Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSSRSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 L'appel de l'Ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 20:04

Toc toc,


Nouveau venu mais pas nouveau pour tous, certains d'entre vous me connaissent et pourront m'identifier comme l'axopotl.

Par le biais d'axo j'ai donc de temps à autre fréquenté le forum et ses dépendances et ai cherché à piger de quoi cette histoire de MBTI retournait, depuis son inscription il y a pratiquement un an.

Je m'intéressais alors à l'Ennéagramme depuis quelques mois. J'avais suivi un séminaire d'un week-end à ce sujet à ce moment là et je dois avouer que le mbti me semblait (et me semble toujours) tout de même moins pratique et intuitif, moins parlant et immédiatement "ludique" aussi, que l'eag  (bien qu'extrêmement instructif à un niveau personnel à condition d'avoir trouvé son type sans erreur — comme toujours, c'est là que le bas blesse).

Mais bon, chercher à me connaître ça me connait donc j'ai persévéré malgré un alzheimer localisé qui ne m'aide pas à me souvenir du quart des fonctions et encore moins des types (en même temps, peut-on vraiment oublier ce qu'on ne parviens pas à mémoriser en premier lieu ?). Donc la grande majorité des discussions que je peux avoir avec les habitués de ces lieux ou des fils que je survole me paraissent formulés en langue étrangère.

Mon inscription présente est à mettre au crédit d'un événement récent qui m'incite à sauter le pas après moultes tergiversations.

Comme mon profil l'indique, je suis typé INFJ, et ce depuis le week-end dernier grâce à l'Approche Action Type et comme Alexterieur a créé un topic consacré à ce sujet suite à une discussion que nous avons eut au retour de cette expérience (MBTI et "Action type"), je me suis dit que c'était peut-être l'occasion de sauter le pas.

Me voilà donc parmi vous et je m'en vais sacrifier à la tradition locale en vous narrant les différentes réflexions qui m'ont amenées à ce typage.


En premier lieu, l'histoire des fonctions m'est passée loin au dessus de la tête. Sur un autre forum que je fréquentais alors, on parlait de MBTI mais la plupart des gens se contentaient de gloser autour des préférences en en faisant grand cas sans explorer le sujet plus avant (c'est souvent le cas de la plupart des personnes). Je trouvais ça pauvre et pas vraiment digne d'intérêt (je le pense toujours si on s'arrête là). La plupart des gens se typent au petit bonheur, entre questionnaires aux questions équivoques et postulants aux réponses interlopes, peu de chance de pouvoir s'appuyer sur quelque chose de solide et d'exploitable. Si ce n'est pour se vautrer dans la fange flatteuse des profils perçus comme valorisants ou se vanter de se reconnaître partout en sous-entendant y voir l'expression manifeste d'une richesse intérieure hors du commun.

Bref, ayant peu d'appétit pour les questionnaires, j'ai commencé à chercher comment répartir les différentes préférences en fonction de ce que je pensais de moi.

Expression de l'Énergie :
Je n'avais pas de doute sur l'introversion une fois compris de quoi il s'agissait. Les endroits bruyants me fatiguent, parler à plus de deux interlocuteurs aussi et si j'aime beaucoup échanger, parler à distance m'est bien moins énergivore que de le faire en présence physique d'autrui.


Perception de l'Information :
L'intuition me semblait aussi s'imposer face à la Sensation. Sans être manchot, mon rapport au corps, que ce soit en terme de sensation physique ou d'identification des émotions ressentis est largement améliorable (les fois où il n'est pas fortement déficitaire).

Disons que j'étais IN, mais après…

Prise de décision :
Mon premier élan a été de m'identifier au T plutôt qu'au F. Et ce pour deux raisons. L'une c'est que l'on m'a souvent renvoyé l'image d'une personne ayant une capacité de raisonnement d'apparence logique, que ce soit de manière orale et écrite. Et d'autre part parce que, comme un certain nombre  de personnes de ce forum il me semble, depuis quelques années suite à un test de Qi chez un psy (un Wais) je suis identifié comme HPI (Haut Potentiel Intellectuel). On peut aussi dire surdoué bien sûr mais ça véhicule une image tellement faussée de la réalité que je préfère l'acronyme HPI désormais. Donc, par apriori, mon premier mouvement a été de penser que le T s'imposait. Je dois dire aussi que l'expression des sentiments m'est assez difficile (même si je m'améliore) et que l'étalage des sentiments chez autrui m'est souvent carrément pénible.

Cependant, dans un second temps, il se trouve que je me suis retrouvé à une période de ma vie ou l'exploration de mes sentiments refoulés s'est imposée et qu'à cette occasion, j'ai émis l'hypothèse que ceux-ci étaient peut-être plus éteints pour raison de sécurité (ou de survie personnelle) que réellement absents. Comme conséquence de ce travail, la colère, système de défense de mon type eag présumé commençant alors à prendre ses aises après des années de mise sous tutelle policée.

Disons donc Sentiment F, plutôt que Pensée T.

Reste la mise en œuvre de l'action :
Difficile de faire la part des choses, des éléments contradictoires ou pas assez probants des deux côté (J et P) mais tout de même, de nouveau un apriori prend le dessus : je ne peux pas être J. Pour moi la fonction Jugement est symptomatique des individus avec de la préparation et du suivi dans l'action. Les personnes qui apprennent, qui réalisent et qui mènent à terme avant de passer à autre chose. Des gens qui acquièrent et valident l'acquisition des connaissances. Toute choses problématiques pour moi. Apprendre et même lire, plus le temps avance, me sont difficiles. Tout en ne me considérant pas comme un pragmatique débrouillard (loin de là), la fonction Perception s'impose alors comme un choix par défaut.

Première hypothèse donc : INFP.


Axolotl croise alors dans les même eaux (elle se pensait INFP). Or, si l'un de nous l'est, l'autre ne peut pas l'être (c'était avant que son E ne s'impose à tous). Il me faut rendre ici à little César ce qui lui appartient : Axo me pensait INFJ au tout début. Mais comme je le disais, le J me semblait juste impossible dans mon cas donc je me suis contenté de balayer la proposition (ni INTJ, ni INFJ donc).

C'est à ce moment qu'a lieu une IRL et que je me suis essayé de façon rapprochée au remplissage de questionnaires : Supertest d'une part, puis celui-ci :TEST MBTI - Version Eng (Khenrin) + VF (Pikazwanghaft).

Les deux me typent assez clairement INTP. Je vais lire le profil (copieusement renseigné sur 16types) et c'est vrai que je me reconnais dans un paquet de descriptions). Pendant un temps je m'en contente. C'est assez agréable d'avoir un profil auquel s'identifier.

Deuxième hypothèse donc : INTP.



Mais certaines choses achoppent et pour tout dire, la greffe ne prend pas complètement, un doute se fait jour. Des discussions avec Devotchka et Alex remettent sur le devant de la scène l'hypothèse INFJ. Je dois avouer que je ne suis pas super chaud. Non pas par défiance envers ce type mais parce qu'il me parait trop étranger.

Pourtant, quelque chose cloche avec le profil INTP : je semble avoir trop de Fe pour que ce soit l'expression d'une fonction inférieure maîtrisée avec l'âge. D'aussi loin que je me souvienne, l'expression de cette fonction telle qu'on me la décrit a été active chez moi (et au moins depuis l'adolescence). D'autre part, tout en ayant mes émotions sous contrôle, elles ne me sont pas étrangères dans le sens ou j'y serais indifférent, mais juste trop ingérables pour que je m'y confronte. Je ne suis pas juste saoulé, comme on décrit les INTP, par les émotions inutiles qu'on leur impose. Chez moi, cela peut provoquer une certaine panique si je ne les met pas à distance en les observant de l'extérieur, de façon à en être au grand jamais, sujet ou partie prenante. Enfin ma rigueur analytique est bien plus l'expression d'une réflexion présentée de façon formelle certes mais qui serait plus une synthèse intuitive plutôt qu'une véritable démonstration "froide" et logique dénuée naturellement d'affect.

Bref, l'hypothèse INTP tout en restant dominante est un peu mise en sommeil et, bien que je n'en maîtrise pas les aspects et que je sois loin de me l'approprier, l'hypothèse INFJ est de plus en plus évoquée cependant que je n'exclue pas totalement non plus l'INFP initial.

Troisième hypothèse donc : INFJ.



À vrai dire, des quatre hypothèses IN, seul l'efficace INTJ ne m'a jamais fait de l'œil. Dans mon esprit, il allie la capacité logique de l'INTP (et ses soucis pour comprendre les émotions de l'autre voir de s'en soucier) tourné vers une efficacité immédiate qui prémuni de la procrastination. Moins théorique que pratique donc, bien que maîtrisant parfaitement l'abstraction logique (et donc moins fumeuse que l'abstraction des INF).

Quatrième hypothèse IN non envisagée : INTJ.




J'en suis donc là de mes réflexions, c'est à dire pas tellement plus avancée quand une amie récente me fait part de la reconversion en cours que suis son mari en faisant le cursus d'AAT, l'Approche Action Type. J'avais lu quelque chose s'y rapprochant dans le livre de Frédéric MARQUET et la possibilité de déterminer son profil de façon certaine à partir de l'analyse de la posture et de tests posturaux m'attirait diablement ! Il m'a fallu plusieurs mois avant d'oser demander si, dés fois, ça serait-y pas possible de se faire tester et des mois encore avant de pouvoir organiser un rendez-vous. Et puis finalement, rendez-vous (non reporté cette fois) est pris le week-end dernier.

J'ai donc pu passer une petite après-midi avec un étudiant en AAT. Le côté étudiant n'ayant pas d'influence sur le typage car cette partie et la plus simple d'Action Type, c'est tout ce qu'on en fait derrière qui est vraiment l'objet de la formation. Mais cette partie "simple" et très bluffante. Je me suis intéressé récemment aux approches corporelles. Un stage de Brain Gym cet été sur l'influence du mouvement dans l'apprentissage qui a déjà une première approche des connexions des chaînes musculaire (homolatéralité et mouvements croisés) ainsi qu'un stage de Touch For Health et l'apprentissage du test musculaire cher aux kinésiologues. Dans les deux premières approches, il s'agit de détecter ou d'identifier la non homogéité d'un signal musculaire comme source de la perturbation (apprentissage ou problème physiques ou psychologiques) pour pouvoir en rééquilibrant-harmonisant la structure, résoudre le problème. De façon ponctuelle ou plus durable selon les cas (ne faites pas trop attention à la précision de mon vocabulaire, je ne suis pas VRP de ces techniques, j'utilise mes propres mots pour vous dessiner un contexte).

Dans l'Approche Action Type, on ne va pas rectifier quoi que ce soit, on constate juste que le corps s'est développé d'une certaine façon et on le prend comme tel. J'avais déjà vu quelque chose d'approchant dans les livres de Chistophe Carrio, qui partait de la posture naturelle de chacun (5 postures types dans son livre) pour établir des programmes de stretching et musculation approprié pour permettre d'éviter les blessures à l'entraînement et les douleurs au quotidien.

Je glisse ici que l'on m'a dit que la méthode Action Type a été testée sur une équipe de foot au niveau de l'entraînement personnalisé. En ciblant l'entraînement individuel en fonction des chaîne musculaires, le pourcentage de blessure aurait baissé de 65% sur une saison. Ce qui revient à dire qu'au lieu d'avoir besoin de deux équipes pour suivre un championnat (faire tourner l'effectif pour récupération mais aussi pour la gestion des blessés), il est possible de faire la même chose avec une équipe et demie. Imaginez l'impact financier d'une part et l'augmentation des possibilité pour un coach beaucoup moins contraint de gérer en priorité la gestion des trous dans son effectif au fur et à mesure que la saison avance.

Pour revenir à l'aspect pratique, toute une batterie de tests à été mise en place pour vérifier si vous marchez vers le haut (appuis sur les talons) ou vers le bas (appuis sur l'avant du pied), si vous avez une vision haute fréquence (vision lointaine) ou une vision basse fréquence (vision proche), etc.

Ce qu'il y a d'extraordinaire de mon point de vue, c'est qu'après 25 ans d'observations et d'expérimentations, les créateurs de la méthode on établi une corrélation fine avec les préférences MBTI ce qui en fait le seul test fiable de détermination des préférences (amha). Par exemple, avec des appuis sur les talons, la personne va avoir un fonctionnement cognitif de prise d'information de type S, alors qu'avec des appuis sur l'avant du pieds, ce sera l'inverse. Il ne faut pas oublier que la méthode a été développée par des coachs sportifs dont l'objectif est immédiatement pragmatique (il ne s'agit pas d'une approche théorique même si de la théorie peut apparaitre ensuite au niveau des explications) : améliorer les résultats, à la fois sur le plan physique, mais aussi sur le plan du coaching. C'est à dire qu'il est important de connaître le type de personnalité d'une personne pour savoir comment elle va naturellement agir de façon automatique dans une situation classique, comment elle va réagir face au stress, comment elle va se positionner dans un collectif, quels mots il faudra utiliser pour la motiver sur ou en dehors du terrain.

Leur vision les amène à mettre l'accent sur les forces et non sur le développement des faiblesses, partant du principe qu'en compétition, ce ne sont pas sur les faiblesses qu'on s'appuie en cas de stress. Ce qui est l'inverse de l'approche du coaching sportif classique.

Mais peu importe. Quoi qu'il en soit, toutes mes préférences sont testées et re-testées (avec des test différents) et le résultat est sans appel : INFJ.

Difficile de mettre en doute la résistance ou l'absence de résistance de son propre corps dans une même situation, ou sa dextérité et son absence alors que l'on ne change qu'une seule composante initiale et que votre collègue testée après vous va réagir différemment de vous dans la même situation. La seule chose qui pourrait être mise en cause c'est la corrélation des résultats de ces tests avec les préférences MBTi mais j'ai décidé de faire confiance à des gens qui se servent au quotidien des résultats de leurs études pour améliorer les performances de leurs clients. Et puis, je dois avouer que sans me connaître, mon "testeur" est tombé sans efforts sur l'un des 3 profils sur 16 envisagés par moi et sur le profil plébiscité par mes proches (qu'il ne connait pas).

Les résultats des tests AAT vont plus loin que la simple détermination du profil MBTI mais ce n'est pas l'objet de ce message je ne vais donc pas en parler.

Je dois avouer que je suis bien content d'avoir pu bénéficier de cette séance et que je m'estime chanceux. Me connaissant, jamais je n'aurais réussi à me satisfaire d'un auto-diagnostic. J'ai d'expérience pu constater d'ailleurs dans le milieu de la douance à quel point ceux-ci amènent à des situations de projections ou de dénis, avec des conséquences de mon point de vu, dramatiques.

J'ajouterais que j'ai les plus gros doutes sur la capacité de typage du test MBTI. Celui-ci va vous donner un type à un moment donné et celui-ci peut changer. Le profil AAT et sa correspondance MBTI lui est fixe puisqu'il s'appui sur de l'organique et non sur du psychologique.

La personne qui m'a ainsi testé m'a dit avoir répondu à deux reprise au questionnaire MBTI officiel au cours de sa carrière pro et que non seulement, les deux résultats se sont avérés contradictoires mais qu'en plus, aucun ne correspondait au résultat obtenu par les tests Action Type (auquel il se fie bien entendu)

Bref, je suis INFJ ^^


Cela dit, c'est maintenant que ça devient intéressant pour moi, car je peux enfin lire des profils sans me demander si ça me correspond ou pas (et trouver que "là oui" et que "là non", "je sais pas trop...") mais essayer de comprendre pourquoi ce qui est mis en avant dans un type ne me parlait pas et qu'elle est la vrai origine de mes dysfonctionnements.

J'ai passé un peu de temps sur le blog de Tia hier, et je la remercie d'ailleurs pour avoir compilé et traduit des articles en les rendants accessibles à un même endroit. Je commence à trouver vraiment des explications précises à des questionnements flous. Mes articles préférés étant celui consacré aux défauts des INFJ (L’ « autre face » de l’INFJ et Les différents visages des INFJ C'est souvent plus par cette entrée que par d'éventuelles qualités (auxquelles je suis de tout façon la plupart du temps aveugle, hpi et type 1, ça fait pas de cadeaux de ce côté là ^^) que j'arrive à intégrer une réalité qui me concernerait.

Ce que je lis me conforte dans l'approche que j'avais développé par rapport à la douance : ce qui est rare au niveau de la nature est plus de l'ordre de l'erreur statistique que de la rareté de ce qui est précieux. Pour moi c'est un peu comme l'appendice vermiculaire : ça sert pas à grand chose si ce n'est d'éventuelle « réserve protégée pour bactéries amies » mais on peut très bien s'en passer. Bref, un INFJ c'est un peu comme un HPI, ça sert pas à grand chose sauf exception. On peut se demander pourquoi la nature s'embarrasse avec alors. Cette fois je prendrais l'exemple des tétons chez les mâles : ça sert à rien mais tant que ça ne gêne pas, pas la peine de dépenser de l'énergie pour s'en débarrasser (et puis les trans ont fini par trouver une utilité à la chose ; on est vraiment dans l'optique du truc qu'on met de côté au cas où ça serve un jour même si on sait pas encore bien à quoi). Bon le gros fail de la nature dans cette logique c'est quand même l'humanité, mais c'est pas dit que cette boulette va pas finir par s'auto-réguler (les jeux ne sont pas faits).

Voilà, c'était la minute nihiliste, merci d'avoir patienté ^^

Je me rend compte en me relisant à quel point l'axe Ni-Se expliquerait beaucoup de chose chez moi. Je m'intéresse au corps et au mouvement et à tout ce qui est apprentissage corporel avec le même intérêt théorique qui répond à une totale absence de mise en pratique presque pathologique. Je suis fasciné par ceux qui maîtrisent une technique corporelle à force d'entraînement au même titre que par ceux qui vont reproduire inlassablement des expérimentations à fin de disposer de données statistiques suffisantes pour pouvoir asseoir leurs hypothèses ou en formuler de nouvelles. Une partie non négligeables de mes réflexions est motivée par l'ambition d'obtenir des effets identiques sans faire d'efforts constants (j'ai une sainte horreur de la répétition). Réflexions forcément stériles évidemment mais que voulez vous... il n'est pas interdit de rêver (sinon qu'est-ce que je me ferais chier !)

D'autres réflexions à partir des fonctions me paraissent pertinentes mais pour vous en faire part je serais contraint de faire des copier-coller à partir d'articles et il ne s'agirait de toute façon plus de réflexions personnelles. Ce qui aurait assez peu d'intérêt dans une présentation. Je m'en passerais donc.

Sur ce, je vous remercie de votre intérêt.

 Bye bye.


Dernière édition par Shadow le Mer 19 Fév 2014, 21:30, édité 1 fois (Raison : Correction)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owlferein
Chasseur de Trolls
avatar

Type : INFP 9w8 Sx/So
Age : 27
Lieu : Ici
Emploi : Regardez ! Un singe à trois tête !
Inscription : 23/08/2013
Messages : 428

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 20:17

Bienvenue à toi, j'espère que tu te plairas chez les fous que nous sommes !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 20:21

Citation :
L'intuition me semblait aussi s'imposer face à la Sensation.

Citation :
Disons que j'étais IN

Citation :
Bref, je suis INFJ

Je pense que 1+1=3

Bref, notre monde n'existe pas

On dirait que tu cherches à prouver car justement tu n'y crois pas ... et ca ne veut pas dire que ton raisonnement est vrai aussi, vu le pavé je l'ai pas lu, pas que ca a faire.
Revenir en haut Aller en bas
Hopeless
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP
Age : 19
Lieu : Contre-Utopie
Emploi : Ennuyeux
Inscription : 01/02/2014
Messages : 105

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 21:05

Bienvenue à toi !

Sinon...
@Shadow a écrit:
Expression de l'Énergie :
Je n'avais pas de doute sur l'introspection une fois compris de quoi il s'agissait. Les endroits bruyants me fatiguent, parler à plus de deux interlocuteurs aussi et si j'aime beaucoup échanger, parler à distance m'est bien moins énergivore que de le faire en présence physique d'autrui.
L'introversion plutôt non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 21:29

Oui merci, Hopeness, je vais corriger Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinnie May
Aucun rang assigné
avatar

Type : ENFP
Age : 23
Lieu : France
Inscription : 27/01/2014
Messages : 223

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 22:30

Bienvenue! Very Happy

J'ai lu une bonne partie de ton pavé et... euh... je n'ai pas tout compris de ton raisonnement! Je n'ai pas non plus compris le lien avec Axo...
En plus dans cette longue présentation tu oublies un peu de te présenter, non?
En tout cas j'ai bien aimé les images de ta présentation!
Bref, j'espère que tu trouveras ici ce que tu cherches!

_______________________________________
Fi m'aime Ne suive!~ o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 22:49

axolotl est une amie, c'est elle qui m'a parlé de ce forum il y a un an lorsqu'elle s'est inscrite. J'ai une l'occasion de croiser des gens de ce forum irl et l'on plaisanté en me nommant l'axopotl (le pote d'axo) car je n'avais pas de pseudo.

Pour ce qui est de la présentation ma foi, c'est vrai que je ne révèle rien de personnel. Cependant, je parle de mes modes de fonctionnement à de nombreuses reprises et c'est bien ce qui est le plus utile relativement au sujet de ce forum non ?

Enfin, pour ce qui est du raisonnement, ce n'est pas très important. Il reste toujours les jolies images ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reflection
Aucun rang assigné
avatar

Type : Autiste
Age : 25
Lieu : Dolphin rape cave
Emploi : Etudiant
Inscription : 06/11/2013
Messages : 118

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mer 19 Fév 2014, 22:52

J'ai déjà hâte de lire tes prochaines interventions. Cthulhu

(... pour pouvoir te typer à ma façon, muhahaha)

_______________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tia
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ
Age : 36
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Jeu 20 Fév 2014, 14:34

Bienvenue !

J'ai souri devant ta présentation, car elle n'est pas difficile à raccorder à un type INFJ : très détaillée + raisonnement argumentés (ah, Ti), mais pas de détails persos (dans le sens trivial du terme, du moins, vu que tu en dis bp quand même), tout en rendant à chacun ce qu'il t'a apporté (contente d'avoir pu t'être utile, d'ailleurs. J'ai encore un paquet de trucs à traduire, mais je manque de temps. Je devrais moins traîner sur ce forum...). Et surtout : j'expose mon raisonnement, mais je ne demande rien à personne ! On vient d'avoir une discussion intéressante dans le groupe NFGeeks sur les INFJ et les conseils, qu'ils adorent donner, mais n'acceptent avec parcimonie que de quelques interlocuteurs validés.
Moi aussi, j'aime bp ton choix d'images ! (ça aussi, comme argument INFJ...)


@Shadow a écrit:

Si ce n'est pour se vautrer dans la fange flatteuse des profils perçus comme valorisants ou se vanter de se reconnaître partout en sous-entendant y voir l'expression manifeste d'une richesse intérieure hors du commun.
 laughing 

@Shadow a écrit:
Mon premier élan a été de m'identifier au T plutôt qu'au F.
Assez classique pour les hommes INFJ. Pb de société, peut-être ? (on attend des valeurs F d'une femme et T d'un homme).

@Shadow a écrit:
Comme conséquence de ce travail, la colère, système de défense de mon type eag présumé commençant alors à prendre ses aises après des années de mise sous tutelle policée.
On a commencé une discussion sur la colère avec Lunaire dans la rubrique INFJ.


@Shadow a écrit:
Me connaissant, jamais je n'aurais réussi à me satisfaire d'un auto-diagnostic.

J'ai l'impression qu'il y a deux réactions extrêmes au diagnostic INFJ : reconnaissance/appropriation immédiate (ce qui a été mon cas) ou bien gros doute...

Les articles que tu cites sont aussi ceux que je trouve les plus intéressants. Perfectionnisme, quand tu nous tiens...

@Shadow a écrit:
Bref, un INFJ c'est un peu comme un HPI, ça sert pas à grand chose sauf exception.

Je ne vois pas la question en ces termes. On est, c'est tout (à ce tarif là, qu'est ce qui "sert", franchement ? et dans quel but ?). Et on est avec un package d'aspects positifs ou négatifs, le tout étant de les optimiser par rapport à ce que l'on souhaite devenir et / ou vivre.

@Shadow a écrit:

D'autres réflexions à partir des fonctions me paraissent pertinentes mais pour vous en faire part je serais contraint de faire des copier-coller à partir d'articles et il ne s'agirait de toute façon plus de réflexions personnelles. Ce qui aurait assez peu d'intérêt dans une présentation. Je m'en passerais donc.

N'hésite pas à ouvrir un topic dans la rubrique "INFJ". Tu m'intrigues...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
Le chat
Aucun rang assigné
avatar

Type : 7, INTJ
Age : 36
Lieu : Paris
Emploi : Psy
Inscription : 02/06/2013
Messages : 1076

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Jeu 20 Fév 2014, 15:52

Bienvenu.

Je t'ai lu avec plaisir Smile

_______________________________________
http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Barnum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myst
Prophète du Ne aux
avatar

Type : INFP
Age : 27
Lieu : .
Emploi : .
Inscription : 20/12/2009
Messages : 880

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Jeu 20 Fév 2014, 20:49

Finalement tu t'es inscrit ! Bienvenue à toi Smile

En espérant que tu auras de nouveaux avis concernant ton type et qui permettront de t'éclairer davantage ^^

_______________________________________
?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Jeu 20 Fév 2014, 23:55

@Tia a écrit:
J'ai souri devant ta présentation, car elle n'est pas difficile à raccorder à un type INFJ : très détaillée + raisonnement argumentés (ah, Ti), mais pas de détails persos (dans le sens trivial du terme, du moins, vu que tu en dis bp quand même), tout en rendant à chacun ce qu'il t'a apporté (contente d'avoir pu t'être utile, d'ailleurs. J'ai encore un paquet de trucs à traduire, mais je manque de temps. Je devrais moins traîner sur ce forum...). Et surtout : j'expose mon raisonnement, mais je ne demande rien à personne ! On vient d'avoir une discussion intéressante dans le groupe NFGeeks sur les INFJ et les conseils, qu'ils adorent donner, mais n'acceptent avec parcimonie que de quelques interlocuteurs validés.

Merci pour ton commentaire, beaucoup de choses me parlent en effet dans ce que tu dis, si c'est INFJ, je le découvre (c'est un peu chiant dés fois de se dire qu'on peut avoir des comportement aussi stéréotypés). En fait je fais vraiment les choses à l'envers. J'étais incapable de me reconnaître à coup sûr dans un type mais maintenant que je n'ai plus à réfléchir à la question, je lis des trucs qui me sont vraiment utiles en ne pensant plus à deux choses en même temps (ce que je fais mal).


@Tia a écrit:
@Shadow a écrit:
Mon premier élan a été de m'identifier au T plutôt qu'au F.
Assez classique pour les hommes INFJ. Pb de société, peut-être ? (on attend des valeurs F d'une femme et T d'un homme).

Possible. En même temps je n'ai pas eu beaucoup de complexes à me typer INFP dans un premier temps. J'apprécie tout autant les poncifs (un mec, une nana) que de prendre du recul et relativiser la nature des Archétypes.

@Tia a écrit:
@Shadow a écrit:
Comme conséquence de ce travail, la colère, système de défense de mon type eag présumé commençant alors à prendre ses aises après des années de mise sous tutelle policée.
On a commencé une discussion sur la colère avec Lunaire dans la rubrique INFJ.

Ah bon, la colère aussi ça peut-être une caractéristique INFJ ? En même temps, le monde est rempli de colériques de tout type. En ce qui me concerne, c'est quelque chose auquel je ne me confronte que depuis peu. Susceptible ok, c'est pas nouveau, mais j'ai beaucoup travaillé dessus au fil des années. La colère dont je parles par contre est plus dirigée contre moi que contre autrui et je ne suis pas du tout coutumier des explosions de colère. J'ai plus l'habitude d'être un tempérament secondaire. Je vais m'énerver chez moi, à distance de l'évènement irritant. Par contre, à défaut d'explosion immédiate, je peux des années après la ressentir rien qu'à la remémoration d'un souvenir. J'ai tendance plutôt à associer ça à la typologie de l'Ennéagramme.

@Tia a écrit:
Les articles que tu cites sont aussi ceux que je trouve les plus intéressants. Perfectionnisme, quand tu nous tiens...

Donc le perfectionnisme est une caractéristique INFJ aussi ?

@Tia a écrit:

@Shadow a écrit:
 Bref, un INFJ c'est un peu comme un HPI, ça sert pas à grand chose sauf exception.

Je ne vois pas la question en ces termes. On est, c'est tout (à ce tarif là, qu'est ce qui "sert", franchement ? et dans quel but ?). Et on est avec un package d'aspects positifs ou négatifs, le tout étant de les optimiser par rapport à ce que l'on souhaite devenir et / ou vivre.

C'est certain. Je faisais surtout une réflexion à partir de la rareté d'un type, sachant que c'est perçu bien souvent comme un signe d'excellence. Je vais citer un des articles que j'avais référencé sur ton blog :

"L’ « autre face » de l’INFJ" :

Citation :
"Après tout, il y a quelque chose de romantique dans cette perception de l’INFJ comme rare et inhabituel (cette même rareté qui fait que presque tout le monde veut s’identifier à un INFJ !). Il serait erroné, cependant, de suggérer que « rare » implique nécessairement « spécial » ou « favorisé ». Les INFJ qui utilisent (abusivement) l’idée de leur pourcentage minimal dans la population pour appuyer l’idée que la rareté est la caractéristique essentielle et déterminante de l’INFJ ainsi qu’un bon moyen de les différencier du reste du « commun » typologique sont à côté de la plaque."

@Tia a écrit:
@Shadow a écrit:

D'autres réflexions à partir des fonctions me paraissent pertinentes mais pour vous en faire part je serais contraint de faire des copier-coller à partir d'articles et il ne s'agirait de toute façon plus de réflexions personnelles. Ce qui aurait assez peu d'intérêt dans une présentation. Je m'en passerais donc.

N'hésite pas à ouvrir un topic dans la rubrique "INFJ". Tu m'intrigues...

Je vais sans doute te décevoir, je ne vais rien avancer de nouveau par rapport à ce que tu sais déjà. Seulement extraire des articles consacrés au type des passages qui me parlent d'autant plus que je n'aurais pas penser associer certains comportements à un mode de fonctionnement cognitif codifié.

Deux exemples :

Description du sous-type "L’Académicien" :

Citation :
Naturellement, ces INFJ ont un Ti très développé, tellement développés qu’ils pourraient se considérer eux-mêmes comme des penseurs et non comme des sentimentaux [au sens de "ressentir"]. Mais ne vous trompez pas : ils n’utilisent pas Ni-Te. NiTe possède une vision très distincte du monde. En fait, il s’agit juste d’une sorte de "Ti Ni-Fe". Les Académiciens n’utilisent pas leur Fe de la même façon que les autres INFJ pourraient le faire, et ce pour deux raisons : l’Académicien est très sérieux quand il délivre des faits et empreinte une aura d’autorité, il ne ressemble pas à un vendeur de voitures habituel. Cela est le cas car lorsqu’ils sont en train de parler, leurs mots passent par le filtre du Ti pour être sûr que le tout soit bien cohérent. Lorsque vous utilisez votre Ti cela nous retire de vos connexions personnelles, ce qui signifie que cela retira quasiment toutes les émotions de votre visage (étant un INTP moi-même, je décris là quelqu’un que je connais très bien).

Il y a là la description du Ti ou du moins de son expression physique et pourtant, s'agissant des INFJ, l'auteur laisse entendre que c'est une sorte de simulation du Ni-Fe qui se prend pour du Ni-Te.

Il y a quelques années, des amies à moi m'avaient surnommé "CQFD". J'avais coutume de vendre mes idées avec des démonstrations logiques imparables (souvent construites à l'envers pour expliquer un résultat obtenu de façon intuitive). Bref, j'étais assez fier qu'on me trouve avoir une capacité de démonstration logique. Quelques années après cela, j'ai appris que cette qualification était ironique. Ce n'était pas du tout à mon insu, c'est juste que je n'avais pas perçu le second degré, parce que "bien sur" m'a-t-on dit, "aucun raisonnement n'est infaillible".

Je crois que je peux faire passer des choix émotionnels pour des choix raisonnés parfois (et y croire) mais je ne le fais pas exprès. Seulement il se trouve que je déteste les arguments du type "j'aime - j'aime pas" quand ils sont posés comme une sorte d'argumentation ultime. Donc j'essaye toujours d'argumenter et de donner du sens et de la cohérence même à mes émotions. Est-il besoin de préciser que ça produit parfois des effets totalement opposés à l'effet escompté ^^

Autre exemple, toujours dans "L’ « autre face » de l’INFJ" :

Citation :
L’un des problèmes particuliers des INFJ réside dans leur tentative de contrôler le monde Se de façon à ce qu’il corresponde à leur vision Ni. Cette méthode est directement opposée au flux naturel de leur lot de fonctions (c-à-d permettre au monde Se de nourrir leurs visions Ni). Les INFJ qui opèrent dans ce mode peuvent être particulièrement têtus et perfectionnistes quant à la manière dont leur plan se matérialise. Quand les choses ne se dévoilent pas exactement selon leur « vision » Ni (et elles ne le font jamais !), les INFJ peuvent se trouver désarçonnés. Ceci est particulièrement vrai dans des situations dans lesquelles d’autres dépendent d’eux ou dans lesquelles leurs proches sont impliqués.

(...) Au lieu d’être ouvert à une modification du plan, l’INFJ s’accroche d’autant plus à sa vision originale, ayant la sensation que c’est le seul moyen de corriger le problème. L’INFJ est alors pris dans un paradoxe. Sacrifier la vision Ni signifierait renoncer à la fonction dominante, qui constitue l’essence de sa perception de lui-même. Naturellement, c’est une perspective qui lui fait horreur. Mais au fond, ce que l’INFJ doit réaliser est qu’il s’agissait d’une illusion. Ce qui est proclamé « engagement vis-à-vis de la vision Ni » est en réalité un engagement voilé au résultat Se. Bien sûr, la ligne de démarcation entre Ni et Se est très fine (où finit l’objet et où commence le concept qu’il incarne ?), ce qui explique la facilité avec laquelle eux (et d’autres types) basculent accidentellement dans de telles illusions.

La plupart du temps, je parviens à "sauver les meubles" plus ou moins, au prix d'un engagement temporel et une implication personnelle qui va bien au delà à la fois de ce qu'on attend de moi et de ce qui est nécessaire. Généralement j'évite de m'engager dans la moindre tâche collective ou de prendre le moindre engagement d'envergure pendant au moins un an après. L'impression que le monde s'écroule, que plus rien ne fait sens, que la confusion règne dans mon esprit et que toute logique a disparu est un sentiment totalement terrorisant.

Je suis souvent le premier à déclarer qu'il faus savoir s'adapter si nécessaire, et le premier à en souffrir le cas échéant car je me trouve créativement bloqué au moment de devoir faire preuve de souplesse dés que l'aspect pratique a été engagé. Souvent, une modification minime du plan initial me donnera l'impression que toute l'idée est pervertie. Celle-ci formant dans mon esprit un tout inaliénable en construction. C'est à dire que tout n'est pas forcément réglé à l'avance, mais que chaque solution trouvée en cours de route doit s'emboîter parfaitement à la place laissé vacante comme si celle-ci attendait cette solution et pas une autre.

Il est évident que si tout cela est une illusion, si j'en crois ce passage, alors je ne suis pas prêt à m'engager de nouveau dans quoi que ce soit  No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Ven 21 Fév 2014, 00:09

Merci à Owlferein, Hopeness, Kinnie May, Le chat et Alexterieur pour leur message de Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khendrin
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP-T - 5w6 a - So/Sp/Sx - 5w6/9w1/4w5 - Neutre Strict
Age : 30
Lieu : Sud-Est
Emploi : Assistant de Gestion / Chercheur de voie professionnel
Inscription : 08/05/2012
Messages : 786

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Ven 21 Fév 2014, 09:15

Bonjour et Bienvenue Smile

EDIT: Je vais te lire plus en détails ce soir tranquillement, étant encore au taf Razz

_______________________________________
Khendrin - INTP-T - 5w6 a - So/Sp/Sx - 5w6/9w1/4w5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauterwasser
Aucun rang assigné
avatar

Type : XNFP, type 7 / chaotic-good
Age : 33
Lieu : Montpellier
Emploi : Musicothérapeute Winnicottien, gestaltste et phénoménologiste
Inscription : 07/09/2013
Messages : 1802

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Ven 21 Fév 2014, 19:12

@Shadow a écrit:





Disons que j'étais IN, mais après…

Prise de décision :
Mon premier élan a été de m'identifier au T plutôt qu'au F. Et ce pour deux raisons. L'une c'est que l'on m'a souvent renvoyé l'image d'une personne ayant une capacité de raisonnement d'apparence logique, que ce soit de manière orale et écrite. Et d'autre part parce que, comme un certain nombre  de personnes de ce forum il me semble, depuis quelques années suite à un test de Qi chez un psy (un Wais) je suis identifié comme HPI (Haut Potentiel Intellectuel). On peut aussi dire surdoué bien sûr mais ça véhicule une image tellement faussée de la réalité que je préfère l'acronyme HPI désormais. Donc, par apriori, mon premier mouvement a été de penser que le T s'imposait. Je dois dire aussi que l'expression des sentiments m'est assez difficile (même si je m'améliore) .

Pareil pour moi

Cependant, dans un second temps, il se trouve que je me suis retrouvé à une période de ma vie ou l'exploration de mes sentiments refoulés s'est imposée et qu'à cette occasion, j'ai émis l'hypothèse que ceux-ci étaient peut-être plus éteints pour raison de sécurité (ou de survie personnelle) que réellement absents. Comme conséquence de ce travail, la colère, système de défense de mon type eag présumé commençant alors à prendre ses aises après des années de mise sous tutelle policée.

Disons donc Sentiment F, plutôt que Pensée T.






C'est à ce moment qu'a lieu une IRL et que je me suis essayé de façon rapprochée au remplissage de questionnaires : Supertest d'une part, puis celui-ci :TEST MBTI - Version Eng (Khenrin) + VF (Pikazwanghaft).

Les deux me typent assez clairement INTP. Je vais lire le profil (copieusement renseigné sur 16types) et c'est vrai que je me reconnais dans un paquet de descriptions). Pendant un temps je m'en contente. C'est assez agréable d'avoir un profil auquel s'identifier.


Moi aussi j'ai fais ce test et je ressort INtP avec un équilibre quasi absolu entre le T et le F (1 point)


Deuxième hypothèse donc : INTP.


Pourtant, quelque chose cloche avec le profil INTP : je semble avoir trop de Fe pour que ce soit l'expression d'une fonction inférieure maîtrisée avec l'âge. D'aussi loin que je me souvienne, l'expression de cette fonction telle qu'on me la décrit a été active chez moi (et au moins depuis l'adolescence). D'autre part, tout en ayant mes émotions sous contrôle, elles ne me sont pas étrangères dans le sens ou j'y serais indifférent, mais juste trop ingérables pour que je m'y confronte. Je ne suis pas juste saoulé, comme on décrit les INTP, par les émotions inutiles qu'on leur impose. Chez moi, cela peut provoquer une certaine panique si je ne les met pas à distance en les observant de l'extérieur, de façon à en être au grand jamais, sujet ou partie prenante. Enfin ma rigueur analytique est bien plus l'expression d'une réflexion présentée de façon formelle certes mais qui serait plus une synthèse intuitive plutôt qu'une véritable démonstration "froide" et logique dénuée naturellement d'affect.

Bref, l'hypothèse INTP tout en restant dominante est un peu mise en sommeil et, bien que je n'en maîtrise pas les aspects et que je sois loin de me l'approprier, l'hypothèse INFJ est de plus en plus évoquée cependant que je n'exclue pas totalement non plus l'INFP initial.

Troisième hypothèse donc : INFJ.



À vrai dire, des quatre hypothèses IN, seul l'efficace INTJ ne m'a jamais fait de l'œil. Dans mon esprit, il allie la capacité logique de l'INTP (et ses soucis pour comprendre les émotions de l'autre voir de s'en soucier) tourné vers une efficacité immédiate qui prémuni de la procrastination. Moins théorique que pratique donc, bien que maîtrisant parfaitement l'abstraction logique (et donc moins fumeuse que l'abstraction des INF).





J'adooooooore les fractales !!!!  Amour 




Mais peu importe. Quoi qu'il en soit, toutes mes préférences sont testées et re-testées (avec des test différents) et le résultat est sans appel : INFJ.


J'ai passé un peu de temps sur le blog de Tia hier, et je la remercie d'ailleurs pour avoir compilé et traduit des articles en les rendants accessibles à un même endroit. Je commence à trouver vraiment des explications précises à des questionnements flous. Mes articles préférés étant celui consacré aux défauts des INFJ (L’ « autre face » de l’INFJ et Les différents visages des INFJ C'est souvent plus par cette entrée que par d'éventuelles qualités (auxquelles je suis de tout façon la plupart du temps aveugle, hpi et type 1, ça fait pas de cadeaux de ce côté là ^^) que j'arrive à intégrer une réalité qui me concernerait.

Le blog de Tia est très interesssant en effet, t'as bien fait d'y passer !


Sur ce, je vous remercie de votre intérêt.



ce fut un plaisir de te lire, d'autant plus que beaucoup de choses font écho.
(j'ai commenté en bleu dans ton message cité)

comme pour toi, pour ma part, il est évident que je sois IN, c'est clair comme de l'eau de roche.

le reste est plus ambigue, portant je sius testé INtP à presque tout le temps (une fois j'ai été teste infp).

comme toi, mon Fe est bien développé : je suis engagé dans un travail de thérapeute et les gens avec qui je travaille m'adorent ! (à condition que je me sente bien dans mon cadre de travail, autistes et trisomique, activités artistiques, à domicile ou en petite structure).

pourtant le Fe est la dernière fonction de l'intp.
(je connais des intp cramponnés sur les jeux vidéos et qui s'en branlent du reste)

alors pourquoi suis-je toujours typé de la sorte ?
autre facteur : je me suis bien reconnu dans la description de l'intp du site 16 types, (sauf pour le coté hyper rationnel car j'adore la fantaisie) donc c'était plus ou moins aqcuis.

je ne pense pas être vraiment INFP car mon Fi n'est pas du tout un domaine que je maitrise : les émotions (et particulièrement les émotions amoureuses durant mes 29 premières années) sont des manifestations ingérables, paniquantes, illogiques, qui me mettent à plat.
par ailleurs je suis quasiment incapable de manifester de la colère.
(tous les sentiments restent sous cocote-minute)

par contre je n'ai aucun problème à écouter et conseiller une personne qui est dans cet état.


cela m'oriente vers INFJ

MAIS
ce n'est pas possible : je suis terriblement bordélique, je n'ai aucun égard envers le hiérarchie, je laisse toujours toutes les options ouvertes avant de faire des choix, les deadline, la routine et les emplois du temps m'horripilent au plus haut point.

voila, pardon de m'être un peu épanché sur ton topic de présentation, mais trop de choses font écho.


si d'autres personnes qui ont hésité sur intp et infJ, n'hésitez pas à vous manifester !
merci




Ps les images que tu as proposées me plaisent beaucoup surtout la personne qui regarde les lignes et les fractales.  love 

_______________________________________

Les oiseaux n'ayant connu que la cage pensent que voler est une maladie.
Alejandro Jodorowski

Le monde appelle fous ceux qui ne sont pas fous de la folie commune
(auteur inconnu)

N'oubliez pas que la terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux
de Khalil Gibran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Ven 21 Fév 2014, 19:42

Bienvenue Shadow !
Revenir en haut Aller en bas
Tia
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ
Age : 36
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Sam 22 Fév 2014, 00:14

T'es prêt pour la réponse à la réponse de la réponse ? (les INFJ, ils lâchent jamais rien, on va enquiquiner tout le monde, mais c'est trop bien... Ti power !!! )

@Shadow a écrit:
(c'est un peu chiant dés fois de se dire qu'on peut avoir des comportement aussi stéréotypés)
Dans d'autres cas, ça a pu me perturber un peu, mais pour ce que recouvre le MBTI, je dois dire que ça me rassure. D'où ma partialité sur son intérêt Wink

@Shadow a écrit:
En même temps je n'ai pas eu beaucoup de complexes à me typer INFP dans un premier temps. J'apprécie tout autant les poncifs (un mec, une nana) que de prendre du recul et relativiser la nature des Archétypes.
Tu as raison, ça m'était sorti de la tête (à force de prendre "paragraphe par paragraphe"...). Moi aussi, j'aime bien les deux. Revenir aux basiques, mais pas se faire enfermer dedans.

@Shadow a écrit:

Ah bon, la colère aussi ça peut-être une caractéristique INFJ ?
Non, pas comme une caractéristique INFJ en tant que telle, comme tu le dis, tout le monde y est sujet. C'est la façon dont on la gère qui est très similaire (tu verras les posts de Kda, INTJ, assez proche aussi). Je me retrouve énormément dans ta description à ce sujet. Pour l'énnéagramme, je ne peux pas dire, pour le coup, parce que le modèle ne me "parle" pas, donc je le connais très mal.

@Shadow a écrit:
Donc le perfectionnisme est une caractéristique INFJ aussi ?
Ça oui, ça revient de façon récurrente. Le nôtre est un peu plus axé "gestion de l'émotionnel" que celui des INTJ, mais le domaine professionnel est bien développé aussi.

@Shadow a écrit:
  C'est certain. Je faisais surtout une réflexion à partir de la rareté d'un type, sachant que c'est perçu bien souvent comme un signe d'excellence.
Tout à fait d'accord. En fait je crois que le côté "flocon de neige spécial" pour traduire très littéralement nos amis américains, n'a pas une grosse importance passé le premier moment de
"je ne suis pas tout seul à être bizarre !" . Beaucoup disent que ça différencie les "vrais" INFJ des
"wannabees" (probables INFP) qui veulent être INFJ parce qu'ils veulent être spéciaux.
De toute façon, je ne vois pas en quoi on peut se considérer comme unique alors qu'on tend à graviter dans des milieux d'INFJ et à s'attirer les uns les autres. A l'heure actuelle, j'en compte une petite dizaine (certes pas "officiellement" typés) dans mon cercle élargi : on n'est pas plus unique que chaque personne sur cette planète, point barre.

@Shadow a écrit:
Je vais sans doute te décevoir, je ne vais rien avancer de nouveau par rapport à ce que tu sais déjà. Seulement extraire des articles consacrés au type des passages qui me parlent d'autant plus que je n'aurais pas penser associer certains comportements à un mode de fonctionnement cognitif codifié.
Au contraire, c'est toujours intéressant de voir ce qui "parle" à quelqu'un.

Description du sous-type "L’Académicien" :

Citation :
Naturellement, ces INFJ ont un Ti très développé,[...] En fait, il s’agit juste d’une sorte de "Ti Ni-Fe".[...] Lorsque vous utilisez votre Ti cela nous retire de vos connexions personnelles, ce qui signifie que cela retira quasiment toutes les émotions de votre visage (étant un INTP moi-même, je décris là quelqu’un que je connais très bien).

@Shadow a écrit:

Il y a là la description du Ti ou du moins de son expression physique et pourtant, s'agissant des INFJ, l'auteur laisse entendre que c'est une sorte de simulation du Ni-Fe qui se prend pour du Ni-Te.
Oui et non, Ti est quand même assez différente comme fonction. Disons qu'il y a une tendance à l'équilibre que l'individu cherche à atteindre qui va venir contrebalancer le manque que crée l'emploi de Ni-Fe en dominante. (Enfin, pour ce genre de discussion, il vaut mieux aller voir les posts d'Exil, c'est lui le boss !). Je dirais que l'INFJ en mode "académicien" peut peut-être passer pour un INTJ si on se contente de le regarder, mais son mode de raisonnement sera spécifique Ti. Et puis ça n'est pas forcément constant, vu que c'est la tertiaire.

J'ai un peu mal pour toi sur l'histoire du "CQFD". Bien sûr que notre raisonnement est infaillible, c'est notre intuition qui l'a dit, d'abord ! Wink

@Shadow a écrit:

Je crois que je peux faire passer des choix émotionnels pour des choix raisonnés parfois (et y croire) mais je ne le fais pas exprès. Seulement il se trouve que je déteste les arguments du type "j'aime - j'aime pas" quand ils sont posés comme une sorte d'argumentation ultime. Donc j'essaye toujours d'argumenter et de donner du sens et de la cohérence même à mes émotions. Est-il besoin de préciser que ça produit parfois des effets totalement opposés à l'effet escompté ^^
Tu veux dire que tu prends ton premier choix en mode émotionnel, que tu l'attaques en mode rationnel, puis que tu réexamine cette nouvelle donne en te disant qu'en fait ce même mode rationnel n'est peut-être pas le plus adéquat dans le cas présent (ou qu'à force de vouloir trop rationaliser, tu es devenu irrationnel) et qu'après avoir effectué quatre ou cinq fois cette opération tu finis par faire ce que tu voulais au début ?
Je ne vois absolument pas de quoi tu peux bien vouloir parler... Wink
Au moins, on ne peut pas dire que tous les aspects du problème ne sont pas envisagés...


Autre exemple, toujours dans "L’ « autre face » de l’INFJ" :

Citation :

(...) Au lieu d’être ouvert à une modification du plan, l’INFJ s’accroche d’autant plus à sa vision originale, ayant la sensation que c’est le seul moyen de corriger le problème. L’INFJ est alors pris dans un paradoxe. Sacrifier la vision Ni signifierait renoncer à la fonction dominante, qui constitue l’essence de sa perception de lui-même. Naturellement, c’est une perspective qui lui fait horreur. Mais au fond, ce que l’INFJ doit réaliser est qu’il s’agissait d’une illusion. Ce qui est proclamé « engagement vis-à-vis de la vision Ni » est en réalité un engagement voilé au résultat Se. Bien sûr, la ligne de démarcation entre Ni et Se est très fine (où finit l’objet et où commence le concept qu’il incarne ?), ce qui explique la facilité avec laquelle eux (et d’autres types) basculent accidentellement dans de telles illusions.
Ahah !!! tu viens juste de citer mon passage préféré, mon moment révélation du MBTI (après celui où j'ai lu ma première description des INFJ), celui auquel je renvoie tous les gens qui me disent qu'ils ne savent pas s'ils sont INFJ ou autre chose. Pour moi c'est ça, la quintessence de l'INFJ, et par là même, la quintessence du "problème"... ah, lâcher prise...

@Shadow a écrit:

Généralement j'évite de m'engager dans la moindre tâche collective ou de prendre le moindre engagement d'envergure pendant au moins un an après. L'impression que le monde s'écroule, que plus rien ne fait sens, que la confusion règne dans mon esprit et que toute logique a disparu est un sentiment totalement terrorisant.
Ah, ben voilà. Ca fait pas encore un an pour moi, ça explique des choses... t'aurais pas des idées pour accélérer le processus par hasard ? parce que la reconstruction, c'est lent ...

@Shadow a écrit:

Je suis souvent le premier à déclarer qu'il faus savoir s'adapter si nécessaire, et le premier à en souffrir le cas échéant car je me trouve créativement bloqué au moment de devoir faire preuve de souplesse dés que l'aspect pratique a été engagé. Souvent, une modification minime du plan initial me donnera l'impression que toute l'idée est pervertie. Celle-ci formant dans mon esprit un tout inaliénable en construction.
OUI ! c'est affreux, en fait ! Surtout quand, une fois le projet réalisé, on se rend compte qu'à force de n'avoir pas modifié, ou pas assez, c'est là qu'on a trahi la vision Ni, parce que du coup on a empêché qu'elle se réalise de la meilleure façon possible. Argggg !!! Doute - autosabordage - culpabilité... : à ne pas vouloir se trahir et lâcher ses principes, on a obtenu exactement l'inverse de ce qu'on voulait.
Comme quoi, la souplesse et le recul...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
Titiwilly
Agneau de Dieu
avatar

Type : INFJ
Age : 21
Lieu : Paris
Emploi : :-)
Inscription : 10/11/2013
Messages : 884

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Sam 22 Fév 2014, 17:18

Bienvenue à toi Shadow !

On a rarement droit à des messages de présentations aussi aboutis et intéressants que le tien,
j'ajoute aussi que j'ai été subjugué par les dessins d'illustration des types. Leur force évocatrice est puissante. As-tu d'autres illustrations de ce genre pour les autres types du MBTI ?

Je ne suis pas en mesure de te fournir un message de réponse qui soit très détaillé ou consistant, mais à quoi bon puisque Tia s'en charge déjà Wink Je te dirais juste que mes "hésitations de typage" ressemblent assez aux tiennes : je me suis identifié en premier lieu au profil INFP (sans chercher à comprendre le MBTI plus en détail, je me suis attaché à ce type simplement parce que je le trouvais flatteur : les côtés "artiste" et "romantique" me plaisaient et j'aurais aimé pouvoir être défini comme tel). Puis, après ma venue sur le forum, certains m'ont trouvé un peu trop "cérébral" et "théorisant" pour un Fi-dom : on m'a redirigé vers le type INTP, arguant que mes démarches étaient fortement empreintes de Ti. Et parallèlement à cela je me suis intéressé aux descriptions du type INFJ : par peur de tomber dans la sur-identification grotesque j'ai choisi de mener de front des recherches sur ces 3 profils (bien que dès le départ j'ai eu une certaine répulsion à l'idée d'être typé "T" : il me semblait clair que mon processus décisionnel se basait bien d'avantage sur des considérations éthiques ou sociales que sur des considérations logiques. Mais soit, beaucoup de gens me typaient INTP, je me suis donc dit que je devrais considérer cette hypothèse comme valable).

Mais il m'aura fallu un certain temps et moultes discussions avec les membres du forum avant de comprendre qu'il ne fallait pas s’intéresser aux "comportements" inhérents à chaque type, mais bien à leur fonctionnement cognitif intrinsèque : les comportements externes traduisent peut-être un fonctionnement interne, mais ils sont interprétables à travers de multiples angles de vue et peuvent être extrapolés abusivement jusqu'à en établir des corrélations avec à peu près n'importe quel processus cognitif. Le problème viens aussi du fait qu'il est difficile d'analyser ses propres comportements d'une manière qui soit purement détachée et théorique; (ainsi la fonction dominante est en générale assez visible de l'extérieur pour les autres, mais pas forcément pour le sujet lui même, puisque cette fonction serait un processus cognitif en partie inconscient); si tel avait été mon souhait j'aurais pu prétendre être ISTJ en m'attachant à des descriptions globales ou à des traits comportementaux isolés, comme je l'ai fait en cherchant à prouver successivement que j'étais INFP, puis que j'étais INFJ et que je n'étais pas INTP. Autant dire que je m'évertuais vainement à lire mes comportements à travers des grilles d'analyse biaisées par une compréhension incomplète de la théorie. (Encore heureux que j'en fusse conscient assez tôt : aux premiers abords il m'a semblé évident que le MBTI était un outil complexe et qu'il me faudrait un certain temps avant d'en maîtriser les rouages). Dès lors j'ai pu constater la regrettable tendance qu'ont certains de vous attribuer arbitrairement un type en se basant sur des données assez vides de sens, en cherchant à vous rendre conforme à la vision qu'ils se font de vous, et oubliant du même coup à quel point il peut être hasardeux (et fort peu rigoureux) de lire la personnalité de quelqu'un à travers ses écrits. (Bien sûr il m'arrive aussi d'avoir un pressentiment sur le type de telle ou telle personne en parcourant ses écrits, mais je considérerait ce pressentiment comme une simple hypothèse, une petite ébauche de typage).

En bref, il me reste tout à apprendre des théories jungiennes, ma compréhension de ces modèles n'est que partielle, en cours d'établissement. C'est pourquoi je fréquente ce forum, à la recherche de quelques informations qui viendraient alimenter ou renouveler ma compréhension de ces théories, à la recherche des quelques érudits que l'on peut croiser ici Wink C'est fort plaisant de discuter avec des gens qui partagent le même champ de questionnement, et je suis heureux de voir que tu sembles toi aussi avoir des questionnements intenses autour du MBTI  !

Il me semble dorénavant que je suis INFJ, malgré le fait que comme mentionné plus tôt j'estime que ma connaissance du modèle est toujours incomplète. Je ne tiens pas forcément à m'épancher ici sur les raisons de ce typage, à étaler le contenu de mes recherches, (puisque après tout là n'est pas le sujet, et je n'ai pas le temps pour ça aujourd'hui), mais je serais heureux de pouvoir le faire plus tard et dans un autre contexte ^^

Puisses-tu trouver ton bonheur sur ce forum Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Sam 22 Fév 2014, 18:49

@Titiwilly a écrit:

j'ajoute aussi que j'ai été subjugué par les dessins d'illustration des types. Leur force évocatrice est puissante. As-tu d'autres illustrations de ce genre pour les autres types du MBTI ?

Merci, c'est plaisant d'avoir le retour de quelqu'un qui y est sensible. Malheureusement, bien que j'aimerais être à même de proposer d'autres images symboliques pour les autres types, je n'en suis pour l'instant pas capable. En fait je manque d'empathie pour les autres types.

Je veux dire par là non pas que je manque de sympathie pour eux, mais que je ne suis pas capable de me mettre à leur place pour percevoir leur façon de fonctionner à un niveau émotionnel. C'est ce ressenti émotionnel à distance, perçu de façon neutre donc, qu'on appelle en psychologie l'empathie (et non l'espèce de salmigondis dégoulinant de bons sentiments dont certains aiment à vanter l'expérimentation incontinente et qui mélange allègrement sympathie et syntonie en nommant ce couple empathie). Une fois perçu le portrait émotionnel de la cible (en l'occurrence des types, mais ça marche aussi avec des individus), il devient possible d'introjecter ce ressenti à l'intérieur de moi comme une carte perforée dans un orgue de barbarie (mais sans le coté mécanique, je précise tout de suite. Il ne s'agit que d'une image) pour pouvoir en faire une retranscription graphique.

Je précise au surplus que ce pourquoi je n'ai pas d'empathie, c'est pour la représentation des types, leur concept. Je pourrais très bien en avoir (ou pas) pour n'importe quel individu caractéristique d'un des 16 types du MBTI. Mais pour l'heure, les types me sont encore trop étranger, en dehors de ceux auxquels je me suis personnellement confronté, pour m'en faire une image mentale, et par voie de conséquence, pour pouvoir en proposer une évocation graphique.

@Titiwilly a écrit:
Mais il m'aura fallu un certain temps et moultes discussions avec les membres du forum avant de comprendre qu'il ne fallait pas s’intéresser aux "comportements" inhérents à chaque type, mais bien à leur fonctionnement cognitif intrinsèque : les comportements externes traduisent peut-être un fonctionnement interne, mais ils sont interprétables à travers de multiples angles de vue et peuvent être extrapolés abusivement jusqu'à en établir des corrélations avec à peu près n'importe quel processus cognitif. Le problème viens aussi du fait qu'il est difficile d'analyser ses propres comportements d'une manière qui soit purement détachée et théorique; (ainsi la fonction dominante est en générale assez visible de l'extérieur pour les autres, mais pas forcément pour le sujet lui même, puisque cette fonction serait un processus cognitif en partie inconscient); si tel avait été mon souhait j'aurais pu prétendre être ISTJ en m'attachant à des descriptions globales ou à des traits comportementaux isolés, comme je l'ai fait en cherchant à prouver successivement que j'étais INFP, puis que j'étais INFJ et que je n'étais pas INTP. Autant dire que je m'évertuais vainement à lire mes comportements à travers des grilles d'analyse biaisées par une compréhension incomplète de la théorie.

Je trouve cette analyse remarquable de pertinence. C'est bien le souci effet, on peut souvent justifier un même comportement dans des types différents mais pour de mauvaises raisons. Tout le challenge est de trouver la bonne cause pour l'effet étudié.

Je me rend compte que j'ai inutilement paraphrasé quelque chose que tu as parfaitement formulé  Blasé


Dernière édition par Shadow le Sam 22 Fév 2014, 23:05, édité 1 fois (Raison : complément)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Sam 22 Fév 2014, 19:23

@Lauterwasser a écrit:

comme pour toi, pour ma part, il est évident que je sois IN, c'est clair comme de l'eau de roche.

le reste est plus ambigue, portant je sius testé INtP à presque tout le temps (une fois j'ai été teste infp).

comme toi, mon Fe est bien développé : je suis engagé dans un travail de thérapeute et les gens avec qui je travaille m'adorent ! (à condition que je me sente bien dans mon cadre de travail, autistes et trisomique, activités artistiques, à domicile ou en petite structure).

pourtant le Fe est la dernière fonction de l'intp.
(je connais des intp cramponnés sur les jeux vidéos et qui s'en branlent du reste)

alors pourquoi suis-je toujours typé de la sorte ?
autre facteur : je me suis bien reconnu dans la description de l'intp du site 16 types, (sauf pour le coté hyper rationnel car j'adore la fantaisie) donc c'était plus ou moins aqcuis.

je ne pense pas être vraiment INFP car mon Fi n'est pas du tout un domaine que je maitrise : les émotions (et particulièrement les émotions amoureuses durant mes 29 premières années) sont des manifestations ingérables, paniquantes, illogiques, qui me mettent à plat.
par ailleurs je suis quasiment incapable de manifester de la colère.
(tous les sentiments restent sous cocote-minute)

par contre je n'ai aucun problème à écouter et conseiller une personne qui est dans cet état.


cela m'oriente vers INFJ

MAIS
ce n'est pas possible : je suis terriblement bordélique, je n'ai aucun égard envers le hiérarchie, je laisse toujours toutes les options ouvertes avant de faire des choix, les deadline, la routine et les emplois du temps m'horripilent au plus haut point.

J'ai eut la même réflexion sur le Fi et les relations interpersonnelles mais dans une premier temps, je pensais que c'était du Fe inférieur donc ça collait avec INTP. Je commence tout juste à distinguer la différence et oui, dans mon cas, ça rend aussi l'INFP impossible. Et pour le Fe, je pourrais dire des choses approchantes des tiennes.

Pour ce qui est des caractéristiques qui te font t'interdire d'être INFJ, sans présumer de rien, je constate juste que je suis bordélique, que j'ai du respect envers la hiérarchie et que je suis même légaliste parfois (la loi c'est la loi) mais que (un peu comme tout les français en même temps : c'est bon pour les autres mais pas pour moi) il ne faut pas qu'elle me déçoive car mon respect envers l'autorité est intimement lié à l'excellence ou une sorte de devoir d'exemplarité. Il ne faut pas trahir ma confiance (même si on ignore où je l'ai placée) où l'on risque de perde mon estime durablement. Je peux m'estimer dispensé alors de loyauté envers la hiérarchie à partir de ce moment là.

Pour les options ouvertes c'est idem. M'engager à l'avance, même pour passer un week en confirmant ne serait-ce que 48h avant m'angoisse (si seulement je pouvais juste dire une heure avant de prendre mon train si je viens ou pas ! comment font les gens qui planifient des vacances 6 mois à l'avance ? ça me dépasse...). Évidemment, deadline, routine et emploi du temps sont un gros souci pour moi. Je fais aussi tout un tas de to-do list dans l'espoir de maîtriser mon calendrier que je ne relis jamais et qui s'empilent. Parfois je retombe sur une liste qui remonte à plusieurs années et je constate avec satisfaction que certaines choses sont réalisées et avec culpabilité que certaines, urgentes, sont toujours pitoyablement en souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Sam 22 Fév 2014, 22:15

@Shadow a écrit:

Il y a là la description du Ti ou du moins de son expression physique et pourtant, s'agissant des INFJ, l'auteur laisse entendre que c'est une sorte de simulation du Ni-Fe qui se prend pour du Ni-Te.
@Tia a écrit:
Oui et non, Ti est quand même assez différente comme fonction. Disons qu'il y a une tendance à l'équilibre que l'individu cherche à atteindre qui va venir contrebalancer le manque que crée l'emploi de Ni-Fe en dominante. (Enfin, pour ce genre de discussion, il vaut mieux aller voir les posts d'Exil, c'est lui le boss !). Je dirais que l'INFJ en mode "académicien" peut peut-être passer pour un INTJ si on se contente de le regarder, mais son mode de raisonnement sera spécifique Ti. Et puis ça n'est pas forcément constant, vu que c'est la tertiaire.

Je vais laisser de côté le Ti Ni-Fe provisoirement alors, je pige pas tout ce que tu dis ^^

@Tia a écrit:
Tu veux dire que tu prends ton premier choix en mode émotionnel, que tu l'attaques en mode rationnel, puis que tu réexamine cette nouvelle donne en te disant qu'en fait ce même mode rationnel n'est peut-être pas le plus adéquat dans le cas présent (ou qu'à force de vouloir trop rationaliser, tu es devenu irrationnel) et qu'après avoir effectué quatre ou cinq fois cette opération tu finis par faire ce que tu voulais au début ?
Je ne vois absolument pas de quoi tu peux bien vouloir parler...  Wink
Au moins, on ne peut pas dire que tous les aspects du problème ne sont pas envisagés...

^^

Je ne suis pas sur de fonctionner comme tu dis. Si je fais des A-R Émotionnel-Rationnel, je n'en ai pas conscience.

Disons que lorsque je vois quelque chose qui fait souci dans le comportement d'un proche, je vais hésiter longtemps à le dire en cherchant la bonne approche et à la fin de toute façon, quelques soit les pincettes que je prend, toute remarque critique sera mal prise. Ce qui rend très problématique de répondre aux incitations du genre : "mais vas y, tu peux tout me dire tu sais...". Qui finissent par : "salaud, si tu penses ça de moi c'est plus la peine de m'adresser la parole !".

Mais ce que je voulais dire présentement, c'est que je dois parfois confondre des choix émotionnels ("j'aime - j'aime pas" pour rester basique) parce que j'ai la capacité (ou le mauvais réflexe) de pouvoir les argumenter de façon raisonnée, en les prenant pour des déductions rationnelles (je vais te dire pourquoi je t'apprécie : petit a)…b)...). Alors que fondamentalement, il s'agit d'une émotion. Seulement ça demande, on va dire, du Fi d'une part et du Si d'autre part j'imagine. Toute chose permettant de bien se rendre compte de ce qui se passe à l'intérieur à la fois au niveau sensitif, physique ou psychologique (avoir du Se inf n'aide pas non plus).

Je me souviens d'une séance d'EMDR très puissante où la thérapeute me demandait ce que je ressentais. J'ai décrit une sensation physique de façon un peu clinique (mal ici, mâchoire crispée, sensation de chaleur désagréable. Ce genre de truc quoi). La psy me regarde avec un air de profonde compassion et me dit : "oui, c'est de la tristesse" (elle avait le contexte elle hein Wink). Et moi de me dire : "ah, c'est ça la tristesse ? Cool, je savais pas que ça faisait comme ça, je ressens une émotion, super !","Je peux ravoir un mouchoir ?".

@Tia a écrit:
Ah, ben voilà. Ca fait pas encore un an pour moi, ça explique des choses... t'aurais pas des idées pour accélérer le processus par hasard ? parce que la reconstruction, c'est lent ...

J'ai menti, ça fait plus d'un an Razz

Et pour finir, trahir la vision Ni, hum, ça me parle plus que pour le Ti du début mais ça reste encore un peu flou. C'est une peu le fond du passage cité en même temps. On ne se rend pas compte que c'est naturel et si on s'en éloigne on perd pied avec son identité. Ça ressemble un peu à une victoire à la Phyrrus du coup, y'a pas de bonne solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ, 1w9µ
Age : 47
Lieu : Paris
Emploi : du temps
Inscription : 19/02/2014
Messages : 56

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Dim 23 Fév 2014, 01:38

Merci à Khendrin et Luna pour leur message de Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tia
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFJ
Age : 36
Lieu : Paris
Emploi : non renseigné
Inscription : 02/09/2013
Messages : 743

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Dim 23 Fév 2014, 16:40

@Shadow a écrit:

Disons que lorsque je vois quelque chose qui fait souci dans le comportement d'un proche, je vais hésiter longtemps à le dire en cherchant la bonne approche et à la fin de toute façon, quelques soit les pincettes que je prend, toute remarque critique sera mal prise. Ce qui rend très problématique de répondre aux incitations du genre : "mais vas y, tu peux tout me dire tu sais...". Qui finissent par : "salaud, si tu penses ça de moi c'est plus la peine de m'adresser la parole !"
Je pensais plus à des cas d'auto-analyse, pour des prises de décisions par exemple. Les critiques, je n'en fait qu'aux très proches avec qui je sais comment amener les choses, quand ils demandent un retour, pour éviter ce type de pb...

@Shadow a écrit:
J'ai menti, ça fait plus d'un an Razz
 affraid 

@Shadow a écrit:

Et pour finir, trahir la vision Ni, hum, ça me parle plus que pour le Ti du début mais ça reste encore un peu flou. C'est une peu le fond du passage cité en même temps. On ne se rend pas compte que c'est naturel et si on s'en éloigne on perd pied avec son identité. Ça ressemble un peu à une victoire à la Phyrrus du coup, y'a pas de bonne solution.
C'est vrai... désolée, je suis partie un peu vite en langage mbti alors que tu as dit toi-même que tu n'y étais pas encore très familiarisé. Je trouve ça pratique pour exprimer certains ressentis, mais c'est dangereux dans la mesure où je ne suis pas sûre de comprendre le terme comme d'autres, ce qui est gênant pour un langage. D'un autre côté, je ne suis pas sûre que bp aient cette compréhension commune : si c'était un pré-requis, je me demande s'il y aurait la moindre discussion...

_______________________________________
Le pire et le meilleur se côtoient sur ce forum, qui devrait se vouloir sérieux.
C'est regrettable, mais le facteur humain fait que cela ne paraît pas prêt de changer.


" If you can keep your head when all about you, Are losing theirs and blaming it on you, [...]
If you can dream - and not make dreams your master; If you can think - and not make thoughts your aim..."


https://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoinlecturedesinfj.wordpress.com/tag/infj/
Khendrin
Aucun rang assigné
avatar

Type : INTP-T - 5w6 a - So/Sp/Sx - 5w6/9w1/4w5 - Neutre Strict
Age : 30
Lieu : Sud-Est
Emploi : Assistant de Gestion / Chercheur de voie professionnel
Inscription : 08/05/2012
Messages : 786

Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre Mar 25 Fév 2014, 10:40

Bon maintenant que j'ai lu ton post avec plus d'attention et de détails, je suis bluffé par ton cheminement et ton doute.

Je me reconnais beaucoup et de voir qu'au final tu as réussi à te déterminer me laisse un espoir un jour de réussir à me convaincre de mon type. (Sur 4 IN, y'a de quoi douter).

Mine de rien, cumuler la fonction Intuition Introvertie (très difficile à appréhender, un peu comme la psychologie est au corps médical; t'es pas Si, ni Ti, ni Fi, donc tu dois être Ni.), le perfectionnisme du 1, et le HPI, tu m'étonnes que tu aies du mal à t'y retrouver.

Bon c'est bien creux tout ça...Disons qu'il n'y a pas grand chose à ajouter (de mon point de vu), sauf que le AAT m'intrigue à cause de grâce à toi Very Happy

A très bientôt, et merci pour ton témoignage.

_______________________________________
Khendrin - INTP-T - 5w6 a - So/Sp/Sx - 5w6/9w1/4w5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: L'appel de l'Ombre

Revenir en haut Aller en bas
 

L'appel de l'Ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'appel de l'Ombre
» Appel aux Témoins du 5 Novembre 1990 par Michel (responsable de cette rubrique)
» Jupiter, Appel à images
» Souffle d'ombre
» appel à temoin Normandie-Bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: La vie sur le forum :: Le coin des présentations-