Le forum français du MBTI

MBTI, Jung, Myers Briggs, psychologie, sciences humaines, tests, individuation
 
AccueilAccueil  ®™  16-types.fr  RechercherRechercher  RSS  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Boucle fonction primaire/tertiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Leenox
Aucun rang assigné
Leenox

Type : N/A
Age : 31
Lieu : N/A
Inscription : 16/04/2019
Messages : 471

Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Boucle fonction primaire/tertiaire Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Juil 2019, 23:26

@Flop a écrit:
Oui, ce n'est pas à l'aide de la fonction inférieure que l'on s'extirpe d'une boucle, mais de l'auxiliaire.

L'utilisation de l'inférieure relève quasiment de l'inconscient la plupart du temps.

Mh... Je n'avais pas réaliser mais les boucles de l'ENFJ et INFJ sont quasiment des "négatifs". L'ENFJ s'épuise pour les autres, alors que l'INFJ réalise ses objectifs et ce, quel que soit le prix à payer pour lui-même ou pour les autres.

Je n'avais pas réalisé non plus, j'ai - je t'invite, cher confrère à apprécier la tentative Fe de sympathisation sur une base où nous sommes tous dans le même bateau sous forme humaine  laughing  laughing  laughing  - souvent l'impression que je comprends tellement le INFJ et c'est cool, c'est sympa comme une belle petite route de campagne sous le soleil et puis soudain sans transition, oula je comprends pas pourquoi je me retrouve à pic sur une crête rocheuse sous la lune dans une nuit d'encre???! Et de façon moins imagée, je me demande bien s'il y a un lien entre le fait que l'un ou l'autre ou les deux en même temps soient en boucle parce que justement comme tu parles de boucles en "négatif" quand ça dérape avec un INFJ, j'ai l'impression de passer de la lumière à l'ombre et je précise que ça marche aussi dans le sens de rallumer la lumière ^^ Bon j'ai érigé les barricades, relevé les ponts levis, INFJ, sois plein de compassion parce que là je demande tes lumières sur cette situation si tu pouvais avoir envie de la commenter, donner ton témoignage ou que sais je que je ne t'impose pas car tu es un I donc tu sais ce que tu veux vraiment pour toi pas comme l'ENFJ ^^  Adoration


@Flop a écrit:

J'ajoute aussi que dans le MBTI classique, il y a un autre état appelé le «grip».

C'est un état qui paralyse l'utilisation de la fonction dominante chez quelqu'un et fait que la fonction inférieure est sur-utilisée à la place ( on avait Saiyan, pour lnexemple...)

Un grip Ti par exemple comme je le vis pour l'anecdote: j'ai l'impression que ça va se montrer chez moi par une espèce de rigorisme professoral coupé de son empathie et cliché tellement il est exagéré (vision du caractère "cliché" rétrospectivement pas "pendant", hélas) Et ensuite vient le relâchement parce que l'énergie intérieure est épuisée, un mode Ti-inf++ peu naturel à tenir sur la durée, c'est juste épuisant et là alors ça va être culpabilisation 3w2 Fe-dom ("mais j'étais QUI là pendant le temps que le grip aura duré?" et culpabilisation +++ "Pauvre Autrui qui a subi", je reste Fe-dom tout de même, qui me donne l'impression de rester en boucle sur le chagrin le temps que ça dure et d'exagérer aussi le caractère blessant pour Autrui du grip) Et le ras le bol de tout et tous en général sans trop de nuance (f*ck les règlements faits par les autres et donc "marre de Autrui svp juste le temps de me ressourcer"  silly  Timide  laughing )

J'ai l'impression qu'un grip Ti comme je le vis c'est un peu un mode obsessionnel compulsif, je fais le truc-je culpabilise, je fais le truc-je culpabilise.

Je manque de Ti je pense pour l'expliquer mais j'ai l'impression cependant après coup que le grip c'est plus complexe que juste surutiliser son inférieure. Je ne saurais l'expliquer cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Luna
Pionnier


Type : IxFP 4 sp/sx
Age : 25
Lieu : Entre la terre et le ciel
Emploi : Etudiante
Inscription : 19/02/2015
Messages : 2195

Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Boucle fonction primaire/tertiaire Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juil 2019, 00:13

Moi en amitié je m'entend très bien avec les personnes très F, ce qui est normal puisque nous fonctionnons pareils. Et plutôt des personnes introverties, encore une fois parce qu'étant différentes des extravertis, nous ne partageons pas les mêmes délires et envies (je parle des gros extravertis qui ont besoin de tout le temps sortir, voir du monde et faire la teuf).
En fait, ça ne fait pas très ouvert d'esprit mais on ressemble souvent à ses amis "Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirais qui tu es".

Mais je parle en fonction de mon expérience, je n'ai jamais eu de réelles amies proche T, mais aussi parce que naturellement je vais vers les personnes F avec qui je me sens plus d'affinités pour nouer une relation amicale. Et c'est ce que font la plupart des gens, voilà pourquoi si tu sors un peu trop de la norme, tu te retrouve tout seul : o
Revenir en haut Aller en bas
Flop
Aucun rang assigné
Flop

Type : INFJ-A 5w4 (Sx/Sp ?)
Age : 24
Lieu : Paris - Sorbonne
Emploi : Etudiant Philo
Inscription : 14/08/2018
Messages : 1106

Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Boucle fonction primaire/tertiaire Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juil 2019, 00:14

@Leenox a écrit:
Si sur ce sujet d'ailleurs certains d'entre vous avaient aussi réalisés que leurs proches sont d'une personnalité typiquement associées à la leur ou pas aussi, ça m'intéresserait bien de vous lire:))

Théoriquement, il est dit que je devrais particulièrement m'entendre avec des profils ENFP, mais je ne supporte pas leur Te...

Mais en fait, il y a un potentiel de conflit très important entre le Fi-user et le Fe-user.

Un Fi un peu fermé et immature peut avoir tendance à ne pas comprendre du tout le désir du Fe que les autres prennent en considération leurs sentiments ( parce qu'eux-même considèrent les sentiments des autres ), parce qu'un Fi pense que les sentiments ne regardent ou ne concernent que le propriétaire et personne d'autre. Et finalement, devenir agressifs ou très méprisants.

(Que je me fasse bien entendre sur la définition que je donne ici à "immaturité" ; parce que sinon, l'écueil avec cette terminologie, c'est qu'elle est paradoxalement employée par des individus n'ayant eux-mêmes aucune maturité, entendue comme un espace à l'intérieur de soi où est vécue l'expérience de la maturité, mais en lieu et place de celle-ci, une idée de la maturité... et c'est bien là la raison de leur fixette.
L'immaturité, disais-je, dans le cas mentionné précisément, c'est quand le propriétaire du Fi attribue au Fe de l'autre les mêmes propriétés et les mêmes attributs au Fe de l'autre. Alors que ce sont deux fonctions tout-à-fait différente ; l'une étant une fonction d'identité et l'autre une fonction de gestion du rapport aux autres...)


@Leenox a écrit:
je demande tes lumières sur cette situation si tu pouvais avoir envie de la commenter, donner ton témoignage ou que sais je que je ne t'impose pas car tu es un I donc tu sais ce que tu veux vraiment pour toi pas comme l'ENFJ

Ben, je ne suis pas sûr d'avoir bien bien saisi l'objet de ta demande. Je crois que tu devrais la reformuler de manière plus personnelle et directe, sans dissimuler ta vraie demande sous le masque de la généralisation, parce que je le sens, et ça m'agace ( mais je te promet que je le dis sans le moindre énervement et de manière très neutre ).
Je pense que la meilleure façon de ne pas te retrouver "sans transition à pic sur une crête rocheuse" lorsque tu es en contact avec quelqu'un qui sait lire dans tes pensées et qui ressent instantanément ce que tu caches au plus profond de toi, c'est de faire très attention de ne rien projeter sur lui. Ou bien si, parce que tout le monde fait des projections et des transferts, sans exception et en permanence... Mais du moins d'en être bien consciente, de garder un peu de recul, et de ne pas trop t'auto-valider dans tes projections sur l'autre.
C'est mon conseil pour toi, parce que tu me l'as demandé. C'est pour t'aider. Smile

L'INFJ, c'est à la fois le type le plus cérébral des NF, et un grand pacifique.


Ensuite, pour les contacts, je dois dire que la plupart de mes amis sont T, parce que j'ai un rapport très intellectuel aux choses.
J'ai été capable de lire plus d'une centaine de livres sur le New-Age et encore plusieurs centaines d'autres sur la mystique en général, juste pour contrer l'idéologie de ma mère, qui est ENFJ - ce qui m'a permit de comprendre aussi les difficultés liées au Ti-inf, et ses limites, bien avant de connaître le MBTI.

On peut se permettre se genre de choses avec un Ti-dom, mais avec un Ti-inf, gare. Mauvaise mauvaise idée. ^^

@Leenox a écrit:
Un grip Ti par exemple comme je le vis pour l'anecdote: j'ai l'impression que ça va se montrer chez moi par une espèce de rigorisme professoral coupé de son empathie et cliché tellement il est exagéré (vision du caractère "cliché" rétrospectivement pas "pendant", hélas) Et ensuite vient le relâchement parce que l'énergie intérieure est épuisée, un mode Ti-inf++ peu naturel à tenir sur la durée, c'est juste épuisant et là alors ça va être culpabilisation 3w2 Fe-dom ("mais j'étais QUI là pendant le temps que le grip aura duré?" et culpabilisation +++ "Pauvre Autrui qui a subi", je reste Fe-dom tout de même, qui me donne l'impression de rester en boucle sur le chagrin le temps que ça dure et d'exagérer aussi le caractère blessant pour Autrui du grip) Et le ras le bol de tout et tous en général sans trop de nuance (f*ck les règlements faits par les autres et donc "marre de Autrui svp juste le temps de me ressourcer"  silly  Timide  laughing )

J'ai l'impression qu'un grip Ti comme je le vis c'est un peu un mode obsessionnel compulsif, je fais le truc-je culpabilise, je fais le truc-je culpabilise.

Je manque de Ti je pense pour l'expliquer mais j'ai l'impression cependant après coup que le grip c'est plus complexe que juste surutiliser son inférieure. Je ne saurais l'expliquer cependant.

Je sais très bien ce que ça fait de ne s'ouvrir à "la faille" ( c'est un concept. On a tous une faille différente en nous ), que dans l'épuisement. Lorsqu'il n'y a plus suffisamment d'énergie en soi pour maintenir les stratégies de contournement de la faille en place, et qu'un voile se déchire en nous.
J'ai vécu cela des milliers de fois, tout seul.
Maintenant, j'arrive à "descendre" sans être mis dos au mur par l'épuisement.
J'ai foncé tête baissée dans le tunnel à chaque fois que j'ai senti suffisamment d'ouverture en moi, que j'étais assez pétri, travaillé par la faille, parce que je savais très bien ce qui m'attendait au bout. Je n'ai pas soufflé une seule fois depuis ma sortie ( prématurée ) du cocon familial, moi. Depuis des années, je n'ai pratiquement pas connu la joie. Je m'en fous, parce que je sais ce qu'il y a au bout de mon chemin.
Je n'ai jamais demandé la compassion des autres, pour le chemin parcouru, parce que j'ai toujours su que je ne la recevrai pas. Que les autres ne me donneront jamais rien. Toi, d'ailleurs, pas plus que n'importe qui. Et au final, ce n'est pas plus mal, car la compassion des autres n'aurait été rien d'autre qu'un anesthésiant.
Je ne suis pas sûr que ça aurait été me respecter.
En tous cas, je te le dis : tu n'auras pas la mienne. Pas "compassion" en ce sens en tous cas. Tu n'auras pas ce que tu me demandes ; ta dose d'anesthésiant...

Chacun recherche son anesthésiant où il peut, avec la certitude abusée que cela lui permettra de soulager son fardeau pour traverser la vie ; sexualité, drogues ou alcools, relations, que sais-je ? Tout est fait pour fuir le lieu en soi où il se passe vraiment quelque chose. Moi j'ai plongé sans aucun substitut, je l'ai fais seul et je ne prétends pas être arrivé au bout du travail. Il reste encore des braises à consumer, le feu continue à brûler. Mais un jour il n'y aura plus rien à consumer, je le sais.

Dans ton cas, je sens une peur. Tu as peur de t'épuiser pour les autres, parce que tu as déjà trop vécu cela. Tu sais où es la faille en toi, mais tu ne veux pas descendre dedans. Et donc, tu fuis, tu méprises, tu hais ceux que tu sens blessés, parce que tu as peur de devoir "donner" à nouveau. C'est un mécanisme de défense, donc.

Alors je te propose un regard nouveau sur ce schème :
Ce n'est pas la faute des autres. Les autres n'y sont pour rien. Tu n'as peur que de toi-même, car tu es totalement responsable de tous les états qui t'ont frappés...
Tout le monde est blessé, et les seuls qui paraissent ne pas l'être sont ceux qui portent le masque des gens heureux et faux, les manipulateurs, et les menteurs.
Tu n'as rien donné à personne. Tu crois ou pense seulement l'avoir fait. Tu es au même niveau que tous les autres : tu ne sais pas donner. Ce qui s'est senti "épuisé" à l'intérieur de toi, c'est ce qui meurt en toi ; des illusions, et des croyances. Tu as été plus proche des illusions que tu portes en toi, de tes mensonges, et c'est pourquoi paradoxalement, au coeur même de cet épuisement, au milieu de toute cette souffrance, tu as ressentie un soulagement également, la voie à suivre c'est éclaircie. Laisses mourir ce qui meurt ; c'est cela qui va faire quelque chose de toi dans l'avenir. Il restera alors ce que tu es, et à toujours été. Et je te le dis : ce que tu es est inépuisable. Invincible.
Je sens que ton but de vie, la raison pour laquelle ton âme est venue, son aspiration, c'est parce que tu dois apprendre à "donner" vraiment. Tu es intérieurement constituée parfaitement et au mieux pour traverser ton défi et faire cet apprentissage.
Le vrai don n'épuise pas. Il n'est pas séparé de l'écoute de soi. Quand on donne vraiment, on reçoit tout autant. On est nourri par une autre énergie qui nous revient, et ce n'est pas les autres qui nous donnent, mais c'est la source infinie de jouissance et de vie, tapie quelque part au plus profond de soi. Le vrai don est comme la lumière qui émane de la flamme d'une bougie. Ca, c'est le service. Il n'y a alors plus d'épuisement. Mais il faut renoncer à vouloir recevoir quelque chose en retour. Il faut renoncer à la récompense pour avoir accès à la récompense. Accepter de brûler.

Pour toi :

Spoiler:
 

_______________________________________
—"Il n'y a plus aujourd'hui de philosophes mais seulement des professeurs de philosophie et déjà, il est admirable d'enseigner ce qui autrefois était admirable à vivre."
-Henry David Thoreau
—Le Concept étend tyranniquement sa face sur les étendues de la Conscience ; au-dehors la vie s'écoule.
—« C’est par le chemin que tu ne connais pas que tu vas au but que tu ne connais pas. »
—Ne plus asphyxier la Vie sous la culture.
Revenir en haut Aller en bas
Leenox
Aucun rang assigné
Leenox

Type : N/A
Age : 31
Lieu : N/A
Inscription : 16/04/2019
Messages : 471

Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Boucle fonction primaire/tertiaire Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juil 2019, 12:56

Bonjour Flop, merci d'avoir pris le temps de rédiger autant ce que tu avais en tête, j'apprécie et je retiens la pertinence pour moi de certaines choses que tu vois (oui tout à fait) et sur des considérations plus générales non personnelles également, je te rejoins d'ailleurs à plusieurs endroits (c'est mon côté Fe-dom, besoin de le dire ^^). Pas sur plusieurs grands points cependant mais comme les commenter m'apporte, je te laisse quelques mots dessus:

Citation :
Je n'ai jamais demandé la compassion des autres, pour le chemin parcouru, parce que j'ai toujours su que je ne la recevrai pas. Que les autres ne me donneront jamais rien. Toi, d'ailleurs, pas plus que n'importe qui. Et au final, ce n'est pas plus mal, car la compassion des autres n'aurait été rien d'autre qu'un anesthésiant.

Je ne pense pas qu'on puisse humain se construire sans la compassion de l'Autre. La vraie compassion pour moi c'est simplement l'accompagnement de l'autre pour une partie du chemin vers la faille. Ce n'est pas du sauvetage ou dorlotage ou du "tout" faire pour l'autre. Ce n'est pas un excès de prise de contrôle de l'Autre sur son cheminement personnel ( que l'Autre ait pu imposer ce contrôle ou qu'on ait pu soi-même lourdement le demander )
Spoiler:
 
(Impression personnelle: je pense que pour savoir donner, il faut savoir recevoir et que de là vient l'échange avec l'Autre. Ne pas savoir "bien" recevoir rend aussi impossible de "bien" savoir donner. J'entends bien au sens d'une façon mutuellement bénéfique et sur le long terme Je crois ainsi profondément à l'importance de chercher à s'inscrire dans des relationnels qualifiés de "gagnant-gagnant" Je pense que pour exprimer au mieux son humanité, il y a une composante de mise en relation et que cette composante de relation est aussi une partie des rayons de soleil qui permettent de croître et affronter ses failles, ça facilite on dira. Et pour revenir à notre thème d'anesthésiant, en s'assurant de ne pas trop demander quand on pourrait être ainsi dans une dynamique de réclamer une trop grande dose et de savoir aussi verbaliser qu'on a ce qu'il faut quand on pourrait continuer à trop recevoir de l'extérieur)

Citation :
Tout est fait pour fuir le lieu en soi où il se passe vraiment quelque chose. Moi j'ai plongé sans aucun substitut, je l'ai fais seul et je ne prétends pas être arrivé au bout du travail. Il reste encore des braises à consumer, le feu continue à brûler. Mais un jour il n'y aura plus rien à consumer, je le sais.

Juste envie de te dire que j'admire profondément ton courage, d'avoir déjà "autant" su faire face à tes propres failles et au-delà des caractéristiques générales du INFJ qui peuvent naturellement pousser en ce sens. Tout INFJ ne le fera pas autant et aussi vite (tu restes jeune si c'est bien ton âge affiché sur ton profil)

Citation :


Alors je te propose un regard nouveau sur ce schème :
Ce n'est pas la faute des autres. Les autres n'y sont pour rien. Tu n'as peur que de toi-même, car tu es totalement responsable de tous les états qui t'ont frappés...


J'aime beaucoup ta proposition de donner un regard différent, ça permet de concrètement avoir une vision à laquelle on pourrait ne jamais avoir pensé et plus personnellement j'y ai trouvé, merci. Laisser mourir ce qui se meurt, oui, relâcher la prise, essayer de contrôler ses émotions, totalement. ça se manifeste ainsi chez moi. Et lâcher la prise un peu plus encore sur les masques sociaux. Continuer le travail sur ce dernier point, le commencer sur le premier point (voilà pour l'anecdote perso)

Petit point général sur le déterminisme des comportements: je ne pense pas qu'on soit condamné à reproduire un comportement ancré dans l'enfance toute sa vie et en tout cas pas au degré où on a pu l'exprimer dans l'enfance, l'adolescence, le début de l'âge adulte voire l'essentiel de l'âge adulte. Cependant et spécifiquement sur le cas de la difficulté à faire face à ses douleurs on peut aussi avoir été empêché par des obstacles impossibles à lever très jeune de faire face à sa douleur. Des déterminismes insurmontables pour des épaules d'un enfant par exemple et qui maintiennent ainsi le temps de "grandir" Des déterminismes divers. Par exemple un milieu familial dysfonctionnel.

Spoiler:
 
Par contre à l'âge adulte, pourvu que les contraintes extérieures ne soient pas trop extrêmes (un extrême d'être maintenu dans la dépendance matérielle, financière, médicale par exemple par un Autre) Là je te rejoins, il est possible et vital de se prendre en mains et faire face seul à sa faille.

J'insiste simplement ici sur le besoin de ne pas généraliser que toutes et tous pourraient faire face à leur "faille" sur une 'seule' base de "peur d'affronter la chose" C'est parfois un problème de déterminisme environnemental (de nature variée) aussi de ne pouvoir aller assez en profondeur. Parfois cet obstacle extrême peut être levé par le temps, parfois il dure toute une vie. Je suis contente pour reprendre mon cas personnel d'avoir pu pas encore trop âgée me libérer de pas mal de ces obstacles et comme tu le pointes il y a un défi de continuer en ce sens, oui.
Spoiler:
 
C'est mieux (et c'est important aussi de dire quand c'est mieux, pas forcément suffisant, qu'on se comprenne mais le perfectionnisme (comme tous les ismes) est une forme de malheur, ne pas assez se réjouir tant que ce n'est pas "parfait", c'est aussi ne pas vivre assez le temps qu'hélas le chemin se poursuive. Si on n'atteint jamais l'objet de perfection qu'on vise de toute sa vie, ce sera un peu dommage également. Savoir se réjouir des petites avancées sans s'y arrêter forcément peut aider à vivre.)

(J'essaierai de prendre le temps d'écouter Thierry Vissac entièrement, une chose me vient en écoutant l'introduction de sa vidéo: une fois que je saurai qui je suis, je pourrai considérer ce que je fais.
Mon impression est qu'il pourrait avoir tendance (INFJ?) à trop détacher Se, pour se connaître, à mon sens (je reste Se-ter et Fe-dom), il est important de pratiquer le mieux se connaître dans le monde des sens également)

(Pour le personnel à ce stade, je pense avoir toutes les clés en main pour produire une nouvelle avancée rapidement) Alors encore merci pour le caractère aussi général de cet échange
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: Boucle fonction primaire/tertiaire Boucle fonction primaire/tertiaire - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Boucle fonction primaire/tertiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Recherche d'école primaire pour élève ayant un TDAH sur Reims
» Boucle d'or et les 3 ours
» PS : déshabiller le secondaire pour habiller le primaire ?
» [Primaire] Conseils pour l'apprentissage des Tables de multiplication
» Que dire, que faire face au suicide du père d'un élève de primaire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum français du MBTI :: Le MBTI :: Généralités sur le modèle-