Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSSRSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 À la recherche de l'ennéa perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Intelloïde
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTJ
Age : 23
Lieu : Introspection
Emploi : Étudiant
Inscription : 21/09/2015
Messages : 4

Message(#) Sujet: À la recherche de l'ennéa perdu Dim 27 Sep 2015, 18:10

Bonjour Smile

Après pas mal d'investigations sur l'ennéagramme et les fonctions cognitives, je reste encore quelque peu dans le flou, car mes motivations/peurs/compulsions/passions chevauchent plusieurs ennéatypes :

type 1 :
-grand idéalisme, le monde réel me paraît stupide et médiocre, le manque d'efficience et de logique m'horripile continuellement, ce qui me pousse à la rêverie et à la creation de mondes intérieurs (aile 9?)

-perfectionniste, surtout dans les idées et pour soumettre mes intuitions à la dure épreuve de la realité

-colère quotidienne (surtout due à la première raison), mais habituellement refoulée, mais telle un volcan, quand ça éclate, je deviens irascible et irréfléchi, l'impression de "ne plus être moi" (suivie bien sûr de regrets)...ou alors est-ce un trait du 8w9 ?

-par contre, les règles tendent à m'indifférer, et un monde prévisible, procédural et routinier m'étouffe


type 2 :
-ce type ne résonne absolument pas en moi, étant un individualiste (mais pas égoïste) notoire, et mes démonstrations d'affection sont pour ainsi dire inexistantes (404)


type 3 :
-bien qu'occultés par mon introversion, le narcissisme et la mégalomanie sont surdéveloppés chez moi : m'imaginer empereur et/ou génie est un sport quotidien, depuis ma tendre enfance

-syndrome de l'imposteur prégnant, heureusement moins qu'à l'adolescence, je dois régulièrement me prouver que je vaux quelque chose : dit de façon plus imagée, mon estime de soi consiste en une fonction sinusoïdale Smile

-peur de l'échec constante, pour tout (études, réflexions, tâches pratiques), d'où une tendance automatique à gonfler mes succès auprès d'étrangers, non pas sans auto-degoût Sad

-par contre, je me vends piètrement, mais il est vrai que j'y éprouve un bloquage éthique, cette impression de se prostituer, de s'abaisser à la faiblesse de la doxa, ça me met en rage d'y penser


type 4 :
-personnalité trop complexe (assez rageant)

-attirance pour les ambiances (visuelles, sonores) glauques et sombres, voire violentes

-en revanche, mes émotions ne sont pas fort nuancées et ne me guident pas, la logique et le pragmatisme avant tout pour mes choix de vie, les émotions se comportent comme des parasites chez moi (ce qui évoque le type 5, je vous l'accorde)


type 5 :
-réflexion perpétuelle : l'illustre adage de descartes me convient à 200%, m'injoncter de cesser de penser revient à m'ordnner de bloquer ma respiration

-curiosité également sans relâche, "pourquoi" et "comment" sont en fait des interjections chez moi, au même rang que "merde" ou "oui/non" :PP

-quasi-misanthropie, la bêtise de beaucoup de mes congénères m'effare et me font perdre le peu de foi me restant en l'espèce (je sais, ça sonne ado en crise ne connaissant rien à la vraie vie, mais je n'en pense pourtant pas moins, même à plus de 20 piges)

-maladresse sociale depuis toujours, les codes sociaux me passent souvent par-dessus la tête

-avarice d'infos, mais cela est plutôt dû à mon syndrome de l'imposteur, cette peur d'être démasqué et de tomber sur plus compétent que soi qui démonte tout mon raisonnement, pas toujours justifiable, surtout lorsqu'il decoule d'intuitions Sad


type 6 :
-légère anxiété, surtout envers mes capacités : "et si j'étais plus bête que je ne le pensais ?", mais surtout face aux aléas de la santé, toujours l'impression de vivre sous une énorme épée de damoclès (avc, tique qui m'offre lyme, maladie auto-immune, prions, etc) : bref la condition charnelle m'effraie, d'où des fantasmes de transhumance, pour m'affranchir de ces risques et préserver mon esprit

-en dehors de cette anxiété envers la vie, je me sens assez opposé à ce type, ne me reconnaissant dans aucun de ses autres traits (je me fiche éperdument d'être "déviant", bien au contraire, faire partie du cheptel, non merci, encore moins attendre l'approbation de superieur, ça contrevient complètement à l'un de mes buts principaux : l'autarcie, la liberté et l'indépendance


type 7 :
-le plaisir sensuel ne m'est pas nécessaire, je l'apprécie, quoique de moins en moins (indifférence), mais ne le recherche pas, je peux tout à fait m'en passer

-la souffrance ne m'effraie pas plus que les autres types, s'il faut s'y confronter, aucun problème, car j'estime en ressortir grandi, endurci et fier

-je tends par contre à rationaliser perpétuellement, quoi que ce soit, cela me permet de prendre du recul et d'avoir une vue holistique du problème, d'en déceler les racines en vue de la résoudre efficacement et d'en prévenir les facteurs favorables, pour éviter sa réitération

-je suis gourmet, je l'admets laughing, la cuisine est l'un de mes rares intérêts pratiques, manuels. Il m'arrive souvent de me rendre à un événement uniquement pour la bouffe


type 8 :
-la faiblesse me rébute, voire me tétanise : en particulier les vieux, m'imaginer devenir comme eux me terrifie (d'où mon rêve de transhumance), tomber malade (ce qui m'arrive une fois tous les 2 ans maximum) me mets en rage, ce qui a pour avantage de me remettre rapidement sur pieds (placebo), la faiblesse d'esprit m'agace tout autant, et m'inspire un mépris énorme

-en revanche, je ne ressens pas vraiment de besoin de contrôler mon monde, les personnes autour de moi, je suis bien plus défenseur qu'attaquant : "tu ne m'attaques pas, je ne t'attaque pas", donc plus un ours qu'un fauve (ce qui est dû à l'aile 9 parait-il, assez logique finalement)


type 9 :
-en dehors du caractère d'apparence tranquille, et malgré tout relativement tolérant, voire flexible (ce n'était pas le cas étant plus jeune), je me retrouve peu dans ce type



voilà, celui/celle ayant tout lu gagnera mon estime quantique Smile


PS : sinon, il me semble que les INTJs sont le plus souvent 5 et 1, suivis de loin par les 6, 8 et 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rockman
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTJ
Age : 29
Lieu : Ici
Emploi : Healer psychique
Inscription : 27/08/2015
Messages : 230

Message(#) Sujet: Re: À la recherche de l'ennéa perdu Dim 27 Sep 2015, 21:31

.

_______________________________________
Le Chat a écrit:
Une fille mérite 3 claques ou s'ignore, une femme se respecte.

Corneille a écrit:
Je suis jeune il est vrai; Mais aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années


Dernière édition par Rockman le Mar 08 Aoû 2017, 09:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna
Avocate ISFP du Diable
Avocate ISFP du Diable
avatar

Type : INFP 4 sx/sp
Age : 23
Lieu : Paris
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 1529

Message(#) Sujet: Re: À la recherche de l'ennéa perdu Mar 29 Sep 2015, 15:45

Rockman a écrit:


Enfin, tu parle de tolérance, flexibilité, tandis qu'au départ tu parlais de colère, de jugement presque inflexible.



Il a dit qu'il était relativement tolérant et flexible, et au début il a précisé qu'il refoulait sa colère et qu'elle réapparaissait par moment de manière brutale.

Je le verrais bien 8 moi, qui cherche à se modérer.

Sinon, je trouve les questions de Rockman intéressantes, dommage qu'il n'y est pas de réponse.

Aussi, c'est marrent, je me reconnais bien dans le type 8, pour le dégoût de la faiblesse. (du moins pour ceux qui s'auto-complaisent dedans) (les vieux aussi me dégoûtent, leur odeur, leur lenteur faible. Mais certains, arrivent à conserver un aspect fort, solide, sage. C'est le cas de mon grand-père)

Je précise que je ne me vois pas 9w8 (bien 9w1).

Mais intéressant, j'ai des aspects que l'on peut relier au type 8 (ça m'étonne pas totalement au final)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: À la recherche de l'ennéa perdu Mar 29 Sep 2015, 18:33

Intelloïde a écrit:
Après pas mal d'investigations sur l'ennéagramme et les fonctions cognitives, je reste encore quelque peu dans le flou, car mes motivations/peurs/compulsions/passions chevauchent plusieurs ennéatypes

Je crois que tu dois vraiment essayer de mettre le doigt sur TA compulsion, au milieu de toutes les caractéristiques que tu décrits.

Tu peux aussi essayer de cerner d'abord ton centre principal (mental, émotionnel, instinctif)... on porte tous en nous un peu des trois, mais UN d'eux tire vraiment son épingle du jeu. A partir de là, chaque centre comporte 3 types dont l'utilisation est orientée soit vers l'intérieur, soit vers l'intérieur, soit en équilibre entre l'intérieur et l'extérieur.

Encore une autre façon de procéder: mets dans l'ordre les types dans lesquels tu te reconnais. A partir de ces chiffres, tu peux retrouver un schéma logique entre type, aile éventuelle, et types d'intégration/désintégration.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: À la recherche de l'ennéa perdu

Revenir en haut Aller en bas
 

À la recherche de l'ennéa perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A la recherche de mon ennéagramme
» A la recherche de l'enneagramme perdu
» A la recherche d'une petite cuillère...
» MU le continent perdu
» chat perdu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Rechercher son type-