Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 De la narration et ses formes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 22:37

J'ai envie de discuter d'un sujet qui m'éclate particulièrement ce soir. En plus, avec notre auteur de BD professionnel, et tous les membres qui écrivent et consomment de la narration sous une forme ou l'autre (j'y reviendrais) ça me semble un sujet à même d'intéresser pas mal de personnes.

Alors tout d'abord, il convient de définir la narration. De prime abord, cela semble très simple. La plupart du temps, nous entendons narration, et nous pensons histoire. Oui, la narration est lié à l'histoire. Mais par exemple, qu'est ce que la narration dans un jeu vidéo? Est-ce que c'est uniquement les cinématiques, les passages "descriptifs"? Les moments avec du texte?
Il faut se rappeler que le principe de l'art, c'est de créer une expérience. C'est vrai pour tous. Après, selon l'art, il y a une certaine liberté donné à celui qui "reçoit".
Le lecteur d'un roman par exemple, a une certaine marge d'imagination.
Si je vous décrit une table basse à hauteur de genoux, avec une grande cage de fer posée dessus, un lapin qui grignote une carotte et qui porte le nombre huit à l'intérieur (dédicace à Stephen King), vous voyez cette image dans votre tête. Ce ne sera pas exactement la même table, la même cage que dans la mienne, mais les informations principales, la partie qui compte. Ici, la narration, c'est ce que le créateur veut faire passer, en dehors de l'interprétation du lecteur. Et je considère que c'est la définition de narration.

La narration consiste en la dimension de l'expérience imposée par le créateur.

Nous avons une définition maintenant, de quoi travailler. Mais on peut se demander si cet aspect est vraiment présent dans TOUS les arts. Pour mon point, je me limiterais à parler des arts que j'appelerais "à histoire", c'est à dire ceux dans lesquels la narration est lié à une histoire. Donc littérature, cinéma, BD, jeux vidéos. Et dans ces médias là, force est de remarquer que la narration est bien présente, sous des formes différentes évidemment.

La narration en littérature, c'est celle qui est la plus évidente. Quand on parle de narration, on parle de ceci. L'histoire, l’intrigue, ce qui se passe. Utiliser les mots pour partager un récit. Les histoires sont un besoin instinctif de l'homme. Nous aimons en entendre, en écouter, en lire, parce qu'elles nous permettent d'expérimenter, de vivre plus d'une seule vie. Les récits sont une réponse au besoin de liberté, d'imagination de l'homme, pourtant contraint par le principe de réalité à faire des choix, qui le privent de pans entier de possibilités. Jusqu'à ce qu'il lise, bien sur.
La narration en littérature peut prendre plusieurs formes. C'est bien sur le corps du récit, ce qui s'y déroule, comment les protagonistes agissent et interagissent. Mais il y a aussi la manière de décrire. Un des commandement de l'écriture, c'est le "Show, don't tell". "Montre, ne dis pas" Parce que montrer, c'est évoquer des images chez le lecteur. C'est le faire s'investir dans le récit, de sorte qu'il ne puisse pas en sortir, qu'il s'en sente partie intégrante. Ainsi, la narration littéraire peut consister justement à doser l'information, à doser la part de l'implicite et de l'explicite. C'est d'autant plus possible que les mots traitent du sens de la manière la plus "pure" qui soit. (pour les arts "à histoire" dont je parle, en tout cas)

L'étape suivante, dans la complexification de la forme artistique, c'est la bande dessinée. En effet, au premier abord, on peut penser que ce ne sont que des images et du texte collé ensemble. Le dessin et la littérature fusionnés, qui donnent donc un hybride entre les deux. Mais la BD (au sens général), c'est bien plus que ça. Comme le disais Werber, à qui je pardonne ses conneries en maths pour cette fois, 1 + 1 = 3. Ici, de la somme de deux arts, on obtient un nouvel art capable de transcender ces formes. Car aux dialogues, aux cadrages, la BD rajoute la timing. Les cases, et la gouttière, sont une nouvelle unité, un nouveau moyen de transmettre. Il n'y a qu'à lire Watchmen pour se rendre compte de la puissance dont est capable la bande dessinée, notamment un magnifique combat mis en parallèle avec une interview, qui fait passer une quantité de sens incroyable en une seule page.
Bien sur, il ne faut pas réduire la bande dessinée au timing, à l'ellipse entre les cases que le lecteur doit remplir lui même. Parce qu'en plus du texte, en plus du timing, la BD dispose de la puissance de l'image. L'image évoque, l'image est symbole. L'image de bande dessinée par définition. Il suffit de lire Scott McCloud, et de comparer avec sa propre expérience de lecture, pour se rendre compte qu'en effet, plus le personnage est symbolisé, seulement une forme, plus on peut s'y identifier. La narration se trouve aussi ici, dans la place que l'on laisse au lecteur à l'intérieur des personnages.
Ensuite, l'histoire est aussi racontée par l'image. Le symbolisme des gestes, du mouvement, le lien logique (ou pas) entre les cases correspond au récit de la littérature, et, comme dimension de l'expérience imposée par le créateur, fait par conséquent partie de ce que j'appelle narration.

Un autre art, le cinéma! (Je pourrais parler aussi de l'animation, mais je considère qu'en mettant en parallèle ce que je dis sur la bande dessinée et sur le cinéma, on obtient à peu près ce que j'aurais pu développer sur l'animation) Le cinéma donc (et les séries TV par la même occasion, bien évidemment.) Deux nouvelles dimensions s'ajoutent : le mouvement et le son. Le mouvement remplace au final le timing, les cases de la bande dessinée. C'est un nouveau moyen d'imposer l'expérience, puisque à la place de laisser l'imagination du spectateur/lecteur remplir les blancs entre les cases, on le montre. Bien sur, il y a toujours des coupures entres les scènes, entre certains moments. Mais le mouvement, le passage d'une action à une autre, est définitivement selon notre définition une forme que prend la narration cinématographique.
Pour ce qui est du son, il convient de différencier deux sortes de bandes sons. Le dialogue, ou la voix off, qui correspond à la forme de narration littéraire qu'on a retrouvé dans tous nos arts "à histoire" jusqu'ici. Nous en avons déjà parlé, donc je passe. Vient la musique, la bande son véritable. Et si la musique en elle-même "raconte" en quelque sorte une histoire (même si de manière très très implicite, de telle sorte qu'on ne sait pas tant l'histoire que les émotions qui en découlent, raison pour laquelle je ne parle pas de la musique seule ici) en tant qu'accompagnement de l'audiovisuelle, elle fait partie des outils narratifs indéniable. Car elle peut changer l'état d'esprit du spectateur, lancer des attentes ou accentuer l'émotion en cours. C'est ainsi aussi une manière de concentrer le spectre de l'expérience, de développer des attentes pour renforcer la concentration et l'attention du spectateur : bref, la bande son se qualifie totalement comme composante de la narration cinématographique.

Pour finir (oui, parce que contrairement aux apparences, ce post a une fin. ^^), les jeux vidéos. Alors le sujet est extrêmement complexe, parce que la dimension que rajoute l'art vidéo ludique est le plus complexe de tous, l'interactivité. L'interactivité, par définition, c'est donner une liberté accrue au consommateur du média, c'est faire d'un spectateur un joueur. A la fois, cela constitue une manière très puissante d'immerger le joueur dans l'expérience, mais en même temps, cela semble contradictoire avec la définition que j'ai donné de la narration, qui restreint plutôt.
Bien sur, il y a de nombreux moyens en dehors de l'interactivité dans le jeu vidéo qui permettent la narration. Les cinématiques, le texte, tout ça étant au final des reprises de formes de narration évoquées précédemment.
L'interactivité donc. Aucun jeu ne permet de liberté absolue, même les bac-à-sables. C'est dans cette contrainte que vient se chercher la narration. Dans la manière dont le jouer peut interagir avec le monde. Ses possibilités sont autant de façon de raconter une histoire. La manière dont il se sort d'une situation difficile indique quelque chose sur l'univers, sur les règles qui y ont cours.

Voila, j'ai fini mon pavé, la discussion peut maintenant commencer. Smile
Je ferais juste remarquer que je n'ai pas parlé du théâtre... parce que j'avais la flemme. Ah, aussi, pour ceux qui sont intéressés par la narration vidéoludique, je vous conseille la chaine youtube extra creditz, et particulièremnt ces vidéos çi.
https://www.youtube.com/watch?v=hnxVOUSzX4A
https://www.youtube.com/watch?v=uepAJ-rqJKA
https://www.youtube.com/watch?v=SWKKRbw-e4U
https://www.youtube.com/watch?v=qZ-EY9gTsgU

A vos claviers, penseurs!

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 23:43

Je retourne un peu en arrière dans tes catégories pour aborder mon dada : l'art narratif !
Tes remarques sur la BD sont justes, mais un certain nombre s'appliquent déjà, par exemple, aux représentations des récits hagiographiques ou simplement biographiques des grands personnages, et notamment dans le domaine religieux, c'est un outil extrêmement puissant. Et qui, comme dans le jeu vidéo (que je ne pratique pas, donc j'en resterai là) et comme la plupart des formes d'art, laisse un espace à investir à celui qui l'observe (c'est sans doute de là que découle ladite puissance...).
Je pense aux représentations de la vie du Christ (exemple type à Notre-Dame pour les parisiens, malheureusement le sens de la visite n'est pas celui de la circumambulation et prend les bas-reliefs à l'envers... en commençant par la crucifixion - si je tenais celui qui a déterminé ce sens....), mais ça vaut aussi pour les saints, etc...
Il y a un article intéressant de Barthes à ce sujet (costaud mais passionnant) :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1966_num_8_1_1113

Edit : et puis à la base de tout, il y a le mythe et le conte... !!

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMar 22 Avr 2014, 23:50

Effectivement, mais ce sont quasiment des BD avant l'heure. ^^
Tu remontes aux peintures murales égyptiennes, et la suite d'instantané imagée qui font passer une histoire, c'est plus ou moins la définition générale de la Bande Dessinée. ^^

De la narration et ses formes. Lepeupledunil

Merci pour l'article de Barthes, je le lirais quand j'aurais un peu plus de temps. Smile

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMer 23 Avr 2014, 00:48

Oui, en fait, c'est ce que je trouve génial avec le processus narratif : il s'adapte, il prend d'autres formes, plus ou moins glorieuses (il y en a qui s'étrangleraient si on comparait de l'opéra et un manga, mais fondamentalement, on est toujours en train de raconter une histoire... seule la forme diffère !),
mais il est constitutif de l'humanité. Des fois, je me demande si ce n'est pas ça qui définit l'homme plus que n'importe quelle autre de ses caractéristiques : un besoin viscéral de se mettre en scène, de transcender sa propre expérience via la représentation.

C'est fascinant de penser à tous ces gens qui vont hausser les épaules à l'idée d'un conte de fée et qui se ruent au cinéma deux fois par semaine ! Les chansons aussi, typiquement, racontent une histoire. Dans une moindre mesure, les informations (particulièrement les faits divers) peuvent aussi être abordées comme des histoires, les plus objectives possibles, peut-être (et encore...), mais ...

Finalement, c'est très dur de faire la part, dans la narration, de ce qui relève du narrateur et de ce qui relève de celui qui reçoit... enfin, je digresse sérieusement, là..

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMer 23 Avr 2014, 00:51

@Tia a écrit:
Des fois, je me demande si ce n'est pas ça qui définit l'homme plus que n'importe quelle autre de ses caractéristiques : un besoin viscéral de se mettre en scène, de transcender sa propre expérience via la représentation.

C'est ce que je crois personnellement. Même les singes rigolent, mais nous, on a la narration!

@Tia a écrit:
Finalement, c'est très dur de faire la part, dans la narration, de ce qui relève du narrateur et de ce qui relève de celui qui reçoit... enfin, je digresse sérieusement, là..

Même pas! Parce que ce que j'ai défini comme la narration, c'est ce qui relève du créateur justement. Donc c'est typiquement la définition de narration dont j'ai parlé ici que tu es en train de discuter. ^^

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Lunaire
Aucun rang assigné
Lunaire

Type : INFJ 6w5 Sp/So
Age : 50
Lieu : Belgique
Emploi : Fonctionnaire
Inscription : 14/04/2012
Messages : 539

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMer 23 Avr 2014, 11:23

Le jeu de rôle, hard...

Quand je ponds un sénario, le principe de narration dont tu parles existe bel et bien. En général, j'écris quelque mot clé, parfois des phrases et des descriptions... J'y joins souvent un plan, une carte... Parfois des manuscrits (codé ou pas). Puis j'envisage l'interraction des joueurs là dessus.

Mes plus belles parties de jeu de rôle en temps que maître de jeu sont celle que les joueurs aiment raconter. Il se cré alors un phénomène de bouche à oreille et l'histoire que tu as vécue autour de la table en temps que maître t'es racontée par quelqu'un qui n'était pas présent. C'est beau...

_______________________________________
TEST MBTI
Revenir en haut Aller en bas
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMer 23 Avr 2014, 12:29

Tu sais Lunaire, ce que j'ai développé pour la forme de narration spécifique au jeu vidéo est proche de la narration liée au jeu de rôle. Puisque la dimension imposée par le maître du jeu correspond aux limites de l'expérience, rejoignant la définition de narration. Bon, en effet, il y a un aspect supplémentaire dans le JDR : la réactivité. Quel maître du jeu n'a pas truqué un ou deux jets de dés derrière son écran? (Moi le premier. ^^)
Et cette adaptativité du cadre de l'expérience est aussi une composante de la narration rolistique, puisqu'elle permet d'immerger plus profondément les joueurs dans un monde qui réagit véritablement à LEUR présence.

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 25 Avr 2014, 20:44

C'est tout ? Sad
Personne d'autre n'a rien à dire sur la narration... ?
Suis déçue...

Tiens par exemple, vous vous souvenez de cette collection "le livre dont vous êtes le héros" ? Moi, j'ai jamais accroché. C'était trop frustrant de devoir choisir, trop décousu, tout ça... il y a des fans ici ? vous y trouvez quoi ?
(je digresse un peu, mais c'est quand même un questionnement du processus narratif...)

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 25 Avr 2014, 21:02

Pour ma défense, je suis en train de lire l'article de Barthes (entre deux révisions ^^) et je préfère avoir fini avant de recommencer ici.

Pour les "livres dont vous êtes le héros", j'en ai quelques-uns, mais ça n'a jamais été forcément mon super délire. De mon point de vue, ce qui rend cette forme de narration faible, c'est que paradoxalement il y a trop de libertés, mais aussi pas assez. Je m'explique.

Le livre dont vous êtes les héros est pour moi un intermédiaire entre la littérature et le jeu de rôle. On suit une histoire, avec simplement comme vecteur le papier (et quelques illustrations parfois). Bien sur, il y a les dés, mais j'y reviendrais. Ensuite, le choix est l'équivalent du choix rolistique (direction, combat). C'est donc une augmentation de la liberté par rapport à la littérature. Seulement, ce n'est pas suffisant à mon sens, ce qui laisse un certain gout de trop peu. Car les choix sont très limités (dans un jeu de role aussi, mais le Maître du jeu peut maintenir une forme d'illusion là dessus) et en plus, les règles sont parfaitement rigides. Je veux dire par là que si le Dé sort un résultat qui te les brise, tu ne peux pas "truquer" sans te rendre compte que tu enfreins les règles. Alors que l'écran d'un maître du jeu sert un peu à ça. ^^

Bref, ce n'est pas forcément mon délire, mais ça constitue un bon moyen d'étudier les limites de la narration justement.

PS : (il y a des BD dont vous êtes le héros qui, à défaut d'être mieux loties niveau narration, sont très sympas à feuilleter. ^^)

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 25 Avr 2014, 22:02

@hard a écrit:
Pour ma défense, je suis en train de lire l'article de Barthes (entre deux révisions ^^) et je préfère avoir fini avant de recommencer ici.
[...]
PS : (il y a des BD dont vous êtes le héros qui, à défaut d'être mieux loties niveau narration, sont très sympas à feuilleter. ^^)

J'en avais pas après toi, Hard, mais plutôt après les autres Wink ... en même temps, je viens de voir que tu avais ouvert un autre gros sujet en lien, donc ils peuvent pas être partout... je vais checker tout ça, on a le temps, pas de pb.
Merci pour tes explications au sujet de ces drôles de bouquins, c'est intéressant. Je crois que je me demandais si leur fonctionnement n'était pas contradictoire avec mes fonctions Ni et Ti, qui impliquent peut-être une dimension plus ciblée / approfondie, d'où la frustration de ne pas pouvoir englober l'ensemble des possibles.
D'ailleurs, j'ai un peu de mal, là.. il se met à y avoir plein de matériaux dans le forum, ça part dans tous les sens et ça commence à me perturber un peu. Besoin de recentrage...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 25 Avr 2014, 22:36

@Tia a écrit:
Je crois que je me demandais si leur fonctionnement n'était pas contradictoire avec mes fonctions Ni et Ti, qui impliquent peut-être une dimension plus ciblée / approfondie, d'où la frustration de ne pas pouvoir englober l'ensemble des possibles.

Je ne sais pas si cette hypothèse est valable. En tout cas, le Ti ne me semble pas gêné par l'organisation des livres dont vous êtes le héros. Au contraire, je pense qu'il y a une sorte de cohérence dans leur simplicité qui peut le séduire. (mais après, je n'ai pas la même utilisation du Ti que toi. Wink )

Pour le Ni, je t'avoue que cette fonction reste nébuleuse pour moi. ^^
Mais peut-être en effet qu'il y a un manque de profondeur qui gêne le Ni. Fin mon soucis à moi c'est qu'il y a trop peu de possibilités, ce qui irrite mon Ne. Donc ce n'est pas forcément le cas non plus (ou alors c'est super mal foutu. ^^)

Et désolé d'ouvrir trop de sujet (Kda aussi m'engueule pour ça. Razz)

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 25 Avr 2014, 23:05

Je viens de faire un gros post sur l'autre sujet, tu verras ptêt mieux en quoi la combinaison avec Ni fait que ça bloque pour moi.
T'inquiètes pas pour l'ouverture des sujets : c'est très stimulant pour nous (enfin, Kda me corrigera si j'ai tort à son sujet, j'ai confiance...) ! Je pense qu'on essaie juste de te faire passer un message par rapport au fait qu'on ne gère pas du tout la stimulation de la même manière et que pour nous, ça passe par un temps de réflexion plus ou moins long, et peut-être un engagement qui a une forme différente, plus personnelle / fatigante ?
Du coup, on va te donner du contenu, mais il faut qu'on l'ait pré-mâché avant et qu'on se repose entre deux (genre, quand je poste beaucoup, après je ne viens pas sur le forum pendant quelques jours Wink ). En même temps, je suis ravie de pouvoir discuter de ces sujets, ça me redonne de l'intérêt pour le forum, donc n'arrête pas !!!
Par nature, je suis plutôt du genre à réagir sur un thème qui me plaît qu'à le lancer moi-même... sauf stimulation extérieure, donc j'apprécie que quelqu'un le fasse.  love 

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
Awander
Aucun rang assigné
Awander

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 26
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 646

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMer 14 Mai 2014, 14:32

Tient, un sujet intéressant...mais pas vendeur.  pirat 

Pour ce qui est du cinéma ce que j'aime particulièrement c'est les génériques, quand ils racontent une histoire et sont bien mis en scène avec des effets spéciaux... L'ambiance est direct installé et mine de rien on a fait un grand pas en avant dans la narration du film.

Un vrai spectacle!

Une bonne intro, qui a pris un coup de vieux, mais qui installe direct une vrai atmosphère, une atmosphère qui se poursuivra durant tout le film (les intro sont toujours travaillé chez cet artiste). Aller, c'est Batman - le défi, on suit le berceau qui flotte:

Spoiler:
 

Chez lui, tout passe par les personnages et les décors. L'intrigue, la narration, le montage est secondaire. Il a un peu installé une nouvelle manière de raconter une histoire au cinéma.

@hard a écrit:
Pour ce qui est du son, il convient de différencier deux sortes de bandes sons. Le dialogue, ou la voix off, qui correspond à la forme de narration littéraire qu'on a retrouvé dans tous nos arts "à histoire" jusqu'ici. Nous en avons déjà parlé, donc je passe. Vient la musique, la bande son véritable. Et si la musique en elle-même "raconte" en quelque sorte une histoire (même si de manière très très implicite, de telle sorte qu'on ne sait pas tant l'histoire que les émotions qui en découlent, raison pour laquelle je ne parle pas de la musique seule ici) en tant qu'accompagnement de l'audiovisuelle, elle fait partie des outils narratifs indéniable. Car elle peut changer l'état d'esprit du spectateur, lancer des attentes ou accentuer l'émotion en cours. C'est ainsi aussi une manière de concentrer le spectre de l'expérience, de développer des attentes pour renforcer la concentration et l'attention du spectateur : bref, la bande son se qualifie totalement comme composante de la narration cinématographique.

Je suis d'accord.

Faire passer ou susciter l'émotion mais aussi manipuler le spectateur, avoir un impact sur ce qu'il voit: on peut mettre une scène très dramatique, montrer des choses horribles, mais avec une musique joyeuse, par exemple, le côté dramatique de la scène s'en trouveras évidemment amoindri et rendra l'insupportable supportable.

J'aime beaucoup quand la narration passe par le montage, comme on peut le voir dans ces 2 extraits de Cogan : Killing Them Softly un peu célèbre dans ce genre là (je précise parce que c'est pas trop le type de cinéma que j'apprécie):

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Le montage prends une grande importance (surtout qu'on utilise beaucoup les points de vue subjectif). Vu que c'est filmé  à l'épaule, on est au coeur de la scène. Les points de vue multiples nous permettent de voir deux histoires qui se déroulent en même temps. De plus, la musique, le son a un rôle primordial et joue beaucoup dans la tension que provoque cette scène mais aussi dans son intensité. Comme vous pouvez le voir, parfois, le son anticipe même l'image, vous entendez un bruit avant même de savoir ce que c'est, alors que d'habitude, l'image prime sur le son. Dans les scènes du couloir vous pouvez voir les mêmes son qui reviennent (la pluie, la machine) et c'est filmé du début à la fin. C'est notamment pour accentuer l'intensité (après tout, qui dit qu'un des types va pas débarquer de nul part?). Avec quelqu'un d'autre au montage, avec un autre point de vue, l'impact aurait été totalement différent et la narration aurait bien pu prendre une autre forme, moins intense sans doute.

Sinon comme autre scène ou pas mal de choses sont racontés par l'image il y'a celle-ci d'un célèbre artiste (vous attardez pas trop sur les costumes et la musique   pirat  Razz ). Voici donc Barry Lyndon:

Spoiler:
 

C'est particulièrement bien fait. On voit naître quelque chose entre ces deux personnes rien qu'avec le jeu de regard, le reste parait bien secondaire. Il n y 'a aucun dialogues entre les deux. La musique accompagne bien ce qui se passe à l'écran. La narration passe par l'image ici et essentiellement par l'image. De plus, la lumière est naturel, à la bougie, donc ça ajoute au côté historique du film. La manière dont cette scène est racontée, donc la manière dont est mise en place la narration, si on peut dire ça, est assez originale.

Bon...je vais m'arrêter là. 


@Tia a écrit:
Tiens par exemple, vous vous souvenez de cette collection "le livre dont vous êtes le héros" ? Moi, j'ai jamais accroché. C'était trop frustrant de devoir choisir, trop décousu, tout ça... il y a des fans ici ? vous y trouvez quoi ?
(je digresse un peu, mais c'est quand même un questionnement du processus narratif...)

Je me suis toujours dit qu'un jour j'allais commencé mais j'ai jamais fait... Sauf une ou deux fois, j'ai ouvert les premières pages, je suis direct passé au milieu puis direct à la dernière, puis j'ai fermé le livre.  pirat 

J'ai toujours préféré observer plutôt qu'agir donc je préfère évidemment les fictions. Ceux qui aiment ce type de livre aiment bien avoir un impact ou contrôler les situations, je sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Awander
Aucun rang assigné
Awander

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 26
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 646

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeLun 26 Mai 2014, 01:44

Zéro réactions?  Shocked 

Même pas sur les deux extraits de Cogan : Killing Them Softly?? Ce sont pourtant des extraits à voir si on s’intéresse au cinéma et aux plans séquences...

Bon, apparemment, le cinéma et mon charisme fulgurant ( Lol ) n'auront pas sauvé ce topic. Peut-être que c'est juste pas possible... Que celui-ci retourne donc dans les abysses...
Revenir en haut Aller en bas
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeLun 26 Mai 2014, 02:08

Désolé, concours, pleins de trucs à faire, un voyage, je n'ai pas trop eu le temps de répondre ici. Je te fais ça dans la semaine. Wink

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeJeu 29 Mai 2014, 21:48

Désolée, je suis aussi pas mal occupée en ce moment...

@Awander a écrit:

Pour ce qui est du cinéma ce que j'aime particulièrement c'est les génériques, quand ils racontent une histoire et sont bien mis en scène avec des effets spéciaux... L'ambiance est direct installé et mine de rien on a fait un grand pas en avant dans la narration du film.
Un jour en cours, on a quelqu'un qui est venu nous faire du décortiquage de générique de séries, en nous expliquant qu'en effet, les personnages étaient déjà présentés par quelques images révélatrices. Ca m'a passionnée, et depuis, je fais beaucoup plus attention aux génériques, en effet...

Je soupçonne que Cukor y ait joué un grand rôle, via le génial générique de "Women" où elles sont personnifiées par des animaux (un film avec seulement des femmes, sisi !!), à regarder à partir d'1:16 :
https://www.youtube.com/watch?v=FsUUK12_Aqk

Je n'ai pas vu Barry Lyndon, mais la scène que tu mets est très chouette, en effet. Ca me rappelle celle du slow dans "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux". Elle n'a l'air de rien, mais elle a une charge émotionnelle énorme, je trouve, portée par l'attention au détail (les mains !!! cf la merveilleuse introduction de "24 heures de la vie d'une femme", de Zweig, que je recommande au passage).

@Awander a écrit:

J'ai toujours préféré observer plutôt qu'agir donc je préfère évidemment les fictions. Ceux qui aiment ce type de livre aiment bien avoir un impact ou contrôler les situations, je sais pas...
Je n'avais pas pensé à cette interprétation ! Intéressant...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 30 Mai 2014, 01:32

Allez, je réponds, vu que tu as pris la peine de pondre un gros pavé. ^^

En effet, tu fais très bien de remarquer que le générique est fondamental à la narration filmée. On a tellement l'habitude de le voir qu'on peut venir à l'oublier, ou ne plus y faire attention. Seulement, son but est de mettre le spectateur dans l'état voulue pour la suite du film, et de faire un certain nombre de "promesses implicites"

Je prends comme exemple le générique de Cowboy Beebop.

Spoiler:
 

En une minute trente, il y a présentation des personnages, de l'ambiance (la musique un peu jazzy, l'esthétique rétro du générique combinée à la présence de vaisseaux et de mechas), de ce qui va se passer (action, combat, armes à feu). Il y a même, pour le spectateur attentif, un passage très clair montrant que Spike est, en gros, Bruce Lee. ^^

Après, il y a plusieurs types de génériques. Les génériques "intégrés" à l'histoire, assez courant au cinéma, et les génériques "hors-contexte" comme ceux des séries, des animes, ou encore de certains films (comme Millénium de Fincher).

Au niveau du montage, et de toute la puissance narrative qui peut en découler, j'ai toujours considéré Tarantino comme un maître. C'est particulièrement visible dans cette scène de Reservoir Dogs, son premier film, où Tim Roth, flic infiltré dans une bande de truands, doit raconter une anecdote à propos de son "passé" de dealer pour se faire accepter dans le groupe. Et Tarantino la monte brillamment, en passant, au sein même de l'histoire, de la fois où Roth déchiffre son texte, à celle où il le répète devant son pote policier, puis celle où il la raconte vraiment devant la bande, pour finir par lui "vivant" la scène.

Spoiler:
 

Voila, c'est ma réponse. Razz

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Shadow
Aucun rang assigné
Shadow

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 49
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 30 Mai 2014, 02:32

C'est malin, j'ai envie de me revoir des Cowboy Beebop maintenant  Vieux cow boy  Cyborg  (merde, cons de smileys, j'ai aussi envie de voir des Firefly  Timide )

(et en passant, c'est vrai qu'elle est ouf cette scène finale avec tim roth qui vit son histoire, thx)
Revenir en haut Aller en bas
Awander
Aucun rang assigné
Awander

Type : INFP 9w1 (6w5 ou 5w6-3w...?) sp/so
Age : 26
Lieu : Terre
Emploi : Etudiant
Inscription : 13/10/2013
Messages : 646

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeVen 30 Mai 2014, 03:02

Merci pour ces réponses!! Et particulièrement pour certains trucs, des références que je connaissais pas ou que j'ai pas encore vu.
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
Tia

Type : INFJ
Age : 38
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeLun 02 Juin 2014, 23:39

Très sympa, le générique du Cowboy. J'ai vu le film il y a longtemps, je ne m'en souvenais plus. Ca m'a un peu rappellé celui de... amicalement vôtre, c'est ça ? (Tony Curtis et Roger Moore). Le côté bandes de couleurs un peu années 60...
Mais LE générique ultime, pour moi depuis des années, c'est :
Inoubliable...

Tout ça me fait penser que je n'ai pas fini de regarder Firefly, tiens...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
hard
Scribouillard du Ne
hard

Type : ENTP 5w6 So/Sx (comme l'a dit Speedy)
Age : 25
Lieu : Dans la serrure bien sur.
Emploi : Gardien de la porte de la sagesse, écrivain quand ladite porte est ouverte.
Inscription : 13/01/2013
Messages : 735

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMar 03 Juin 2014, 14:35

Alors avant mon pavé, je ne peux que te dire : va finir Firefly! Les derniers épisodes de l'unique saison sont une tuerie (encore plus que les premiers, c'est dire) et le film qui clôture tout ça est excellent lui aussi.

Sinon, ce matin, j'ai réfléchi à la présence des sens dans les oeuvres narratives. Que ce soit leur évocation ou même leur satisfaction par le média, il me semble que nos 5 sens (on se limite à ceux connus hein) jouent une place fondamentale dans l'art narratif, mais aussi dans notre perception de cet art. (aspect presque aussi important)

Tout d'abord, il faut préciser les sens qui peuvent être contentés de manière directe par une forme de narration. En première réponse évidente, il y a la vue et l’ouïe. L'image et toutes ses utilisations narrative constitue un moyen d'expression qui dépend de la vue, et la bande son des films satisfait directement l’ouïe elle aussi.
Ensuite, vient la question du toucher. Ici, la réponse n'est pas si évidente que pour les deux sens précédents. En effet, si j'utilise directement mes yeux et mes oreilles au cinéma par exemple, mon sens du toucher ne participe pas concrètement à l'expérience.
Cependant, le toucher se sépare à mes yeux des sens restants, parce qu'il est possible de l'évoquer dans les médias narratifs "à image" (cinéma, BD, animation, jeux vidéos). En effet, un gros plan sur une matière, un bruit de crissement ou de grattement sont autant de moyen de provoquer un début de sensation chez le spectateur (oui, je laisse de côté les films à tendance turgescente. What a Face)
Quand aux sens restants (si vous avez suivi, il s'agit du gout et de l'odorat), ils ont une place un peu à part. Tout simplement parce que après réflexion, je suis persuadé qu'ils ne peuvent pas être évoqués très efficacement par les médias narratifs "à image" dont j'ai parlé plus haut. Mine de rien, ces sens n’apparaissent dans un film ou un BD que lorsqu'on rend "visible" les odeurs, dans une sorte de synesthésie artistique. Ou alors lorsque les personnages les évoquent directement (mais cela manque de subtilité à mon goût). Au contraire du texte littéraire, qui arrive sans problème à évoquer gouts et odeurs.
Un bon exemple de cette différence peut se trouver dans la comparaison entre le roman "Le Parfum" de Suskind et le film qui en est tiré. L'adaptation se concentre bien plus sur le personnage de Grenouille que sur les odeurs (ce qui n'est pas le parti du livre) tout simplement parce que l'odorat manque de consistance dans sa représentation à l'écran.

Après cet exposé des différentes possibilités sensorielles, il me faut essayer de comprendre pourquoi c'est le cas. Je suis trop Ti pour laisser tout ça en plan.  Razz 
Je pense que la principale différence entres ces arts que je nomme "arts à images" et la littérature tient en ce que les premiers dépendent fondamentalement d'un sens : la vue. Et même si un autre sens peut s'y rajouter (l'ouïe), ces médias ne peuvent se séparer de la vue, car ils sont définis par et pour elle. De son côté, le texte littéraire est indépendant sensoriellemment (presque sur que ce mot n'existe pas.  laughing ). On peut le "lire" avec les yeux (lecture classique), avec les oreilles (audiolivre), avec les doigts (braille), bref, le sens utilisé pour ce faire ne modifie pas l'expérience de l'oeuvre.

Bien sur, cela donne certains avantages à la littérature, possibilité d'évoquer tous les sens notamment, mais la prive aussi d'une certaine puissance sensorielle. L'évocation littéraire d'un paysage ne sera jamais aussi fort que la vue de ce même paysage, ou l'évocation d'une musique ne contient pas la force de sa composition.

Voila, une petite pensée sur la narration sensorielle. Smile

_______________________________________
"Le cinquième cavalier [de l'apocalypse] se lança dans sa chevauchée, et une légère odeur de fromage le suivait"
Terry Pratchett

"We all have a monster in us. And sometimes the monster wins."
Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Mamy Mougeot
Aucun rang assigné
Mamy Mougeot

Type : INTP d'obédience crustacée
Age : 37
Lieu : Dans l'aspirine
Emploi : Créatrice de vide par le vide
Inscription : 29/04/2016
Messages : 905

De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitimeMar 08 Nov 2016, 21:16

Bonsoâr Solennel

Je rebondis sur ce topic, parce qu'il est confortable et pas trop contondant.
Mais je bifurque un peu du sujet initial, pour m'interroger sur un sujet lié: préférence N/S et forme narrative (littéraire/ciné/picturale/...)

Est-ce que parce qu'on est N, on est davantage intéressé par les formes narratives N? Est-ce qu'on a l'impression de "parler le même langage"? Est-ce qu'on profite mieux ou moins bien d'un support S?

Idem dans l'autre sens:
Est-ce que parce qu'on est S, on est davantage intéressé par les formes narratives S? Est-ce qu'on a l'impression de "parler le même langage"? Est-ce qu'on profite mieux ou moins bien d'un support N?

le why du pourquoi:
 

Qu'en dites-vous? Des expériences, des hypothèses, des théories, des sources à ce sujet?

_______________________________________
Fondatrice du Cercle excentrique, dont l'objet est de tourner autour du pot en se tournant les pouces. Candidatures attendues (au tournant).
PS: Empêcheurs de tourner en ronds, s'abstenir. Et prière de ne pas caresser le Cercle dans le sens du poil, ou il deviendra vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




De la narration et ses formes. Empty
Message(#) Sujet: Re: De la narration et ses formes. De la narration et ses formes. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

De la narration et ses formes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Question idiote : on dit "types" ou "formes" de discours ?
» Les différentes formes de l'athéisme.
» Je suis perdu , aidez moi svp.
» Forme d'une Facture
» Gilenya et formes 2aires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le coin débats :: Autres discussions, hors sujets, etc. :: Culture-