Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSSRSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extraverties ou introverties ?
aucun (pas de boucle dom/tert)
0%
 0% [ 0 ]
Fi + Ni ou Ni + Fi (ISFP/INTJ)
33%
 33% [ 1 ]
Fi + Si ou Si + Fi (INFP/ISTJ)
0%
 0% [ 0 ]
Ni + Ti ou Ti + Ni (INFJ/ISTP)
33%
 33% [ 1 ]
Ti + Si ou Si + Ti (INTP/ISFJ)
0%
 0% [ 0 ]
Ne + Te ou Te + Ne (ENFP/ESTJ)
33%
 33% [ 1 ]
Ne + Fe ou Fe + Ne (ENTP/ESFJ)
0%
 0% [ 0 ]
Se + Fe ou Fe +Se (ESTP/ENFJ)
0%
 0% [ 0 ]
Se + Te ou Te + Se (ESFP/ENTJ)
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I... entre 529 et 649 α
Age : 28
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 785

Message(#) Sujet: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Lun 10 Nov 2014, 16:46

Je poursuis ma recherche, après cet épisode d'auto-analyse avec ActionType qui semble me classer dans les I--J voir IN-J, quitte à augmenter mon scepticisme, et cela même si ça me permet d'expliquer des choses que je n'arrivais pas à placer auparavant.
En accord avec ce que je sais de moi même, je peux dire que j'accorde beaucoup (trop peut-être) d'importance au monde extérieur, et en même temps je ne peux y demeurer longtemps lorsque c'est dans sa dimension sociale, cela même au nez de mon opinion sur la convivialité qui est tout à fait positif soit dit en passant. A croire que je préfère contempler la convivialité que d'en être au cœur.
Je reprends, en en faisant une petite traduction, un extrait du topic sur les boucles dominante-tertiaire afin de poser le contexte:  
Les attitudes extraverties tentent de faire du monde extérieur l'objectif idéal du moi intérieur.
Les attitudes introvertis tentent d'adapter le monde extérieur à leur idéal subjectif du moi intérieur.
Une psyché équilibrée nécessite une influence notable de deux stimuli internes et externes - trop d'introversion et nous nous retirons entièrement en nous-mêmes et ignorons toute influence extérieure à un degré malsain; trop d'extraversion et nous ne sommes pas en mesure de rester en contact avec ce qui est important pour nous-mêmes, pour notre "subjectivité" intérieure, et nous devenons trop dépendant des conditions et des attitudes des autres.
Il faut donc au moins une fonction introvertie et une fonction extravertie développée.
Je me suis posé des questions sur ce terrain là parce que je constate que d'un coté j'ai souvent besoin d'avis extérieurs, ce qui montre un accès au monde extérieur considérable, et de l'autre je suis seul juge (automatiquement) de mes propres analyses. Suis-je incapable de faire une véritable introspection par déséquilibre dû à une fonction introvertie trop faible? Ou parce qu'elle serait effectivement pas encore si développée suivant le processus normal mais qu'une de mes fonctions préférées extraverties est censée l'être d'avantage et ne l'est pas (ex: Ni (Te) Fi Se)?

La question dans mon cas, est de savoir si par hasard je ne serrais pas trop concentré sur un seul type de fonctions: extraverties ou introverties, ce qui me ferait tarder dans mon typage, ne pouvant faire ressortir des conclusions suffisamment "exclusives" pour distinguer UN type.  ohmondieu

Il me vient à l'esprit plusieurs comportements récurrents, que je peux rapprocher plus ou moins des fonctions mais sans jamais pouvoir trancher véritablement, les raisons de ces comportements m’apparaissant plus floues ou plus flexibles:
-méfiance des autres, quand bien même je ne le souhaiterais pas, il m'arrive souvent d'imaginer tout un tas de suppositions sur ce que telle ou telle personne avec qui je suis en contact peut penser de la situation, surtout si c'est une personne que j'apprécie et que j'ai l'impression de susciter l'indifférence.  
-une variante de ce comportement est le renoncement à l'activité sociale (je suis toujours en tension entre ces deux aspirations, preuve en est que comme tout humain j'ai besoin au bout d'un moment de côtoyer des gens, ... mais je ne peux non plus le faire longtemps). Je suis facilement ramené à mon monde intérieur (Ni ou Fi ou xi ...) tandis que, même avec la meilleure volonté du monde, les foules me fatiguent. Et pourtant je semble obnubilé par le monde extérieur que cela soit par une sensibilité importante à l'ambiance, ou par mes multiples passions: ornithologie, expérience visuelle et sonore).
Ma sensibilité a d'ailleurs fini par me conduire à développer un acouphène.

Je suspecte éventuellement ici les fonctions Fi, Ni, et Si d'être les mieux placées pour expliquer le comportement de sur-interprétation du monde extérieur (surtout les intentions des gens), le sentiment introverti prodiguant cette faculté caractéristique à la méfiance, et l'intuition (vision) ou la sensation (expérience) lui donnant d'autant plus de raisons, fussent t-elles infondées. Il pourrait toutefois s'agir d'avantage de Se que de Si, ou de Ne que de Ni, je ne sais pas trop mais il me semble que Ni est plus propice à ce genre d'état d'esprit pour les introvertis (sans trop de certitude ...).
Ma difficulté réside dans mon incapacité à trancher sur les raisons de ces comportements: par exemple suis-je plus attaché à l'appréhension du futur (Ni Ne) ou à l'expérience (Si Se)? En pensant à comment cela devrait se dérouler, je ne peux que constater que ces deux choses sont importantes et devraient se nourrir l’une et l'autre. Je ne tire pas mes appréhensions du néant, il doit y avoir une interprétation de "faits", et en même temps ces appréhensions n'ont de sens sans une forme d'intuition. J'en déduis donc que je dois trouver simplement dans quelle proportion ma conscience est dépendante du monde extérieur et dans quelle proportion elle évalue mes visions internes. Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extraverties ou bien mes fonctions introverties?

Auquel cas, je pourrais alors me rapprocher d'une situation de boucle dominante-tertiaire telle que:
- Fi- (Se) - Ni - Te = ISFP
- Fi- (Ne) -Si - Te = INFP
- Ni- (Te) - Fi - Se = INTJ
- Ni- (Fe) - Ti -Se = INFJ

ISFP et INTJ sont connus pour avoir ces traits de méfiance lorsque leur auxiliaire est sous-utilisée; d'un autre coté, INFP, INFJ, et INTP, peuvent illustrer des gens qui se replient de toute vie sociale, soit du fait d'une sur-évaluation de mauvaises expériences (INFP), soit d'une assertion générale selon laquelle ils n'arrivent pas à s'imaginer en situation sociale (INFJ, INTP). Je me reconnais dans ces deux derniers ...
-pour ne pouvoir me voir positivement longtemps dans ces situations (ce que j'ai d'ailleurs écrit dans ma chronologie partie enfance),
-et aussi pour cette tendance très occasionnelle à capter l'attention (Se Te?) qui tranche avec ma passivité apparente (surtout par les biais indirects d'un "réseau social" en favorisant par exemple parmi le partage de mes activités celles qui se rapprochent le plus de celles d'une personne que j'ai envie d'aborder), ou à tenter d'organiser spontanément mon environnement pour atteindre mes objectifs sociaux (même si ça devient compliqué parce que c'est très indirecte, et que ça ferait rire un extraverti^^), mais comment pourrais-je faire abstraction de l'expérience?
De plus comment dois-je expliquer en terme de fonction mon importante attention au monde extérieur?
Je tombe ainsi dans un scepticisme un peu limitant. Quel est votre avis?

_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chase
ChasingStarlight, le Besancenot de l'Ego
avatar

Type : INFP
Age : 24
Lieu : Higher
Emploi : J'bicrave des rimes
Inscription : 10/01/2012
Messages : 3246

Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Lun 10 Nov 2014, 17:34

Il me semble évident qu'il y a chez toi une obsession presque compulsive à tenter d'extraire en toi les réponses les plus profondes possibles et ça serait intéressant de savoir si c'est nouveau ou si ça toujours été le cas. Comme tu ne t'es pas encore délimité dans le mbti j'ose penser que c'est une introspection toute nouvelle et fulgurante. Dans quel cas je dirais que tu es en plein dans l'indifférenciation de la tertiaire et donc dans une boucle Ni - Fi "infernale" (Fi étant, je pense, le summum dans les fonctions pour tout ce qui est recherche de soi, de son fonctionnement et de son authenticité), en plus au vu de ton âge ça serait peu étonnant.

"De plus comment dois-je expliquer en terme de fonction mon importante attention au monde extérieur?"

-> Quand, chez un INJ (je dirais INTJ pour toi), le Ni accapare tout le champ de conscience, il devient si prépondérant que le corps a du mal à suivre. Tu as une réflexion souvent assez frénétique et continue, et selon moi le corps sur-compense par une vigilance et une sensibilité extrême (chose que j'ai vu chez des amis INTJ). Comme si il cherchait à te montrer "regarde, j'existe, prend soin de moi" pendant que toi tu es en train de t'engouffrer dans les méandres de ton esprit à la recherche de chimères (ou pas).

Comme tu poses la question au niveau des fonctions, ça se résumerait ainsi (même si je n'aime pas trop le faire, ça me donne l'impression que l'être humain est un meuble Ikéa (ce que certains T semblent croire)):

INTJ prépondérant au niveau Ni, cherchant à extraire la substantifique moelle de sa personnalité à cause d'une fulgurance Fi. Mais sur-compensation au niveau du Se pour réequilibrer ce qui doit l'être.

_______________________________________
Fiat iustitia et, pereat mundus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I... entre 529 et 649 α
Age : 28
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 785

Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Lun 10 Nov 2014, 18:50

@Chase a écrit:
Il me semble évident qu'il y a chez toi une obsession presque compulsive à tenter d'extraire en toi les réponses les plus profondes possibles et ça serait intéressant de savoir si c'est nouveau ou si ça toujours été le cas. Comme tu ne t'es pas encore délimité dans le mbti j'ose penser que c'est une introspection toute nouvelle et fulgurante. Dans quel cas je dirais que tu es en plein dans l'indifférenciation de la tertiaire et donc dans une boucle Ni - Fi "infernale" (Fi étant, je pense, le summum dans les fonctions pour tout ce qui est recherche de soi, de son fonctionnement et de son authenticité), en plus au vu de ton âge ça serait peu étonnant.
C'est exactement à ça que j'ai pensé quand je me suis d'avantage penché sur les profils IN-J après ma petite tentative de typage avec Action Type (je ne sais pas si tu as lu mes observations sur Action Type).
Je n'étais pas comme ça avant en effet, comme je l'ai mentionné plusieurs fois dans mes interventions et c'est un des points majeurs qui devait me gêner avec l'hypothèse de Fi dom. J'étais dans mon monde ou dans le monde extérieur, pas tant sur le monde social bien que je ne pouvais que l'appréhender celui-ci faisant partie de monde extérieur et de ce fait il me préoccupait peut-être (trop) plus que d'autre de ces situations de rencontre que j'essayais purement d'éviter ou alors j'essayais de laisser les gens m'aborder en dernier recours mais sans en être à l'origine (ça change beaucoup ça aussi ces derniers temps).
Pour autant, tout le monde, moi compris, a trouvé pas mal de correspondances entre ce que j'ai lu des profils INFP et de ma personne, à cause de cette "fulgurance" de Fi je suppose. D'où mon attention à Te et Fi dans l'hypothèse d'un profil IN-J, le Fi ayant jusque ici été là, peut-être même plus que chez d'autres IN-J, mais un peu errant, ne sachant pas toujours identifier ce que pense une personne vis à vis de moi ou moi même ce que je dois penser de telle personne. Sa présence a dû être renforcée par le fait que j'ai depuis avant ma naissance une habitude à éprouver des émotions via certaines sensations (sonores) et grandi dans un milieu NF (mère INFJ, ... père peu communicatif sur ces choses là mais peut-être INTJ qui culturellement se prend pour un ISTJ ou pour un INTP: ses résultats sur Action Type étaient aussi IN-J).
Et là mon Fi (si ça en est) semble devenir "frénétique", mais dans le but de me réaliser dans ce monde. Je crois que j'avais besoin d'éclaircir à peu près tout sur le monde et moi même pour avancer et que j'étais dans une période un peu de patinage ... cela fut il artistique par moments.^^
Mon sens de l'organisation a l'air soft, ce qui ne m'aide pas à trancher entre P et J, mais ça c'est encore autre chose (puis si on me prouve, à moi, que ActionType est viable comme on le dit dans 90% des cas je veux bien).

Pourtant, à propos de la perception, peut on être INTJ et avoir une enfance quasi onirique, puis une adolescence portée par la grandiloquence que le monde extérieur évoque en soi, avec toujours cette obsession visuelle et sonore? Je vois ça pour l'évolution des profils "passionnés" en Caractérologie (goût pour la musique, la créativité, les arts, puis période subite d’intellectualisation, et souvent défense d'une vision ou d'une cause), ... mais sur le MBTI? Dans ce que tu évoques, je pourrais être un Ni ayant viré plus facilement à un Fi toutefois mal maîtrisé pendant longtemps, ou un Fi virant au Ni ces derniers temps que j’approfondirais encore et encore jusqu'à retrouver un sens de l'action (Se) sur lequel je n'ai pas trop abouti encore.
La question est donc de savoir depuis quand est-ce que je suis focalisé sur la sensation (extravertie dans notre hypothèse: enfance ou adolescence?).
Tu sembles dire que Se pourrait être une sur-compensation mais à partir de quand peut elle survenir cette sur-compensation chez les IN-J? Dans mon cas je semble avoir été occupé par la sensation depuis longtemps (mais qui n'utilise pas ses 5 sens un minimum dans son enfance? Qu'est-ce donc que l'éveil des sens?)- ou alors était-ce de l'intuition mêlée des 5 sens; je ne me suis jamais posé de question à son sujet jusqu'à ce que je commence à faire cette introspection profonde il y a quelques mois. Auparavant, ce à quoi elle me servait me suffisait: apprécier des ambiances crées ou contemplées, et je constatais aussi ses manifestations négatives: affection par le bruit de la société difficile à vivre. (notons, que avant mon introspection, je venais de passer par plusieurs mois voir années de réflexions, tout d'abord sur l'Histoire, l'économie, en parallèle de mes études scientifiques laborieuses (parce qu'elles l'ont été), tout en suivant l'actualité, puis ce fut philosophique, avec pareil une période obsessionnelle sur ces sujets bien délimitée qui a abouti à ma compréhension globale du monde (dont j'ai parlé dans la rubrique hors sujets) - ce que je suppose on peut associer à une fonction extravertie (mais de perception ou de jugement, telle est la question). C'est seulement enfin que ça a été la psychologie, sur le même modèle de fonctionnement, passionnel, obstiné, au point que me demander où j'allais être employé l'année suivante ou quels projets concrets dans cette société je pourrais monter m'irritais au plus haut point tant je ne me pensais pas capable de répondre à ces questions sans avoir au préalable fait le point sur à peu près touts les questionnements que j'avais sur ces sujets ...
Bon, je ne vais pas me mettre non plus à remplir le topic avec tout l'univers, mais c'était pour préciser (extrapoler Rolling Eyes ) ce que tu disais.

et là ... piiooouff remise à zéro éventuelle, au cas ou j'aurais zapé quelque chose de plus pertinent à propos du profil INFJ par exemple - qu'on a complètement exclu de la discussion, avec mon rapport à l'émotivité et la société notamment - ou que ActionType soit à coté de la plaque. Je dois prendre en compte ces éventualités hélas.
Pour ça c'est sûr que je vois comment je fonctionne mdr^^.


@Chase a écrit:
même si je n'aime pas trop le faire, ça me donne l'impression que l'être humain est un meuble Ikéa (ce que certains T semblent croire))
Pour ma part je crois que le monde entier a une continuité, tout est "coexistence" (ce dont j'ai parlé dans mon approche philosophique). J'ai beau préférer quelques conceptions pan(en)théistes à des métaphysiques trop fumeuses à mon goût, je n'arrive pas à produire des idées sur ce sujet qui soient trop "religieuses", trop détachées de la réalité matérielle et intellectuelle. Ainsi, à la différence de ceux qui vont spéculer sur je ne sais quelle expérience mystique, je vais très vite en venir à des considérations sur la biologie, la géologie, la psychologie, sociologie, etc. Quant aux dimensions de l'univers, je n'adopte l'idée d'infini que par déduction, notre intelligence étant trop inadaptée à cette réalité là, trop limitée, pour la comprendre autrement que par une "intuition".
Du coup, pour en venir aux considérations éthiques, tout est certainement explicable mais non point justifiable (puisque certains ont tendance à justifier leur attachement aux circonstances du moment (ou du moins ce qu'ils en interprète ...) par le simple argument que cela ... serait réel, (attitude simplement conservatrice en somme; conservatrice d'une structure culturelle à laquelle on est attaché). Mais ce qui est amusant c'est que comme j'arrive à étendre la définition du réel au domaine des "possibles" concrètement réalisables et même à celui des méprises (la fausseté n'étant pas moins réelle) je peux me poser aussi en une certaine forme de "conservateur", simplement avec une conscience peut-être plus large, puisque ce que je souhaite conserver à travers mes aspirations acquises par ma compréhension du monde c'est la légitimité des possibilités de réalisation de tout un chacun (sur lesquelles toutefois j'en apprends tous les jours un peu plus), ce qui débouche sur le soucis de liberté et d'épanouissement. Etc etc ... .
Je crois qu'on ne peut complètement détacher la personnalité de toute culture, du moins, de toute interaction avec une réalité tangible. Sans quoi, ce serait un individu fantasmé, mais surtout radicalement inconscient et prétentieux. Constamment, par notre nourriture biologique et culturelle, nous sommes faits de coexistence et nous nous faisons en coexistence. Le dépérissement, ainsi que la mort elle-même, est produit par la rupture de ces liens, mais même alors, une autre forme de coexistence prend le relais. Tout se recycle en somme. Pour le reste les choix éthiques consistent à choisir en quelle forme de coexistence nous souhaitons nous mouvoir en ce monde. Ce qui est "justifiable", il nous appartient de le définir en cette "Substance"; et naturellement nous serons plus cohérent si nous savons comment elle fonctionne.^^

_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I... entre 529 et 649 α
Age : 28
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 785

Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Mer 12 Nov 2014, 14:28

Qu'est-ce qui m'a poussé étant petit à préférer dessiner, puis composer de la musique plutôt que de lire, comme ma sœur, l'intégrale de toutes les bibliothèques de mon école au point de se rendre myope, malgré un fort encouragement à la lecture promulgué par nos parents et notamment ma mère? En voilà une question aussi. Mais j'imagine que le MBTI n'explique pas tout, comme nous disions, il y a des facteurs sociaux, environnementaux, des circonstances de simples "événements qui font que" aussi. Faites aussi de la psychologie sociale, des sciences naturelles, etc. Ce serait dangereux de prétendre que tout vient de soi; la personne humaine peut être autonome, mais pas indépendante; elle n'est pas l'univers, seule entité véritablement "individuelle" pour se contenir en soi. Pour le coup, il y a une petite tendance comme ça dans notre société à prendre les personnes pour des "individus" à par entière qui sont presque hors du monde, mais ça ça provient d'une culture dualiste très ancienne, et c'est comme ça que je vois les choses.

_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Mer 12 Nov 2014, 14:52

Greenbat85 a écrit:

Pour ça c'est sûr que je vois comment je fonctionne
N'est ce pas le but du mbti ?

Quel est l'objectif final de ta recherche sur toi meme ?

Dans ce dernier message, je perçois (je ressens Smile ) de l'insatisfaction, presque de la colère.



La spirale dynamique m'a permis de traiter mon passé (pas complétement, mais j'ai bien nettoyé le pont et la chambre du capitaine, j'ai dit nettoyé pas rangé Very Happy)

Le mbti m'a permis de savoir, quel est le gréement dont je dispose.

L'énnéagramme est une carte marine  pour mon égo, il me donne les courants, les terres.

La caractérologie m'a permis de comprendre mon essence, mon coeur, pourquoi je fais ce que je fais.

Pour reprendre une image qui m'est cher, grâce à tout ces outils je connais bien mieux mon bateau, ce qui me permet de naviguer au vent, et plus contre le vent. Rien n'est jamais parfait, quand il y a pétole ou tempête, je fais nawak, mais grâce à tous ces outils, je sais quand je dois revenir à mon ancrage le plus abouti.

Pour conclure :
je peux décider où je vais, je peux aussi décidé de laisser le vent me porter.
je reformule : je suis presque maitre du bateau, par contre les conditions climatiques je m'y adapte comme je peux (on me dit souvent de mettre du ris dans les voiles, et quand la tempête est passé, je dis "de mettre quoi dans les voiles" Angel )
Revenir en haut Aller en bas
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I... entre 529 et 649 α
Age : 28
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 785

Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Mer 12 Nov 2014, 15:55

Salut Henrimage_97 (... lol sait on jamais  Smile  )

Il faut aussi que je réponde à ton message privé; ça vient.

Sinon oui il y a de l'insatisfaction chez moi ou plutôt de la déception de ne pas avancer plus vite. C'est tout mais j'ai la conviction que c'est faisable. Je m'adapte moi aussi comme je peux, avec les notions et les interrogations qui se nourrissent les unes les autres au gré de mes découvertes.
De la "colère" j'en ai aussi mais je crois qu'elle n'a pas grand chose à voir avec ma recherche; toutefois elle fait partie de moi.
L'enneagramme je pense que je vais laisser tomber, c'est trop restreint à mon goût.
Au niveau du MBTI, j'ai l'impression de naviguer (puisqu'on prend cette métaphore) dans des eaux bien incertaines et que mes instruments d'orientation sont un peu contradictoires; je peux m'accorder à plusieurs types sans les hiérarchiser, ce qui n'est pas encore assez significatif pour moi. Soit que je n'ai pas une introspection assez puissante, fut-elle précise et systématique dans l'intention, soit que je ne peux pas y arriver moi même à cause de choses à éclaircir sur mon enfance (distinguer le "naturel", je dirais "l'automatique" pour ne pas confondre avec la "Nature", de l'expérience).


ah! bah tiens donc ... je viens de faire ce test sur l'émotivité (test à prendre avec des pincettes, des fois on répond comme on peut ...),
Spoiler:
 


EDIT Modération [Reznor] : Messages fusionnés. Evitons le multipost.

_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert


Dernière édition par Greenbat85 le Ven 14 Nov 2014, 14:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Mer 12 Nov 2014, 18:22

les émotions sont une réaction du corps à l'environnement.

Dans le cas où tu utilises la fonction Fe, tu es dans l'obligation de l'exprimer (sur le moment ou de cumuler).

Un INFJ apprends très vite à laisser passer la charge émotionnel (la retenue, serrer les points, sentir les yeux s'embuer, tache d'aveuglement, paralysie, ... j'en passe et des meilleurs, pour la petite histoire j'ai fait une sortie en ambulance pour ... une crise d'angoisse) en la rationalisant (n'importe quoi ce film my girl, ... comme si s'était possible, ... qu'est qui ont mes yeux, euh ... rien j'ai une poussière).

Lorsque la charge est trop forte ça se voit, au final, lorsque l’émotion survient le but est de laisser passer la vague, puis de te poser et là tu l'exprimes (écrit , crier, sport, ... ) comme tu veux ou comme tu peux.

Ce que je veux dire c'est que la force d'un INFJ ce sont justement ces émotions, car il les voit, il les imagine, il les provoque, il essaie comme il peut de les contrôler (il y passe d'ailleurs quasiment toute son enfance et adolescence)

Un INFJ s'est un peu comme un bisounours-garou.


Une hypothèse : Un INFJ en sous-utilisation Fe.

J'ai été dans ce cas, on m'a donné une solution qui a très bien marché, je te donne ça par mp si tu le souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I... entre 529 et 649 α
Age : 28
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 785

Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Jeu 13 Nov 2014, 15:18

Naturellement tu peux partager ta solution en mp ou ici même (bon plutôt en mp tout compte fait, pour ne pas trop faire de sujets différents en même temps). Après, je ne sais pas trop quoi penser. Peut-être que je pars trop depuis le modèle pour trouver des concordances avec mon expérience. Ma proportion à l'introspection, même si elle est sincère, ne semble pas être assez puissante ou alors est elle obscurcie par mon enfance comme je disais: difficulté à distinguer les profondeurs, de ce qui est plus culturel (peut-être que je devrais tenter l'hypnose, qui sait ...). Je semble avoir un soucis pour "nommer", mettre des noms, sur ce qui me concerne, et ça c'est aussi quand je crée: j'ai écrit plein de trucs, plein de personnages, composé plein de sons, mais je ne m'attache à mettre des noms sur ces choses que lorsque je les ai achevé ou en cours de route, sans y accorder plus d'importance; et pourtant je sais que depuis un bon moment, dans l'écriture notamment, il y a toujours un propos qui va de pair avec la sensation ou l'atmosphère véhiculée; c'est juste que j'ai du mal à "nommer". Dans mon quotidien, j'ai également beaucoup de peine à nommer clairement mon "ressenti", la manière que j'ai de me positionner par rapport aux autres (Fi ou Fe? Intégrité ou soucis d'harmonie, je n'en sais strictement rien bordel!). La colère de ne pas y arriver par contre je la reconnais très bien. Et ce qui pourrait se passer si j'agissais de telle ou telle manière, ça aussi j'arrive à le savoir (de mieux en mieux d'ailleurs). Quant à mes émotions, je sais seulement que j'en apprécie un bon nombre, même si je ne peux les "nommer", mais je ne sais pas qui je protège vraiment en retenant mon expression au quotidien (crainte de heurter? d'être heurté? Trop forte sensibilité au monde qu'il soit extérieur ou intérieur? Crainte d'apparaître en situation d'erreur? D'avoir l'air faible? Ne pas aimer l'échec? Ne pas croire les autres capables de compréhension?). Encore une piste de réflexion qui me vient comme ça ... et à vrai dire ça me fatigue assez Rolling Eyes



_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I... entre 529 et 649 α
Age : 28
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 785

Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ? Ven 14 Nov 2014, 14:48

EDIT: en tout cas il y a vraiment quelque chose avec la "perception"; je pense que l'idée soulevée par Chase est pertinente; que ce soit du Ne ou du Ni, l'une de ces fonctions d'intuition semble prendre beaucoup de place; et mes tics, qui consistent à retoucher plusieurs fois un même point de mon environnement, ou bien de repositionner avec une précision excessive un objet, semble illustrer un besoin de récupérer la notion même de l'espace, la sensation du monde (Se) et/ou de mon propre corps (Si).
Il faudrait que je puisse trancher entre Ni et Ne. Des pistes?


J'ai des souvenirs de ces comportements occasionnels qui remontent au moins jusqu'à mon adolescence, à la différence qu'ils semblaient plus grossiers à l'époque; du style: je vais décider de passer à tel ou tel endroit de l'espace devant moi plutôt qu'un autre, un peu comme la superstition qui consiste à ne pas passer sous une échelle, sauf qu'ici il n'y a pas d'échelle; après quoi, on dirait que mon attention s'est portée sur des détails de plus en plus précis (la disposition de mon vêtement sur ma peau, la position d'un verre). Pour moi sous cette forme c'est clair, c'est un appel de la sensation, et ça survient d'autant plus avec du stress.
Cela peut-il aussi bien illustrer une fonction de sensation extravertie mal développée en auxiliaire? Ou bien la même fonction en inférieure? Ou encore, une fonction de sensation introvertie en tertiaire? Y a t-il qu'une seule possibilité ou bien il faut plonger plus loin encore dans l'introspection pour en avoir une idée?

_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Est-ce que je sur-évalue mes fonctions extra. ou intro. ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Illusions d'optique
» L'énigme de l'hélium 3 : une clé pour comprendre la Terre !
» En 1954, le 11/01 Top secret militaire
» Le temple d'Angkor Vat: un complexe trois fois plus vaste
» La Russie ouvre ses archives sur les OVNI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Rechercher son type-