Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr16-types.fr  RechercherRechercher  MembresMembres  RSSRSS  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Statistiques MBTI en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Blue
Aucun rang assigné
avatar

Type : INFP 4w3
Age : 26
Lieu : Bruxelles
Emploi : etudiante
Inscription : 24/05/2015
Messages : 81

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 08:57

Tu ne comprends pas que dire "les françaises sont les plus élégantes" est une simple généralité sans fondement basée sur ta subjectivité et ton vécu?

On peut parler d'une culture de l'élégance occidentale (Europe de l'ouest) d'une élégance africaine et asiatique par ex (Inda, Chine, Japon, Corée ) etc.

Pour pouvoir tirer une conclusion il faudrait déterminer l'élégance liée à chaque pays (car même en Europe plus tu vas dans le Nord et en Angleterre en gros la culture anglo-saxonne tu pars dans beaucoup plus de sobriété que l'élégance latin (française italienne espagnole etc). Un cardigan beige sur un pantalon en toile bleue marine et des petits talons bleu marine et beige et t'es juste parfaite quand il y aura peut-être plus de recherche dans la tenue dans l'Europe du Sud.

Donc définir l'élégance pour chaque pays et ensuite calculer le % de la population répondant à ces critères et ensuite tirer une conclusion. Là seulement si les françaises sortent en premier ça serait acceptable..Mais là...

_______________________________________
"Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie !" Diderot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylphira
Mère de Cthulhu
avatar

Type : ENTP 6w7
Age : 31
Lieu : Ma grotte
Emploi : Barbouilleuse et débarbouilleuse
Inscription : 21/03/2015
Messages : 1684

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 09:23

Parlons de sophistication.
Si l'élégance est une notion subjective et sujette à controverses (la bonne femme avec son t-shirt de hot dogs peut se sentir "élégante") la sophistication d'une culture, elle, peut s'observer en termes objectifs.

Le fait est que les Japonais vivent au sein d'une culture sophistiquée :

- les rituels : le thé est un rituel sophistiqué (compliqué, codifié, mis en scène), de même que les sushis, les repas, les tenus traditionnelles, les fêtes religieuses...
- Leur rapport au temps : hors anime destinées à l'export, certaines animes sont clairement conçues pour rester sur le sol japonais. Le tempo est lent, terriblement lent pour un occidental non-averti... Car c'est la contemplation, au sens bouddhiste du terme. Contempler, méditer, sans penser à l'après. S'assoir et observer une fleur s'ouvrir et faner.
- Les contradictions : plus on élève une culture en terme de sophistication, et plus on se retrouve avec une culture schizoïde, scindée entre cette sophistication, cette façade policée, respectueuse, ritualisée et la face sombre de l'homme, bestiale, ayant besoin de soulager ses pulsions. La contemplation s'oppose au fait qu'ils travaillent comme des brutes par exemple. Les animes poussent les frontières de l’humainement tolérable... C'est un peu le même phénomène qu'on observe chez les Grecs et les Romains, ils restaient tout beaux tout propres en journée. Puis régulièrement, une orgie en l'honneur de Dionysos, avec vin et sorcellerie, exorcisait la bête du citoyen. Pendant ces fêtes, nul statut social ni de nom, seul l'homme bestial et ses pulsions restaient.

C'est sûr que si on compare les Américains aux Japonais, on dirait des sauvages mal dégrossis, brutaux, matérialistes, opportunistes... D'un autre côté, la culture japonaise et la culture européenne sont de "vieilles" cultures, la culture américaine est toute jeune, en comparaison. Fondée sur les chemins de fer, la conquête de l'ouest, construite par des hommes exilés de leur pays, ou à la recherche du filon pour refaire leur vie loin du vieux continent. Je trouve, pour ma part, qu'ils ont fait un sacré chemin depuis leur indépendance en 1776... 239ans plus tard, il devient délicat de séparer ce qui constitue "notre" culture européenne de la culture américaine.

Bref, la culture américaine prône le "prends ce que tu dois prendre, avance" donc : ESTJ. Et en France à votre avis? Quel type MBTI pourrions-nous attribuer à la culture française?

_______________________________________

Never look back. Learn, and remember the last lessons.   
  
Zogarok a écrit:
Où la féminité sur l'état civil et l'humour de garagiste alcoolique avec du poil dans le dos se confondent en une seule personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : FNSJ 7w3
Age : 37
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1000

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 11:45

(C'est un truc de moche l'élégance, la sophistication ou même le charme. Un boudin élégant, ça reste un boudin. Mais après, il y a des degrés de mocheté. Comme des degrés de beauté aussi. Ce n'est surtout pas subjectif. La photo de la chanteuse grosse à hot-dogs, elle est moche parce qu'elle est grosse. Avec des kilos en moins, elle serait très belle. Mais c'est une forme de provoc ces rondeurs.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apocalypse
Déléguée aux smileys
avatar

Type : INFP 4w3 Sp
Age : 28
Lieu : -
Emploi : -
Inscription : 22/09/2012
Messages : 2373

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 15:17

Mais j'ai justement dit que les Japonaises étaient très élégantes... Je sais pas où tu as lu que je disais que les Japonaises étaient moins élégantes que les françaises, même sans kimono elles sont souvent plus sophistiquées que nous.
Et oui, il existe un raffinement chinois, très clairement, mais celui-ci s'est pas mal perdu avec l'avènement du communisme. Aujourd'hui, on ne voit plus trop ça. Il reste des femmes chinoises élégantes mais elles sont minoritaires, ça peut dépendre des régions ou du niveau de vie aussi. (Il paraît que les Chinois du Sichuan sont réputés pour leur sens du look, de ce que j'ai vu, les classes moyennes me paraissent effectivement plus soignées)

Pour le cou de girafe je suis d'accord, c'est culturel, et trop éloigné de nos codes pour qu'on qualifie ça d'élégant. Cependant personne n'a dit que ce n'était pas une forme de raffinement, ni que c'était relâché.


Dernière édition par Apocalypse le Sam 20 Juin 2015, 00:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niet
Milicien
avatar

Type : eNTJ
Age : 23
Lieu : nc
Emploi : Anarchiste de droite
Inscription : 07/03/2015
Messages : 596

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 18:02

Citation :
Les généralités sont les échecs de la chaleur. Quand la chaleur échoue les gens essaient d'avoir raison. Ils génèrent une chaleur négative qui devient des clichés. Ils sont fiers. Toutefois ils ont peur au fond. Soyez compatissant envers les générateurs de clichés et les faux raisonnables.


laughing



Y'a pas plus cliché  que les critiques sur les prétendues généralités. C'est pas de ma faute si vous ne connaissez rien à l'histoire et à l'esprit profond des peuples et que vous ne pouvez pas comprendre pourquoi un français est culturellement plus porté sur certaines choses qu'un américain.

"c'est des généralités" = je suis ignorant alors comme j'y connais rien, je vais simplifier le monde en pensant que tout est égal, que tout peut se valoir etc..`


Merci pour le livre:)

Citation :
Et oui je suis d'accord c'est complètement subjectif c'est pour ça que dire les français sont quand meme les meilleurs dans le gout ou dans l'élégance...C'est généraliste à mon sens. Toutes les cultures n'ont pas le même goût de beauté...C'est pas parce que les parisiennes ou autre française porte des talons quand une espagnole portera des spartiates que la parisienne en est plus élégante...

Traiter les américains de beauf quand on sait que NYC est un des pilier de la mode...et bien d'autres villes aussi en amérique. C'est quelque de fort réducteur.

Les USA n'ont jamais eu aucune culture du raffinement c'est un fait.

Les américains sont protestants, matérialistes, capitalistes et très marqué par l'époque fordiste. Leur culture est une culture qui très tôt a été une culture de masse. Taylor et Ford coincide avec la période où les USA ont commencé à dominer le monde.

A partir de ce constat culturel et donc d'une culture porté sur la masse, la quantité et l'uniformité je ne vois pas où l'on peut trouver du raffinement. Je ne parlerais même pas de leur culture pragmatique et de leur protestantisme qui a une influence énorme dans leur mode de vie.

La France et l'Italie entre son influence antique, le catholicisme et donc depuis le concile de Trente son art : le baroque  ont une toute autre culture.

En faite vous êtes des victimes de la mondialisation et de l'uniformisation du monde. Vous ne pouvez pas comprendre qu'il y'a des différences car effectivement le monde tend a s'uniformiser sous la domination de l'occident américain. Pourtant l'héritage de chacun se sent très clairement.

_______________________________________
"L'erreur majeure avait été d'attendre de la masse qu'elle mit consciemment et durablement sa vie au service d'une idée."
-Ernst Jünger


"Quand on veut rendre les hommes bons et sages, libres, modérés, généreux, on est amené fatalement à vouloir les tuer tous."
- Anatole France


Dernière édition par Nietzsche le Lun 15 Juin 2015, 20:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apocalypse
Déléguée aux smileys
avatar

Type : INFP 4w3 Sp
Age : 28
Lieu : -
Emploi : -
Inscription : 22/09/2012
Messages : 2373

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 18:08

Guinea Pig a écrit:
(C'est un truc de moche l'élégance, la sophistication ou même le charme. Un boudin élégant, ça reste un boudin. Mais après, il y a des degrés de mocheté. Comme des degrés de beauté aussi. Ce n'est surtout pas subjectif. La photo de la chanteuse grosse à hot-dogs, elle est moche parce qu'elle est grosse. Avec des kilos en moins, elle serait très belle. Mais c'est une forme de provoc ces rondeurs.)

Encore une fois, on parle d'élégance/sophistication et non de beauté. Ce message est hors-sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinea Pig
Disciple de Caligula
avatar

Type : FNSJ 7w3
Age : 37
Lieu : Belgique
Emploi : -
Inscription : 08/06/2014
Messages : 1000

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Dim 14 Juin 2015, 18:29

Apocalypse a écrit:
Ce message est hors-sujet.

Ok, chef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GBat
L'Anté Types
avatar

Type : I… #JeSuisPossible
Age : 29
Lieu : Individunivers, France
Emploi : Citoyen monade
Inscription : 24/06/2014
Messages : 792

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Lun 15 Juin 2015, 15:43

Nietzsche il y a tellement de paradigmes et d'angles de vue; c'est un peu comme l'observation d'un environnement sous microscopie; tu n'en verras jamais tous les aspects en même temps avec le même réglage.
On ne peut pas résumer dans les nations des concepts aux accents platoniciens comme ça. Ceci dit, tu soulignes des points pertinents ça et là.

A coté de ça, voyons un peu de quoi on parle.

... Miroir oh mon bon miroir, dis moi qui est la/le plus élégant(e) ...

Sujet vaste; je vais certainement mal me faire comprendre à certains endroits.
Ok. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup d'introversion ici; je vais donc tenter d'ajouter un peu de E, dans la mesure de mes capacités du moment, élargir un peu les conclusions.
Les batailles subjectivité/objectivité sont effectivement une plaie sans guérison, et je vois bien comment parfois même deux personnes peuvent dire au même endroit la même chose sans s'en rendre compte ou sans le souligner, parce que les incompréhensions attirent plus leur attention pour ce qu'elles semblent enlever aux observations respectives.

D'abord, je comprends que trop bien la nuance que l'on tente de faire quand on distingue entre élégance et beauté. Bien qu'incluant aussi l'élégance en certaines proportions, la beauté peut prendre des formes bien trop variées pour que l'on y colle une définition trop consensuelle à tout les coups (objective "absolue"), mais l'élégance soulèverait une inter-subjectivité qui peut nous évoquer une définition générale applicable partout; une personne dont je ne citerais le nom m'a affirmé récemment sur ce sujet que : "même un nu peut être élégant"n suggérant que c'est sa manière et son attitude qui vont faire l'élégance. Ce à quoi je ne m'attendais pas et m'a fait rire (dans le bon sens du terme). On peut effectivement distinguer aussi l'élégance elle-même de la sophistication.
J'ai toutefois un doute sur ce que serait cette définition partout applicable de l'élégance. Est-ce simplement "le fait de prendre soin de soi"?
Sans enlever à ce qui a été dit, je vais essayer de fignoler un peu sur ce sujet. Et on va toucher à plusieurs aspects, voyager dans plusieurs dimensions du réel (événements visibles, concepts abstraits, coutumes langagières et éthique).

Si je pars de cette magnifique Tettitude, propre à la caractérisation toute impersonnelle dans l'aspiration, que Nietzsche nous a posté en haut de page, et que j'y enlève le coté "fondu dans l'essence d'une nation" ou bien celui des "tendances" de mode pour y garder toutefois la situation géographique, certes nous pourrions alors nous demander si Jean-Marc est plus élégant que Omar et ainsi de suite; nous demander si Omar prend bien soin de lui apparaît comme une interrogation en toute cohérence des normes de l'individualisme et à propos des caractères d'individus finis (donc abstrait en tout point) comme on en décrit à foison sur les sites web de développement personnel par exemple; mais serait-ce bien poser la question sous le seul bon angle? A quoi servait-elle cette question? Quel était son but, ses implications?



L'élégance ce ne serait pas aussi d'en avoir les moyens et peu de priorités au dessus?



-Monsieur! Les (esclaves) chinois, ils puent!  Surpris
-Vraiment? Et votre odeur, vous pensez qu'ils la sentent?  Cigare
-oh!  confus  
-On sentirait la décomposition selon eux.  Oui
-oh c'.. c'est inacceptable  Drama Queen




Imaginons nous des voyageurs aisés, forts stimulés par les discussions entretenues pendant le voyage quant au confort des établissements, et forts de nos connaissances sur l'essence des choses et des gens. Nous débarquons, et là, voici Omar, pantalon troué, mine affreuse, en sueur et presque méprisant dans son comportement; on peut rajouter ici le manque de tenue à l'égard des autres à notre définition du manque d'élégance.
Mais on perçoit même dans cette situation quelques à priori, si bien qu'un bon cercle vicieux pourrait être alimenté si on le déclenchait sans se poser un peu sur nos propres perceptions.

-oh! Quel individu malpropre.
Manifestement, ce n'est pas élégant, et il ne prend pas soin de lui. Cela s'ajoute à notre catalogue des représentations. Pourtant, tout comme les perceptions vis à vis d'une personne que l'on ne trouve jamais assez austère, ou jamais assez "sophistiqué" pour reprendre le terme, on trouverait que Omar n'est pas assez propre vis à vis de lui même ni assez convenu dans son comportement vis à vis des autres, bref pas assez éclatant, pas assez élégant; on ne le retiendra pas comme l'expérience de quelqu'un d'agréable à voir. Moui, ok, mais Omar travaille en sous-traitance, d'ailleurs pour la même compagnie qui nous a transporté jusqu'ici, et pour l'instant c'est donc peut-être un peu plus une question de conditions de vie et de travail que d'élégance mais ça nous n'en savons rien; pourtant nous sommes fortement tentés de juger Omar à priori. Et de même, Omar ne sait pas combien de personnes parmi nous auront la sagesse, l'élégance, de ne pas s'offusquer ou rire aux éclats, de ne pas arrêter leur jugement, tandis qu'il affiche un mépris collectif à l'égard de notre prétendue condition de spectateur amusé ou affolé.
Nous voyons que l'on peut renvoyer une image peu élégante de deux façons différentes, et que ceci se produit autant dans la relation à autrui; l'une de ces inélégances se produit par nos sarcasmes emplis de certitudes à priori, l'autre en renvoyant un mépris de classe à priori.
Dans les deux cas, des statistiques avec les même considérations à priori nous écarteraient de l'objectivité que l'on recherche.

Est-ce donc une connaissance des choses? Le savoir n'est-il pas ici plus dans la connaissance de ce que l'on peut vraiment savoir et de ce que l'on ne sait pas?
Reste la mode, les tendances. Mais on voit bien que ça ne fonctionne qu'à moitié dans le cas d'Omar, parce qu'il a franchement d'autres priorités sur les bras. A moitié aussi dans notre cas parce que la vision d'Omar se juxtapose elle-aussi à des aspects qu'il ignore.

Voilà pourquoi il peut être un terrain bien pentu de vouloir mesurer l'élégance des uns et des autres en terme de "nations", alors qu'au final on analyse plus des tendances sans aucun contexte tel que les conditions de vie. Il manque donc probablement de l'aspect social à cette définition de l'élégance sans quoi ça ne peut rester que des à priori qui dans le meilleur des cas nous rendront plus au fait des choses mais le pire nous fera croire bien d'avantage ce que l'on voit (sans voir ce que l'on croit) là où la question n'est pas si bien posée. Cela rend donc également délicat un jugement fondé sur un groupement statistique ne prenant pas en compte ces contextes et ces circonstances.




On peut aller plus loin, proposer de quoi parvenir à éviter ces petits pièges; j'ai l'impression que c'est souvent le verbe "être" qui nous induit en erreur. On cherche à définir ce qui est mais on ne désigne que le fait que des formes particulières sont, sans forcément atteindre leur substance; et pour ce que j'ai compris c'est bien normal, parce que "ce qui EST", l'Essence, n'est peut-être pas dans le plus apparent, dans ce qui se montre, mais dans Une essence dépassant tous ce dont nous venons de parler (ou pourquoi des angles de vue nous échappent souvent quand on essaye de catégoriser le réel). Je me dis donc par exemple, pour reprendre notre cas, que chercher à savoir si Omar EST (plus) élégant (que untel) est peut-être moins pertinent que de constater que Omar MONTRE plus d'élégance. Ce verbe, montrer, n'est pas soumis à quelque chose d'immuable, d'intemporel comme certains concepts ... ... ou comme l'Essence, la Substance. Il peut changer durant sa vie et je crois que cela reflète bien mieux la Nature des choses.



... ....

Bon, moi aussi j'ai envie de péter un petit câble, attirer les regards dans ce nouveau champs de perception qui n'enlève rien à personne et, si nous en sentons le besoin, nous autorise également à faire un gros "F...CK ::!" à nos dépendances respectives. Nous ne sommes pas des dieux, ni des illuminés bon sang, pas plus des faibles finis ::! Alors, chantons qui peut !

J'espère que ça détendra l'atmosphère. What a Face
Allez hop, tous en cœur ::!  


Paablo     il   est pas beau
(Sool-do! do! do! do! do!)
..
Yvette elle est pas bête
(Sol-sol sol  la    la  sool)


Jean-Marc il a la classe
(Sool  la    la la la la)
..
et Omar lave des glaces
(fa sol-la  do   do   do)


Hey! Alleez ::!  Happy beau


Truudie   elle  est  joliie
(Sool-Do! do! do! do-do!)
..
Walt lui n'est pas  poli
(Sol-sol   sol   la  la-sol)

mais Luc est élégant
(Sool  la   la  la-la-la)
..
et Jeff est bien trop chiant
(fa sol  la   do   do   do)

Hey! Allooons ::!!   Moche saut

_______________________________________
"Scélérat! Que l'on ne juge point de ta provenance mais la direction de ton geste!"

"Deus saltem Natura; J'en suis, donc j'y pense; nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous du même."
"Que vaut-il mieux? Démarrer stupide dans une société intelligente, ou intelligent dans une société insensée?"
"Quand on peut, on peut. La science ne révèle que ce qui est possible, non ce qui doit être"
"Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l'ordre et le désordre" Paul Valéry
"Notre ignorance n’est pas aussi vaste que notre incapacité à utiliser ce que nous savons" Marion K. Hubbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niet
Milicien
avatar

Type : eNTJ
Age : 23
Lieu : nc
Emploi : Anarchiste de droite
Inscription : 07/03/2015
Messages : 596

Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France Sam 20 Juin 2015, 00:31

Greenbat85 a écrit:
Nietzsche il y a tellement de paradigmes et d'angles de vue; c'est un peu comme l'observation d'un environnement sous microscopie; tu n'en verras jamais tous les aspects en même temps avec le même réglage.
On ne peut pas résumer dans les nations des concepts aux accents platoniciens comme ça. Ceci dit, tu soulignes des points pertinents ça et là.

A coté de ça, voyons un peu de quoi on parle.

... Miroir oh mon bon miroir, dis moi qui est la/le plus élégant(e) ...

Sujet vaste; je vais certainement mal me faire comprendre à certains endroits.
Ok. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup d'introversion ici; je vais donc tenter d'ajouter un peu de E, dans la mesure de mes capacités du moment, élargir un peu les conclusions.
Les batailles subjectivité/objectivité sont effectivement une plaie sans guérison, et je vois bien comment parfois même deux personnes peuvent dire au même endroit la même chose sans s'en rendre compte ou sans le souligner, parce que les incompréhensions attirent plus leur attention pour ce qu'elles semblent enlever aux observations respectives.

D'abord, je comprends que trop bien la nuance que l'on tente de faire quand on distingue entre élégance et beauté. Bien qu'incluant aussi l'élégance en certaines proportions, la beauté peut prendre des formes bien trop variées pour que l'on y colle une définition trop consensuelle à tout les coups (objective "absolue"), mais l'élégance soulèverait une inter-subjectivité qui peut nous évoquer une définition générale applicable partout; une personne dont je ne citerais le nom m'a affirmé récemment sur ce sujet que : "même un nu peut être élégant"n suggérant que c'est sa manière et son attitude qui vont faire l'élégance. Ce à quoi je ne m'attendais pas et m'a fait rire (dans le bon sens du terme). On peut effectivement distinguer aussi l'élégance elle-même de la sophistication.
J'ai toutefois un doute sur ce que serait cette définition partout applicable de l'élégance. Est-ce simplement "le fait de prendre soin de soi"?
Sans enlever à ce qui a été dit, je vais essayer de fignoler un peu sur ce sujet. Et on va toucher à plusieurs aspects, voyager dans plusieurs dimensions du réel (événements visibles, concepts abstraits, coutumes langagières et éthique).

Si je pars de cette magnifique Tettitude, propre à la caractérisation toute impersonnelle dans l'aspiration, que Nietzsche nous a posté en haut de page, et que j'y enlève le coté "fondu dans l'essence d'une nation" ou bien celui des "tendances" de mode pour y garder toutefois la situation géographique, certes nous pourrions alors nous demander si Jean-Marc est plus élégant que Omar et ainsi de suite; nous demander si Omar prend bien soin de lui apparaît comme une interrogation en toute cohérence des normes de l'individualisme et à propos des caractères d'individus finis (donc abstrait en tout point) comme on en décrit à foison sur les sites web de développement personnel par exemple; mais serait-ce bien poser la question sous le seul bon angle? A quoi servait-elle cette question? Quel était son but, ses implications?



L'élégance ce ne serait pas aussi d'en avoir les moyens et peu de priorités au dessus?



-Monsieur! Les (esclaves) chinois, ils puent!  Surpris
-Vraiment? Et votre odeur, vous pensez qu'ils la sentent?  Cigare
-oh!  confus  
-On sentirait la décomposition selon eux.  Oui
-oh c'.. c'est inacceptable  Drama Queen




Imaginons nous des voyageurs aisés, forts stimulés par les discussions entretenues pendant le voyage quant au confort des établissements, et forts de nos connaissances sur l'essence des choses et des gens. Nous débarquons, et là, voici Omar, pantalon troué, mine affreuse, en sueur et presque méprisant dans son comportement; on peut rajouter ici le manque de tenue à l'égard des autres à notre définition du manque d'élégance.
Mais on perçoit même dans cette situation quelques à priori, si bien qu'un bon cercle vicieux pourrait être alimenté si on le déclenchait sans se poser un peu sur nos propres perceptions.

-oh! Quel individu malpropre.
Manifestement, ce n'est pas élégant, et il ne prend pas soin de lui. Cela s'ajoute à notre catalogue des représentations. Pourtant, tout comme les perceptions vis à vis d'une personne que l'on ne trouve jamais assez austère, ou jamais assez "sophistiqué" pour reprendre le terme, on trouverait que Omar n'est pas assez propre vis à vis de lui même ni assez convenu dans son comportement vis à vis des autres, bref pas assez éclatant, pas assez élégant; on ne le retiendra pas comme l'expérience de quelqu'un d'agréable à voir. Moui, ok, mais Omar travaille en sous-traitance, d'ailleurs pour la même compagnie qui nous a transporté jusqu'ici, et pour l'instant c'est donc peut-être un peu plus une question de conditions de vie et de travail que d'élégance mais ça nous n'en savons rien; pourtant nous sommes fortement tentés de juger Omar à priori. Et de même, Omar ne sait pas combien de personnes parmi nous auront la sagesse, l'élégance, de ne pas s'offusquer ou rire aux éclats, de ne pas arrêter leur jugement, tandis qu'il affiche un mépris collectif à l'égard de notre prétendue condition de spectateur amusé ou affolé.
Nous voyons que l'on peut renvoyer une image peu élégante de deux façons différentes, et que ceci se produit autant dans la relation à autrui; l'une de ces inélégances se produit par nos sarcasmes emplis de certitudes à priori, l'autre en renvoyant un mépris de classe à priori.
Dans les deux cas, des statistiques avec les même considérations à priori nous écarteraient de l'objectivité que l'on recherche.

Est-ce donc une connaissance des choses? Le savoir n'est-il pas ici plus dans la connaissance de ce que l'on peut vraiment savoir et de ce que l'on ne sait pas?
Reste la mode, les tendances. Mais on voit bien que ça ne fonctionne qu'à moitié dans le cas d'Omar, parce qu'il a franchement d'autres priorités sur les bras. A moitié aussi dans notre cas parce que la vision d'Omar se juxtapose elle-aussi à des aspects qu'il ignore.

Voilà pourquoi il peut être un terrain bien pentu de vouloir mesurer l'élégance des uns et des autres en terme de "nations", alors qu'au final on analyse plus des tendances sans aucun contexte tel que les conditions de vie. Il manque donc probablement de l'aspect social à cette définition de l'élégance sans quoi ça ne peut rester que des à priori qui dans le meilleur des cas nous rendront plus au fait des choses mais le pire nous fera croire bien d'avantage ce que l'on voit (sans voir ce que l'on croit) là où la question n'est pas si bien posée. Cela rend donc également délicat un jugement fondé sur un groupement statistique ne prenant pas en compte ces contextes et ces circonstances.




On peut aller plus loin, proposer de quoi parvenir à éviter ces petits pièges; j'ai l'impression que c'est souvent le verbe "être" qui nous induit en erreur. On cherche à définir ce qui est mais on ne désigne que le fait que des formes particulières sont, sans forcément atteindre leur substance; et pour ce que j'ai compris c'est bien normal, parce que "ce qui EST", l'Essence, n'est peut-être pas dans le plus apparent, dans ce qui se montre, mais dans Une essence dépassant tous ce dont nous venons de parler (ou pourquoi des angles de vue nous échappent souvent quand on essaye de catégoriser le réel). Je me dis donc par exemple, pour reprendre notre cas, que chercher à savoir si Omar EST (plus) élégant (que untel) est peut-être moins pertinent que de constater que Omar MONTRE plus d'élégance. Ce verbe, montrer, n'est pas soumis à quelque chose d'immuable, d'intemporel comme certains concepts ... ... ou comme l'Essence, la Substance. Il peut changer durant sa vie et je crois que cela reflète bien mieux la Nature des choses.



... ....

Bon, moi aussi j'ai envie de péter un petit câble, attirer les regards dans ce nouveau champs de perception qui n'enlève rien à personne et, si nous en sentons le besoin, nous autorise également à faire un gros "F...CK ::!" à nos dépendances respectives. Nous ne sommes pas des dieux, ni des illuminés bon sang, pas plus des faibles finis ::! Alors, chantons qui peut !

J'espère que ça détendra l'atmosphère. What a Face
Allez hop, tous en cœur ::!  


Paablo     il   est pas beau
(Sool-do! do! do! do! do!)
..
Yvette elle est pas bête
(Sol-sol sol  la    la  sool)


Jean-Marc il a la classe
(Sool  la    la la la la)
..
et Omar lave des glaces
(fa sol-la  do   do   do)


Hey! Alleez ::!  Happy beau


Truudie   elle  est  joliie
(Sool-Do! do! do! do-do!)
..
Walt lui n'est pas  poli
(Sol-sol   sol   la  la-sol)

mais Luc est élégant
(Sool  la   la  la-la-la)
..
et Jeff est bien trop chiant
(fa sol  la   do   do   do)

Hey! Allooons ::!!   Moche saut

Excellente intervention, ça fait du bien d'avoir un vrai argumentaire venant d'un INFP. C'est tellement rare !

_______________________________________
"L'erreur majeure avait été d'attendre de la masse qu'elle mit consciemment et durablement sa vie au service d'une idée."
-Ernst Jünger


"Quand on veut rendre les hommes bons et sages, libres, modérés, généreux, on est amené fatalement à vouloir les tuer tous."
- Anatole France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Statistiques MBTI en France

Revenir en haut Aller en bas
 

Statistiques MBTI en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Base de donnée de typage : statistiques
» J'ai besoin de VOUS ! (Recueil de données statistiques)
» Statistiques cumul de neige moyen
» Du mauvais usage des statistiques par Nadine Morano
» Statistiques et probabilités ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Généralités sur le modèle-