPER - que" gueulé bien haut et fort. Ça marche à tous les coups.
Bon, il est clair que ça demandera quelques efforts d'humilité à un INTJ, mais dis-toi que c'est pour la bonne cause. Razz


Concernant les pleurs, on a un peu trop tendance à les associer à la mort d'un proche ou autre événement tragique (MUH BUHAVIORISM) or il ne faut pas oublier que leur premier rôle est d'accompagner/causer/idklol une chute de pression, qu'elle soit positive (submersion de bonheur, rire...) ou négative (tristesse, désespoir).
Un autre aspect important à garder en mémoire est que c'est un réflexe, tout comme le rire; son expression est par conséquent fonction de notre sensibilité aux choses, de la manière dont on réagit émotionnellement et enfin de notre impassibilité - autant de paramètres qui font que ce comportement indique différentes choses chez différents individus.
Je n'ai pas pleuré de tristesse depuis plus d'une decenie, pourtant je me pense assez familier avec la tristesse. Et d'autres choses me font pleurer mais n'en sont pas. Razz

Mais dans ton cas, quelque chose (rien de très savant, de toute évidence) me dit que le fait de ne plus pleurer a plus à voir avec un espèce de choc émotionnel ou un truc dans ce goût-là.
M'enfin j'en sais rien, je me dis que peut-être le fait de ne pas pleurer à la mort de ton papy a peut-être créé une espèce de "blocage" en toi. Plus ou moins volontairement/consciemment.
Non ?

@Protonormal Vraiment pas de quoi t'excuser, j'ai trouvé ça intéressant à lire. À quelques petits passages freudiens près, certes, mais une bonne dose d’épinéphrine et j'étais reparti. Very Happy


Dernière édition par Reflection le Ven 13 Juin 2014, 04:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Mer 06 Nov 2013, 22:08

Un peu H.S. (en particulier toute la première moitié, due à un précédent H.S.), mais intéressant, bien qu'assez pompeux sur la forme.
Revenir en haut Aller en bas
Khendrin
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP-T - 5w6 a - So/Sp/Sx - 5w6/9w1/4w5 - Neutre Strict
Age : 30
Lieu : Sud-Est
Emploi : Assistant de Gestion / Chercheur de voie professionnel
Inscription : 08/05/2012
Messages : 786

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Jeu 07 Nov 2013, 11:11

Je dis juste Blasé 

Merci Reflection, c'était très divertissant et intéressant.

_______________________________________
Khendrin - INTP-T - 5w6 a - So/Sp/Sx - 5w6/9w1/4w5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drx
Aucun rang assigné
avatar

Type : intp
Age : 39
Lieu : perth, wa
Emploi : automaticien
Inscription : 07/10/2013
Messages : 16

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 09:38

Salut,

Je ne sais pas trop si je fais bien d'intervenir mais comme rien ne m'en empêche, je vais quand-même en prendre la liberté.

Pour commencer, je tiens à être honnête, je n'entends pas tout aux nuances des types, leurs accords, leurs compléments et leurs embrouilles. Il semble cependant, à ce que j'ai pu lire ici ou là, que je suis en terrain hostile Wink .

Donc ne pigeant pas tout, je n'ai pas vraiment d'à priori et je vois ici plutôt un point commun qu'une différence.
Étant moi-même assez souvent défini comme étant d'un cœur de pierre, froid et calculateur et, pour être honnête avec moi-même, il me serais difficile d'essayer d'affirmer le contraire, je pense (je suppose, je suppute, j’émets l’hypothèse que, je subodore, il est donc éventuellement possible que) savoir d'où cela vient.

De la rationalisation. J'explique :

C'est forcément difficile les premières fois, pour ma part, j’extrairais 3 événements majeurs :
- La perte de mon grand-père à l'age de 5 ans.
- La perte de mon poisson rouge à 10-11 ans.
- Ma première désillusion amoureuse à 14 ans.

Pour le premier, il n'y a pas grand-chose à en dire, qu'on soit intp, esfj ou n'importe quoi, à cet age la perte d'un être proche est difficile. Et ce le fut : le dénie, les pleurs et tout et tout, comme on peut l'attendre d'un gamin de cet age.
Ensuite, la perte de Mickey (mon poisson rouge). Probablement dans les prémices d'une personnalité un poil autiste et pas très à l'aise avec les autres, il était en quelque sorte mon confident et l'objet de ma concentration, oui, je sais c'est con, mais regarder ce poisson tourner en rond dans son bocal me permettait de faire le focus sur ceci ou cela, et il était en quelque sorte mon "répondant". Il ne me disait jamais si j'avais raison, mais il n'affirmait pas non-plus que j'avais tort... Très bon pour l'égo Rolling Eyes 
Puis la petite déception amoureuse, pas besoin de détails, c'est pareil pour tout le monde la première fois (qu'on se fait jeter).

Ensuite, on s'assoie là dessus, le temps passe, et comme la vie est ainsi faite, l'une de ces situations vient à se présenter de nouveau. Comme on a muri (un peu) et que c'est du vécu, donc avoir cumulé de l'expérience, va arriver un moment où l'on va avoir une analyse "mécanique" de l'événement (le NT, si j'ai bien compris...?) :

-1- Je vais pleurer, sombrer dans la dépression, menacer de mettre fin à mes jours et alors quoi ? Si ça ramenait les gens à la vie, ça se saurait. Et je serais bien plus gentil avec tout le monde pour être certain qu'il y ait quelqu'un pour me pleurer à chaque fois que je meurs...( Blague pourrie destinée à détendre l'atmosphère morbide et à casser le rythme dans la lecture bien trop longue du post d'un gars qui écrit beaucoup trop et fait des phrases également trop longues sans ponctuation qui empêchent de bien suivre le fil de sa pensée. <-- Elle est bien celle-là ou pas ?).

-2- Le moment arrivera où ce sera accepté et où on sera passé à autre chose pour continuer de vivre, rire et chanter comme si rien n'eût été.

Voilà, calcul rapide et froid, l'étape 1 est une perte de temps, la dramatisation n'a absolument aucune valeur ajoutée dans une vie, alors ce coup-ci et les fois suivantes, on passe direct à l'étape 2 : on continue à vivre.

Autant vous dire qu'avec ce genre de raisonnement, j'ai fait fureur le jour de l'enterrement de mon père : Et c'est qui le salaud sans cœur de service ? C'est bibi.
Alors qu'on le savait condamné au moins un an avant son décès, j'avais déjà géré ce problème depuis longtemps quand le jour J est arrivé et j'étais en paix. Les autres ne semblaient pas aussi préparés que moi...

Bref, les gens meurent, c'est la vie si je puis m'exprimer ainsi, nous devrions tous y être préparés, on va ou a enterré nos grand parents, on a / va enterrer nos parents.
Si ce n'est pas fait, je vous le souhaite. Enfin je ne dis pas que je souhaite la mort des vos parents hein ! Je sous-entend que je vous souhaite de vivre assez longtemps pour le faire, enfin c'est dans l'ordre des choses quoi... Je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression que le sol est meuble d'un coup...
Bref, il est plus normal de perdre ses parents que ses enfants, donc si tout se passe bien ça se passera ainsi... Pas tellement mieux non plus dit comme ça...

Pas grave, comme je suis INTP, je peux me foutre complètement des sentiments que peuvent engendrer mes propos. (auto-dérision : taa daa !)

Ceci était mon analyse de l'analyse menant à la conclusion que dramatiser ne mène à rien et que donc les NT (ou pas) ne dramatisent pas et garde le contrôle d'eux même dans ce genre de situations au risque de passer pour des enfoirés sans cœur.

Par pitié, si vous n'êtes vraiment pas d'accord, épargnez moi l'écartèlement, le bûcher et la pendaison. Faites ça à la guillotine, propre et net en une seule fois, ça m'ira très bien.

Bonne continuation.

_______________________________________
INTP et Scorpion ascendant Scorpion... Con prétentieux ascendant connard suffisant parmi les enfoirés arrogants. L'enfer...c'est moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 19:03

.


Dernière édition par Aythiro le Lun 07 Avr 2014, 01:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lauterwasser
Aucun rang assigné
avatar

Type : XNFP, type 7 / chaotic-good
Age : 34
Lieu : Montpellier
Emploi : Musicothérapeute Winnicottien, gestaltste et phénoménologiste
Inscription : 07/09/2013
Messages : 1802

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 22:06

Citation :
Je pense qu'on a beau être NT, il ne faut pas pousser certaines choses aux extrêmes. Faire ce qu'on croit devoir faire, ni plus ni moins. Ne pas simuler une peine feinte, mais ne pas non plus se pousser à rester totalement imperméable à ce qui se passe autour de nous seulement pour après se dire que "nous, on est rationnel".
certes.. mais !

les pleurs ça se commande pas (ou si peu, pour des gens spécialement doués).
alors le coup de faire exprès de pleurer ou de pas pleurer, j'y crois que très moyennement, sachant que ce n'est pas un comportement sincère.

pour ma part je suis dans l'incapacité de pleurer de tristesse.... il n'y a que la douleur qui me fasse pleurer et encore, il faut qu'elle soit vraiment intense, violente et qu'elle dure dans le temps (que je "craque" en somme)

nombre de fois ou ça m'aurais fait un bien fou de chialer, mais ça venais pas, comme si c'était un truc que je savais pas faire, genre parler yougoslave.

mais bon c'est ptetre le fait que je sois intp donc très peu en contact avec mes émotions, alors que l'intj est peut-être plus dans la décision, le controle de ne pas pleurer. non ?

heureux soient ceux qui pleurent !
être dans l'impossibilité de pleurer est aussi douloureux mentalement, que être dans l'impossibilité de pisser est douloureux physiquement.

_______________________________________

Les oiseaux n'ayant connu que la cage pensent que voler est une maladie.
Alejandro Jodorowski

Le monde appelle fous ceux qui ne sont pas fous de la folie commune
(auteur inconnu)

N'oubliez pas que la terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux
de Khalil Gibran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 23:44

Moi j'ai beaucoup de mal à pleurer en public. Je suis bloqué psychologiquement, je ne sais pas si c'est par pudeur ou orgueil, ou peut être des deux.
Sinon je pleure assez facilement.

On pourrait aussi croire par moment que je suis insensible. Je n'aime pas non plus dire "je t'aime".
Revenir en haut Aller en bas
Phaedren
Usurpateur du Forum
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 28
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1276

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 23:49

@Luna a écrit:
Moi j'ai beaucoup de mal à pleurer en public. Je suis bloqué psychologiquement, je ne sais pas si c'est par pudeur ou orgueil, ou peut être des deux.
Sinon je pleure assez facilement.

On pourrait aussi croire par moment que je suis insensible. Je n'aime pas non plus dire "je t'aime".
Ce serait presque pareil pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 23:55

Pourquoi la plupart des gens ont du mal à dire "je taime" ?

Ce serait intéressant de creuser la question. Moi je me sens mise à nue, fragile, je crains que ce ne soit pas réciproque... Je ressens aussi de l'orgueil là dedans, mais s'en est seulement une de facade, pour combler mon manque d'assurance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Ven 08 Nov 2013, 23:58

.


Dernière édition par Aythiro le Lun 07 Avr 2014, 01:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 00:06

Tu dis facilement à tes proches que tu les aimes Aythiro ? Sinon projette toi dans une relation amoureuse, c'est ce que je fais moi Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 00:10

.


Dernière édition par Aythiro le Lun 07 Avr 2014, 01:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 00:18

Oui, mais pour la première fois que tu le diras ? (ne pas pouvoir dire "je t'aime" à son conjoint, là ça deviendrait problématique Smile ) A moins que ça prenne du temps chez toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 00:38

Bah là ça devient juste des [...]*, ça n'a pas d'intérêt.


* Remplacez le mot entre [...] par celui qui convient. Si vous trouvez, je suis preneur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 01:05

On tourne en rond là ? Smile

Mais bon tes réponses ne sont pas suffisamment précises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 01:07

EVIDEMMENT, il manque un mot ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 01:16

Non je parle d'avant, ce qui fait que je dois relancer la conversation sur la même chose pour demander des précitions, ce qui donne cette impression de tourner en rond, bref Smile

Sinon si quelqu'un à une hypothèse sérieuse sur la dificulté à dire "je t'aime", voir une étude à l'appuie avec le lien, qu'il n'hésite pas ! : )

J'en connais déjà surement une grande partie de la réponse, mais ça m'intéresserait quand même. Ce blocage psychologique me fascine ! Comment peut on avoir de la difficulté à dire à une personne qu'on l'aime ? (oui oui je trouve ça intéressant Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 01:27

La question est plutôt, à mon sens : comment savoir qu'on aime une personne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 01:47

Les deux questions se posent. C'est une question intéressant aussi celle ci Aythiro. Oui très Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 01:49

Personnellement, la première n'est qu'une conséquence de la seconde...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 02:14

Peut être pour toi, pour moi ce n'est pas l'incertitude d'aimer réellement une personne qui produit ce blocage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 02:15

Manque de confiance en l'autre, peut-être ? Peur du rejet, de la moquerie, ... ?
Revenir en haut Aller en bas
drx
Aucun rang assigné
avatar

Type : intp
Age : 39
Lieu : perth, wa
Emploi : automaticien
Inscription : 07/10/2013
Messages : 16

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 02:28

Salut,

De mon côté, je pense que la non-utilisation du "je t'aime" a 2 bonnes raisons d'être.

D'abord, parce que je pense que sa signification est forte et qu'il doit être utilisé à bon escient et de façon pondérée, c'est un peu comme accorder sa confiance. J'ai un pote très ouvert, qui se plait à dire à tout le monde qu'il les aime :"Toi, t'es mon pote, je t'aime", "whouha, ce gars là est trop drôle, je l'aime".
Bon, la première fois ça fait bizarre. "heu.. c'est a dire ? Tu m'aimes comme Roméo et Juliette ou comme Pif et Hercule ? ha! Bon ça va alors..."
Comme disais chépuki, les poètes ont complétement épuisé mon "je t'aime".

Ensuite parce que c'est une sorte d'évidence : qu'il s'agisse d'Aimer (le vrai) ou d'aimer (amical), de toute façon, je ne fréquente pas les gens que je n'aime pas, quand j'ai jugé qu'untel est un con ou qu'il ne mérite pas mon attention, je le sors de ma vie point à la ligne.
Donc, si tu es là à me causer et que je porte (presque) attention à tes propos, cela inclus forcément que j'ai pour toi une forme d'amour (au moins amical).
Quand ma femme me demande pourquoi je ne lui dit jamais que je l'aime, je lui répond toujours la même chose : Si ce n'était pas le cas, tu serais de l'autre côté de la porte qui isole cet appartement du reste du monde.
Bon, des fois je lui répond aussi que c'est parce qu'il n'est pas beau de mentir, mais elle apprécie moyennent ce type d'humour.
Ceci étant, et étant qui je suis, sous l'humour vache, ironique ou sarcastique, il y a toujours un fond de vérité.

Loin de moi l'idée de jouer au donneur de leçons, mais je vois que la plupart d'entre vous a dans la vingtaine, peu probable donc que vous ayez expérimenté 10 ans de mariage, comme c'est mon cas.
10 ans, c'est pas trop mal déjà pour un premier mariage avec un con comme moi...

Pour dire que l'Amour, le grand des premiers temps s'épuise, la passion devient de la complicité, puis de l'affection pour finalement devenir une sorte de compassion. Il devient donc difficile, avec le temps, de lancer un "je t'aime" franc et convaincant.

Maintenant, même si je suis "nouveau" sur ce forum, je me connais depuis longtemps et j'ai toujours été très clair avec elle : Si elle devient un obstacle à mes projets, elle sera sacrifiée sans que je n'ai à y réfléchir à 2 fois.

C'est probablement ce qui fait de moi un salaud, je fais mes calculs sans que "l'autre" ne fasse parti des variables de l'équation. Et pour être honnête avec vous, les gamins qui vous préparez à aller vivre VOTRE vie à vous, si vous avez aussi cette capacité, alors ne vous en privez surtout pas. Je ne suis pas vieux, mais jusque là, j'ai eu une vie dont je suis très très satisfait, très bien remplie, parce que j'ai pu saisir des chances et des opportunités et que si j'avais tenu compte des autres, je serais probablement en train de coller des timbres dans un bureau de poste affublé d'un blazer marron et de chaussure à glands au lieu de me la couler douce en Australie.

Mais, là ce n'est plus le sujet de base. donc fin !

Bon courage.

_______________________________________
INTP et Scorpion ascendant Scorpion... Con prétentieux ascendant connard suffisant parmi les enfoirés arrogants. L'enfer...c'est moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chat
Aucun rang assigné
avatar

Type : 7, INTJ
Age : 36
Lieu : Paris
Emploi : Psy
Inscription : 02/06/2013
Messages : 1105

Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 02:47

Citation :
La question est plutôt, à mon sens : comment savoir qu'on aime une personne ?
On en SAIT rien, au plus on le ressent, on l'incarne ou en le fait...Que des activités qui ne nécessitent, heureusement, pas le mental Smile

_______________________________________
http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Barnum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions Sam 09 Nov 2013, 02:50

@Le chat a écrit:
Citation :
La question est plutôt, à mon sens : comment savoir qu'on aime une personne ?
On en SAIT rien, au plus on le ressent, on l'incarne ou en le fait...Que des activités qui ne nécessitent, heureusement, pas le mental Smile
Là est bien le problème ! Lol
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: INTJ et émotions

Revenir en haut Aller en bas
 

INTJ et émotions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» INTJ et émotions
» nos émotions
» Comment gérer ses émotions (autrement que la bouffe!)
» Dire ses émotions
» Gérer ses émotions: Désirer sans souffrir, c'est possible!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Les Rationnels (NT) :: INTJ - Le Cerveau-