Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 . (sujet : auxiliaires INFJ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: . (sujet : auxiliaires INFJ) Mar 30 Aoû 2016, 12:20

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sépia
Tigresse nocturne
Tigresse nocturne
avatar

Type : ESTP 8w7 Sx/Sp refoulée
Age : 27
Lieu : *
Emploi : *
Inscription : 19/11/2012
Messages : 68

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Mer 31 Aoû 2016, 15:28

En fait, la fonction auxiliaire n'a pas pour impératif de se développer aux alentours du collège, loin de là. Je ne sais pas d'où te vient cette idée… Wink

La majorité des individus voient justement leur auxiliaire se différencier au cours de leurs années de lycée, à partir de 15 ans plus ou moins ; avec ainsi de nombreux introvertis qui sortent un peu de leur cocon interne lors de cette période et des extravertis qui se renferment sur eux, plus solitaires et tournés vers leur monde. D'autres par ailleurs, ne sentent pas nécessairement de coupure franche et nette si leur auxiliaire se différencie plus subtilement, en s'étirant plus largement dans le temps et formant une progression dont ils ne se rendent pas compte sur le moment présent. Et si je conçois tout à fait que l'auxiliaire puisse se différencier au collège, à l'inverse, il est possible que cela se produise après le lycée.

Chacun avance à son rythme – il convient simplement de comprendre que l'auxiliaire correspond au tournant que représente l'adolescence ; concept qui lui-même n'est pas équivalent pour tous, et ainsi certains peuvent rentrer en pleine crise identitaire à 12 ans à peine, d'autres seulement vers 18 ans. Ainsi, la différenciation de ton auxiliaire au lycée correspond à ce qui se produit le plus souvent, il n'y a rien d'exceptionnel, c'est même parfaitement normal. Smile C'était également mon cas.

En revanche, différenciation ne signifie pas apparition soudaine, spontanée et sortie de nulle part. Se 'développer' qui est un terme tout à fait satisfaisant, mais seulement dans la mesure où l'on saisit les tenants et les aboutissants de ce que représente la différenciation chez Jung, qui s'inscrit au sein de l'individuation – à savoir le développement du conscient, l'élargissement du champ de conscience par émergence et intégration de contenu inconscient. Ainsi, face à un ensemble inconscient indistinct, archaïque, l'individu va différencier ses fonctions, c'est à dire les délier, les séparer, afin qu'elles se manifestent de manière isolée et indépendante, les 'conscientiser'. Sans cet isolement, cette dissociation, les fonctions resteraient fusionnées, sans aucune distinction entre elles et ne pourraient s'exprimer indépendamment des autres. (Bien évidemment, elles peuvent ensuite s'utiliser conjointement, œuvrer de pair et se compléter – la différence réside dans l'antagonisme conscient / inconscient.)

Ainsi fusionnées, les fonctions sentiment, pensée, sensation… s'emmêlent, se marchent dessus de manière confuse, mélangées dans un tout indéfini. La confusion se fait à la fois entre les fonctions, mais aussi les différentes parties des fonctions elles-mêmes ; où tout et son contraire peuvent s'exprimer. De ce fait, une fonction de sensation indifférenciée peut procurer une confusion entre les différentes sphères sensorielles, ou le sentiment entre les différentes émotions – prendre l'amour pour de la haine, … Différencier, c'est séparer les fonctions entre elles et les différentes parties de cette fonction, en permettant une orientation qui lui est propre, en excluant les autres éléments au profit de ceux qui émergent.

À travers ces petits points théoriques, je compte souligner plusieurs choses, dont la partie qui m'a intéressée dans ton message, à savoir la représentation de ton Fe comme une fonction de perception.

-

Mais avant ces développements, la première chose à souligner est donc que ta fonction Fe n'est pas soudainement apparue au lycée, même si c'est l'impression subjective que tu en as eu. La différenciation soudaine d'une fonction fait souvent cet effet-là, en plus de prendre toute la place du conscient, de manière assez fracassante et envahissante, comme un enfant braillard jaillissant dans la pièce, courant partout, renversant certains meubles et demandant toute l'attention de l'adulte présent. Mais pourtant, les fonctions non différenciées existent, sont bel et bien là, dans l'inconscient, la pièce à côté où dorment les autres bébés, ces trucs indistincts et pas nets, humains non achevés avec de la morve au nez.

Du coup, ton Fe était là, comme un morveux, quand tu étais toi-même enfant, y compris au collège. L'auxiliaire, même indifférenciée, ne l'est pas complètement dans l'enfance, il y a toujours un semblant de support malhabile à la fonction dominante – et elle peut donc très bien être perceptible. En revanche, elle sera peut-être justement plus aisément identifiable de l'extérieur, par un observateur détaché, plutôt que par l'individu lui-même, qui ne distinguera pas nécessairement ces expressions provenant tout droit de son inconscient.

Autrement dit, tu n'as peut-être pas noté ce qui relevait de Fe à cette période-là. Pour preuve, le simple fait de « mépriser les autres » est du jugement. Le Fe n'est pas nécessairement synonyme de chaleur humaine : c'est aussi jugement humain, catégorisation des autres. Qui plus est, à mon sens, les FJ sont les plus à même de critiquer, conspuer et se plaindre des FJ. De plus, tu parles de « cruauté du monde extérieur » - on est en plein dedans. Une fois de plus, jugement, et clairement sentiment.

Je reste sceptique à l'idée que tu aies 'développé' Ti à cette période. Là aussi, que cette fonction intervienne, oui, qu'elle se différencie est une autre histoire. Tu étais sans nul doute surtout très introvertie, nageant justement en plein Ni, de manière flottante, et en continuant surtout à ''développer'' plutôt cette fonction. Il me paraît même cohérent d’exacerber celle-ci la veille de la différenciation d'une autre fonction – qui viendra justement contrebalancer l'unilatéralité de la première et lui apporter ce qui manque. C'est justement par cet isolement et cette introversion que, par compensation, est venue l'importance pour ta psyché de différencier Fe. On développe toujours ce qui nous manque et ce dont nous avons besoin. La solution « se couper du monde extérieur » n'est qu'une solution d'appoint, qui ne fonctionne pas sur le long terme, et il t'a donc fallu trouver de nouvelles alternatives.

Le collège était très certainement une période où j'ai été massivement introvertie, attitude justement générée en réaction par l'extérieur qui m’écœurait. J'avais tenté plus jeune de me lier avec d'autres personnes, mais la superficialité et l'immaturité des enfants m'a vite rendue plus cynique, je ne parvenais pas à les comprendre, et après les efforts en primaire et quelques déceptions, j'ai jeté l'éponge au collège en considérant clairement les autres comme des abrutis immatures – sans voir à l'époque toute l'immaturité de mon propre jugement. Les insultes, les moqueries que l'on pouvait me lancer glissaient sur moi – je n'en avais rien à faire. J'étais très bien ainsi, et je ne désirais rien d'autre que mes livres, le silence et ma chambre, pour simplifier. Lors du tournant que fut le lycée, j'ai presque passé un pacte avec moi-même, acceptant la superficialité sociale des êtres humains et de rentrer dans ce « jeu ». C'est après le secondaire, lors des études supérieures que j'ai pu découvrir de véritables amitiés, et me réconcilier un peu avec les autres et moi-même de manière plus profonde.

C'est à mon sens parfaitement normal, une fois de plus, d'être déchiré par l'auxiliaire, et tu as bien décrit certaines complications que peuvent provoquer le Fe. Je pense que pas mal d'IFJ ont pu vivre ça, de manière plus ou moins similaire. (En mettant probablement une emphase sur les IFJ féminins qui sont plus explicitement sensibles que les IFJ masculins, dont les problématiques et les enjeux prennent une dimension légèrement différente.) Et plus l'auxiliaire va se différencier, plus il deviendra nécessaire de contrebalancer son action par l'intervention bienfaitrice de la tertiaire, palliant les manques induits – venant ensuite provoquer le bras de fer infernal et constant que procure ce couple central auxiliaire / tertiaire. À noter qu'il n'est pas nécessaire de bien différencier l'auxiliaire pour passer ensuite à la tertiaire, de manière aussi mécanique – souvent d'ailleurs, le processus est amorcé, mais il ne peut s'achever sans la complémentarité de la tertiaire, et le réel équilibre entre ces deux fonctions est l'enjeu d'une bonne partie de la vie de l'individu. Ainsi, tu n'as pas à mon sens probablement différencié Ti avant Fe, loin de là, auquel cas il aurait justement été assez fort pour endiguer Fe. En revanche, il est normal de vouloir s'y raccrocher puisque tu subis les aléas malencontreux de Fe.

D'ailleurs, ce que tu appelles « l'effet Reine des Neiges » montre bien ce décalage que j'essaie de pointer, parce que je ne vois pas comment on peut envisager qu'Elsa différencie son Ti avant son Fe… Bien au contraire, elle se plie durant des années sous son Fe, qui se manifeste par le fait de vouloir être une bonne fille, qui appliquera les injonctions de ses parents, qui essaiera de cacher ce qu'elle est pour le bien des autres, de sa sœur, qui respectera ses responsabilités, s'occupera d'autrui - bref, la petite fille parfaite qu'elle se doit d'être pour répondre aux demandes extérieures imposées. Ses émotions personnelles sont par ailleurs violentes, mais elle cherche à les tempérer – là intervient maladroitement Ti, sauf qu’il est déterminé et soumis au Fe, à son service, embryon malingre qui tente d'aider comme il peut sans y parvenir avec succès. Elle craque lors du couronnement, et c'est seulement par la fuite qu'elle peut s'émanciper de ce poids, cette pression exercée durant des années, la libérant enfin – quitte à se couper des autres, opter pour la distance ''froide'' de Ti pour contrebalancer les excès de Fe. Tout l'enjeu du film, pour elle, sera de rééquilibrer Fe à sa juste place.

En ce qui concerne le fait d'être HP, je te conseillerai peut-être de mettre plutôt cette grille de lecture à part du MBTI. Si je comprends fort bien l'intérêt de croiser différents domaines, de jouer avec les concepts pour construire ses représentations comme des petits legos, et permettre une meilleure appréhension desdites pièces, il faut cependant se méfier de former un patchwork malhabile qui serait a posteriori plus handicapant qu'autre chose. Si ta compréhension du MBTI reste encore superficielle et que tu y ajoutes encore des éléments de lecture différents, les liens effectués, les connexions vont s'auto-justifier et au final vont peu t'aider à saisir l'essence de tes outils. C'est de cette manière que l'on va voir des explications douteuses concernant le MBTI et l'ennéagramme, des éléments du second venant justifier les manques de compréhension du premier, pour palier à la lecture au ras de l'eau, scotcher tant bien que mal les morceaux quand on en voit pas l'ensemble de manière unie.

De ce fait, tu ajoutes certains symptômes de HPI à ton type, alors qu'il me paraîtrait plus judicieux de comprendre en quoi ton type possède les symptômes relevés, et en quoi le MBTI te permet déjà d'expliquer les symptômes que tu veux superposer de force. En réalité, de manière plus générale, l'ensemble du 'listing' des caractéristiques de ces HPI peut parfaitement se retrouver au sein des différents types, de manière plus sensée et insérée au sein d'une logique et d’un système que ne le font ces fameuses caractéristiques. (Néanmoins, par souci de transparence, il convient de dire que ce n'est pas une conception qui m'enchante vraiment ; du coup, cela peut te procurer comme explication supplémentaire que je mette délibérément cet aspect de côté, ou bien que je ne sois qu'une normo-pensante qui n'ait rien compris.)

Ainsi, quand tu parles de l'exclusion 'parce que tu es HP', tu passes à côté du fait que les IN possèdent souvent ce sentiment de rareté, d'être en marge, d'exclusion subjective face à l'oppressante réalité majoritaire que représentent pour eux les écrasants ES, populaires et bruyants. De nombreux IN ou IF ont pu avoir des grosses difficultés d'intégration, ou de harcèlement scolaire, sans qu'ils n'aient la carte HP à brandir en guise d'explication. Qu'on me rétorque que ce n'est pas le cas de tous, d'accord, mais c'est loin d'être aussi le cas de tous les HPI. De même, vu le nombre d'hypersensibles chez les IF, ce n'est pas l'apanage des HPI.

-

Je reviens donc sur ta comparaison entre Fe et Se, cette 'ambiguïté' entre sensation et sentiment. Je pense que tu auras compris quand je l'ai mentionné précédemment qu'il y a très certainement un lien avec un manque de différenciation de certaines parties de Fe et Se qui tendent alors à se confondre sans parvenir à fonctionner indépendamment, te donnant cette impression. Néanmoins, au-delà de la question de l'immaturité ou non, je crois que c'est probablement un biais fréquent chez les NFJ. Et, de la même manière que Ni et Ti vont s'entraîner ensemble par leur même orientation, nourris tous les deux par le sujet, Fe et Se vont avoir cette même relation ; l'un des versants étant celui unilatéralement introverti, l'autre la surcompensation extravertie. À ce titre, l'inférieure étant ce qu'elle est, cette indistinction floue se fait plus naturellement dans cette boucle - il n'y a pas cette confusion dans l'action jointe de Ni et Ti.

C'est via internet que j'ai remarqué cet effet : mes tendances introverties en étaient clairement accentuées, là où je sentais un déficit de Fe et Se. C'est même précisément le manque d'informations sensorielles qui me coupe plus aisément de Fe – et peut me faire patiner dans une boucle Ni-Ti. Sans la présence 'réelle' de l'autre, sans sa voix, son regard, sans ''goûter'' l'ambiance émotionnelle, je n'ai pas ce processus ''d'absorption émotionnelle''. Mais ça, c'est effectivement pour la partie presque ''perceptive'' de Fe, dans le sens où il y a une indistinction avec Se.

Quand Fe marche en tandem avec Ni, les deux fonctions sont clairement différenciées, et ici, Fe devient pour moi bel et bien une fonction de jugement. Que ce soit à partir des liens effectués après avoir reçu les informations par cet embryon mal formé de Fe et Se, ou simplement par processus purement intellectuel et introverti, où Fe devient l'instrument de Ni et permet d'orienter ces conceptualisations par des aspirations, des interrogations humanistes déconnectées de la réalité, à une vision globale de « l'humanité » et de son fonctionnement. Cet ordonnancement est du jugement, et démontre très bien en quoi le Fe peut être une fonction rationnelle. Ça l'est aussi quand je me dis qu'il vaudrait mieux faire sauter l'ensemble des humains. Ça l'est aussi, et cette fois via Se, quand je ne peux retenir mon dégoût face à l'indécence inélégante d'un individu se promenant en toute impunité avec l'affreuse juxtaposition de sandales et de chaussettes blanches. (… Par exemple.)

En réalité, il me paraît difficile de ne voir l’œuvre que d'une unique fonction au sein d'un comportement, d'une pensée, … comme déconnectée des autres – elles s'assemblent, se complètent au gré des besoins. La plupart du temps, cela requiert au moins une fonction de perception et de jugement, ce qui peut amener à des confusions lorsqu'elles ne sont pas clairement différenciées, séparées des autres, du tout inconscient.

Pour continuer sur cette ambiguïté perception/jugement et sensation/sentiment, je ne sais pas exactement ce que vaut ce que je vais avancer, à partir du moment où il se pourrait que j'ai envisagé cette idée seulement au travers de ma propre perception des choses et du fait de l'infériorité de mon Se. Je sais que la première pensée, fusante, que j'avais faite en découvrant les fonctions, et notamment le Se, c'était qu'il s'agissait pour moi d'une fonction archaïque, primaire, qui m'évoquait la petite enfance, les bébés ou les animaux, quelque chose de bestial et peu élevé.

Depuis, j'ai toujours en tête que la sensation est l'indispensable, le noyau de tout enfant, et au travers duquel il parvient à forger ces premières expériences sensibles, pré-requis indispensable à la distinction intérieur / extérieur et à la naissance du Moi ; les fonctions dites rationnelles ne pouvant venir qu'en second lieu, pour des apprentissages / opérations psychiques ultérieurs plus complexes. (En sachant que d'après Myers et Briggs, la dominante est déterminée à partir de 7 ans, ce qui me paraît sensé, et laisse le temps d'établir les premiers apprentissages indispensables avec cet amas de fonctions.) Et, m'est avis aussi que lors de la petite enfance, bien avant l'apprentissage du langage, le sentiment est probablement bien fusionnée à la sensation et vont de pair, en tant qu'émotion primaire. Je suppose que malgré les différenciations, ce reliquat reste potentiellement présent, tel un système pseudo-limbique enfoui – très exactement, ce que j'ai en tête se rapporte au cerveau reptilien.

Quoiqu'il en soit, dès différenciation, le sentiment prend parfaitement sa place de fonction rationnelle de jugement en ce qu'il vient établir des valeurs, permettre des délibérations, des articulations, des applications.

-

Enfin, pour en venir tout de même à certaines de tes questions, il va m'être moins aisé d'y répondre plutôt que les remarques théoriques faites précédemment. Tout le monde essaye a priori de tendre vers l'équilibre, la psyché elle-même par sa dialectique éprouve constamment le besoin de synthétiser les contraires, les opposés, dans un but d'unification et d'équilibre. Je ne pense pas qu'il y ait de recettes toutes faites – faire une liste en dix points de « comment réconcilier auxiliaire et tertiaire ? » ou « comment harmoniser introversion et extraversion ? » serait complètement vain, ridicule et dénué de véritable sens.

J'ai l'impression, si je ne m’abuse, que tes interrogations sont beaucoup en lien avec l'introversion / l'extraversion, la capacité à délimiter intérieur et extérieur, entre le sujet et les objets extérieurs. L'enjeu de l'introverti est de parvenir à accepter ses fonctions extraverties, alors même que la réalité extérieure, de part cette orientation pour leur inférieure, est considérée comme menaçante, risquant à tout moment d'envahir, d'engloutir le Moi, de s'y sentir dilué. Et… il y aurait beaucoup à en dire, mais je ne sais pas si des développements exhaustifs théoriques soient vraiment le sujet ; et qui plus est, ma réponse commence à être assez copieuse.

Disons seulement que pour « être en paix avec soi-même » avec l'afflux des « émotions des autres », il faut mettre des limites entre intérieur / extérieur, mais pas trop pour éviter de jongler entre les pôles introvertis et extravertis sans parvenir à faire négocier deux fonctions introverties et extraverties, différencier petit à petit solidement Fe et Ti et les équilibrer… Facile, quoi – quel est ton problème ? Razz Plus sérieusement, certains viendront peut-être contribuer, pour apporter une réponse potentiellement plus adéquate, comprenant plus d'expériences personnelles, de retours, parce que là-dessus, je suis loin d'en être moi-même sortie et je me vois mal étaler ici de long et en large toutes mes considérations intimes à ce sujet. Simplement, le temps et la maturité viennent aider. J'espère que ce post aura pu t'éclairer sur certains points ; j'aurais pu en dire plus, mais je crois que l'essentiel est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 15:17

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Myst
Prophète du Ne aux
avatar

Type : INFP
Age : 28
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 20/12/2009
Messages : 886

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 16:57

ChouetteMasquée a écrit:
Il y a un point sur lequel je ne suis pas vraiment d'accord : la question du haut potentiel. J'ai précisé le fait que j'étais HP car cela implique que mon âge mental est en avance de plusieurs années (contrairement à mon âge physique et émotionnel), ce qui induit un décalage qu'on nomme dyssynchronie interne : tous les HP n'en souffrent pas, mais c'est le cas d'une grande partie d'entre eux.

Très franchement, je vois très bien ce qui t'amènes à penser cela, du moins le cheminement, mais je pense que c'est une énorme méprise de l'expliquer de cette façon, du fait d'une "dérive" explicative observable de manière générale concernant les hqi/hp et de leur rapport au monde, notamment lorsque ces derniers se sont mis cette étiquette afin d'expliquer des souffrances, décalages ou échecs - présents ou passés -, notamment durant l'adolescence.

Il est est également tentant de cultiver ce décalage supposé (ou réel par rapport à leur "essence") une fois qu'elles ont été soulignées, puis de l'arborer pour à peu près tout ce qui attrait au I et N. De plus, la littérature sur ce sujet veut souligner sans cesse les différences et difficultés d'adaptations, notamment concernant les jeunes, ce qui peut amplifier cet état d'esprit.

Il faut voir le problème à l'envers : rien oblige d'être con, superficiel et immature, d'écouter Maitre Gims à  15-16 ans et de se poser aucune questions existentielles et abstraites. Si tu te sentais en décalage même par rapport à l'écrasante majorité à cet âge là et en avance, c'est non seulement normal...mais c'est même rassurant et logique. Smile
Éliminer la médiocrité autour de soi et en soi - ou ne pas la faire apparaitre - ne fait pas de nous quelqu'un d'intellectuellement supérieur ou spécial, c'est simplement le minimum. On s'en rend compte largement en côtoyant des gens un tant soit peu intéressants ou lorsqu'on change de cadre et que l'on découvre des personnes plus matures et profondes. Ce fut mon cas à partir des études supérieures.

Pour faire simple, c'est comme vivre 5 ans enfermé avec Nabilla et Franck Ribery et penser à force que la norme...c'est eux, se construire mécaniquement une identité en décalage avec ces derniers, puis ouvrir la porte et rencontrer Étienne Klein et Cédric Villani dans le café d'en face...ou juste des gens pas trop cons au coin de la rue qui arrivent à aligner trois phrases à la suite correctement. pirat

Entre parenthèse, pour moi TOUS les N ou presque, et d'autant plus les IN, possèdent des traits que l'on peut retrouver assez généralement dans toutes les descriptions des hqi (et les stats vont apparemment dans ce sens mais il semble que l'on doit les prendre avec des pincettes), du coup je suis d'accord avec Sépia.

Si je peux te conseiller quelque chose, c'est d'observer les codes sociaux, manières de penser et habitudes de la plupart des gens, leurs centres d'intérêts, de passer au crible les modes de communications des uns et des autres (le MBTI est sympa pour ça Smile ), évaluer stratégiquement les comportements, etc. Oui, ça demande plus d'efforts que d'autres pour qui ça serait "naturel" et déjà intégré spontanément, soit. C'est comme apprendre une langue dans un nouveau pays dans lequel on s'expatrie. C'est même mieux puisque cela veut dire que l'on détient naturellement un certain recul assez sain par rapport aux normes et conventions.
Nul besoin de les apprécier ou de les intégrer en soi, mais simplement de savoir comment tout cela fonctionne et d'utiliser les codes à bon escient lorsqu'une situation l'exige. Et là, que l'on soit HQI, unijambiste reptilien ou transsexuel frugivore , la vie est plus "simple". On peut aussi ne pas le faire du tout, sans aucun compromis, mais alors dans ce cas il faut pleinement assumer, et ne pas se plaindre des conséquences éventuelles (marginalité, isolement possible) et des souffrances potentielles - ou réelles - que cela peut engendrer. Tout ceci demande une certaine force de caractère et d'une forte estime de soi. Les deux attitudes sont respectables tant qu'elles sont cohérentes. C'est un choix.

Sinon, je ne suis pas tellement compétent pour parler du Ni-Fe-Ti...n'ayant aucune de ces fonctions, mais à te lire je n'arrive pas à m'enlever de la tête qu'il y a pas mal de Fi dans la façon de considérer les problèmes et de te voir toi-même, du moins c'est une impression (peut être fausse). Smile As-tu déjà considérée l'hypothèse INFP te concernant ? Razz

_______________________________________
?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 30
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 18:07

Je rejoins tout à fait ce que Sépia et Mysticeti ont pu exposer.

D'une manière générale, de par les raisons qui ont pu être préalablement évoquées, il convient d'éviter les superpositions trop prononcées entre modèles théoriques différents. Il en va de même pour la douance, qui à mon sens, se retrouve de manière indirecte dans les caractéristiques pouvant définir chacun des types du MBTI. Je prendrai pour exemple celui de la pensée en arborescence, que l'on assimile régulièrement au mode de pensée des HP, mais qui pourtant, semble concerner l'écrasante majorité des intuitifs au sens des fonctions cognitives. Pour être honnête, je me demande toujours comment est-il possible de penser de manière dite "linéaire", et nous sommes nombreux sur le forum à partager ce genre d'interrogations.

M'étant déjà exprimé sur ladite pensée en arborescence, et notamment sur les corrélations ou correspondances entre celle-ci, Ni et Ne, je renvoie directement à un ancien post.

Ainsi, de nombreux "symptômes" que l'on prête aux HP se retrouvent très souvent chez la plupart des N en général, notamment cette appétence intellectuelle et le fait de se poser des questions existentielles à un très jeune âge, tandis que l'articulation entre les implications découlant de cette précocité mentale et les affects s'opérera différemment chez chaque individu, et subséquemment selon son type. Certains, notamment les INF, pourront avoir du mal à concilier leurs émotions avec ce qu'ils seront parvenus à appréhender, tandis que d'autres passeront outre ou demeureront plus imperméables à ces considérations. Tous les IN éprouveront cette sensation de profond décalage avec les autres, tous les EN se retrouveront dans la grande curiosité naturelle imputables aux HP, et la liste pourrait abondamment se poursuivre.

Il n'est d'ailleurs guère étonnant de retrouver une prépondérance d'INP ou d'INF sur des forums comme Zebra Crossing, car ils sont justement les types les plus susceptibles de manifester un sentiment d'inadéquation entre leur Moi et le monde extérieur, ou de ne parvenir que difficilement à gérer une hypersensibilité pouvant se révéler débordante, et qu'ils percevront parfois eux-mêmes comme handicapante. D'un autre côté, le NTJ HP sociopathe parfaitement intégré et ne présentant aucune faille égotique de cet ordre, ne se sentira absolument pas concerné par ces difficultés. Cette illustration démontre peut-être même une plus grande précision du MBTI, qui de par le fonctionnement cognitif des différents types, intègre puis répartit les éléments de la douance dans un système cohérent et plus affiné.

Je rajouterai également que dans la caractérisation du HPI, le seuil récurrent des 130 ou rang percentile 98 s'avère quelque peu artificiel, en ce qu'une personne ayant 128 ou 129 pourra sûrement tout autant se reconnaître dans les "symptômes" de la douance, et présenter une situation tout à fait analogue à des HP "officiels". A fortiori s'ils partagent le même type MBTI. Pour mener le raisonnement jusqu'à son terme, il y a fort à parier que beaucoup de N dépassent les 115-120, et seront susceptibles de se sentir concernés par les mêmes difficultés ou spécificités inhérentes aux HP. Ce qui serait statistiquement cohérent, bien que comme l'a mentionné Mysticeti, les données restent à prendre avec des pincettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 18:41

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 18:45

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Myst
Prophète du Ne aux
avatar

Type : INFP
Age : 28
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 20/12/2009
Messages : 886

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 21:07

La Chouette Masquée a écrit:
M'enfin de toute manière cette histoire de HP n'était au départ qu'une remarque dans mon topic, la question ne tournait pas autour de ça... C'était juste un élément supplémentaire à apporter à l'analyse, une précision... Après si ça ne sert à rien pour faire avancer la question, je n'oblige personne à l'utiliser. Je n'aime juste pas qu'on minimise quelque chose que j'ai vécu comme une grande souffrance pendant de nombreuses années et avec laquelle je me bats au quotidien.

Tu notera tout de même que cela revient quasi-systématiquement dans tes posts, il parait donc difficile de ne pas s'y arrêter. Tu y attaches visiblement une certaines importance, ainsi que le fait de te voir toi-même et te présenter comme particulièrement atypique, ce n'est donc pas qu'une précision en substance Smile
En fait j'avais déjà lu en partie cet article de ton blog (vu sur ton profil ) avant de poster, et d'ailleurs je n'avais pas vraiment aimé le contenu. Smile

Mais bref, passons cette question, l'essentiel a été dit précédemment.


D'ailleurs, sur ce que j'ai vu de ton blog + quelques posts ici, j'ai pu repérer quelques traits d'humour, les mini-digressions et parenthèses, et un ton général que je trouve assez Ne (modérément hein,), mais aussi dans la façon de traiter les informations/comparer.

La Chouette Masquée a écrit:
En discutant avec un autre membre, j’ai réalisé que je voyais et décrivais Fe comme une fonction de perception : je le compare à Se, car j’ai l’impression d’absorber les émotions comme je détecte les informations tangibles.

Je vais revenir sur ça. C'est une remarque qui me fait penser à un rapport au monde surtout introverti...et du sentiment, les deux ensembles. Smile
Je ne sais pas si Fe a cette propension à capter littéralement les émotions des personnes et les ressentis de chacun. Je le vois plutôt comme créant une bulle d'intégrative et englobante, tournant autours des gens et non en eux, pas vraiment dans le ressenti subjectif. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire (et je ne suis pas sur que la phrase soit claire xd). Il faudrait que des xxFJ témoignent.

Après, les résultats des tests, même l'officiel, ne sont pas toujours "fiables" à 100%, dans le sens où il est influencé par l'état d'esprit du moment, les traits fantasmés, ce qui est culturellement valorisé, le contexte où il est passé (travail ou recherche perso..), le sexe (Fe est plus facilement assumable pour une femme, Te ou Ti pour un homme...), la qualité des questions du test, la lucidité par rapport à son propre fonctionnement, etc. Perso, je tombe sur INTP assez régulièrement, mais avec les fonctions ça ne colle pas, je suis clairement Fi-Te, et non Ti-Fe. Smile

_______________________________________
?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Ven 02 Sep 2016, 22:31

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phaedren
Usurpateur du Forum
avatar

Type : ISFP 4w3 Sp/Sx refoulé
Age : 30
Lieu : Bordeaux
Emploi : Jurisconsulte
Inscription : 01/06/2012
Messages : 1285

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 00:15

La Chouette Masquée a écrit:
(Pardon, j'ai posté sans lire ton message Phaedren, car le mien était déjà très long et je préférais en rédiger un autre que tout modifier sur celui en cours. Voici donc mon édition ^^)

Pas de problème Smile

La Chouette Masquée a écrit:
Ce qui va faire ensuite déterminer si douance il y a, c'est l'intensité de ces caractéristiques : j'insiste bien là-dessus, beaucoup de gens s'auto-diagnostiquent HP à tort car ils se reconnaissent dans les traits qui définissent un HP, mais qu'il est impossible de s'auto-évaluer sur l'aspect qualitatif de ces traits (et ça donne le forum Zebracrossing...). Mais dans le fond, on est sur un continuum : plus le QI augmente, plus les traits vont être forts, prendre de la place, et un calcul arbitraire a décidé d'à partir de quel point on allait tracer la ligne séparatrice HP/non-HP.

C'est justement une assertion qui me paraît contestable, notamment à la lumière du MBTI qui tend à mettre en évidence une pluralité de fonctionnements cognitifs, et par extension de comportements face à une même situation. Un ENTJ ayant un QI de 146 vivra son haut potentiel de manière sensiblement différente d'un INFP ayant 132. Et quand bien même aura-t-il quatorze points de plus, il ne s'identifiera pas forcément davantage dans les caractéristiques habituelles que l'on attribue aux HP. Il ne se retrouvera probablement point autant dans l'hyperesthésie ou la sensation de décalage au regard de la norme, ou du moins, vivra celui-ci très différemment d'un INF qui ressentira davantage une certaine inadéquation, exclusion ou hypersensibilité (là où lui versera davantage dans le narcissisme ou une impression de supériorité). De même qu'un ENTP ayant 134 pourrait aisément afficher une plus grande curiosité ou recouper plus abondamment ces "symptômes" de la douance que l'ENTJ sus-cité, car cela relève plus naturellement de son tempérament. Pourtant, dans cet exemple, il n'en demeure pas moins qu'il aurait douze points de moins. Sans compter qu'il existe aussi des différences entre les sexes, au-delà même du QI ou du MBTI.

De toute évidence, il est impossible de dégager un principe universel en la matière, en ce que cela relève d'un ressenti bien trop subjectif. Même au sein d'un même type, il n'existe aucunement une uniformité absolue, avec d'importantes divergences d'une personne à une autre. Un INFJ ayant 142 qui, tout au long de la construction de sa psyché, aura été entouré de personnes intuitives, ne percevra jamais un fossé aussi manifeste qu'un autre INFJ ayant 135, mais dont le parcours l'aura inexorablement conduit à ressentir une différence nettement plus marquée, à cultiver une singularité plus importante (et subséquemment, à s'identifier d'autant plus à ces caractéristiques définissant les HP). Le postulat selon lequel le QI définit l'intensité de ces dernières me paraît dès lors des plus relativisables.

La Chouette Masquée a écrit:
Il faut aussi prendre en compte la répartition du potentiel intellectuel : un QI, c'est une valeur calculée à partir d'un ensemble de "sous-QI" appelés "indices" évaluant divers champs de l'intelligence (par exemple l'indice verbal, l'indice logico-mathématique, la mémoire, la vitesse de traitement...). Lorsque ces indices sont déséquilibrés (au moins 15 points d'écarts en l'indice le plus élevé et l'indice le plus bas), la personne peut souffrir d'un décalage interne, avoir des zones cérébrales anormalement développées qui en écrasent d'autres peu ou mal utilisées : c'est là que surviennent le côté bizarre, torturé, le cliché de l'autiste, les troubles divers, etc.

Je suppose que tu fais allusion aux tests qui se révéleraient non-concluants, mais c'est à mon sens très représentatif de la diversité des individus, et du rapport intime que chacun entretient entre son Moi et le monde extérieur, sa personnalité et les attributs que l'on prête aux HP, au-delà du simple score obtenu au cours d'un test psychométrique.

La Chouette Masquée a écrit:
Je n'aime juste pas qu'on minimise quelque chose que j'ai vécu comme une grande souffrance pendant de nombreuses années et avec laquelle je me bats au quotidien.

Ce n'est pas tant une minimisation qu'une objectivation du phénomène. Ta perspective subjective ne saurait être opposable aux autres, et ne peut-être érigée en principe général. Je ne remettrai jamais en cause la souffrance dont tu as pu être victime, mais les éléments dans lesquels tu te drapes via le voile de la douance peuvent être ressentis de manière plus ou moins disparate selon les individus, et il est tout à fait possible d'imaginer l'existence un INF non-HP qui aura expérimenté des "symptômes" identiques aux tiens, voire encore plus marqués, avec une souffrance proportionnelle à sa propre résilience.

Du coup je ne peux que t'encourager à te détacher du prisme de la douance, pour te focaliser sur l'appréhension de ta situation à l'aune du seul MBTI. Ce n'est pas pour dire qu'il s'agit-là d'un outil supérieur, chacun nourrira sa propre appréciation sur le sujet, mais que ce modèle explique en lui-même des caractéristiques relatives à la douance à travers la mécanique des fonctions cognitives. N'ayant été testée que récemment, je comprends que l'étiquette HP puisse jouer un rôle de premier plan dans l'interprétation de ta psyché, mais il pourrait être maladroit de la faire primer ou de la superposer avec ton type psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 12:03

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 13:06

Un peu HS du sujet principal, mais après lecture du topic, blog et autres, l’on constate que
tu aime te victimiser et te chercher des excuses.

Ce qui peut irriter certains membres, au point d’éventuellement te typer INFP.


À titre personnel le fait d’être HQI et INFJ ne semble qu’un moyen de justifier ton plaisir masochiste d’être une victime.

Car si tu n’y prend pas de plaisir, pourquoi continuer à être ainsi ?

C’est une vraie question que tu devrais te poser.
Demande toi, avec sincérité quelle avantages la position de « victime » que tu prend te donne.

Bref, c’est un choix.
Revenir en haut Aller en bas
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 13:34

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 13:59

C’est de ta faute, regarde ta première phrase:
chouette a écrit:
En ce moment, je travaille beaucoup sur moi pour trouver une solution à un problème qui ne me facilite pas grandement la vie… Je vous résume d’abord la situation :


Il est là, le réel problème.
Tout le pavé qui suit est anecdotique.

Chacun tentera de résoudre le problème à travers un prisme subjectif,
des « faits » que tu évoque, enrobé de subjectivité.

Je trouve plus logique de chercher à supprimer la cause plutôt que le/les symptôme(s), c’est moins fatiguant et plus efficace.

Après, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (coucou green)
Revenir en haut Aller en bas
Myst
Prophète du Ne aux
avatar

Type : INFP
Age : 28
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 20/12/2009
Messages : 886

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 14:03

Oula.

La Chouette Masquée a écrit:
À titre personnel le fait d’être HQI et INFJ ne semble qu’un moyen de justifier ton plaisir masochiste d’être une victime.

Bon alors déjà merci kyslegion pour cet exemple de diplomatie et de tact combiné à de superbes interprétations dignes d'un Freud sous drogue... Rolling Eyes


Spoiler:
 

Très franchement, personne t'as "attaquée" ici, et il n'y a même pas de tensions particulières (je ne compte pas Kyslegion, tu devrais faire de même xD). Je pense, sans devoir me mouiller énormément, que les intervenants, hors kyslegion qui exagère, ont été tout à fait corrects, cordiaux, détachés et avec une argumentation étayée (et je ne vois pas bien que vient faire la question de l'égo et du caractère unique de chacun ?!). C'est même globalement très tranquille dans la forme. Smile
Tu prends simplement mal le fait que l'on puisse débattre sur la question des HP, la relation avec le MBTI et du lien supposé avec le tempérament IN (voire EN) au regard de ton témoignage ou d’éventuels avis ou jugements que les gens pourraient avoir sur toi.

Et tu n'as pas besoin de te "justifier" sans cesse sur ce que tu dis ou pas par rapport aux divers réactions, tu peux aussi ne pas être d'accord et nous envoyer "cordialement boulet" avec des arguments, points de vus différents, témoignages, etc. Smile


La Chouette Masquée a écrit:
Et je n'ai pas compris pourquoi Mysticeti semblait s'acharner à me prouver que je suis pas INFJ, quand bien même j'ai affirmé que je n'ai jamais douté de mon type et que ce topic se base sur l'étude de ce type).

0-o

Je ne cherche pas à "prouver" quoique ce soit, j'ai juste émis une hypothèse et une "simple" suggestion, en y mettant les formes presque autant que possible, et cela me semblait légitime de l'évoquer. La question était périphérique sans être HS puisqu'il s'agit des fonctions que tu utiliserais, ou non (donc Ni-Ti loop, Fi-Ne-Si ? etc). Que tu sois INFP, INFJ ou autre, ça ne me fait rien de spécial, le sujet n'est pas "moi". Smile

Je sens un peu, voire beaucoup de susceptibilité parce que ça touche à des sujets délicats. Je pense qu'il faudrait te détacher un peu émotionnellement de tes propos ici, peut être aussi des outils que tu utilises (MBTI, douance...) et de ce que tu peux lire parmi tous les intervenants, voire faire une pause, si tu perçois des "acharnements" ou si les désaccords te gêne, ou si ça te perturbes autant... ^^ Sinon, ça ne sera pas du tout gérable.

Si possible, on va essayer de revenir au sujet initial. Sur ce point, le Ni-Ti est très perceptible ici dans les posts d'Exil, Zogarok, voire Sépia (des INFJ), je ne sais pas si tu peux t'y retrouver ou y voir des problématiques similaires.

_______________________________________
?!


Dernière édition par Mysticeti le Sam 03 Sep 2016, 14:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
μαllollo
Aucun rang assigné
avatar

Type : lol-NTP 9w8 sp/sx
Age : 36
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 409

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 14:10

Salut la Chouette!

On ne s'est pas encore croisées par ici, j'ai été loin du PC ces 3 derniers mois, mais je me rattrape en lecture.
Intéressante expérience du Ni-Ti loop avec la difficile différenciation et cohabitation du Fe (il y aurait bien des choses à dire). Et si tu le mettais en perspective avec ton enneatypetype 5? En tant qu'ENTP 5, mon Fe-ter est déjà compliqué à gérer (j'ai une utilisation du Fe proche de celle de l'INTP, il m'a fallu tu temps pour comprendre que j'étais E), alors avoir Fe en première ligne sur le front du jugement, pour un 5, j'imagine la difficulté, et le recours au Ti en remplacement...
Spoiler:
 
Ce serait intéressant d'avoir ton avis là-dessus, l'interaction plus ou moins heureuse du fonctionnement INFJ et de la base 5...

BTW, j'ai lu quelques-uns de tes articles, j'aime beaucoup le ton!
Spoiler:
 

Tchuss, What a Face

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 14:15

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 14:22

chouette a écrit:

Tu as totalement raison, je n'aurais pas tous ces problèmes si je n'étais pas là ! Le problème est que ma Se inférieure ne me permet pas de me servir d'un flingue, ni de réussir un noeud de pendu. J'ai déjà essayé de me promener dans un dojang le nez en l'air, mais ma jugulaire s’obstine à résister aux coups de tranchants de main perdus.

Mais tu sais quoi ? Il faudrait aller au bout du raisonnement. L'humanité ne sert à rien. Tout serait mieux si on ne serait pas là. Je pense qu'il faudrait organiser un suicide collectif international, avec au premier rang ces crétins de HP qui se croient plus décalés que tout le monde (alors qu'en réalité, seules leurs chevilles présentent des particularités inobservées ailleurs). Je pense qu'il serait possible de les achever en leur répétant qu'ils n'ont rien de spécial jusqu'à ce que leur ego se désintègre et entraîne une combustion spontanée de leur cerveau.

Quelle mauvaise foi.

C'est très arrogant, enfantin de prétendre quelque chose sur l'humanité, qui plus est, juger quelque chose qui te dépasse, qui est-tu pour le faire ? en à tu les capacités ?

L'humanité n'est pas bonne ou mauvaise, elle "est", point.

Cela ne relève pas de ta compétence de juger.

Éventuellement je trouve plus intéressant de parler du fameux problème que du Ni-Ti loop et de la différenciation du Fe, a bon entendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Myst
Prophète du Ne aux
avatar

Type : INFP
Age : 28
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 20/12/2009
Messages : 886

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 14:38

Je ne sais pas si tu as vu (et d'autres) ce topic : http://mbti.forumactif.fr/t1349-boucle-fonction-primaire-tertiaire?highlight=boucle

La boucle Ni-Ti y est décrite, ainsi que les autres rapports dominantes/tertiaires.

Concernant Ni-Ti, ou dit autrement, "INFJ-ISTP", mais à prendre peut être avec des pincettes :
Spoiler:
 

La Chouette Masquée a écrit:
Je suis également très très sensible tout court : je peux m'offusquer ainsi pour beaucoup de sujets, tout me traverse comme du beurre... J'aimerais être plus "coriace" mais d'ici là, faudra faire avec

Apprendre à ériger une barrière, très bonne idée. Smile

@Kyslegion a écrit:
C'est très arrogant, enfantin de prétendre quelque chose sur l'humanité, qui plus est, juger quelque chose qui te dépasse, qui est-tu pour le faire ? en à tu les capacités ?

Ok donc on doit prétendre ne rien connaitre ou comprendre ? xD
Sinon, la phrase d'après, tu as raison. Very Happy

_______________________________________
?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 14:50

D'écrire des comportements humains, qu'ils soient récurrent ou non ne veut pas nécessairement dire "Interpréter".
Il y à une énorme différence entre interprétation et description.
Revenir en haut Aller en bas
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 15:30

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : ISfP
Age : 38
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1183

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 16:33

La Chouette Masquée a écrit:

Tu as totalement raison, je n'aurais pas tous ces problèmes si je n'étais pas là !

T'es vraiment incohérente dans ce que tu dis... Déjà : tu ne veux pas être rejetée parce que t'es HP et en même temps tu te mets toi-même dans la case "rejetée".

C'est une forme de défense ? "Je me rabaisse comme ça l'autre peut pas la faire avant !" C'est puéril... Et allez ! J'y mets même l'humanité dans le lot ! Pitoyable ton attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
u1744
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 16:37

.


Dernière édition par La Chouette Masquée le Mar 15 Nov 2016, 17:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : ISfP
Age : 38
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1183

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 16:44

Il a aucun amusement trollesque, là. Tu te trolles toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
μαllollo
Aucun rang assigné
avatar

Type : lol-NTP 9w8 sp/sx
Age : 36
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 409

Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ) Sam 03 Sep 2016, 16:51

La Chouette Masquée a écrit:
Merci, je suis touchée ^^ (Et mon ego de 5 aime ça, il triple de volume chaque fois qu'on me complimente sur mes compétences ! xD)
Et merde, j'ai nourri un égo de 5 bien malgré moi, c'est moche ça... Solennel

La Chouette a écrit:
Effectivement je me suis beaucoup demandée si cette expérience Ni-Ti loop n'était pas à l'origine de mon ennéatype.
A priori, l'ennéatype *serait* si pas inné, au moins construit dès nos plus jeunes années... soit avant qu'un loop dom-ter ne soit vraiment envisageable. En revanche, que ta base 5 engendre le loop, why not*.
*:
 

Perso, je ressens les émotions comme dangereuses et envahissantes. Je suis d'accord avec l'idée que les frontières émotionnelles du 5 sont (trop) perméables (à ses yeux) - les émotions des autres, ses siennes propres, les unes mènent aux autres, ôsecours, ça n'a rien de sensé ces choses-là.
En incluant le MBTI, une personne en 5 qui a Fe dans ses fonctions ne va pas en être grande fan, et va préférer la reléguer à un rang inférieur. Enfoncer bien profond ses émotions comme un oreiller sur le visage pour ne plus les entendre crier (au risque, voui, de les étouffer, un peu). Bien sûr, c'est Ti (centre mental, alléluia) qui prend la relève, et l'égo est content. Ou soulagé, momentanément. What a Face

Et effectivement, la double distance de l'écrit et du virtuel (l'écriture sur un blog) permet d'apprivoiser un peu ses émotions, de les vivre d'une certaine façon, toujours en décalage, mais à l'abri, à la 5.

LCM a écrit:
Je ne sais pas si c'est une manifestation d'une Ti tertiaire (donc un peu atrophiée) de péter un câble et partir dans de grands discours sur les conséquences des arguments d'autorités, tout ça parce que son prof de linguistique a affirmé devant un amphi de 60 personnes que les ornithorynques sont des marsupiaux (alors que ce sont en réalité des monotrèmes putain)... Qu'en penses-tu ?
J'en pense que c'est surtout une marque égotique du 5, en fait. Ce 5 qui est pétri d'insécurité et qui s'accroche au pinceau au cas où on lui retirerait l'échelle. Le pinceau (et le fait de savoir que l'ornithorynque est un p*** de monotrème, par la même occasion) est la seule chose dont il soit sûr de l'existence. Plus il craindra qu'on lui retire l'échelle (ou: plus il lui semblera qu'il n'est pas fait pour tenir debout sur une échelle, contrairement à *tous les autres*), plus il se raccrochera à la queue de l'ornithorynque. Et suivez dans le fond, je ne le répéterai pas deux fois, c'est déjà suffisamment clair et limpide la première fois.

LCM a écrit:
Je pense qu'il est plus important de dire la vérité aux gens même si elle est choquante, et je meurs souvent d'envie de le faire, mais Fe me dit "Naaaan-tu-vas-les-blesser-fais-pas-ça-ta-gueule"
"Important", selon quels critères? Il n'est pas impossible qu'il y ait déjà du Fe dessous, non?

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: . (sujet : auxiliaires INFJ)

Revenir en haut Aller en bas
 

. (sujet : auxiliaires INFJ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» . (sujet : auxiliaires INFJ)
» INFJ et travail
» Calcul du nombre de sujet nécessaire
» Un excellent sujet de dissertation, oui, mais, compliqué
» pb d'interprétation du sujet d'expression écrite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Les Idéalistes (NF) :: INFJ - Le Conseiller-