Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Deuil et MBTI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ju
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 5w4
Age : 22
Lieu : dans une tour d'ivoire
Emploi : ermite
Inscription : 24/04/2014
Messages : 92

Message(#) Sujet: Deuil et MBTI Sam 10 Mai 2014, 16:31

/


Dernière édition par Tonio Tegularius le Lun 01 Sep 2014, 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nokomis
Aucun rang assigné


Type : .
Age : 22
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 24/04/2014
Messages : 147

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 10 Mai 2014, 21:10

Smile


Dernière édition par Nokomis le Mar 02 Déc 2014, 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reflection
Aucun rang assigné
avatar

Type : Autiste
Age : 26
Lieu : Dolphin rape cave
Emploi : Etudiant
Inscription : 06/11/2013
Messages : 117

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 10 Mai 2014, 21:21

Tonio Tegularius a écrit:
A chaque fois je me répétais : même si tu n'arrives pas a concevoir la chose ( donc pas de tristesse intense sur le coup ) , ne te permet pas de pensé amusante , de pensée sans rapport avec la situation , etc .
Comme si ma conscience me disait : fait gaffe , quand dans une semaine tu réaliseras , tu auras honte de toi si tu fais n'importe quoi maintenant .
Wow

Autant j'arrive à comprendre les gens qui jugent les autres par ignorance bien que le cautionner est une toute autre histoire, autant fliquer l'être avec qui l'on partage la plus grande intimité de cette façon... et surtout pour n'avoir fait de mal à personne. À titre purement informatif, pourquoi diaboliser autant le cynisme ? Ce mécanisme représente pour beaucoup le dernier rempart préservant leur sincère sensibilité d'une douleur qu'ils ont trop peur d'affronter, et décider de façon aussi irréfléchie de l'ériger n'a rien d'étonnant compte tenu de l'instabilité émotionnelle qui les saisit.
Tu vois, là par exemple je ne pourrais m'en vouloir pour cette remarque désobligeante que parce que je ne me trouve pas dans un état de confusion qui trouble mon jugement; toi, tu avais une excuse.

Même si en y réfléchissant, je ne suis pas le mieux placé pour juger: ma première perte remonte à quand j'avais 5 ans. Je me suis effondré à la seconde où on me l'a annoncé, puis ai passé le reste de la semaine à me morfondre aussi ouvertement que si le chocolat venait d'être déclaré illégal; on ne m'a même pas laissé assister à l'enterrement. Lol
Il ne s'agissait en réalité que d'une caméléomédie mise en place pour "faire comme il faut", et qui constituait surtout la seule réaction à une perte que mon expérience a eu l'occasion de répertorier - mais né d'une dramaqueen INFP et d'un ISTP qui passe toujours à tort pour l'insensible de service, ça fait sens.
Ça me perturbe toujours encore un peu, ceci dit...

Concernant la "réalisation", je ne peux pas franchement admettre avoir entièrement réalisé ce qu'il s'est passé. La mort a depuis ce jour été pour moi une curiosité que je n'ai toujours pas appréhendée de façon satisfaisante (alors absolue, n'en parlons pas), et c'est je pense là une facette de mon type: devant chaque phénomène, je mets machinalement en mouvement un processus de compréhension sans trop m'inquiéter du reste. Je me contente de comprendre ce que je ne comprends pas, ça ne va pas vraiment plus loin.
Je serais peu étonné d'apprendre qu'un comportement similaire se retrouve chez d'autres INTP (voir des NT de façon plus générale, comme ici), donc j'espère que ça répond au moins en partie à ta question.
En revanche, ma réaction aujourd'hui serait vraisemblablement nettement différente, ce qui j'ose espérer fait de moi quelqu'un de plus mature. Comme quoi le type n'est pas le seul facteur entrant en jeu; j'éditerais peut-être pour en parler si l'envie me prend.

Spoiler:
 

_______________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apocalypse
Déléguée aux smileys
avatar

Type : INFP 4w3 Sp/Sx
Age : 29
Lieu : -
Emploi : -
Inscription : 22/09/2012
Messages : 2555

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 10 Mai 2014, 23:20

Je n'ai eu qu'une perte "majeure" dans ma vie…
Au départ, quand on me l'a annoncé, j'ai eu beaucoup de mal à réaliser. Et ce bien que comme pour Nokomis, on le sentait venir depuis un moment, et que de toute façon rien n'était plus comme avant depuis bien longtemps. Pendant quelques jours, y compris pendant les obsèques, j'étais plutôt stoïque. Je crois qu'on s'attendait à ce que je pleure mais même si j'étais triste, je n'ai pas dû verser de larmes à ce moment-là. C'est après coup, au moment de retourner en cours, que je me suis effondrée. Après, il m'a fallu quelques mois pour faire mon deuil pour de bon. Ça s'est d'ailleurs fait de manière limpide - alors que je ruminais sans arrêt ma perte, ma perception s'est soudain inversée et je me suis trouvée chanceuse d'avoir connu ma grand-mère, et de pouvoir sourire des souvenirs partagés avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ju
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 5w4
Age : 22
Lieu : dans une tour d'ivoire
Emploi : ermite
Inscription : 24/04/2014
Messages : 92

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Dim 11 Mai 2014, 00:32

/

_______________________________________
« Bellow, lui-aussi est convaincu que posséder une conscience revient, passé un certain âge, à vivre dans un enfer épistémologique. La raison pour laquelle ses personnages, comme ceux de Dostoïevski, sont incapables d'atteindre la moindre finalité est parce qu'ils aiment leur propre souffrance plus que toute autre chose. Ils refusent de troquer leur tourment intérieur pour la paix d'esprit qui viendrait de la bienséance bourgeoise ou d'une quelconque croyance religieuse. En fait, ils perçoivent leur souffrance comme le dernier avant-poste de l'héroïsme dans le monde actuel.» Charles Simic


Dernière édition par / le Jeu 24 Mar 2016, 02:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ununoctium
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTJ
Age : 43
Lieu : montpellier
Emploi : Variable
Inscription : 02/07/2014
Messages : 6

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 05 Juil 2014, 16:40

Bonjour,
voila un sujet intéressant qui peut être une occasion d'en décomplexer certains et d'en rassurer d'autres.
Je vais me contenter de vous livrer ma vision de la mort,du rituel social qui l'accompagne (enterrement) et mon expérience dans le domaine.
1 La mort : simplement la fin de la vie.Inévitable, naturel, fin des joies et des souffrances, donc somme toute rien de triste.
2 Enterrement,office religieux etc.. : Incompréhensible, incohérent, perte de temps et d'energie. (j'aime partager mes joies mais partager la souffrance... je le perçois comme une forme de masochisme)

A l'age de 10 ans j'ai perdu mon grand-père. Cela ne m'a fait ni chaud, ni froid mais j'ai vu la l'occasion de ne pas aller à l'école (j'ai pu passer mon samedi matin à jouer aux Legos, c'était sympa)

15 ans plus tard j'ai perdu ma grand-mère que j'aimais beaucoup. Elle avais perdu ses facultés mentales depuis un moment. Du coup, pour moi elle était morte bien avant son décès (toujours ni chaud ni froid)

Il y a 3 ans, j'ai perdu ma mère suite à un cancer du Pancréas(Sans aucun doute la période la plus triste de ma vie et la je parle de son agonie). A cette occasion j'ai découvert que moi aussi, je pouvais pleurer (sisi je vous jure). Dans ma tête ca donnait à peu pres cela : tiens je pleure, étrange. Pourquoi je pleure ? Sans doute une réaction égoiste de ma part, je ne pleure pas sa mort (que je vois comme une libération) mais sur moi qui me retrouve seul. Ca à duré environ 4 heures puis j'ai accepté et commencer à voir les coté positifs de la chose : Fin de ses souffrances, fin de la nécessité d'agir en fonction de ses attentes, héritage et mise en fonction de mes glandes lacrymales.(Depuis j'arrive à verser une larme devant un épisode de vampire diaries)

Si vous avez l'impression d'avoir une réaction inappropriée face à un deuil, rassurez vous, il y a toujours pire que vous. Razz 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashes
Aucun rang assigné
avatar

Type : caucasien
Age : 20
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 11/04/2014
Messages : 74

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 05 Juil 2014, 16:56

.


Dernière édition par Ashes le Dim 05 Oct 2014, 00:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brinc
Aucun rang assigné
avatar

Type : iNTP
Age : 21
Lieu : Bayonne
Emploi : Etudiant
Inscription : 17/06/2014
Messages : 39

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 05 Juil 2014, 17:02

Je parle en tant que INTP, il y a deux semaines un de mes potes (que j'ai depuis l'âge de 6 ans), a été tué lors d'un accident de la route. Quand la mère de mon pote m'a annoncé ça, je ne voulais pas la croire, donc je suis resté comme à mon habitude normale. J'étais au stade où je savais mais je ne réalisais pas la chose.
Puis ma mère m'a emmené au funérarium, et là j'ai réalisé qu'il était réellement mort, et ça m'a choqué dans le sens où c'était qu'un adolescent avec le sourire en permanence et qu'il parlait tout le temps. On m'a laissé seul un moment avec son corps et je me suis rendu compte que ce n'était pas la mort elle-même le problème mais ce que la personne a pu apporter durant ma courte vie. Les larmes sont venues au moment où je voyais son visage sourire en permanence et que là il n'avait pas le sourire. Surtout que la veille je lui avais parlé pour une sortie le week-end ...
Sinon la mort d'autres membres de ma famille ne m'a pas touché, essentiellement parce que c'était des adultes.
Mon deuil s'est fait par des lectures sur la philosophique et réflexion sur la vie. Malgré tout, je peux dire que ça eu des effets bénéfiques.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashes
Aucun rang assigné
avatar

Type : caucasien
Age : 20
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 11/04/2014
Messages : 74

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 05 Juil 2014, 17:07

.


Dernière édition par Ashes le Dim 05 Oct 2014, 00:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dorloth
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTJ
Age : 27
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 12/06/2014
Messages : 1858

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 05 Juil 2014, 19:09

.

_______________________________________
"Celui qui aime à apprendre est bien près du savoir."

"On peut toujours apprendre ce qu'on ne sait pas, non ce qu'on croit savoir."

"Un sot est arrogant, un savant est timide."


Dernière édition par dorloth le Mar 10 Nov 2015, 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exterkate
Hôte 5 étoiles
avatar

Type : INTP 6
Age : 23
Lieu : Grand Est
Emploi : Apprenti (Al)Chimiste
Inscription : 18/12/2011
Messages : 837

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Sam 05 Juil 2014, 19:51

J'ai été confronté à la mort dès l'âge de 8 ans, et je dois dire qu'à cet âge, (comme 10 ans), on est pas vraiment conscient de ce qui se passe. Même si je me souviens parfaitement de quand on me l'a annoncé, je n'ai pas bronché. "Quand est-ce qu'on retourne jouer ? Il me font chier avec ça."
Alors que c'était la famille. (j'ai pleuré qu'à l'enterrement, par empathie envers un proche).

Puis l'empathie m'est venu suite aux morts d'autre membres de la famille, me forçant car me sentant coupable de n'éprouver aucune émotion face à la mort d'un membre de sa famille. La famille, c'est sacré.

J'ai comme tous les INT je présume, ici, une facilité certaine à faire un deuil (quoi que celle de mes 8 ans, j'sais toujours pas si je suis en deuil ou je l'ai accepté).
En revanche le jour où ça tombe sur un ami, mon frère ou ma mère, je serai dévasté je pense.
Je me demande bien pourquoi.

Récemment, on m'avait annoncé que ma tante avait une tumeur cancéreuse au poumon. Quand on me l'a dit, j'ai directement commencé à faire mon deuil. L'opération s'est bien passé, elle va super bien. Smile

J'me demande si y'a pas aussi un automatisme qui se fait à force.
C'est cynique de se dire qu'on peut s'habituer à la mort, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet-Tsubaki
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP
Age : 26
Lieu : si je suis connectée alors devant un appareil électronique, sinon...Qui sait ?
Emploi : Etudiante en psycho L1/Secrétaire générale ESA
Inscription : 05/12/2014
Messages : 57

Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI Ven 05 Déc 2014, 20:22

HMm j'ai été confrontée à la mort assez tôt (la plupart des gens qui sont morts étaient des personnes que j'aimais énormément et dont j'étais assez proche), Déjà il faut savoir que les parents de ma mère sont morts avant ma naissance (j'était d'ailleurs prévu jour pour jour pour le premier anniversaire de mort de sa mère, même si au final je suis née 6 jours plus tôts...).
Je ne vais citer que les morts de gens qui étaient très important pour moi
- Mon arrière grand-mère (mère de ma grand mère paternelle) est morte quand j'avais quatre ans et je ne sais pas si l'on peut dire que je comprenais vraiment mais comme ma vision des choses n'a pas vraiment changé, si ce n'est que j'ai plus conscience des implications que cela entraine. Pour moi elle avait finit sa vie qui avait été bien remplie et s'il est vrai que j'aurais voulu passer plus de temps avec elle, elle était déjà partie et il n'y avait aucun intérêt pour moi d'être plus triste que nécessaire.
- A neuf ans (mois de janvier), c'est mon grand père paternel qui est mort, il avait la maladie de Parkinson depuis plusieurs années et a finit par en mourir. Mon père a tenu à m'annoncer la nouvelle et j'ai eu le même type de réaction; j'ai même fait quelque chose d'assez glauque pour beaucoup de gens à qui je le raconte: sur paint j'avais dessiné un cercueil avec mon grand père dedans à côté duquel j'avais écrit "j'espère que tu seras bien au ciel où tout le monde dit que tu vas ". Puis je l'ai imprimé et donné à mon père (vu que c'était paint j'ai du le finir environ 30 minute après l'annonce de sa mort).
- Le mois de décembre suivant c'est sa soeur qui est morte.
- 2 ans plus tard mon grand oncle (mari de la soeur de ma grand mère paternel) qui est mort. On l'a retrouvé effondré dans la penderie un soir d'été, il a été admis en urgence à l'hôpital où l'on a découvert une tumeur qui lui bouffait le cerveau; il est mort trois jour plus tard...J'ai continué ma vie comme si cela n'avait rien changé et pour moi c'était le cas.
- 3 ans plus tard c'est la meilleure amie de ma mère qui en était à son troisième cancer (les deux précédents avaient été "guéris"), Surement la plus grosse réaction que j'ai eu, j'ai fait un câlin d'environ 10 minutes à ma mères et suis restée à ses côtés à l'heure de l'enterrement car elle n'avait pas eu le courage d'y aller.
- Il y a deux ans en janvier 2012 ma belle-mère est morte d'un cancer du pancréas et si je me suis sentie mal lors de l'annonce, environ deux minutes plus tard tout était normal. (pendant la cérémonie j'ai eu le sketch de la piscine chauffée au crématorium de coincée dans la tête et j'ai eu du mal à me retenir de rire).
- En novembre de la même année c'est ma mère qui est morte (elle m'a élevée seule et à toujours été mon "héro") et même là j'ai ressentit peu d'émotions autres que ce que je ressens normalement si ce n'est par à-coups pendant trois minutes certains soirs. Pendant sa cérémonie j'ai eu le sketch de la famille blatini coincé dans ma tête...Il faut dire que j'étais plus concentrée sur le fait que la femme choisie pour faire la cérémonie avait un ton trop déprimant pour moi et m'ennuyait à mort).
Par contre depuis sa mort je pleure beaucoup plus facilement quand je regarde un film ou lis un livre (déjà par principe je suis beaucoup plus émotionnelle dans ces moments). Il faut dire que Brave est sorti en DVD à ce moment là et je me suis dit "tiens ça fait longtemps que j'avait pas regardé de Disney et je ne sais pas de quoi il parle celui là"...Chanceuse comme je suis, je suis tombée sur un film mère-fille... puis je me suis dit que j'avais commencé à regarder Buffy mais n'était jamais allée au delà de la saison 4 Bam, saison 5 La mère de Buffy meurt alors que j'avais le même âge qu'elle (et d'un cancer aussi)....

Pour moi la mort à toujours été la fin de la vie et c'est tout. C'est dommage certes mais à moins de mourir jeune et/ou assassiné, j'ai du mal à voir la mort comme quelque chose de triste. C'est sans doute parce que la plupart sont mort de maladie et que s'ils avaient réussis à en réchapper les chances pour qu'ils vivent 'bien' auraient été minces et dans un sens il a toujours mieux valu pour eux de mourir plutôt que d'être diminué et devenir spectateur de leur vie sans pouvoir vraiment la vivre. C'est une des raisons pour lesquelles je suis pour l'euthanasie dans certaines circonstances.

Je me suis malgré tout sentie triste à chacune de ces funérailles mais seulement parce que tout monde semble toujours si triste que ça me rend triste aussi. Mais c'est encore différent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetchronicles.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Deuil et MBTI

Revenir en haut Aller en bas
 

Deuil et MBTI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deuil et MBTI
» la fantasy en deuil
» LE FORUM EST EN DEUIL - SYL est DÉCÉDÉE le 05.12.2010
» Vivre le deuil au jour le jour
» faire le deuil après le deuil sous forme de poeme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Les relations interpersonnelles entre les types-